Blog Ecommerce : Actualités E-commerce et IT.

Articles avec #billet d'humeur tag

[ENTREPRENEURIAT] 3 exemples d'entrepreneurs à "éviter"

11 Janvier 2020 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #A ne pas faire, #Digital, #Divers, #Droit, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Entreprise, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #billet d'humeur, #e-commerce, #ecommerce, #web

[ENTREPRENEURIAT] 3 exemples d'entrepreneurs à "éviter"

Début Janvier c'est traditionnellement l'occasion de transmettre ses voeux et parfois de remettre certaines choses à plat.

Au delà des légitimes souhaits de santé, de bonheur et de vie familiale épanouie, les miens s'orientent également vers la réussite professionnelle. Notamment pour ceux qui se défoncent au quotidien pour leur boîte, leurs clients et leurs collaborateurs.

Il est tout à fait nécessaire et IMPORTANT de rappeler que SANS entreprises et SANS entrepreneurs :

PAS de croissance
PAS de création d'emploi
PAS d'innovation
PAS de développement
PAS de collecte de TVA
PAS de collecte d'IR
PAS de protection sociale des travailleurs (versements aux caisses retraites, mutuelles, prévoyance, chômage)...etc...Rappelons que les cotisations chômage et maladie sont prises à 100% en charge par l'employeur alors qu'auparavant celles-ci étaient réparties entre l'employé et l'employeur.

Autre sujet en ce début d'année, certains comportements d'entrepreneur interrogent....

Comme exemple :

Un chef d'entreprise local qui est également président d'une commission sur le digital et membre d'une commission E-commerce à la CCI de son département.

Sauf que ce monsieur qui organise des journées de formations digitales ou dispense ses précieux conseils à de futurs entrepreneurs du web, n'a rien d'un expert du digital.

La seule réussite de cet "expert du digital" c'est d'avoir repris une entreprise de E-commerce qui réalisait 2M de C.A avec 150 000 clients et une solide croissance, stable depuis 6 ans avant que ce monsieur n'arrive.
Puis d'en massacrer l'ensemble en à peine 10 mois avec des salariés complètement paumés, et des stocks délirants. Un désastre liquidé au Tribunal de Commerce.

Ajoutant le déshonneur à sa mauvaise gestion, il ne cessa d'invectiver l'ancien dirigeant parti un an plus tôt pour justifier sa pitoyable gérance de l'entreprise.

Si l'échec est un premier pas vers la réussite, il convient d'apprendre de ses erreurs.

Il n'est pas certain que cet individu possède la clairvoyance nécessaire et l'envie indispensable pour se remettre en question.

En fustigeant les autres pour ces propres initiatives ratées, en s'attribuant le mérite d'une réussite passée, qui de doute façon ne pourra jamais lui être attribuée, il se donne une image déplorable d'entrepreneur.

Un autre exemple :

Celui d'un dirigeant d'une boîte d'Ecommerce qui vient chercher de l'aide auprès d'un autre, car sa société est en difficulté : plus de cash, SEO en berne, SEA inexistant..;etc..

Son interlocuteur sera d'une grande aide pour lui tant sur le plan moral que professionnel avec de précieux conseils et beaucoup de temps consacré sur les sujets évoqués pour lui venir en aide.

Or ce gérant qui rencontrait des difficultés n'a rien trouvé de mieux que de lancer un business concurrent à celui qui lui était venu en aide, reprenant jusqu'à des éléments graphiques et textuels du site E-commerce ainsi copié.

On continue avec un nouvel exemple :

C'est encore une personne en difficulté qui vient trouver un ami entrepreneur pour solliciter de l'aide, il ne sait même pas comment il va manger le soir même ni comment payer son loyer.

Son ami entrepreneur lui avancera immédiatement 500€ cash pour répondre au plus urgent. Puis il lui mettra le pied à l'étrier en finançant la création de son activité professionnelle (apports : financiers, juridiques, IT, SEO et SEA).

L'entreprise sera un succès, à tel point qu'un acquéreur de renom souhaitait racheter l'intégralité des parts de l'entreprise. La personne qui était initialement en difficulté refusera une très belle offre pour finalement racheter les parts de son ami entrepreneur à coût moindre. En effet, ce dernier traversant une période plus compliquée n'aura d'autre choix que d'accepter. Il ne sera par ailleurs JAMAIS remboursé des 500€ avancés initialement.

Ce sont ces mêmes individus qui viennent donner des leçons de morale et d'exemplarité aux autres....

[MAJ du 19/01/2020 À 2H10] Un autre exemple ?

Ça me rappelle cette fin d'année 2012, lorsque nous avions des audits dans la société que j'avais fondée et qui allait être reprise par un groupe déjà au capital mais minoritaire.

L'inventaire devait avoir lieu en présence de leur team et de la nôtre. Les process avaient été validés par la direction de leur groupe, leur service financier et le management des deux entités. L'inventaire devait débuter à 6 heures et l'ensemble des effectifs devait être présent dès 5 heures du mat'.

J'avais apporté les croissants et pains au chocolat et nous avions démarré le comptage tous ensemble. Je suivais tout cela avec un dev' de l'équipe IT en même temps que tombaient les ventes sur le site web. Mon équipe suivait le protocole validé par les deux directions et entériné par les avocats de l'époque.

Puis, l'un des cadres du groupe se pointe deux heures et demi après tout le monde, sans s'excuser d'arriver en retard, les mains vides, et en plus en nous disant à tous "hé vous ne savez pas faire un inventaire les gars faut tout recommencer"  ! Puis il commence à devenir agressif à mon égard, en cherchant à m'intimider physiquement et m'agressant verbalement. J'essaie de temporiser en rappelant devant son boss que le protocole a été validé non seulement par sa direction, par moi-même mais aussi inscrit dans les protocoles de cession auprès des conseils.

Quelle honte franchement quand j'y repense. Ce pauvre d'esprit ne réfléchissait pas, il ne suivait même les ordres de sa direction et n'en faisait qu'à sa tête en étant méprisant avec les autres. J'en faisait les frais ce jour là, mais ce n'était pas la première fois avec les membres de ses équipes ou des miennes.

Quand les logiques d'affrontement perdurent, c'est toutes les parties prenantes qui sont perdantes.

Finalement la direction du groupe validait les audits dans les 48 heures et nous passions tous à autre chose, mais quel manque de respect vis à vis de tous ceux qui avaient organisé, participé à la mise en place de cet inventaire.

[MAJ du 10/02/2020 À 2H10] Et ...

Puis il y a les fonds de poubelles, qui n'en n'ont pas toujours l'air ; à l'instar d'un grand "MÔssieur" du web (tout est relatif), qui répand son fiel venin depuis des années sur d'autres qu'il n'aime pas,  jusqu'à se réjouir d'avoir mis une famille à la rue ! Dire que j'ai moi-même admiré le type...A vomir.

Et ce sont (une nouvelle fois) ces mêmes individus qui viennent ensuite donner aux autres des leçons de morale et d'éthique...

Lire la suite

[SOCIAL-JURIDIQUE] Quelles sont les conséquences du travail au noir en France ?

27 Août 2019 , Rédigé par Aurore (auteure invitée) Publié dans #A ne pas faire, #Commerce, #E-commerce en général, #Entreprise, #Entreprises, #Emploi, #Fiscalité, #France, #Internet, #billet d'humeur, #fiche paie

SOMMAIRE

Introduction
1. Quels sont les manquements à la législation sociale constitutifs du travail au noir ?
2. Quels sont les secteurs les plus concernés par le travail au noir ?
3. Quelles sont les conséquences sociétales et sociales du travail dissimulé ?
4. Quelles sont les conséquences judiciaires et les sanctions encourues ?

[SOCIAL-JURIDIQUE] Quelles sont les conséquences du travail au noir en France ?

Si un SALARIÉ n’est PAS déclaré, il ne cotise PAS.

Par conséquent :

Il ne bénéficie d’aucune protection sociale : congés payés, indemnités chômage, cotisation retraite, couverture en cas d’accident du travail ou de maladie.

Conseil d’Orientation pour l’Emploi

Le manquement aux obligations légales en matière de droit du travail peut conduire une entreprise à être très lourdement sanctionnée pour « travail dissimulé », cette pratique est couramment appelée « travail au noir ».

Certains dirigeants d'entreprises (qui n'en n'ont que le nom) usent de cette pratique sans que cela ne les gênes réellement, prenant pour prétexte le coût du travail afin de justifier leurs actes délictueux.

Seulement si le coût du travail est aussi élevé, notamment en France, c'est aussi à cause de la pratique du travail au noir car l'Etat doit se substituer à l'entreprise en cas de défaillance de celle-ci et particulièrement lorsque l'employeur a fait défaut à ces obligations sociales.

Seulement quelles en sont les conséquences économiques, sociales et judiciaires ? Essayons d'y voir plus clair ci-dessous :


1. Quels sont les manquements à la législation sociale constitutifs du travail au noir ?

Le travail au noir signifie que l’entreprise ne déclare pas, ou du moins en partie, l’emploi salarié. Généralement, la volonté est d’échapper aux obligations fiscales et sociales afférentes. Cette pratique est légalement définie par le code du travail selon l’article L1221-10.

Exemple : La dissimulation à l’embauche où l’employeur ne déclare tout simplement pas son salarié comme il est en obligation de le faire au moyen de la DPAE (déclaration préalable à l’embauche) avant la mise au travail du salarié.

 

Bon à savoir :

Une entreprise qui transmet sa DPAE seulement à l’issue de la période d’essai se rend coupable de travail dissimulé (arrêt n°14-80532 de la chambre criminelle de la Cour de Cassation du 20 janv. 2015).

 

On parle également de travail au noir lorsque les heures de travail et les rémunérations afférentes ne sont pas toutes déclarées. Autre exemple, une entreprise paie les heures supplémentaires effectuées en espèces, sans les afficher sur la fiche de paie ni les déclarer dans sa DSN.

Bien souvent, c’est au moyen de la production de la paie que l’on se met en règle vis-à-vis de ses obligations sociales.

Le salarié doit se voir remettre un contrat de travail et des fiches de paie. Chaque mois, la déclaration sociale nominative (DSN) doit être renseignée et envoyée électroniquement pour régulariser la situation de chaque collaborateur. Sans cela, l’employeur peut être accusé de travail au noir.

 

2. Quels sont les secteurs les plus concernés par le travail au noir ?

La fraude liée au travail dissimulé est une pratique courante en France puisqu’elle représente de 2 à 3 % de la masse salariale. Le rapport 2018 du Conseil d’Orientation pour l’Emploi (COE) estime que 70% du travail dissimulé concerne des salariés tout bonnement non déclarés.

Dans le BTP, une entreprise sur cinq pratiquerait le travail au noir. Un scandale qui cause de lourds préjudices aux entreprises respectueuses de la loi.

Il s‘agit même d’une pratique banale dans certains secteurs prétextant la nécessité de disposer de flexibilité dans l’organisation du travail.

Ainsi, le BTP ou l’hôtellerie-restauration se placent en tête des secteurs concernés, suivis du commerce de détail, du transport, puis plus surprenant de l’agriculture.

Dans le BTP, une entreprise sur cinq pratiquerait le travail au noir, et dans l’hôtellerie, les extras ne sont que très peu déclarés.

 

3. Quelles sont les conséquences sociétales et sociales du travail dissimulé ?

Pour le travailleur, le travail au noir comprend de très importants risques. En effet, s’il n’est pas déclaré, il ne cotise pas, et ne bénéficie d’aucune protection sociale : congés payés, indemnités chômage, cotisation retraite, couverture en cas d’accident du travail ou de maladie.

Sans statut professionnel légal, le salarié aura également un accès difficile au logement. Celui qui bénéficie d’allocation chômage pourra être radié de Pôle Emploi. Ainsi, dans son rapport, le COE rappelle qu’«en l’absence de déclaration, les travailleurs sont privés des droits attachés au statut de salarié».

Environ 2,5 millions de personnes pratiqueraient le travail au noir. Le COE estime un manque à gagner annuel de -4,5 à -5,5 milliards d’euros pour l’économie Française soit environ 10,8% du PIB.

Le travail au noir est considéré comme de la concurrence déloyale. Les entreprises échappant à la réglementation sociale profitent d’un coût du travail moins élevé que les entreprises respectueuses des règles.

Le COE estime que l’équilibre des secteurs d'activité concernés peut s’en trouver durablement affecté.

 

4. Quelles sont les conséquences judiciaires et les sanctions encourues ?

Peu d’employeurs et de salariés réalisent les peines lourdes encourues en cas de contrôle. Le travail au noir est un délit pouvant être, à ce titre, puni de sévères sanctions financières, pénales et administratives.


Conséquences judiciaires pour l’employeur :
 

Sanctions financières : Pour l'employeur Personne Physique (Entreprise Individuelle) une amende pouvant aller jusqu’à 45 000€ (75 000€ en cas de dissimulations multiples ou à l’encontre d’une personne vulnérable) mais aussi le remboursement des impôts, taxes et cotisations sociales non payés.

L’employeur personne morale encourt jusqu’à 225 000€ d’amende. L’autorité compétente peut également refuser d’accorder les aides publiques, ou en demander le remboursement (contrat d’apprentissage etc.).

Liste de sanctions non-exhaustive !

Sanctions administratives : un jugement peut interdire l’employeur d’exercer son activité voir ordonner une fermeture administrative de 3 mois.


Sanctions pénales : A ces sanctions financières et administratives s’ajoute le risque de sanctions pénales : une peine de prison de 3 ans ou 5 ans en cas de dissimulations multiples peut être appliquée.

 

Conséquences judiciaires pour le salarié : 

 

Le salarié employé au noir ne risque pas de sanctions pénales mais les conséquences financières ne sont pas négligeables puisqu’il risque :

• Le rappel des impôts sur 3 années avec pénalités de retard.

• un rappel du trop-perçu sur 5 ans sur des aides soumises à condition de ressources s’ils dépassent les plafonds avec les rémunérations perçues illégalement.

Toutefois, si le salarié s’estime victime de son employeur, il dispose de recours contre celui-ci. Recours qui s’ajoutent comme des risques supplémentaires pour l’employeur.


Important : Le bulletin de paie n'a pas de valeur contractuelle s'il n'est pas formalisé par la transmission de la DSN corrélative.

Cet article vous a-t-il aidé ? Avez-vous des questions ?

Si c'est le cas exprimez-vous en commentaires du blog.
 

Aurore (Auteure invitée)

Sources ici et

[MAJ du 28/08/2019 à 10h00]

Rappelons que la défiscalisation (partielle) des emplois à domicile a permis de régulariser des emplois bien souvent "au noir". Un emploi déclaré, c'est un salarié protégé.

Régulièrement les ignorants considèrent les exonérations fiscales comme des "cadeaux aux riches". Quelle bêtise !

Prenons l'exemple du bouclier fiscal à 50%, cela signifie que ces soit disant "riches" doivent travailler six mois de l'année à payer des impôts sur de l'argent qu'ils n'ont pas encore gagné. Drôle de vision de la richesse !

S.A

Lire la suite

[START-UP - START-DOWN] Uber s'enfonce encore et encore...

18 Février 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Divers, #Entreprise, #Emploi, #Entreprises, #France, #Internet, #Transport, #billet d'humeur, #web

[START-UP - START-DOWN] Uber s'enfonce encore et encore...

Chaque trimestre c'est la même chose, Uber sort des chiffres du plus profond des abysses.

Pour le quatrième trimestre, Uber n'échappe pas à ses mauvaises habitudes et annonce -865 Millions de dollars de pertes pour un C.A de 3,04 Milliards de dollars, ce qui équivaut à brûler environ 10 Millions de dollars par jour.

La différenciation dans le business model est prépondérante pour gagner des parts de marché, cependant Uber s'égare entre la location de trottinettes, de voitures et autres tentatives désespérées de trouver de la rentabilité. La différenciation de l'offre par rapport à la concurrence n'a jamais voulu dire diversification outrancière jusqu'à renier l'ADN d'une marque.

Sans entrer dans la démagogie de comptoir, on peut légitimement s'interroger sur ce qu'auraient fait les nombreuses entreprises en souffrance de financement avec tout ce cash...définitivement cramé.

No comment.

Source ici et .

Lire la suite

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

7 Janvier 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #A ne pas faire, #Commerce, #Digital, #Divers, #Droit, #Ecommerce, #Entreprise, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #France, #Internet, #Marketing, #Retail, #Retail 3.0, #Service Client, #billet d'humeur, #web, #sites e-commerce à éviter, #ecommerce, #Trustpilot

 

LA SOCIÉTÉ TRUSTPILOT EST ASSIGNÉE EN JUSTICE EN FRANCE

PAR PLUSIEURS ENTREPRISES DU DIGITAL ET DU E-COMMERCE

Septembre 2020

Trustpilot délivre des avis clients déloyaux, mensongers, et injurieux en violation de l'article L. 111-7-2 du code de la consommation.


 

DOSSIER SPÉCIAL TRUSTPILOT

 

Vous rencontrez des difficultés avec Trustpilot ?

Vous êtes au bon endroit !


Fondée en 2007, la société Trustpilot collecte des avis clients pour le compte d'entreprises du digital et du physique. Située au Danemark l'entreprise opère dans 25 pays. Cependant elle a pris soin de ne pas disposer d'une filiale dans chaque pays où elle génère du C.A.

1. Trustpilot génère du C.A en France sans y payer ses impôts.

Vue des services Trustpilot proposés sur la plateforme Française de la société éponyme.

Vue des services Trustpilot proposés sur la plateforme Française de la société éponyme.

Ainsi, Trustpilot commercialise ses services en France sans disposer d'un bureau ou d'une filiale dûment déclaré au Registre du Commerce et des Sociétés. L'intégralité du C.A généré sur le territoire Français échappe ainsi à toute imposition ce qui crée une concurrence déloyale vis à vis des entreprises rivales qui s'acquittent de leurs impôts sur notre territoire.

Toutefois au delà du la situation fiscale plutôt douteuse (en matière d'éthique) de la société Trustpilot, ce que cet article souhaite dévoiler ce sont surtout les méthodes malveillantes de la société Trustpilot.

Les avis clients sont essentiels pour se faire une opinion objective d'une entreprise, d'un site E-commerce ou d'une enseigne en particulier. Encore faut-il qu'ils soient collectés correctement, avec éthique et dans le respect tant pour le consommateur que pour l'entreprise évaluée.

2. TrustPilot viole le droit d'auteur et se rend coupable de contrefaçon.

Trustpilot se présente comme un annuaire de professionnels et crée des pages à propos d'entreprises :

Mail adressé par les services de Trustpilot

Mail adressé par les services de Trustpilot

Il est tout à fait exact de dire que :

 "Le Code de commerce prévoit que les informations figurant au Registre du commerce et des sociétés (RCS) peuvent être portées à la connaissance du public. Il autorise également la diffusion de ces informations par voie électronique."

La réutilisation des informations du Registre du Commerce et des Sociétés par des sites internet de type annuaires d'entreprises est donc autorisée, l'exemple le plus flagrant étant Societe.com.

Cependant Trustpilot n'exploite pas les informations figurant au Registre du Commerce et des Sociétés mais s'adjuge le droit de reprendre des éléments protégés par la propriété intellectuelle et le droit d'auteur : nom de domaine, marque déposée, charte graphique, logo et contenus. Trustpilot s'autorise même à faire des backlinks (de mauvaise qualité) sans le consentement du propriétaire du nom de domaine ou du site qui l'exploite.

Ces éléments ne figure aucunement au Registre du Commerce et des Sociétés. Il s'agit d'une violation caractérisée du droit d'auteur et de délit de contrefaçon visant à tromper le consommateur en lui faisant croire que Trustpilot dispose bien de l'autorisation de l'entreprise évaluée afin de collecter et présenter des avis à son sujet, ce qui est FAUX.

En matière de contrefaçon de droit d'auteur, la loi Française précise qu'il s'agit d'un délit puni par :

- trois ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende (750 000 € pour les personnes morales),
- cinq ans d’emprisonnement et 500 000 € d’amende pour la commission du délit de contrefaçon en bande organisée ou lorsque les faits portent sur des marchandises dangereuses pour la santé, la sécurité de l’homme ou l’animal,
- la fermeture totale ou partielle, définitive ou temporaire, pour une durée de cinq ans au plus, de l’établissement ayant servi à commettre l’infraction,
- la confiscation des recettes procurées par l’infraction, des produits et œuvres contrefaisants, du matériel spécialement destiné à leur contrefaçon,
- la condamnation aux frais du prévenu à l’affichage du jugement ou à sa publication

Le problème étant d'une part que Truspilot s'arroge le droit de reprendre le nom, le domaine, la marque, la charte graphique, le logo et parfois le contenu d'un site internet sans le consentement de leurs propriétaires.

D'autre part bon nombre d'entreprises ont déjà pu sélectionner une plateforme de collecte d'avis clients concurrente à Trustpilot. Là où leurs collaborateurs passent déjà du temps à répondre aux commentaires et elles n'ont tout simplement pas envie de multiplier les prestataires en la matière, ce qui est parfaitement légitime.

3. Trustpilot pratique le chantage commercial pourtant réprimé par le Code Pénal (Article 31210) de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000€ d'amende.

Trustpilot créée ainsi des pages concernant des entreprises ou des sites internet en reprenant des informations sans le consentement de leurs propriétaires et sans les informer, afin de collecter des avis clients, la plupart du temps négatifs voir très négatifs avec deux objectifs :

- Générer du trafic sur leur plateforme d'avis clients et se rémunérer à la publicité, car les clients et prospects trépignent de lire des avis négatifs sur les enseignes.

- Obliger les entreprises à ouvrir un compte client chez eux afin de pouvoir répondre aux avis clients et proposer toutes sortes de services additionnels, il s'agit là de chantage commercial caractérisé.

Mail adressé par les services de Trustpilot

Mail adressé par les services de Trustpilot

Le chantage commercial pratiqué par Truspilot est réprimé par 5 ans de prison, 75 000€ d'amende et majoré de dommages et intérêts.

4. Trustpilot induit le consommateur en erreur et se rend coupable de publicité mensongère.

Extrait des CGU de Trustpilot

Extrait des CGU de Trustpilot

Alors que Trustpilot se défend en mettant en avant la "liberté d'expression" pour ne pas supprimer les pages délictuelles, elle omet sciemment un élément essentiel : 

Afin d'avoir une image juste d'une entreprise, d'un service, ou d'un produit il convient d'intégrer les avis négatifs mais également les avis positifs. Dans le cas contraire il s'agit d'un service de publicité orienté et donc illicite.

Or s'il est aisé d'obtenir un retour d'expérience négatif de la part des consommateurs, il est beaucoup plus difficile d'avoir leur ressenti positif.

Ainsi, lorsqu'une entreprise choisie une plateforme d'avis clients, elle doit solliciter ses clients afin qu'ils donnent justement leur avis et alimentent ainsi la plateforme.

Pour récolter des avis clients positifs ou des recommandations, il convient de solliciter le consommateur satisfait au bon moment pour ne pas créer de frustration. La plupart des plateformes d'avis client adressent un email au consommateur à des étapes clés (réception de la commande, validation, etc..) l’incitant à partager son expérience, c’est toute l'expertise et l’utilité de ces plateformes d’avis clients.

Or dans le cas de Trustpilot, la page de l'entreprise évaluée est ouverte sans le consentement de ladite société. Elle ne sollicite pas les clients satisfaits de leur expérience d'achat, la page devient alors rapidement le réceptacle des avis les plus virulents parmi les déçus de l'entreprise évaluée.

Plus une plateforme est alimentée en avis et donc en contenu, plus elle est visible dans les moteurs de recherche et augmente ainsi son audience et son impact. A l'instar de Trusted Shops, cette plateforme d'avis clients inclut dans ses services l'envoi de mails afin de collecter les avis clients sur leur expérience d'achat.

Mail reçu de la part de Trusted Shops

Mail reçu de la part de Trusted Shops

Cela permet deux choses essentielles :

- De favoriser le nombre des avis, et donc leur représentativité afin d'obtenir un échantillon caractéristique des consommateurs satisfaits et non satisfaits.

- De s'assurer que les avis ainsi collectés correspondent à de vrais clients et non à des avis fallacieux.

Trustpilot induit le consommateur en erreur car ils montrent sciemment des commentaires la plupart du temps négatifs (absolument pas représentatif de la qualité des produits ou des services de l'enseigne évaluée) et obligent de fait ces entreprises à orienter leurs clients vers Trustpilot afin de donner leur avis au détriment de leur plateforme habituelle.

C'est une nouvelle fois un constat de chantage commercial mais pas seulement. En agissant ainsi, elle favorise les enseignes qui choisissent Truspilot pour gérer l'ensemble de leurs avis clients au détriment des autres qui ont opté pour une autre plateforme d'avis. Pour le coup ils se retrouvent avec des avis peu élogieux sur le site de Truspilot absolument pas représentatifs de leur activité.

Cette manipulation est caractéristique d'une publicité mensongère en faveur des clients Trustpilot mais en parfaite violation du code de la consommation.

Ce délit est passible de 2 ans d'emprisonnement et de 37 500€ d'amende.

Quelques profils où seuls des avis négatifs sont affichés afin de faire pression sur ces enseignes pour qu'elles travaillent avec Trustpilot :

OVH sur TrustPilot

OVH sur TrustPilot

Office Dépôt sur TrustPilot

Office Dépôt sur TrustPilot

Boulanger sur TrustPilot

Boulanger sur TrustPilot

Apple sur TrustPilot

Apple sur TrustPilot

Carrefour sur TrustPilot

Carrefour sur TrustPilot

Leclerc sur TrustPilot

Leclerc sur TrustPilot

Airbnb sur TrustPilot

Airbnb sur TrustPilot

Trustpilot ne modère aucun commentaire. Ils laissent les auteurs à leurs responsabilités.

5. Du commentaire diffamatoire au dénigrement, Trustpilot laisse faire et cautionne.

Cependant lorsqu'une entreprise conteste un commentaire car il apparaît comme diffamatoire ou fallacieux, Trustpilot demande une preuve d'expérience d'achat à l'auteur du commentaire mais sans la soumettre à l'entreprise qui l'aurait émise :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Résultat, aucune vérification n'est véritablement effectuée et le commentaire en question bien que fallacieux continue tout de même d'être affiché sur Trustpilot.

Pire lors de la demande d'examen d'un commentaire, Trustpilot conserve l'impact négatif de celui-ci sur la note générale de l'entreprise évaluée, un non sens total qui dénote une partialité établie. L'entreprise évaluée est toujours présumée coupable alors que le doute, sans élément factuel, devrait lui bénéficier.

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

En choisissant sciemment de continuer à publier des commentaires diffamatoires, bien que dénoncés par les entreprises victimes, Trustpilot n'a plus seulement un rôle d'hébergeur de données mais bien d'éditeur.

Cela signifie que la plateforme est autant responsable que les auteurs des commentaires diffamatoires. Ils nuisent volontairement à l'image commerciale de la société en jetant le discrédit sur l'entreprise évaluée.

Au regard du droit Français, rédiger ou publier un commentaire mensonger c'est de la diffamation, les sanctions débutent à 12 000€ d'amende et il n'y a pas de plafond en matière de dommages et intérêts dont le montant est apprécié par le juge.

6. Trustpilot va plus loin et favorise les pratiques commerciales déloyales

Les soucis judiciaires de Trustpilot ne font que commencer, puisqu'au travers des agissements cités précédemment, ils usent de pratiques commerciales abusives notamment au travers des "déclarations mensongères au sujet du savoir faire des entreprises évaluées".

Les sanctions débutent par le versement de dommages et intérêts substantiels déterminés par le juge et la réparation du préjudice subit.

Le plus dommageable est que la politique de Truspilot est non seulement contraire au droit mais aussi contraire à l'éthique dont la profession a tant besoin pour se crédibiliser au regard des consommateurs.

Où est donc la crédibilité de voir des enseignes habituellement plébiscités par les consommateurs dézinguées sur Trustpilot ?

Si c'est un fait avéré que Trustpilot est dans une vision de malveillance à l'égard des entreprises, il était moins évident que la société danoise méprise à ce point le consommateur que de lui présenter des avis orientés et non vérifiés. Trustpilot trompe simplement le consommateur.

Chaque entreprise, chaque site E-commerce, chaque retailer, chaque distributeur a le droit de choisir sa plateforme de collecte d'avis clients, ce n'est pas à Truspilot de forcer la main avec de pareilles méthodes.

Nous avons consulté la page Trustpilot de nombreuses enseignes du Ecommerce, du retail, des médias et autres. Il en ressort que la majorité des grandes enseignes refusent de travailler avec Trustpilot qui ne se gêne pas pour afficher uniquement les commentaires négatifs de ces sociétés.

Aucune entreprise n'est épargnée. Compte tenu de la note générale de chaque enseigne, je présume qu'il convient de ne plus acheter chez eux ;-) Seulement si vous vous basez sur ces pages d'avis clients Trustpilot, c'est terminé, vous ne commanderez plus rien nulle part.

Les faits qui sont relevés dans cet article sont très graves et hors de tout cadre légal. Ils nuisent par la malveillance et la manipulation aux plateformes d'avis clients dans leur ensemble mais également aux secteurs plus spécifiques du E-commerce et de la distribution.

Nous savons que différentes plaintes sont actuellement en cours contre la plateforme d'avis clients Trustpilot.

Trustpilot a été averti de l'élaboration, de la publication de cet article et du droit de réponse qui y est proposé. Cependant nous n'avons pas reçu de réponse de leur part.

Enfin nous constatons que lorsque vous leur adressez un mail qui sort des standards habituels, ils ne répondent tout simplement pas.

Nous vous invitons à apporter votre témoignage concernant les méthodes malveillantes de Trustpilot en commentaires de cet article.

MAJ du 22 janvier 2019 à 19h10

Nous essayons toujours d'obtenir des réponses auprès de trustpilot concernant leurs méthodes commerciales et d'avoir leurs réactions sur les graves accusations que nous leur portons. A ce jour et malgré nos relances nous sommes toujours en attente.

Nous avons adressé un courrier à leur service juridique et c'est le service client qui a répondu et totalement à côté de la plaque. Nous avons l'impression qu'ils se moquent de la loi, des entreprises, des clients et des dommages qu'ils provoquent par leurs fake reviews et leurs agissements.

Prochaine étape, fédérer une action de groupe afin de fermer leur plateforme Française.

MAJ du 23 février 2019 à 13h13

Aucune réponse officielle de la part de Trustpilot quant aux demandes d'explications qui leurs ont été adressées par voie amiable, puis par l'intermédiaire d'Avocats.

Nous avons par contre reçu des menaces de la part d'un de leurs collaborateurs, Monsieur Robert MUNK qui ne sait clairement par lire un courrier en Français. Non seulement il répond à côté, mais en plus il répond en Anglais. 

Quel mépris pour ses interlocuteurs !

Il ne connaît pas le sujet, et ne représente en rien leur service juridique. Il s'agit simplement d'un directeur commercial n'ayant aucune compétence sérieuse pour traiter les nombreuses problématiques relevées sur Trustpilot et qui avait envie de donner son point de vue hors de tout cadre règlementaire.

Enfin les nombreux commentaires et témoignages reçus ces dernières semaines attestent d'un vrai problème avec cette plateforme d'avis clients.

La prochaine étape sera judiciaire.

MAJ du 4 Mars 2019 à 16h39

Voici ce que pensent les usagers de Truspilot, ils sont excédés par leur méthodes et les faux avis de Trustpilot (les témoignages ont été traduits automatiquement par Google, d'où la traduction approximative Anglais/Français)  mais leur dégoût est clairement affiché :

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

MAJ du 28 Mars 2019 à 21H06

Bref point concernant Trustpilot.

Ils viennent effectivement de lever 46 millions d'euros et nous sommes ravis pour eux, dans la mesure où ils prévoient de revoir complètement leur politique commerciale, leurs méthodes vis à vis des entreprises évaluées et la présentation illicite des évaluations des entreprises pour les consommateurs.

A notre connaissance cela n'est pas au programme.

Nous sommes toujours en attente d'une réponse de leurs services concernant nos demandes. Malgré deux courriers d'Avocats, Trustpilot n'a jamais répondu, se moquant du droit Français et de ses représentants.

Nous accumulons de nombreux témoignages d'entreprises victimes de Truspilot qui ne sont pas tous publiés ci-dessous car nous les modérons avant publication. Certains commentaires sont extrêmement virulents à l'égard de la plateforme d'avis clients et ne sont pas publiables en l'état.

MAJ du 1er Août 2019 à 11h40

Que dire après 4 mois d'écoulés ? 

Vous avez été très nombreux à nous faire part de votre aversion pour Trustpilot, nous n'avons pas pu publier tous les commentaires, certains étant carrément insultants pour la plateforme d'avis clients. Si le verbe haut est évidemment encouragé, ce n'est pas le cas des insultes, cela n'amène rien au sujet.

Trustpilot, n'a pas tenu à réagir après le commentaire raté de leur collaborateur sur ce blog, ils sont clairement dans une optique de mépris vis à vis de leurs détracteurs.

Il est évident que leur silence condescendant n'aide nullement à résoudre les problèmes que rencontrent de nombreuses entreprises avec leurs services.

Il est dommage qu'une entreprise du numérique étrangère use de pareilles méthodes commerciales sur notre territoire.

Cependant, il n'est guère étonnant compte tenu des nombreux abus constatés que le législateur se charge de réguler l'activité de ces sociétés sur notre territoire.

MAJ du 25/09/2019

Allez une petite MAJ en ce jour de Paris Retail Week, devinez qui j'ai trouvé au salon E-commerce ?

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

et aucune adresse en France bien entendu, pas même un service juridique capable de répondre à des demandes d'Avocats. Je ne vais refaire l'histoire, tout est dans l'article et c'est sans équivoque.

MAJ du 09/10/2019 à 9h33

Un article intéressant vient d'être publié par Jean-Philippe Emeriau.

Court, il résume cependant le malaise dans la gestion des avis clients par des plateformes pas toujours scrupuleuses en matière d'éthique et de transparence. Trustpilot en tête, puisqu'eux ne respectent carrément pas la loi Française et méprisent non seulement les entreprises qui apparaissent dans leurs pages mais les consommateurs qu'ils trompent en connaissance de cause.

MAJ du 23/10/2019 à 10h18

J'ai longtemps hésité avant de publier les messages qui vont suivre à propos de Trustpilot. Je les ai reçu le 10 Octobre :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Bien entendu il n'était pas question de publier l'identité de l'expéditeur ni même du cabinet d'Avocats, mais cela donne un peu l'étendu de la complexité pour se défendre face à une entité comme Trustpilot qui ne respecte pas la loi Française et dont la seule adresse est à l'étranger.

MAJ DU 04/11/2019 à 11h28

Dans l'optique de simplifier les échanges concernant le dossier Trustpilot, une adresse mail centralise dorénavant l'ensemble des demandes : Trustpilot@procedure-judiciaire.fr

Notez que différentes procédures judiciaires initiées par des lecteurs du blog sont actuellement en cours. Faites-vous connaître, vous n'êtes pas seul !

MAJ DU 10/02/2020 à 18h35

L'adresse mail du groupe de défense contre TRUSTPILOT (trustpilot@procedure-judiciaire.fr) fonctionne bien, vos mails arrivent bien ainsi que les pièces qui y sont parfois jointes.

Nous vous rappelons de ne surtout PAS revendiquer la page relative à votre entreprise.

Faites-vous connaître au plus vite pour l'action de groupe à l'encontre de TRUSTPILOT.

MAJ DU 24/02/2020 à 10h31

Voici le type de message que nous recevons encore aujourd'hui au sujet de Trustpilot :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Les entreprises Françaises en ont assez de Trustpilot et de leurs méthodes anti-concurrentielles visant à jeter le discrédit sur leurs activités.

Evidemment, nous avons été vérifier la page en question, pas un seul avis client n'est vérifié par Trustpilot !

Cela confirme que les avis publiés par Trustpilot sont tout simplement FAUX.

MAJ DU 25/02/2020 à 10h20

Pas une journée ne passe sans que nous ne recevions ce type de mail :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

MAJ DU 26/02/2020 à 11h25

...

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Nous voyons notre cabinet d'Avocats tout début Mars au sujet des procédures en cours, en France, à l'encontre de Trustpilot.

Plus d'infos à suivre...

MAJ du 23/03/2020

Nous recevons un nouveau témoignage ACCABLANT à l'encontre de TRUSTPILOT. Une entreprise Française, dont le site Ecommerce figure sur l'annuaire de Trustpilot, s'est vue suspendre la possibilité de signaler des avis litigieux, diffamatoires ou carrément FAUX à son encontre.

On rêve !

Non seulement Trustpilot ne respecte AUCUNEMENT la loi Française, ne paie aucun impôt en France et ne dispose d'aucun bureau dans notre pays, mais elle se permet tout de même de répertorier nos entreprises, de leur créer une page sans leur accord afin d'y poster volontairement des avis litigieux dans l'objectif mercantile que les entreprises souscrivent ensuite à ses services de gestion d'avis clients.

Voilà ce que fait Trustpilot, c'est la HONTE des plateforme d'avis clients.

La meilleure? Cela fait maintenant 3 fois que TrustPilot me coupe, pendant 1 mois, l’outil de signalement en ligne pour abus ( !). C’est le comble. Des personnes mal intentionnées laissent des avis diffamatoires, je perds un temps fou à les signaler, et TrustPilot me bloque l’outil de signalement pendant 1 mois, pour avoir signalé trop d’avis… diffamatoires ! Je ne peux donc plus les signaler, doit laisser faire, et subir de lire ces avis détestables. Il faut le faire !

Témoignage d'Arthur (victime de Trustpilot)

Il serait tout de même temps que les équipes de Trustpilot prennent en considération les nombreuses plaintes accumulées contre eux. User encore de telles méthodes commerciales à l'encontre des entreprises, c'est tout simplement lamentable, dénué de tout sens morale et éthique.

 

MAJ du 07/06/2020

Au vu l'ensemble des éléments présentés, la société TRUSTPILOT ne délivre pas une "information loyale, claire et transparente" aux internautes et conséquemment aux clients et prospects des entreprises évaluées. Pire, compte tenu des informations collectées, c'est sciemment que Trustpilot délivre des avis clients déloyaux, mensongers, et injurieux en violation de l'article L. 111-7-2 du code de la consommation.

 

MAJ du 13/09/2020

Pour ceux qui en douteraient encore, TRUSTPILOT a bien été assigné en justice, par plusieurs acteurs du digital et du E-commerce Français pour leurs manoeuvres déloyales et leurs nombreux manquements. Nous vous rappelons que c'est le cabinet d'Avocats de Maître DARRIERE à Paris qui est en charge du dossier Trustpilot.

Extrait d'un des actes d'assignation envers Trustpilot

Extrait d'un des actes d'assignation envers Trustpilot

Sources :

Wikipédia
Societe.com
Trustpilot
Utilisateurs Trustpilot
Infogreffe
INPI
Autres
Témoignages d'entreprises

Cabinets d'Avocats

Lire la suite

[RIDICULE] "Un Français sur 4 prêt à quitter son emploi pour lancer sa boutique en ligne"

6 Novembre 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Divers, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Entreprise, #Entreprises, #Internet, #France, #billet d'humeur, #e-commerce, #ecommerce, #web

[RIDICULE] "Un Français sur 4 prêt à quitter son emploi pour lancer sa boutique en ligne"

De qui se moque-t-on encore une fois ?

Il s'agit d'un sondage commandé par la société PAYPLUG auprès de YOUGOV avec pour thème : "Français, tous e-commerçants!". Au delà du ridicule, cette étude s'inscrit comme une belle source démagogique pour la rédaction d'articles sans fond réel ou sérieux.

Surtout, cela démontre une désinformation TOTALE concernant le E-commerce où des "débiles" croient encore à leur bonne fortune en exploitant ce "nouveau" filon.

Remettons les choses à leur place si vous le voulez bien.

D'après l'étude en question reprise par Ecommercemag (oui je sais...) : "76% [des Français sondés] estiment qu'ils pourraient vivre d'une boutique en ligne".

Pour beaucoup visiblement le E-commerce s'apparente à "jeu" ou il suffit de mettre en ligne un site web et les ventes viennent toutes seules comme par magie, un job de feignant en quelque sorte !

Evidemment il ne s'agit pas de cela, ouvrir une boutique en ligne c'est déjà créer et immatriculer une entreprise, à la limite les plus amateurs passeront par le statut d'auto-entrepreneur.

A delà de la gestion effective d'une entreprise, on parle de compte de résultat, de tableau de trésorerie, de suivi des paiements, de factures d'achat et de vente....etc...enfin la gestion d'une boîte quoi ! Il faut bien entendu intégrer qu'un site E-commerce implique de posséder des compétences web indispensables ou à défaut d'avoir les moyens de se les offrir et là c'est une autre affaire.

Contrairement aux "idiots" qui ont participé cette étude totalement fantasque et dénuée de bon sens dont seulement "11% considèrent toujours l'e-commerce comme une activité difficile" le Ecommerce c'est d'abord un conglomérat de métiers et de compétences essentielles à la réussite du projet.

Qu'il s'agisse des développements applicatifs, du SEO, du SEA ou du Community Management c'est être condescendant et faire preuve d'une grande ignorance que de mépriser ces éléments clés.

S'il est aisé et à la portée du premier venu de mettre en ligne un catalogue produits il est bien plus difficile de vendre et encore bien plus compliqué d'être rentable !

35% des entreprises de Ecommerce perdent de l'argent, en tête le N°1 Français Cdiscount.

Les chiffres repris par l'étude en question sont par ailleurs mal interprétés, 35% des entreprises de Ecommerce perdent de l'argent, en tête le N°1 Français Cdiscount. Il faut arrêter de dire et de véhiculer n'importe quoi à propos du E-commerce !

Ce sont ces préjugés qui donnent des idées complètement déconnectées de la réalité à nos élus, je pense à la taxe colis à 1€ prônée par l'AMF, sommes-nous dans Idiocracy ?

Plus je lis ces bêtises, plus je me dis que c'est effectivement le cas.

Lire la suite

[ECOMMERCE] Un Maire LR veut taxer le Ecommerce parce qu'il "consomme de l'espace public".

24 Août 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Internet, #Expertise Ecommerce, #Commerce, #Ecommerce, #e-commerce, #Digital, #Divers, #France, #Retail 3.0, #Retail, #Livraison Ecommerce, #billet d'humeur, #Logistique Ecommerce, #Emploi, #Transport

C'est un article dans les Echos un peu passé inaperçu qui vient de paraître à propos du Ecommerce.

Entre la FEVAD qui était bien occupée à nous sortir les chiffres du Ecommerce de 2017 pour 2018 (ça bosse dur ;-) et la plupart des décideurs encore en congés, il aurait été facile de ne pas y prêter attention. Et pourtant ...

C'est Monsieur David LISNARD Maire LR de Cannes qui nous écrit un bel article démagogique sur les centres villes désertés par les consommateurs au profit des sociétés de Ecommerce. Le sempiternel discours du politique, qui, proche de ses administrés à serrer les mains des retraités sur le marché du samedi matin est déconnecté de la réalité des secteurs concernés.

Remettons un peu les choses à leur place et la réalité du terrain au coeur du débat qui n'a pas vraiment lieu d'être, il faut bien le dire.

D'une part renvoyer le Retail et le Ecommerce dos à dos est stupide car ils sont parfaitement complémentaires. C'est un conflit passé des Ecommerçants de la première heure qui n'existe plus aujourd'hui. Preuve en est les nombreux acteurs du Ecommerce qui ont ouvert des magasins, puis des concentrations Ecommerce/retail telles Casino qui a racheté Cdiscount, Monoprix avec Sarenza..et c'est sans compter les drives et autres click and collect...etc..

D'autre part, il est prépondérant de s'interroger sur l'utilité d'une nouvelle taxe concernant la distribution Ecommerce ou traditionnelle car d'une manière ou d'une autre, les politiques peuvent raconter ce qu'ils veulent, c'est le consommateur final qui paiera.

Il faut cesser de mentir. Lorsqu'on nous parle de taxation en "pied de facture" ou autre, cela ne change rien, les marges ne sont pas extensibles. Une entreprise est comme une grande baignoire dans laquelle on déverse les charges, à un moment si l'on en rajoute trop, ça déborde !

[ECOMMERCE] Un Maire LR veut taxer le Ecommerce parce qu'il "consomme de l'espace public".

Dans l'article en question (à lire là : lien) Monsieur David LISNARD nous dit que :

"Une [...] conséquence du développement du commerce électronique porte sur la consommation sans contrepartie de l'espace public induite par les opérations de livraison. En 2017, 505 millions de colis ont été livrés à partir d'achats réalisés sur Internet et par vente à distance. Ce volume de marchandises considérable emprunte quotidiennement des voiries que les collectivités aménagent et entretiennent grâce aux impôts acquittés par les contribuables locaux."

Effectivement, les véhicules de livraison utilisent les routes communales et autres départementales pour livrer les articles commandés. Quoi de plus normal puisque ce sont ces contribuables locaux qui ont commandés et qui s'acquittent des impôts de leur ville et de leur territoire.

Comprenons d'abord les raisons du consommateur de faire ses achats en ligne.

Le consommateur a fait le choix de commander ses articles sur internet plutôt que de se rendre en centre ville car généralement il ne trouve pas où se garer ou encore parce que ses achats peuvent être volumineux, les transports en commun n'étant pas la réponse adaptée dans ce cas là.

Il n'a plus envie de galèrer avec ses achats, il en a marre d'être contraint de tourner encore et toujours pour trouver une place de stationnement et de s'acquitter ensuite des frais qui s'y rapportent au plus grand bonheur de la mairie.

Cas concret :

1. Le CONSOMMATEUR commande donc ses articles sur internet et paye les frais de livraison le cas échéant, (il paye donc le service de livraison de la société de transport qui elle-même paie les péages, la CFE, les impôts locaux et autres joyeusetés tout comme ses salariés locaux).

2. Le CONSOMMATEUR paye bien entendu chaque année ses impôts locaux (entretien des routes, des parties communes propres à chaque ville, l'espace public...etc ...)

3. ET DONC, Il devrait en plus payer une taxe complémentaire pour se faire livrer à son domicile sous prétexte que sa commande "consomme de l'espace public" !

Cela n'a pas de sens et cela revient à une double imposition pour la même chose.

Premièrement taxer le Ecommerce au seul prétexte de la désertification des centres villes revient à mettre nos responsables politiques devant leur pitoyable bilan en matière d'urbanisme.

Entre le tarif des places de stationnement, la difficulté pour trouver un emplacement où se garer, le choix délibéré d'avoir des banques et assurances au pied des immeubles au détriment des petits commerces, il ne faut pas s'étonner que les consommateurs aient fui les centres-villes.

Deuxièmement, le Ecommerce permet notamment de rompre l'isolement de personnes à mobilité réduite. Certaines personnes n'avaient plus accès à la culture car elles ne pouvaient plus se rendre à la librairie du centre ville, elles trouvent leur salut en se faisant livrer des livres par exemple directement à leur domicile et leur droit d'accès à la culture est à nouveau respecté.

Troisièmement, la réponse aux problématiques d'un secteur n'est pas la taxation d'un autre. Le consommateur a fait le choix de consommer sur internet, il ne le fait pas forcément pour le prix, mais pour la simplicité d'achat, la rapidité de la livraison et sa capacité à récupérer sa commande rapidement.

Taxer le Ecommerce, n'enverra pas pour autant le consommateur vers le petit commerce.

C'est aux enseignes du retail de se renouveler en matière d'offre et de services. La grande distribution en est un parfait exemple avec l'ouverture massive des drives. Elle s'est adaptée aux consommateurs.

C'est à nos dirigeants politiques locaux de rendre plus attractifs les centres villes en facilitant l'accès aux consommateurs et aux commerces. L'idée de baisser les taxes pour ces derniers est excellente dans la mesure où la mise en concurrence d'un emplacement commercial ne privilégie pas le plus offrant. En effet le petit commerce serait certain de perdre face aux banques et assurances disposant de davantage de moyens.

C'est également à nos élus territoriaux de savoir attirer dans leur localité les sociétés de Ecommerce et leurs milliers d'emplois crées chaque année localement. Le discours de Monsieur LISNARD est pourvue d'une facilité déconcertante de prendre le problème à l'envers.

Une chose est certaine : Taxer le Ecommerce, n'enverra pas pour autant le consommateur vers le petit commerce.

Puis n'oublions pas qu'un site Ecommerce c'est aussi et surtout une entreprise comme n'importe laquelle, implantée elle aussi dans une localité ! Elle s'acquitte évidemment des mêmes taxes que ses homologues du retail et emploie des salariés localement. Stigmatiser l'une ou l'autre n'a véritablement aucun sens.

Lire la suite

[ENTREPRISE] Qu'est-ce qu'une start-up ? Définition claire et simple de Jason FRIED et David HANSSON

1 Août 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Entreprises, #Internet, #Entreprise, #web, #Ecommerce, #Divers, #Digital, #billet d'humeur, #Citations

Parce qu'il y en a marre de lire tout et n'importe quoi sur des levées de fonds de boîtes qui n'ont encore rien prouvé, pas de business model, pas de C.A et qui se voient confier des millions par des abrutis en mal d'appartenance et de défiscalisation.

Retrouvez ci-dessous la définition claire et simple d'une Start-up pour les auteurs du livre ReWork...Criant de vérité :

 

[ENTREPRISE] Qu'est-ce qu'une start-up ? Définition claire et simple de Jason FRIED et David HANSSON

"La start-up est une race d'entreprise très spéciale qui suscite énormément d'intérêt, surtout dans le secteur technologique.

La start-up est un endroit magique. Un endroit où les dépenses ne sont pas votre problème, mais celui de quelqu'un d'autre. Un endroit où il n'est jamais question de truc embêtant qu'on appelle le Chiffre d'Affaires et où vous pouvez dépenser l'argent des autres jusqu'à ce que vous trouviez le moyen d'en gagner vous-même.

[...] Le seul hic : cet endroit magique n'existe que dans les contes de fées. En réalité, toutes les entreprises, qu'elles soient récentes ou établies depuis longtemps, sont soumises aux mêmes forces du marché et aux mêmes lois économiques : avoir plus de recettes que de dépenses, dégager un profit ou disparaître.

La start-up tente d'ignorer cette réalité. Elle est dirigée par des gens qui essaient de retarder autant que possible le moment inévitable où leur société doit arriver à maturité, réaliser un profit et assurer sa durabilité.

L'attitude : "on verra plus tard comment faire des profits est ridicule" - Aussi absurde que de construire un vaisseau spatial sans tenir compte des lois de la gravité. Une entreprise qui n'est pas sur la voie du profit n'est pas une entreprise mais un passe-temps.

[...] Les vraies entreprises se préoccupent du profit dès leur premier jour d'existence. Les vraies entreprises ne balaient pas de graves problèmes sous le tapis en disant : C'est normal pour une start-up."

A bon entendeur ;-)

Livre "Rework" dispo sur Amazon en suivant ce lien.

Lire la suite

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

31 Juillet 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Transport, #E-commerce en général, #Entreprises, #Entreprise, #A ne pas faire, #Logistique Ecommerce, #billet d'humeur, #Livraison Ecommerce

Faisons simple, faisons court :

Dimanche 29 Juillet 2018 : Commande d'un Macbook Pro (config à près de 3000€) auprès de LDLC.

Lundi 30 Juillet 2018 : Expédition en Chronopost 24h J+1 avant 10h par LDLC. Effectivement nous avons le numéro de suivi du colis dès le soir même.

Mardi 31 Juillet 2018 au matin : Colis noté "LIVRÉ" par Chronopost à 08h57 avec pour signataire : "godard".

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

Evidemment pas de "Godard" ni dans nos effectifs, ni dans la zone d'activité où nous nous trouvons.

Comment un livreur Chronopost peut-il espérer échapper à la qualification d'ABRUTI en laissant un colis à un tiers dans une autre entreprise alors même que l'adresse comporte explicitement le nom du destinataire et la localisation précise de la société ?

Assurément cela n'est pas possible : 

Le livreur de Chronopost à Nantes pour le 44300 est un ABRUTI !

Oh cela n'a rien de diffamatoire, mais révèle simplement la médiocrité de la prestation de Chronopost à Nantes.

Il suffit d'ailleurs de constater les autres avis concernant Chronopost Nantes pour s'en rendre compte (je n'invente rien !) :

 

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

J'ai tenté d'avoir des informations complémentaires via Twitter, mais mes messages sont restés lettre morte :

 

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

Je crois sincèrement qu'au delà de la refonte nécessaire dans leur organisation (du moins sur Nantes), il serait préférable que Chronopost baisse ses tarifs et commence à recruter des livreurs au dessus de 60 de QI, parce que l'on voit qu'en deçà ce n'est pas tenable ;-)

Le pire étant pour LDLC qui n'a rien demandée, la société de Ecommerce Lyonnaise a fait son travail ; le colis était parti en temps et heure, le suivi est bon, rien à redire.

C'est réellement Chronopost Nantes, ce maillon faible de la logistique Ecommerce qui fait des siennes, le transporteur, encore et toujours le transporteur !

Quelle autre expérience comme celle-ci pourrait dégoûter un consommateur d'acheter sur internet ? C'est le cas typique.

Noté 1,3 sur 5 sur Google, Chronopost Nantes excelle par sa médiocrité !

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

Le pire étant que j'avais déjà eu une expérience malheureuse avec eux il y a 6 mois. J'avais dû me déplacer en agence pour récupérer un colis (parce que le livreur l'avait décidé ainsi).

Je m'étais permis de faire une remarque relative à leur pitoyable notation. D'après mon interlocutrice de l'époque "ils" (sous-entendu "on") n'en n'avaient rien à faire.

Je vois qu'aujourd'hui rien n'a changé ! Hallucinant !

MAJ du 31/07/2018 à 19h27 : Et voici la preuve de livraison du colis disponible sur le site de Chronopost :

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

Visiblement le livreur a noté n'importe quel nom puis a signé par un trait à la place du destinataire.

Du côté de chez LDLC (que je ne blâme pas), ils ont encore un exemplaire en stock du Macbook Pro en question mais ils ne peuvent ni rembourser l'article, ni expédier un nouveau produit tant que Chronopost Nantes n'a pas terminé son "enquête". En attendant, le paiement a été effectué et rien.

Encore une bien piètre image pour le Ecommerce et sa chaîne de valeur, c'est bien dommage...

Voici également le site d'avis client sur Chronopost, ce sont juste plus de 7500 avis clients récoltés par Trustpilot à propos de Chronopost et il y'en a des nouveaux tous les jours, je vous laisse juger en suivant ce lien. Ahurissant !

CHRONOPOST NOTÉ :

0,8/10

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

Un site Ecommerce avec une pareille notation fermerait définitivement ses portes. Chez Chronopost ils continuent de nuire à leurs clients, tout comme aux clients de leurs clients avec des prestations pitoyables, sans que cela ne les dérange visiblement.

Vous souhaitez apporter votre témoignage sur Chronopost ? Aucun soucis, suivez simplement ce lien.

MAJ du 01/08/2018 à 18h56 : Je voulais absolument chopper le livreur de chez Chronopost Nantes sur notre secteur. J'avais prévenu les gars de m'avertir s'il venait à se présenter. Absent pendant quelques minutes ce matin, il s'est effectivement présenté pour remettre le colis soit-disant livré hier.

Il a fait signer un collaborateur sans même lui demander son nom et a entré le mien dans sa machine en tant que réceptionnaire du colis, ce qui est absolument faux, résultat le suivi en ligne du colis à changé :

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

Le nom du réceptionnaire entré hier à savoir "godard" (voir plus haut) a disparu, la date de livraison a changée et mon nom apparaît en tant que signataire alors même que je n'ai rien signé, ni même vu le livreur de chez Chronopost.

Voilà le tour de passe passe de Chronopost. Un comportement en dehors de tout sérieux, de toute morale et en dehors de la loi. Pas une excuse, un usage de faux, une usurpation d'identité, voilà les méthodes de voyou de Chronopost. Lamentable.

Le comble étant le CM qui prend contact comme de part hasard en toute fin de journée après la MAJ des livraisons effectuées dans la journée :

[TRANSPORT ECOMMERCE] La déplorable prestation de Chronopost en matière de livraison

Fort heureusement les impressions d'écran effectuées depuis hier prouvent la véracité des éléments avancés. Quelle lâcheté de ne pas assumer la réalité des faits !

Puis très sincèrement un CM d'un grand groupe qui réagit plus de 24 heures après le premier contact ça manque tout de même de réactivité et de professionnalisme, mais cela reste à l'image de Chronopost ! ;-)

Lire la suite

MonDocteur racheté par Doctolib : Focus sur les 2 sociétés d'E-santé Françaises

13 Juillet 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Entreprises, #Internet, #Divers, #France, #Service Client, #billet d'humeur

MonDocteur racheté par Doctolib : Focus sur les 2 sociétés d'E-santé Françaises

Le marché de l'E-santé se concentre un peu plus avec le rachat de MonDocteur par Doctolib. Les deux sociétés créées respectivement en 2013 et 2012 amorcent donc un nouveau virage et devrait former un ensemble de près de 600 collaborateurs.

Leur activité principale étant la mise en relation entre les praticiens, docteurs et spécialistes dans le domaine médical et les patients.

Leur croissance s'inscrit aujourd'hui dans le constat de l'archaïsme du secteur de la santé dans son ensemble.

La consommation de la santé reste sur un mode "à l'ancienne" où certains praticiens remplissent encore des feuilles de soin à la main, refusent la carte bancaire et consultent dans un environnement daté. Et que dire des salles d'attentes où s'amoncellent des magazines de l'année dernière ou encore plus ancien ? Las, le patient n'a toutefois pas le choix, l'offre est inférieure à la demande. 

Il ne s'agit pas d'une critique, mais d'un constat propre à ce secteur d'activité. Au delà du manque de professionnels sur le territoire, les lacunes organisationnelles sont également l'un des fondements de la réussite de MonDocteur et Doctolib.

Ne nous mentons pas, c'est "galère" d'obtenir un rendez-vous avec un spécialiste. Dans certains cabinets, ils refusent carrément de prendre de nouveaux patients, ce qui pourraient s'apparenter à de la non assistance à personne en danger le cas si l'on part dans un peu de lyrisme.

MonDocteur et Doctolib seront donc les deux plateformes de prise de rendez-vous médicaux sur lesquelles il faudra compter pour améliorer l'expérience client/patient. Il est effectivement temps d'avoir un dépoussiérage en règle du secteur en la matière.

C'est d'ailleurs l'ambition affichée par Stanislas Niox-Chateau de "créer des cabinets et des hôpitaux du futur plus humains, efficaces et connectés". Car les deux principaux sujets restent la connexion des cabinets et l'humanisation de la santé qui a peu à peu perdue tout son sens.

Un paradoxe, mais un constat bien réel notamment dans les établissements de santé.

 

Lire la suite

Emploi et Entreprise, un peu de pédagogie : Quel est le coût réel d'un salaire pour l'entreprise ? Découvrez un simulateur en temps réel.

9 Mars 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Entreprises, #Internet, #Commerce, #Entreprise, #Retail 3.0, #Retail, #Divers, #web, #billet d'humeur, #France, #Emploi, #Droit

Il en est assez de voir les dirigeants d'entreprises décriés un peu partout, stigmatisés chaque jour davantage en "patrons voyous" qui ne rechercheraient qu'une seule chose "licencier".

France 2 et son journalisme sensationnel nous l'a encore montré le 8 Mars avec l'émission "Envoyé Spécial" et son reportage intitulé "L'exécuteur : confessions d'un DRH" où la parole de ce dernier était présentée comme une généralité, très loin de la réalité quotidienne de la majorité des entreprises Françaises.

Pour un dirigeant quel qu'il soit, le licenciement est vécu comme un échec et l'embauche, synonyme de croissance, comme une réussite.

Certes, il est difficile de nier que certains dirigeants d'entreprises dans notre pays considèrent l'humain comme le faire valoir de leur cupidité à l'instar de certains patrons présents aussi dans le secteur du Ecommerce et du digital, je le constate avec amertume.

Prétentieux donneurs de leçons qui n'écoutent que leur sainte parole à l'origine des maux de ceux qui n'abondaient pas dans leur sens. La honte ne les étouffant pas, ils se gargarisent du malheur de ceux qui n'ont pas suivi leur vision. Le pire étant que le discours de ceux-là sont relayés par une certaine presse. Belle image donnée de l'entrepreneuriat et du management ! bravo ! Juste lamentable.

Heureusement ces forts en gueule et en connerie ne représentent pas la majorité de nos entrepreneurs et de nos dirigeants.

Le premier employeur de France c'est cette majorité de petites entreprises à côté chez vous, c'est le boulanger situé près de l'atelier du plombier, c'est cette petite boîte de ecommerce qui vend des boules de pétanque sur internet, c'est cette société d'informatique qui emploie des personnes en réinsertion, c'est aussi vous qui employez une aide ménagère à domicile ou un jardinier ou encore la PME du coin qui emploie les habitants du village.

Faisons fi des discours nauséabonds et démagogiques relayés par cette presse qui n'en a que le nom.

Parmi les dirigeants d'entreprises l'intelligence prime majoritairement sur la malveillance, ce n'est pas un espoir vain, c'est un fait.

Il en va de même du côté des employés, est-il pensable de croire que tous sont là pour prendre leur chèque et n'en n'ont à foutre de l'entreprise pour laquelle ils travaillent ? Est-il imaginable de penser que l'intégralité des chômeurs se trouve sans emploi par envie, à la limite de la vocation pour l'oisiveté d'après certains ? Assurément non, laissons ces clichés de côté, ils n'ont pas leur place dans une société moderne qui veut se réinventer économiquement.

Dans une entreprise avant-gardiste, si l'employeur gagne de l'argent, ses employés doivent en bénéficier également sur leur fiche de paie. Seulement en matière d'image d'entreprise, il faut faire un peu de pédagogie. Il en est assez de voir ces médias qui confondent volontairement Chiffre d'Affaire et bénéfices afin de faire du sensationnalisme avec les données qu'ils annoncent. Ils arrangent les chiffres et leur donnent le sens qu'ils souhaitent loin de toute réalité économique.

Une dernière fois, ce n'est pas parce qu'une entreprise à un gros Chiffre d'Affaire qu'elle gagne de l'argent.

Exemple avec le compte de résultat de Cdiscount, le leader Français du Ecommerce de biens physiques, C.A plus de 1,7 Milliard, résultat : - 57 Millions. Soit une perte quotidienne de - 156 000 €.

Source : Societe.com

Source : Societe.com

Chez DOTNET pour aller plus loin, nous venons de mettre en place un simulateur de salaire brut en net et de coût salarié. Il est accessible gratuitement depuis notre logiciel de paie en SaaS afin de faire un peu de pédagogie concernant le véritable coût du travail. (A découvrir en suivant ce lien)

Entrez simplement le montant du salaire brut et vous obtiendrez immédiatement le salaire net qui sera présent en bas de la fiche de paie du salarié, mais aussi le coût salarié. Pour être clair c'est ce que coûte réellement un salaire à l'entreprise pour un montant donné.

Source : Fiche-Paie.net

Source : Fiche-Paie.net

Le simulateur de salaire brut en net et de coût salarié, propose également bon nombre d'options afin de coller au plus près à chaque situation donnée :

Arrêt de travail, maladie avec ou sans subrogation,
Absences, congés,
Primes, commissions,
Avantages repas,
Frais de transport,
Mutuelle, prévoyance,
Différents régimes, différents statuts,

...etc... les combinaisons sont nombreuses...

Cela permet 3 choses importantes :

Pour le salarié : cela lui permet de vérifier que son salaire net est conforme mais aussi de simuler son salaire net avec les variables de son choix.

Pour l'employeur : cela lui permet de chiffrer immédiatement le coût salarié d'une embauche, d'une augmentation de salaire, d'une prime etc... etc.. Plus besoin d'attendre une simulation auprès de l'expert comptable habituel. Avec cet outil c'est instantané.

Pour tout le monde : Cela permet de calculer le coût réel d'un salaire pour une entreprise et  d'imaginer l'impact que cela peut avoir sur un compte de résultat en fonction des différentes variables.

Cela permet surtout d'arrêter la démagogie sur les soit-disants patrons "tous pourris" à l'instar des reportages bidons montrant une minorité de dirigeants chiffrer avec plaisir le coût de des prochains licenciements. Au contraire cet outil montre le coût réel du travail en France et celui des embauches et par conséquent l'impact réel sur les entreprises.

Un peu de pédagogie en quelque sorte...

 

Lire la suite

Argent, dirigeants, salariés : l'insipide jugement d'ignorants autosuffisants.

27 Novembre 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Entreprise, #Entreprises, #Divers, #billet d'humeur, #Perso, #France, #Emploi

Argent, dirigeants, salariés : l'insipide jugement d'ignorants autosuffisants.

La stigmatisation des dirigeants d'entreprises n'a guère changée en 30 ans, "suceurs du sang" des salariés, pourfendeurs du droit du travail et passons sur les noms d'oiseaux dont ces derniers sont régulièrement affublés.

L'argent n'est pas tabou en France, en tout cas il ne l'est pas pour ceux qui regardent avec haine les CSP+ qui ont un peu réussi et affichent leur succès.

Doit-on pour autant blâmer ces derniers qui ont cherchés à créer leur emploi, par delà même créer des emplois en prenant tous les risques sans garantie de victoire mais avec la certitude qu'en cas d'échec tout leur serait rapproché ?

La société conspue la suppression d'emplois mais ne récompense pas leur création comme si cela était un du. Il n'en est rien. Réussir à créer son propre emploi est très difficile en soit, en créer un, deux, dix et plus l'est encore davantage.

Peut-on reprocher à ces hommes et à ces femmes de gagner correctement leur vie tant que cela est possible ? Assurément non.

D'une part le choix d'être salarié doit s'assumer et de ce côté là le manque de courage est de mise alors même que la protection sociale est bien plus avantageuse pour les salariés que pour les dirigeants.

D'autre part, lorsqu'un dirigeant est amené à se séparer d'un collaborateur il ne le fait absolument pas par plaisir ou alors il représente un véritable danger pour l'entreprise qu'il dirige. Arrêtons la démagogie de caniveau à l'opposée du quotidien de la plupart des salariés et des entreprises en France.

Un individu ne peut pas comprendre l'une ou l'autre de parties s'il n'a pas vécu le quotidien de chacune d'elle à un moment ou un autre.

Il faut arrêter de pleurer avant d'avoir mal, de déposer des préavis de grève sans connaître les teneurs exactes des projets lois, des décrets et par dessus tout d'empêcher ceux qui veulent travailler de le faire en menaçant même physiquement l'intégrité de ces personnes. Hé oui c'est aussi cela la France de certains ! Cette minorité qui arrive par son ignorance et sa bêtise à pourrir le quotidien des autres avec un mépris incroyable des libertés individuelles.

Une certaine presse ne traîne pas les pieds pour faire du patronat le diable de notre économie moderne, confondant avec assurance Chiffre d'Affaires et bénéfices, prônant cette même démagogie qu'elle dénonce pourtant avec velléité dans ses pages pour haranguer les lecteurs. Quelle innommable tromperie !

Le dirigeant d'une entreprise ce n'est pas par définition systématique un individu qui réussit avec certitude, ce n'est pas non plus une majorité de patrons dont l'entreprise est cotée au CAC 40. Un chef d'entreprise en France c'est un dirigeant de TPE, de PME, un agriculteur, un artisan, un auto entrepreneur, un commerçant.. etc... avec une réalité tout autre de ce qui est décrit dans certains médias, seulement la vérité ne fait pas vendre de papier.

Certes l'on parle des chefs d'entreprises lorsqu'ils se suicident et encore ces faits divers ne passionnent guère la presse et leurs lecteurs, préférants davantage parler de la délocalisation de certaines entreprises déjà aux mains de capitaux étrangers et où le petit patron Français ne peut pas faire grand chose.

N'oublions pas une chose : le chômage est un suicide social que tout le monde souhaite éviter, du moins tout ceux qui ont une envie de travailler ou de continuer à travailler. Vous pouvez chercher du travail ou bien si vous en avez l'envie, les idées, le courage et la vision, créez le vôtre. Mais ne maudissez pas les patrons, les dirigeants, ces créateurs d'emplois qui dans la très grande majorité créent de la richesse non pas pour eux mais pour les personnes qu'ils emploient.

Puis nombreux sont les dirigeants qui au mépris de leur vie personnelle font toujours passer l'entreprise et ceux qui l'a compose au premier plan.

La société juge et condamne avec comme autre forme de procès que les pitoyables articles de presse sans fond ni forme confirmant la bêtise de lecteurs avides de pugilat patronal.

Arrêtez le tir ! Il n'y aura jamais de vainqueur entre salariés et dirigeants car la réussite d'un projet, d'une entreprise est avant tout la rencontre et la mise en oeuvre des idées et des compétences, fussent-elles à la hauteur des ambitions de chacun.

Notons par ailleurs le nombre de détracteurs de la loi travail qui par opposition à cet exercice se sont arrêtés au titre. Cherchez l'erreur...

 

Lire la suite

Réseaux sociaux, Ecommerce, smartphones ...etc : Le suicide social des uns, la lâcheté des autres

8 Octobre 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Réseaux sociaux, #Ecommerce, #Social, #billet d'humeur, #Internet, #Digital

Le titre de cet article n'a pas vocation à faire le buzz mais à décrire une réalité que peu de personnes veulent admettre.

12 années après mes débuts dans le Ecommerce et le Retail, je dois reconnaître que l'être humain est de plus en plus ouvert sur le monde extérieur et sur les autres depuis qu'il se renferme derrières les écrans qui l'entourent.

Je suis pourtant l'un des symboles du Ecommerce du milieu des années 2000 de l'utilisation des réseaux sociaux, de blogs (celui que vous lisez actuellement a vu le jour début 2009) et fan des nouvelles technologies. Même s'il est aujourd'hui compliqué de faire marche arrière, prenons toutefois acte d'éléments factuels qui vont bien au delà des études réalisées sur le temps passé sur nos écrans.

Réseaux sociaux, Ecommerce, smartphones ...etc : Le suicide social des uns, la lâcheté des autres

Aujourd'hui pratiquement tout le monde possède un compte Facebook ou utilise les réseaux sociaux, cela permet de garder le contact avec des personnes, d'avoir de leurs nouvelles... sans les voir.

Pratique ! Sauf que, quid des soirées, des rendez-vous du week-end où les gens se retrouvent avec joie autour d'un verre, d'un film, d'un concert etc... avec de vrais échanges de véritables contacts où les liens Humains perdurent réellement ?

Résultat, nous sortons moins, nous nous voyons moins, nous communiquons moins finalement.

Idem en matière de Ecommerce (j'en sais quelque chose), aujourd'hui l'on peut tout acheter sur internet, TOUT sans exception même des produits que l'on ne trouveraient pas en magasin.

Vous faites vos courses avec les Drives, vos achats culturels sur Amazon et votre électroménager et autres sur des sites Ecommerce généralistes. Certes tout cela vous fait gagner du temps, mais pour faire quoi ?

Passer davantage de temps derrière vos écrans ? Assurément.

Le comble étant d'être avec un ami pour déjeuner et ce dernier passe 80% du repas à pianoter sur son smartphone passant d'un réseau social à un autre, d'une application à une autre comme si le moment présent n'était pas suffisamment intéressant pour lui consacrer l'intégralité de son attention.

Les gens ne s'appellent plus car il y a les réseaux sociaux et l'on poste un message de temps en temps pour montrer que l'on n'oublie pas l'autre. Plus ça va, moins ça va. Facebook, Linkedin et les autres nous rappellent les dates d'anniversaire des uns et des autres, on ne prends même plus la peine d'appeler l'autre pour souhaiter un anniversaire, ni même d'envoyer un SMS, un simple "like" sur un post d'un mec qui aura souhaité l'anniversaire à la personne concernée suffira. Pathétique.

Nous sommes devenus les esclaves de nos smartphones et de ce qu'ils contiennent.

Lorsque je dirigeais les magasins d'Orléans et Montargis chez Autodistribution, je me devais d'être réactif face aux demandes de la direction générale et financière. Je me souviens d'une anecdote alors que j'étais un midi au Mc Do avec ma cousine et ses deux filles. J'avais les notifications push à chaque mail et ce jour là pas plus ni moins que les autres jours cela n'arrêtait pas de tomber, à tel point que ma cousine s'exclama "putain t'es en pause là !".

Résultat, j'avais passé la moitié du temps à répondre en urgence aux mails et sms (hé oui ce canal est également très utilisé par la direction du groupe), un quart du temps avec l'esprit stressé en pensant aux mails auxquels je n'avais pas répondu et le reste du temps avec ma cousine et ses filles. Rendez-vous compte de ces extrêmes que nous côtoyons tous chaque jour au détriment de l'humain et de ces relations essentielles qui font de nous ce nous sommes ?

Puis il y a aussi les lâches, ces trolls malveillants qui insultent gratuitement sur les réseaux sociaux, provoquent dans l'espoir d'une reconnaissance de la personne visée, postent des commentaires injurieux et menaçants et j'en passe. Les réseaux sociaux comme les écrans permettent un anonymat (somme toute relatif), mais suffisant pour ces personnes se croient intouchables et se permettent tout et n'importe quoi.

Je me rappelle à l'époque où je dirigeais MotoliGne de 2006 à 2012, au delà des menaces physiques reçues par les réseaux sociaux, les commentaires sur le blog, l'on m'avait également adressé une seringue usagée et même des lames de cutter par courrier ! La lâcheté à bons nombres de visages, mais prend la plupart du temps l'apparence d'un puceau frustré dans le fond de sa chambre de bonne derrière ses écrans où il se sent exister.

Ces éléments ne sont pas là pour dire "on arrêtes tout !" non assurément sinon j'arrête mon métier que j'aime tant car fort heureusement il y a les bons côtés :

- Les réseaux sociaux permettent de retrouver des personnes que l'on a pas vues depuis longtemps, d'avoir des nouvelles assez simplement des uns et des autres, de trouver des contacts professionnels et même d'obtenir un emploi. (Avant même de quitter le groupe Autodistribution j'avais déjà un poste de Directeur d'Exploitation en CDI qui m'attendait à Nantes obtenu via Facebook, finalement j'ai décliné).

- Le Ecommerce permet d'accéder à des offres de produits et services rapidement et de façon exhaustive tout en faisant des économies et en obtenant rapidement ce dont on a besoin et même au delà.

- Les écrans nous permettent aujourd'hui un accès à l'information de façon quasi gratuite et illimitée

Tout cela reste positif, attention toutefois à ne pas en abuser et à conserver une part d'humanité réelle dans un monde de plus en plus virtuel. Parfois il faut savoir couper et prendre le temps de regarder autour de soi, de profiter de l'humain de relations réelles, vivantes et sincères, car une chose est sûre, nous trépasserons tous un jour ou l'autre et il est fort à parier que le smartphone est d'ors et déjà interdit à l'entrée du paradis.

 

Lire la suite

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client

25 Janvier 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #sites e-commerce à éviter, #E-commerce en général, #Entreprises, #Commerce, #billet d'humeur

Je commande toutes les semaines sur des sites Ecommerce que cela soit à titre professionnel ou personnel, habituellement c'est Amazon et son programme Amazon Prime qui me convient le mieux.

Pourtant, le 11 Janvier pour les Soldes, j'ai envie de tester Cdiscount et effectivement ils proposent des tarifs très intéressants sur les chemises de marque Lacoste, ce même jour je valide donc une commande de 4 chemises Lacoste pour un montant de 164,73€. Les produits sont vendus via la marketplace mais bien expédiés par Cdiscount.

Commande sur Cdiscount

Commande sur Cdiscount

Comme vous pouvez le constater sur la vue ci-dessous, la commande a été préparée et soit-disant expédiée. Sauf que quand on clique (même encore ce matin) sur le lien de suivi, on obtient :

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client

On est le 27/01/2017 autant dire que je peux l'attendre longtemps mon colis, et c'est là que les problèmes démarrent.

A 0,70€/minute j'ai pas super envie de les appeler, donc je veux signaler que je n'ai pas reçu ma commande, et cela on peu le faire depuis son compte client :

 

SAV Cdiscount en ligne

SAV Cdiscount en ligne

Super me dis-je cela a l'air simple et bien pensé ! Sauf que en cliquant sur le lien voici ce que l'on obtient :

 

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client

J'ai essayé plusieurs fois sur plusieurs jours et même encore ce matin c'est le même problème. Evidemment je ne dois pas être le seul avoir ce problème n'empêche que depuis 10 jours cela ne fonctionne pas.

Je n'ai pratiquement jamais eu d'embêtement en commandant sur des sites Ecommerce, j'en ai fait énormément qu'ils soient Français ou étrangers, je n'ai jamais vu un pareil foutoir, je m'explique...

Mardi, je décide de prendre mon téléphone pour appeler le 3979 à 0,70€/min, leur SAV qui n'est absolument pas en France, j'explique à une charmante dame ce qui se passe, elle constate effectivement qu'il n'y a pas de suivi colis et me dit qu'il est certainement perdu et me propose un avoir ou un remboursement.

Je demande un remboursement et elle me répond c'est bon le remboursement est effectué.

En consultant mon compte client, je constate ceci : 

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client

Effectivement il y a bien un remboursement, mais pas du montant initial qui était de 164,73€ mais de 125,79€ ! La fille a oubliée de rembourser 1 chemise sur les 4.

Je rappelle une nouvelle fois, cette fois je tombe sur une jeune femme peu aimable limite agressive et me dit "vous l'avez reçue cette chemise ?". Bien entendu non puisqu'elle est sensée être dans le même colis que les 3 autres et qu'il n'y a qu'un seul numéro de colis.

Elle transmet ma demande au service remboursement et me dit que j'aurais une réponse sous 72 heures :

Mail de Cdiscount

Mail de Cdiscount

72 heures plus tard, toujours aucune réponse du service remboursement, aucun mail, aucun appel de leur part et pas de trace de remboursement de la dernière chemise dans le compte client.

Je rappelle encore une fois (0,70€/minute), et là après plusieurs minutes le type au bout du fil me dit que je vais recevoir un mail dans les toutes prochaines minutes confirmant ledit remboursement.

C'était en milieu de matinée, il est 15 heures et toujours pas de mail.

Au global, je vais pas perdre mon temps pour 40€, j'ai fais un signalement à la DDPP, puis on verra la suite, mais je suis super déçu de la prestation.

Total : Perte de temps + Perte d'argent (38,94€) + 3 Appels pour un total de 23 minutes soit 16,10€ = Boycott de Cdiscount et perte de 55,04€ttc.

MAJ du 30/01/2016

Après de nombreux échanges sur les réseaux sociaux avec la CM de Cdiscount, j'ai reçu enfin un mail m'indiquant un prochain remboursement :

 

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client
Lire la suite

Le blog Ecommerce StephaneAlligne.com a 6 ans !

5 Mars 2016 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #e-commerce, #ecommerce, #Analyses sites e-commerce, #billet d'humeur

6 années que je vous relate des faits en E-commerce, 6 années que je défends mes principes, 6 années que je parle de Ecommerce, de SEO, de SMO, de SEA et de logistique à travers ce blog.

Je me souviens en 2009 lorsque je recrute Cédric dans la team comme développeur, il me dit "tu es le DG de la boîte, les gens ont besoin que tu parles, que tu écrives l'histoire et que tu racontes l'aventure que l'on vit avec ton regard de dirigeant". A travers cela j'allais améliorer le SEO du site internet.

A cette époque, en 2010 cette fois, je suis un jeune Directeur Général d'Exploitation de 28 ans, je n'ai pas encore le flegme, la patience, les mots et l'expérience nécessaire pour écrire correctement sans vexer personne.

J'ai commencé en Mars 2010 à écrire des articles sur le blog qui portait mon nom et que vous lisez aujourd'hui. Il fallait voir à quoi cela ressemblait à l'époque :

Blog Ecommerce en 2010

Blog Ecommerce en 2010

C'était un vieux WP, sur un mutualisé, rapidement je suis passé sur un serveur dédié vu le trafic généré, aujourd'hui nous en sommes à un peu plus de 2500 visites/jour, ce qui est pas mal pour ce genre de Blog sur la thématique Ecommerce.

Mais je ne suis plus sur du WP, mais du OB, au moins je n'ai plus l'hébergement à gérer.

A cette époque, je traitais toute l'actualité liée au Ecommerce et à la logistique, là un article concernant la sortie de SoColissimo :

Blog Stephanealligne.com

Blog Stephanealligne.com

Tout cela me rappelle des souvenirs, bons ou mauvais, certes, mais toujours avec la même vision, celle de transmettre un savoir, une expertise et des expériences notables.

Puis rapidement le blog a évolué, graphiquement, au niveau du contenu, j'étais l'image du Groupe et chaque mot devait être choisi pour ne froisser personne : Le PDG (après le rachat), les fournisseurs, les confrères, les clients et j'en passe... Pas toujours simple au quotidien lorsque le PDG du groupe appelle à 8h du mat' et me dit à l'époque : "il faut retirer le post sur ton blog, ça a mit le feu auprès des fournisseurs !"

Je répondais : je ne retire aucun post, jamais, au pire je fais une MAJ, mais on ne retire pas, jamais.

Ca le rendait fou !

Voici le blog il y a quelques années (il a bien changé depuis) :

Blog stephanealligne.com

Blog stephanealligne.com

A un moment je me suis dis, je ne publie rien le jour même, j'attends le lendemain et je me relis, mais j'ai ensuite pensé que le lecteur avait besoin d'avoir les éléments en temps réel et certainement pas à J+1 internet va trop vite, il faut être réactif en Ecommerce,

"Soyons d'imprudents être mobiles, plutôt que prudents êtres figés".

John KEATS.

6 ans déjà.

Lire la suite