Blog Ecommerce : Actualités E-commerce et IT.

Articles avec #expertise ecommerce tag

[ENTREPRENEURIAT] 3 exemples d'entrepreneurs à "éviter"

11 Janvier 2020 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #A ne pas faire, #Digital, #Divers, #Droit, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Entreprise, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #billet d'humeur, #e-commerce, #ecommerce, #web

[ENTREPRENEURIAT] 3 exemples d'entrepreneurs à "éviter"

Début Janvier c'est traditionnellement l'occasion de transmettre ses voeux et parfois de remettre certaines choses à plat.

Au delà des légitimes souhaits de santé, de bonheur et de vie familiale épanouie, les miens s'orientent également vers la réussite professionnelle. Notamment pour ceux qui se défoncent au quotidien pour leur boîte, leurs clients et leurs collaborateurs.

Il est tout à fait nécessaire et IMPORTANT de rappeler que SANS entreprises et SANS entrepreneurs :

PAS de croissance
PAS de création d'emploi
PAS d'innovation
PAS de développement
PAS de collecte de TVA
PAS de collecte d'IR
PAS de protection sociale des travailleurs (versements aux caisses retraites, mutuelles, prévoyance, chômage)...etc...Rappelons que les cotisations chômage et maladie sont prises à 100% en charge par l'employeur alors qu'auparavant celles-ci étaient réparties entre l'employé et l'employeur.

Autre sujet en ce début d'année, certains comportements d'entrepreneur interrogent....

Comme exemple :

Un chef d'entreprise local qui est également président d'une commission sur le digital et membre d'une commission E-commerce à la CCI de son département.

Sauf que ce monsieur qui organise des journées de formations digitales ou dispense ses précieux conseils à de futurs entrepreneurs du web, n'a rien d'un expert du digital.

La seule réussite de cet "expert du digital" c'est d'avoir repris une entreprise de E-commerce qui réalisait 2M de C.A avec 150 000 clients et une solide croissance, stable depuis 6 ans avant que ce monsieur n'arrive.
Puis d'en massacrer l'ensemble en à peine 10 mois avec des salariés complètement paumés, et des stocks délirants. Un désastre liquidé au Tribunal de Commerce.

Ajoutant le déshonneur à sa mauvaise gestion, il ne cessa d'invectiver l'ancien dirigeant parti un an plus tôt pour justifier sa pitoyable gérance de l'entreprise.

Si l'échec est un premier pas vers la réussite, il convient d'apprendre de ses erreurs.

Il n'est pas certain que cet individu possède la clairvoyance nécessaire et l'envie indispensable pour se remettre en question.

En fustigeant les autres pour ces propres initiatives ratées, en s'attribuant le mérite d'une réussite passée, qui de doute façon ne pourra jamais lui être attribuée, il se donne une image déplorable d'entrepreneur.

Un autre exemple :

Celui d'un dirigeant d'une boîte d'Ecommerce qui vient chercher de l'aide auprès d'un autre, car sa société est en difficulté : plus de cash, SEO en berne, SEA inexistant..;etc..

Son interlocuteur sera d'une grande aide pour lui tant sur le plan moral que professionnel avec de précieux conseils et beaucoup de temps consacré sur les sujets évoqués pour lui venir en aide.

Or ce gérant qui rencontrait des difficultés n'a rien trouvé de mieux que de lancer un business concurrent à celui qui lui était venu en aide, reprenant jusqu'à des éléments graphiques et textuels du site E-commerce ainsi copié.

On continue avec un nouvel exemple :

C'est encore une personne en difficulté qui vient trouver un ami entrepreneur pour solliciter de l'aide, il ne sait même pas comment il va manger le soir même ni comment payer son loyer.

Son ami entrepreneur lui avancera immédiatement 500€ cash pour répondre au plus urgent. Puis il lui mettra le pied à l'étrier en finançant la création de son activité professionnelle (apports : financiers, juridiques, IT, SEO et SEA).

L'entreprise sera un succès, à tel point qu'un acquéreur de renom souhaitait racheter l'intégralité des parts de l'entreprise. La personne qui était initialement en difficulté refusera une très belle offre pour finalement racheter les parts de son ami entrepreneur à coût moindre. En effet, ce dernier traversant une période plus compliquée n'aura d'autre choix que d'accepter. Il ne sera par ailleurs JAMAIS remboursé des 500€ avancés initialement.

Ce sont ces mêmes individus qui viennent donner des leçons de morale et d'exemplarité aux autres....

[MAJ du 19/01/2020 À 2H10] Un autre exemple ?

Ça me rappelle cette fin d'année 2012, lorsque nous avions des audits dans la société que j'avais fondée et qui allait être reprise par un groupe déjà au capital mais minoritaire.

L'inventaire devait avoir lieu en présence de leur team et de la nôtre. Les process avaient été validés par la direction de leur groupe, leur service financier et le management des deux entités. L'inventaire devait débuter à 6 heures et l'ensemble des effectifs devait être présent dès 5 heures du mat'.

J'avais apporté les croissants et pains au chocolat et nous avions démarré le comptage tous ensemble. Je suivais tout cela avec un dev' de l'équipe IT en même temps que tombaient les ventes sur le site web. Mon équipe suivait le protocole validé par les deux directions et entériné par les avocats de l'époque.

Puis, l'un des cadres du groupe se pointe deux heures et demi après tout le monde, sans s'excuser d'arriver en retard, les mains vides, et en plus en nous disant à tous "hé vous ne savez pas faire un inventaire les gars faut tout recommencer"  ! Puis il commence à devenir agressif à mon égard, en cherchant à m'intimider physiquement et m'agressant verbalement. J'essaie de temporiser en rappelant devant son boss que le protocole a été validé non seulement par sa direction, par moi-même mais aussi inscrit dans les protocoles de cession auprès des conseils.

Quelle honte franchement quand j'y repense. Ce pauvre d'esprit ne réfléchissait pas, il ne suivait même les ordres de sa direction et n'en faisait qu'à sa tête en étant méprisant avec les autres. J'en faisait les frais ce jour là, mais ce n'était pas la première fois avec les membres de ses équipes ou des miennes.

Quand les logiques d'affrontement perdurent, c'est toutes les parties prenantes qui sont perdantes.

Finalement la direction du groupe validait les audits dans les 48 heures et nous passions tous à autre chose, mais quel manque de respect vis à vis de tous ceux qui avaient organisé, participé à la mise en place de cet inventaire.

[MAJ du 10/02/2020 À 2H10] Et ...

Puis il y a les fonds de poubelles, qui n'en n'ont pas toujours l'air ; à l'instar d'un grand "MÔssieur" du web (tout est relatif), qui répand son fiel venin depuis des années sur d'autres qu'il n'aime pas,  jusqu'à se réjouir d'avoir mis une famille à la rue ! Dire que j'ai moi-même admiré le type...A vomir.

Et ce sont (une nouvelle fois) ces mêmes individus qui viennent ensuite donner aux autres des leçons de morale et d'éthique...

Lire la suite

[DATA KPI] 10 indicateurs Google Analytics à suivre pour un site internet (Ecommerce ou non)

19 Août 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Analyses sites e-commerce, #Digital, #Divers, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Entreprise, #Expérience utilisateur, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Logiciel, #Marketing, #SEA, #SEO, #SEM, #ecommerce, #web, #e-commerce

[DATA KPI] 10 indicateurs Google Analytics à suivre pour un site internet (Ecommerce ou non)

C'est bientôt la rentrée !

(Je suis à peu près certain qu'une majorité de post va débuter ainsi sur les blogs habituels).

Certes, c'est effectivement la rentrée, l'occasion de vous parler de Google Analytics que l'on oublie trop souvent dans les TPE et PME où il est très mal utilisé voir même pas du tout.

Google Analytics est de mon point de vue l'outil indispensable afin d'avoir une vue globale de son activité sur internet. En E-commerce il paraîtrait extrêmement amateur de vouloir piloter une activité sans Google Analytics.

Aussi dans le but de vous simplifier la gestion quotidienne de votre activité, j'ai retenu 10 indicateurs clés à suivre dans Google Analytics.

Vue Google Analytics

Vue Google Analytics

1. Les sessions

Auparavant dénommées "Visites", les sessions regroupent les visites effectuées sur le site internet (Ecommerce ou non) pendant une période sélectionnée. Il est important de préciser qu'une session dure trente minutes. Ainsi dans une même journée vous pouvez tout à fait retrouver un visiteur comptabilisé une seule et unique fois mais disposant de plusieurs sessions sur la même période.
 

2. Les utilisateurs

Auparavant appelés "Visiteurs uniques" il s'agit simplement du nombre de visiteurs uniques enregistrés sur une période sélectionnée par l'utilisateur.
 

3. Les nouveaux utilisateurs

Il s'agit des nouveaux utilisateurs vs les anciens. Par définition nouvel utilisateur n'est pas un ancien utilisateur. Cependant, un nouvel utilisateur devient un ancien utilisateur dès sa première session achevée.
 

5. Nombre de sessions par utilisateur

Rappel : une session dure 30 minutes

Aussi c'est le nombre de sessions par utilisateur sur la période sélectionnée dans Google Analytics.
 

6. Pages vues

Il s'agit du nombre de pages vues sur la période sélectionnée. Un internaute peu visiter plusieurs pages de votre site internet lors d'une même visite. Chaque changement de page dans la navigation est comptabilisé dans cette rubrique.
 

7. Pages/Session

C'est tout simplement le nombre de pages moyen vu par un internaute lors d'une visite.
 

8. Durée moyenne des sessions

Il s'agit du temps moyen passé par un internaute sur le site internet audité pendant une session.
 

9. Taux de rebond

C'est l'un des indicatifs les plus importants dans Google Analytics. Plus le taux de rebond est élevé, moins le site internet sera performant.

Un taux de rebond élevé sur un site E-commerce signifie que la page présentée à l'internaute n'est pas conforme à ses attentes. Insatisfait, il quitte alors quasi-instantanément le site internet, d'où un taux de rebond élevé.

Je ne crois pas à l'interprétation dite "positive" du taux de rebond.
 

10. Les conversions

Encore un indicateur clé dans Google Analytics disponible depuis le "menu de gauche > Acquisition"

Il s'agit par exemple pour un site Ecommerce du nombre de ventes réalisées pour 100 visites sur le site internet. En France le taux de conversion moyen sur un site Ecommerce est situé entre 2 et 3%. Cela signifie que pour 100 visites, vous enregistrerez dans le meilleur des cas 3 commandes.

Notez que vous pouvez définir des objectifs dans Google Analytics afin de définir quelle conversion vous intéresse. Exemples : une vente ou une inscription par formulaire.

Ce qui est très intéressant avec Analytics c'est la possibilité de combiner les données.

Ainsi l'on apprend par exemple concernant l'un de nos clients, que le taux de rebond est beaucoup moins élevé chez les 18-24 ans que chez les 25-34 ans (dans le cas client), mais Analytics regorge de data qui ne demandent qu'à être exploitées.

Sources : Everywhere ;-)

Lire la suite

[FINANCES] Le C.A du Ecommerce dépassera les 100 Milliards d'euros en 2019

7 Mai 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Ecommerce, #Entreprise, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Fiscalité, #France, #Internet, #Retail, #ecommerce, #e-commerce

[FINANCES] Le C.A du Ecommerce dépassera les 100 Milliards d'euros en 2019

Ne nous emballons pas ! Chiffre d'Affaires ne veut pas dire "bénéfices" et de nombreux individus issus parfois de médias ou de partis politiques confondent régulièrement les deux.

Si Bruno LE MAIRE a choisi de taxer le C.A des GAFA c'est en raison du contexte particulier dont profitent ces derniers. Cependant, si cette méthode montre l'agacement des politiques à l'égard des GAFA elle n'est pas sans rappeler la C3S qui impose certaines entreprises Françaises sur leur C.A lorsque leurs dirigeants dépendent du régime social des indépendants.

Il n'y pas plus injuste comme impôt qu'une taxe sur C.A, car le Chiffre d'Affaires ne garanti en rien la profitabilité d'une entreprise.

De même pour une entreprise en proie à des difficultés, elle sera une charge supplémentaire qui n'arrangera pas sa situation. Il s'agit d'un impôt d'un autre âge, limite médiéval !

Cependant à l'annonce d'un C.A de plus de 100 Milliards d'euros pour le Ecommerce Français en 2019, il est pressenti que le législateur peu aguerri au fonctionnement d'une entreprise en matière de rentabilité accuse le E-commerce de tous les maux notamment en ce qui concerne la désertification des centres villes. Un prétexte idéal afin de proposer de nouvelles taxes et impôts, certains s'y sont déjà essayés (voir ci-après).

S'il est admis que les bénéfices peuvent être légitimement imposés, de même que les plus values car ils dégagent des profits, imposer le C.A est contraire à toute forme de raisonnement cartésien et ne va pas dans le sens de la justice fiscale réclamée par beaucoup.

En ce qui concerne le chiffre de 100 Milliards d'euros, il ne concerne que le BtoC. A terme le BtoB devrait détrôner le BtoC de part des volumes d'affaires beaucoup plus importants. Toutefois, la croissance du Ecommerce se tasse un peu en passant sous la barre des 13%.

Source ici et

Lire la suite

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

19 Avril 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #SEO, #Divers, #Digital, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Expertise Ecommerce, #France, #Internet, #web

 

1. POSITEO

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

 

Positéo, est assez connu par les référenceurs, il est cependant très basique et les résultats sont parfois un peu approximatifs. Cependant il a le mérite d'être entièrement gratuit.

Points forts :

- Rapide
- Gratuit
- Conserve les précédentes requêtes

Pistes d'amélioration :

- Approximation de certains résultats
- Bugs récurrents
- Latence entre deux soumissions
- Ne conserve pas les résultats des précédentes requêtes

Note : 6/10

2. WebRankChecker.com

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Certes il s'agit d'un outil crée par une association, seulement il ne fonctionne pas correctement. Ne pas en parler dans ce petit comparatif serait éluder la possibilité qu'il peut être réellement amélioré.

Points forts :

- Gratuit

Pistes d'amélioration :

- Approximation totale des résultats
- Bugs récurrents
- Latences très importantes

Note : 2/10

3. Serprobot

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Simple et intuitif il n'est disponible qu'en Anglais. Cependant il s'agit d'un outil très facile à utiliser et après différents tests, il s'avère plutôt fiable. A conseiller.

Points forts :

- Freemium (gratuit mais payant pour les options complémentaires ou un volume important à traiter)
- Résultats fiables
- Exécution immédiate
- Positionnement des concurrents dans les SERPs
- Evolution des positions dans le temps (version payante)
- Conservation de la data

Pistes d'amélioration :

- Une version Française

Note : 8,5/10

4. SEO HERO.NINJA

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Tout simplement affligeant. Rien ne fonctionne correctement.

Points forts :

- Gratuit

Pistes d'amélioration :

- Très nombreuses l'outil étant vraisemblablement inopérant pour travailler sérieusement.
- Résultats totalement approximatifs

Note : 0,5/10

5. SMALLSEOTOOLS.com

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Un outil simple, gratuit, mais que de pub ! En 2019 il est tout à fait possible de financer une application telle que celle-ci sans recourir à des bannières intrusives et nuisibles à l'expérience utilisateur. Le SEA aujourd'hui, ce n'est plus tout à fait cela. Dommage.

Points forts :

- Gratuit
- Résultat immédiat
- Possibilité de télécharger les résultats au format Excel

Pistes d'amélioration :

- Faire de la pub mais autrement, exemple : contenu sponsorisé.
- Ergonomie
 

Note : 6/10

Et vous quel outil utilisez-vous pour suivre vos positions sur Google ?

Lire la suite

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

7 Janvier 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #A ne pas faire, #Commerce, #Digital, #Divers, #Droit, #Ecommerce, #Entreprise, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #France, #Internet, #Marketing, #Retail, #Retail 3.0, #Service Client, #billet d'humeur, #web, #sites e-commerce à éviter, #ecommerce, #Trustpilot

 

LA SOCIÉTÉ TRUSTPILOT EST ASSIGNÉE EN JUSTICE EN FRANCE

PAR PLUSIEURS ENTREPRISES DU DIGITAL ET DU E-COMMERCE

Septembre 2020

Trustpilot délivre des avis clients déloyaux, mensongers, et injurieux en violation de l'article L. 111-7-2 du code de la consommation.


 

DOSSIER SPÉCIAL TRUSTPILOT

 

Vous rencontrez des difficultés avec Trustpilot ?

Vous êtes au bon endroit !


Fondée en 2007, la société Trustpilot collecte des avis clients pour le compte d'entreprises du digital et du physique. Située au Danemark l'entreprise opère dans 25 pays. Cependant elle a pris soin de ne pas disposer d'une filiale dans chaque pays où elle génère du C.A.

1. Trustpilot génère du C.A en France sans y payer ses impôts.

Vue des services Trustpilot proposés sur la plateforme Française de la société éponyme.

Vue des services Trustpilot proposés sur la plateforme Française de la société éponyme.

Ainsi, Trustpilot commercialise ses services en France sans disposer d'un bureau ou d'une filiale dûment déclaré au Registre du Commerce et des Sociétés. L'intégralité du C.A généré sur le territoire Français échappe ainsi à toute imposition ce qui crée une concurrence déloyale vis à vis des entreprises rivales qui s'acquittent de leurs impôts sur notre territoire.

Toutefois au delà du la situation fiscale plutôt douteuse (en matière d'éthique) de la société Trustpilot, ce que cet article souhaite dévoiler ce sont surtout les méthodes malveillantes de la société Trustpilot.

Les avis clients sont essentiels pour se faire une opinion objective d'une entreprise, d'un site E-commerce ou d'une enseigne en particulier. Encore faut-il qu'ils soient collectés correctement, avec éthique et dans le respect tant pour le consommateur que pour l'entreprise évaluée.

2. TrustPilot viole le droit d'auteur et se rend coupable de contrefaçon.

Trustpilot se présente comme un annuaire de professionnels et crée des pages à propos d'entreprises :

Mail adressé par les services de Trustpilot

Mail adressé par les services de Trustpilot

Il est tout à fait exact de dire que :

 "Le Code de commerce prévoit que les informations figurant au Registre du commerce et des sociétés (RCS) peuvent être portées à la connaissance du public. Il autorise également la diffusion de ces informations par voie électronique."

La réutilisation des informations du Registre du Commerce et des Sociétés par des sites internet de type annuaires d'entreprises est donc autorisée, l'exemple le plus flagrant étant Societe.com.

Cependant Trustpilot n'exploite pas les informations figurant au Registre du Commerce et des Sociétés mais s'adjuge le droit de reprendre des éléments protégés par la propriété intellectuelle et le droit d'auteur : nom de domaine, marque déposée, charte graphique, logo et contenus. Trustpilot s'autorise même à faire des backlinks (de mauvaise qualité) sans le consentement du propriétaire du nom de domaine ou du site qui l'exploite.

Ces éléments ne figure aucunement au Registre du Commerce et des Sociétés. Il s'agit d'une violation caractérisée du droit d'auteur et de délit de contrefaçon visant à tromper le consommateur en lui faisant croire que Trustpilot dispose bien de l'autorisation de l'entreprise évaluée afin de collecter et présenter des avis à son sujet, ce qui est FAUX.

En matière de contrefaçon de droit d'auteur, la loi Française précise qu'il s'agit d'un délit puni par :

- trois ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende (750 000 € pour les personnes morales),
- cinq ans d’emprisonnement et 500 000 € d’amende pour la commission du délit de contrefaçon en bande organisée ou lorsque les faits portent sur des marchandises dangereuses pour la santé, la sécurité de l’homme ou l’animal,
- la fermeture totale ou partielle, définitive ou temporaire, pour une durée de cinq ans au plus, de l’établissement ayant servi à commettre l’infraction,
- la confiscation des recettes procurées par l’infraction, des produits et œuvres contrefaisants, du matériel spécialement destiné à leur contrefaçon,
- la condamnation aux frais du prévenu à l’affichage du jugement ou à sa publication

Le problème étant d'une part que Truspilot s'arroge le droit de reprendre le nom, le domaine, la marque, la charte graphique, le logo et parfois le contenu d'un site internet sans le consentement de leurs propriétaires.

D'autre part bon nombre d'entreprises ont déjà pu sélectionner une plateforme de collecte d'avis clients concurrente à Trustpilot. Là où leurs collaborateurs passent déjà du temps à répondre aux commentaires et elles n'ont tout simplement pas envie de multiplier les prestataires en la matière, ce qui est parfaitement légitime.

3. Trustpilot pratique le chantage commercial pourtant réprimé par le Code Pénal (Article 31210) de 5 ans d'emprisonnement et de 75 000€ d'amende.

Trustpilot créée ainsi des pages concernant des entreprises ou des sites internet en reprenant des informations sans le consentement de leurs propriétaires et sans les informer, afin de collecter des avis clients, la plupart du temps négatifs voir très négatifs avec deux objectifs :

- Générer du trafic sur leur plateforme d'avis clients et se rémunérer à la publicité, car les clients et prospects trépignent de lire des avis négatifs sur les enseignes.

- Obliger les entreprises à ouvrir un compte client chez eux afin de pouvoir répondre aux avis clients et proposer toutes sortes de services additionnels, il s'agit là de chantage commercial caractérisé.

Mail adressé par les services de Trustpilot

Mail adressé par les services de Trustpilot

Le chantage commercial pratiqué par Truspilot est réprimé par 5 ans de prison, 75 000€ d'amende et majoré de dommages et intérêts.

4. Trustpilot induit le consommateur en erreur et se rend coupable de publicité mensongère.

Extrait des CGU de Trustpilot

Extrait des CGU de Trustpilot

Alors que Trustpilot se défend en mettant en avant la "liberté d'expression" pour ne pas supprimer les pages délictuelles, elle omet sciemment un élément essentiel : 

Afin d'avoir une image juste d'une entreprise, d'un service, ou d'un produit il convient d'intégrer les avis négatifs mais également les avis positifs. Dans le cas contraire il s'agit d'un service de publicité orienté et donc illicite.

Or s'il est aisé d'obtenir un retour d'expérience négatif de la part des consommateurs, il est beaucoup plus difficile d'avoir leur ressenti positif.

Ainsi, lorsqu'une entreprise choisie une plateforme d'avis clients, elle doit solliciter ses clients afin qu'ils donnent justement leur avis et alimentent ainsi la plateforme.

Pour récolter des avis clients positifs ou des recommandations, il convient de solliciter le consommateur satisfait au bon moment pour ne pas créer de frustration. La plupart des plateformes d'avis client adressent un email au consommateur à des étapes clés (réception de la commande, validation, etc..) l’incitant à partager son expérience, c’est toute l'expertise et l’utilité de ces plateformes d’avis clients.

Or dans le cas de Trustpilot, la page de l'entreprise évaluée est ouverte sans le consentement de ladite société. Elle ne sollicite pas les clients satisfaits de leur expérience d'achat, la page devient alors rapidement le réceptacle des avis les plus virulents parmi les déçus de l'entreprise évaluée.

Plus une plateforme est alimentée en avis et donc en contenu, plus elle est visible dans les moteurs de recherche et augmente ainsi son audience et son impact. A l'instar de Trusted Shops, cette plateforme d'avis clients inclut dans ses services l'envoi de mails afin de collecter les avis clients sur leur expérience d'achat.

Mail reçu de la part de Trusted Shops

Mail reçu de la part de Trusted Shops

Cela permet deux choses essentielles :

- De favoriser le nombre des avis, et donc leur représentativité afin d'obtenir un échantillon caractéristique des consommateurs satisfaits et non satisfaits.

- De s'assurer que les avis ainsi collectés correspondent à de vrais clients et non à des avis fallacieux.

Trustpilot induit le consommateur en erreur car ils montrent sciemment des commentaires la plupart du temps négatifs (absolument pas représentatif de la qualité des produits ou des services de l'enseigne évaluée) et obligent de fait ces entreprises à orienter leurs clients vers Trustpilot afin de donner leur avis au détriment de leur plateforme habituelle.

C'est une nouvelle fois un constat de chantage commercial mais pas seulement. En agissant ainsi, elle favorise les enseignes qui choisissent Truspilot pour gérer l'ensemble de leurs avis clients au détriment des autres qui ont opté pour une autre plateforme d'avis. Pour le coup ils se retrouvent avec des avis peu élogieux sur le site de Truspilot absolument pas représentatifs de leur activité.

Cette manipulation est caractéristique d'une publicité mensongère en faveur des clients Trustpilot mais en parfaite violation du code de la consommation.

Ce délit est passible de 2 ans d'emprisonnement et de 37 500€ d'amende.

Quelques profils où seuls des avis négatifs sont affichés afin de faire pression sur ces enseignes pour qu'elles travaillent avec Trustpilot :

OVH sur TrustPilot

OVH sur TrustPilot

Office Dépôt sur TrustPilot

Office Dépôt sur TrustPilot

Boulanger sur TrustPilot

Boulanger sur TrustPilot

Apple sur TrustPilot

Apple sur TrustPilot

Carrefour sur TrustPilot

Carrefour sur TrustPilot

Leclerc sur TrustPilot

Leclerc sur TrustPilot

Airbnb sur TrustPilot

Airbnb sur TrustPilot

Trustpilot ne modère aucun commentaire. Ils laissent les auteurs à leurs responsabilités.

5. Du commentaire diffamatoire au dénigrement, Trustpilot laisse faire et cautionne.

Cependant lorsqu'une entreprise conteste un commentaire car il apparaît comme diffamatoire ou fallacieux, Trustpilot demande une preuve d'expérience d'achat à l'auteur du commentaire mais sans la soumettre à l'entreprise qui l'aurait émise :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Résultat, aucune vérification n'est véritablement effectuée et le commentaire en question bien que fallacieux continue tout de même d'être affiché sur Trustpilot.

Pire lors de la demande d'examen d'un commentaire, Trustpilot conserve l'impact négatif de celui-ci sur la note générale de l'entreprise évaluée, un non sens total qui dénote une partialité établie. L'entreprise évaluée est toujours présumée coupable alors que le doute, sans élément factuel, devrait lui bénéficier.

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

En choisissant sciemment de continuer à publier des commentaires diffamatoires, bien que dénoncés par les entreprises victimes, Trustpilot n'a plus seulement un rôle d'hébergeur de données mais bien d'éditeur.

Cela signifie que la plateforme est autant responsable que les auteurs des commentaires diffamatoires. Ils nuisent volontairement à l'image commerciale de la société en jetant le discrédit sur l'entreprise évaluée.

Au regard du droit Français, rédiger ou publier un commentaire mensonger c'est de la diffamation, les sanctions débutent à 12 000€ d'amende et il n'y a pas de plafond en matière de dommages et intérêts dont le montant est apprécié par le juge.

6. Trustpilot va plus loin et favorise les pratiques commerciales déloyales

Les soucis judiciaires de Trustpilot ne font que commencer, puisqu'au travers des agissements cités précédemment, ils usent de pratiques commerciales abusives notamment au travers des "déclarations mensongères au sujet du savoir faire des entreprises évaluées".

Les sanctions débutent par le versement de dommages et intérêts substantiels déterminés par le juge et la réparation du préjudice subit.

Le plus dommageable est que la politique de Truspilot est non seulement contraire au droit mais aussi contraire à l'éthique dont la profession a tant besoin pour se crédibiliser au regard des consommateurs.

Où est donc la crédibilité de voir des enseignes habituellement plébiscités par les consommateurs dézinguées sur Trustpilot ?

Si c'est un fait avéré que Trustpilot est dans une vision de malveillance à l'égard des entreprises, il était moins évident que la société danoise méprise à ce point le consommateur que de lui présenter des avis orientés et non vérifiés. Trustpilot trompe simplement le consommateur.

Chaque entreprise, chaque site E-commerce, chaque retailer, chaque distributeur a le droit de choisir sa plateforme de collecte d'avis clients, ce n'est pas à Truspilot de forcer la main avec de pareilles méthodes.

Nous avons consulté la page Trustpilot de nombreuses enseignes du Ecommerce, du retail, des médias et autres. Il en ressort que la majorité des grandes enseignes refusent de travailler avec Trustpilot qui ne se gêne pas pour afficher uniquement les commentaires négatifs de ces sociétés.

Aucune entreprise n'est épargnée. Compte tenu de la note générale de chaque enseigne, je présume qu'il convient de ne plus acheter chez eux ;-) Seulement si vous vous basez sur ces pages d'avis clients Trustpilot, c'est terminé, vous ne commanderez plus rien nulle part.

Les faits qui sont relevés dans cet article sont très graves et hors de tout cadre légal. Ils nuisent par la malveillance et la manipulation aux plateformes d'avis clients dans leur ensemble mais également aux secteurs plus spécifiques du E-commerce et de la distribution.

Nous savons que différentes plaintes sont actuellement en cours contre la plateforme d'avis clients Trustpilot.

Trustpilot a été averti de l'élaboration, de la publication de cet article et du droit de réponse qui y est proposé. Cependant nous n'avons pas reçu de réponse de leur part.

Enfin nous constatons que lorsque vous leur adressez un mail qui sort des standards habituels, ils ne répondent tout simplement pas.

Nous vous invitons à apporter votre témoignage concernant les méthodes malveillantes de Trustpilot en commentaires de cet article.

MAJ du 22 janvier 2019 à 19h10

Nous essayons toujours d'obtenir des réponses auprès de trustpilot concernant leurs méthodes commerciales et d'avoir leurs réactions sur les graves accusations que nous leur portons. A ce jour et malgré nos relances nous sommes toujours en attente.

Nous avons adressé un courrier à leur service juridique et c'est le service client qui a répondu et totalement à côté de la plaque. Nous avons l'impression qu'ils se moquent de la loi, des entreprises, des clients et des dommages qu'ils provoquent par leurs fake reviews et leurs agissements.

Prochaine étape, fédérer une action de groupe afin de fermer leur plateforme Française.

MAJ du 23 février 2019 à 13h13

Aucune réponse officielle de la part de Trustpilot quant aux demandes d'explications qui leurs ont été adressées par voie amiable, puis par l'intermédiaire d'Avocats.

Nous avons par contre reçu des menaces de la part d'un de leurs collaborateurs, Monsieur Robert MUNK qui ne sait clairement par lire un courrier en Français. Non seulement il répond à côté, mais en plus il répond en Anglais. 

Quel mépris pour ses interlocuteurs !

Il ne connaît pas le sujet, et ne représente en rien leur service juridique. Il s'agit simplement d'un directeur commercial n'ayant aucune compétence sérieuse pour traiter les nombreuses problématiques relevées sur Trustpilot et qui avait envie de donner son point de vue hors de tout cadre règlementaire.

Enfin les nombreux commentaires et témoignages reçus ces dernières semaines attestent d'un vrai problème avec cette plateforme d'avis clients.

La prochaine étape sera judiciaire.

MAJ du 4 Mars 2019 à 16h39

Voici ce que pensent les usagers de Truspilot, ils sont excédés par leur méthodes et les faux avis de Trustpilot (les témoignages ont été traduits automatiquement par Google, d'où la traduction approximative Anglais/Français)  mais leur dégoût est clairement affiché :

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

Témoignage à propos de Trustpilot et de ses avis clients.

MAJ du 28 Mars 2019 à 21H06

Bref point concernant Trustpilot.

Ils viennent effectivement de lever 46 millions d'euros et nous sommes ravis pour eux, dans la mesure où ils prévoient de revoir complètement leur politique commerciale, leurs méthodes vis à vis des entreprises évaluées et la présentation illicite des évaluations des entreprises pour les consommateurs.

A notre connaissance cela n'est pas au programme.

Nous sommes toujours en attente d'une réponse de leurs services concernant nos demandes. Malgré deux courriers d'Avocats, Trustpilot n'a jamais répondu, se moquant du droit Français et de ses représentants.

Nous accumulons de nombreux témoignages d'entreprises victimes de Truspilot qui ne sont pas tous publiés ci-dessous car nous les modérons avant publication. Certains commentaires sont extrêmement virulents à l'égard de la plateforme d'avis clients et ne sont pas publiables en l'état.

MAJ du 1er Août 2019 à 11h40

Que dire après 4 mois d'écoulés ? 

Vous avez été très nombreux à nous faire part de votre aversion pour Trustpilot, nous n'avons pas pu publier tous les commentaires, certains étant carrément insultants pour la plateforme d'avis clients. Si le verbe haut est évidemment encouragé, ce n'est pas le cas des insultes, cela n'amène rien au sujet.

Trustpilot, n'a pas tenu à réagir après le commentaire raté de leur collaborateur sur ce blog, ils sont clairement dans une optique de mépris vis à vis de leurs détracteurs.

Il est évident que leur silence condescendant n'aide nullement à résoudre les problèmes que rencontrent de nombreuses entreprises avec leurs services.

Il est dommage qu'une entreprise du numérique étrangère use de pareilles méthodes commerciales sur notre territoire.

Cependant, il n'est guère étonnant compte tenu des nombreux abus constatés que le législateur se charge de réguler l'activité de ces sociétés sur notre territoire.

MAJ du 25/09/2019

Allez une petite MAJ en ce jour de Paris Retail Week, devinez qui j'ai trouvé au salon E-commerce ?

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

et aucune adresse en France bien entendu, pas même un service juridique capable de répondre à des demandes d'Avocats. Je ne vais refaire l'histoire, tout est dans l'article et c'est sans équivoque.

MAJ du 09/10/2019 à 9h33

Un article intéressant vient d'être publié par Jean-Philippe Emeriau.

Court, il résume cependant le malaise dans la gestion des avis clients par des plateformes pas toujours scrupuleuses en matière d'éthique et de transparence. Trustpilot en tête, puisqu'eux ne respectent carrément pas la loi Française et méprisent non seulement les entreprises qui apparaissent dans leurs pages mais les consommateurs qu'ils trompent en connaissance de cause.

MAJ du 23/10/2019 à 10h18

J'ai longtemps hésité avant de publier les messages qui vont suivre à propos de Trustpilot. Je les ai reçu le 10 Octobre :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Bien entendu il n'était pas question de publier l'identité de l'expéditeur ni même du cabinet d'Avocats, mais cela donne un peu l'étendu de la complexité pour se défendre face à une entité comme Trustpilot qui ne respecte pas la loi Française et dont la seule adresse est à l'étranger.

MAJ DU 04/11/2019 à 11h28

Dans l'optique de simplifier les échanges concernant le dossier Trustpilot, une adresse mail centralise dorénavant l'ensemble des demandes : Trustpilot@procedure-judiciaire.fr

Notez que différentes procédures judiciaires initiées par des lecteurs du blog sont actuellement en cours. Faites-vous connaître, vous n'êtes pas seul !

MAJ DU 10/02/2020 à 18h35

L'adresse mail du groupe de défense contre TRUSTPILOT (trustpilot@procedure-judiciaire.fr) fonctionne bien, vos mails arrivent bien ainsi que les pièces qui y sont parfois jointes.

Nous vous rappelons de ne surtout PAS revendiquer la page relative à votre entreprise.

Faites-vous connaître au plus vite pour l'action de groupe à l'encontre de TRUSTPILOT.

MAJ DU 24/02/2020 à 10h31

Voici le type de message que nous recevons encore aujourd'hui au sujet de Trustpilot :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Les entreprises Françaises en ont assez de Trustpilot et de leurs méthodes anti-concurrentielles visant à jeter le discrédit sur leurs activités.

Evidemment, nous avons été vérifier la page en question, pas un seul avis client n'est vérifié par Trustpilot !

Cela confirme que les avis publiés par Trustpilot sont tout simplement FAUX.

MAJ DU 25/02/2020 à 10h20

Pas une journée ne passe sans que nous ne recevions ce type de mail :

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

MAJ DU 26/02/2020 à 11h25

...

[AVIS CLIENTS] Trustpilot la plateforme d'avis clients dans le collimateur de la justice Française

Nous voyons notre cabinet d'Avocats tout début Mars au sujet des procédures en cours, en France, à l'encontre de Trustpilot.

Plus d'infos à suivre...

MAJ du 23/03/2020

Nous recevons un nouveau témoignage ACCABLANT à l'encontre de TRUSTPILOT. Une entreprise Française, dont le site Ecommerce figure sur l'annuaire de Trustpilot, s'est vue suspendre la possibilité de signaler des avis litigieux, diffamatoires ou carrément FAUX à son encontre.

On rêve !

Non seulement Trustpilot ne respecte AUCUNEMENT la loi Française, ne paie aucun impôt en France et ne dispose d'aucun bureau dans notre pays, mais elle se permet tout de même de répertorier nos entreprises, de leur créer une page sans leur accord afin d'y poster volontairement des avis litigieux dans l'objectif mercantile que les entreprises souscrivent ensuite à ses services de gestion d'avis clients.

Voilà ce que fait Trustpilot, c'est la HONTE des plateforme d'avis clients.

La meilleure? Cela fait maintenant 3 fois que TrustPilot me coupe, pendant 1 mois, l’outil de signalement en ligne pour abus ( !). C’est le comble. Des personnes mal intentionnées laissent des avis diffamatoires, je perds un temps fou à les signaler, et TrustPilot me bloque l’outil de signalement pendant 1 mois, pour avoir signalé trop d’avis… diffamatoires ! Je ne peux donc plus les signaler, doit laisser faire, et subir de lire ces avis détestables. Il faut le faire !

Témoignage d'Arthur (victime de Trustpilot)

Il serait tout de même temps que les équipes de Trustpilot prennent en considération les nombreuses plaintes accumulées contre eux. User encore de telles méthodes commerciales à l'encontre des entreprises, c'est tout simplement lamentable, dénué de tout sens morale et éthique.

 

MAJ du 07/06/2020

Au vu l'ensemble des éléments présentés, la société TRUSTPILOT ne délivre pas une "information loyale, claire et transparente" aux internautes et conséquemment aux clients et prospects des entreprises évaluées. Pire, compte tenu des informations collectées, c'est sciemment que Trustpilot délivre des avis clients déloyaux, mensongers, et injurieux en violation de l'article L. 111-7-2 du code de la consommation.

 

MAJ du 13/09/2020

Pour ceux qui en douteraient encore, TRUSTPILOT a bien été assigné en justice, par plusieurs acteurs du digital et du E-commerce Français pour leurs manoeuvres déloyales et leurs nombreux manquements. Nous vous rappelons que c'est le cabinet d'Avocats de Maître DARRIERE à Paris qui est en charge du dossier Trustpilot.

Extrait d'un des actes d'assignation envers Trustpilot

Extrait d'un des actes d'assignation envers Trustpilot

Sources :

Wikipédia
Societe.com
Trustpilot
Utilisateurs Trustpilot
Infogreffe
INPI
Autres
Témoignages d'entreprises

Cabinets d'Avocats

Lire la suite

[EMAILING] 5 méthodes pour dynamiser votre boutique e-commerce grâce au marketing comportemental [par Jessica d'ActivTrail]

15 Octobre 2018 , Rédigé par invitée : Jessica d'ActivTrail Publié dans #Expertise Ecommerce, #Emailing

Imaginez-vous que vous vous promenez dans un grand magasin avec en tête la volonté de vous acheter un tout nouveau costume. Puis, à votre grand étonnement, un vendeur vous propose une couche pour bébé.  Quelle est la probabilité que vous saisissiez cette offre ? Peu probable n’est-ce pas ? Vous seriez même déconcerté par cette proposition.

La situation décrite ci-dessus met en lumière le problème des publicités numériques non ciblées. Afin d’éviter ces désagréments pour vos clients, l’utilisation du marketing comportemental à l’aide d’un logiciel de marketing automation afin de ne plus se tromper est indispensable. Vous êtes dans l’obligation aujourd’hui de fournir des recommandations de produits, des promotions et des contenus adaptés au comportement des utilisateurs. En se basant sur l’exemple ci-dessus, une offre appropriée serait « des conseils pour choisir le costume idéal » ou un code promotionnel.

Le marketing comportemental recueille des informations à l'aide de données de navigation, d’adresses IP et de cookies. Cette collecte de données est utilisée pour créer un profil utilisateur exhaustif. Le contenu marketing peut alors être parfaitement adapté.

S’il est bien fait, le ciblage comportemental pourrait augmenter les taux d'ouverture des e-mails de 56,68%, ce qui entraînerait irrévocablement une augmentation de vos ventes. Amazon, par exemple, utilise des données comportementales pour son algorithme de recommandation, qui génère 35% de ses revenus.

Voici quelques stratégies de marketing comportemental que vous devez mettre en œuvre :

  1. Utiliser l'historique des transactions pour recommander des produits

Comme nous l’avons mentionné plus haut, la recommandation génère beaucoup de profits pour les plus grandes entreprises de e-commerce en utilisant des techniques de vente incitative et de vente croisée.

La vente croisée ou cross-selling consiste à proposer des produits qui complètent l’article d’origine. Par exemple, vous pouvez vendre un trépied à un client qui a acheté un appareil photo ou des chaussettes à un utilisateur qui a commandé des chaussures. En montrant ce que le consommateur a besoin au bon moment, vous augmentez vos chances de vendre des produits complémentaires. Cela doit rester raisonnable car le consommateur n’en avait pas spécialement besoin au départ et cela va donc faire appel à l’achat d’impulsion.

D'autre part, l'up-selling consiste à fournir une meilleure version de l’article qui intéresse actuellement votre consommateur. On peut le traduire par une montée en gamme. En général, il est présenté de la manière suivante : « Ceux ayant regardé cet article, ont également regardé ».

La vente incitative et la vente croisée sont toutes deux excellentes pour augmenter vos profits. Mais vous n’avez pas à choisir entre les deux. Toujours les utiliser simultanément. En utilisant des données comportementales, vos ventes incitatives et vos ventes croisées peuvent tomber à point.

  1. Surveiller les actions de ses visiteurs à l'aide du tracking des URLs

Le suivi d’URLs est un moyen d'évaluer vos techniques marketing. Si vous savez exactement sur quoi les visiteurs cliquent juste avant de procéder à un achat, vous pouvez repartir efficacement vos ressources. Il vous permet également de supprimer les liens inutiles sur votre site Web.

En utilisant cette technique, vous pouvez organiser des campagnes marketing pour booster les recommandations. Un lien unique est réparti sur différentes plateformes sur le Web ; annonces, forums, blogs, emails ou réseaux sociaux. Les liens sont ensuite suivis pour voir la qualité et la quantité de trafic provenant de toutes les sources.Chaque fois qu'un visiteur clique sur le lien, il sera redirigé vers votre page de destination/landing page. Les données sur la source et l'emplacement sont ensuite collectées.

[EMAILING] 5 méthodes pour dynamiser votre boutique e-commerce grâce au marketing comportemental [par Jessica d'ActivTrail]
  1. Utiliser le comportement en ligne pour fournir un contenu personnalisé

La compétition avec vos concurrents pour attirer l’attention de vos prospects peut être gagnée grâce à la personnalisation. Mais vous ne pouvez pas personnaliser si vous ne connaissez pas votre public. Outre l'historique des transactions tel que mentionné en numéro 1, il existe d'autres comportements en ligne que vous pouvez surveiller. Pour vos abonnés, vous pouvez suivre le contenu qu'ils ouvrent, à quel moment et pendant combien de temps.

Bien que la conversion soit l’objectif final du marketing, il n’est pas uniquement question de vente. Vous avez besoin d’établir la confiance et de bâtir des relations solides avec vos prospects. Pour ce faire, vous devez fournir un contenu de qualité sous différentes formes. Le contenu retiendra particulièrement l'attention de vos utilisateurs si vous le personnalisez en utilisant des données de comportement en ligne.

  1. Mettre en place le reciblage pour augmenter les ventes

Statistiquement, seulement 2% de vos utilisateurs se convertissent lors de leur première visite. Alors, allez-vous laisser ces 98% vous glisser entre les doigts ? Certainement pas ! Vous pouvez utiliser le reciblage (retargeting en anglais), également appelé remarketing, pour atteindre les visiteurs qui ont manifesté un intérêt pour votre produit ou service mais qui ne sont pas encore assez mûrs pour passer à l’achat ou pour se transformer.

Cette technique se fait par l’insertion de codes ou tags de tracking fournis par le prestataire du reciblage. Chaque fois que quelqu'un visite votre site Web, le pixel laisse un cookie dans votre navigateur. Lorsque l'utilisateur quitte votre site, le fournisseur de reciblage diffusera des annonces associées au contenu ou au produit consulté. Le reciblage fonctionne de manière efficace car vous ne dépenserez que pour les prospects ayant déjà manifesté un intérêt pour votre marque.

  1. Envoyer des offres guidées par des données démographiques

Les données démographiques sont fondamentales et ne doivent pas être négligées. Les données démographiques sont un indicateur crucial du comportement, des besoins et des intérêts d’une personne. Cela comprend le sexe, l'emplacement, l'âge ou encore l'état matrimonial.

Avec le ciblage démographique, vous pouvez atteindre un groupe spécifique avec des caractéristiques communes. Cela évite le gaspillage d’impressions. Par exemple, si vous avez une boutique e-commerce proposant une certaine gamme de produits, vous montrez les produits en fonction des caractéristiques de vos clients, du genre et des conventions sociales (vêtements homme ou femme). Aujourd’hui, dans l’ère informatique, cela peut sembler inapproprié mais cela stimule les ventes.

Conclusion

Le marketing comportemental est un moyen sophistiqué de commercialiser votre entreprise en ligne. Vous pouvez tirer parti du marketing comportemental en utilisant l'historique des transactions, le suivi des URLs, en fournissant un contenu personnalisé, en reciblant les prospects et en envoyant des offres basées sur des données démographiques.

Arrêtez de gaspiller vos ressources marketing avec des annonces et du contenu générique. Vous disposez de tous les outils dont vous avez besoin, tels qu'un logiciel d’emailing et de marketing automation et d'autres outils de marketing comportemental complémentaires, pour augmenter vos ventes et faire passer votre entreprise à la vitesse supérieure.

Jessica d'ActivTrail

Lire la suite

[ECOMMERCE] Plus de 40% des ménages Américains possèdent une arme à feu et ... sont abonnés à Amazon Prime

10 Octobre 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Internet, #Expertise Ecommerce, #web, #Ecommerce, #Digital, #Divers, #e-commerce, #Retail 3.0, #Retail, #Service Client

 

Aux Etats-unis, 44% des Américains possèdent une arme à feu.

[ECOMMERCE] Plus de 40% des ménages Américains possèdent une arme à feu et ... sont abonnés à Amazon Prime

52% des ménages sont abonnés à Amazon Prime. Les CSP+ sont davantage susceptibles d'avoir un abonnement à Amazon Prime qu'un téléphone fixe.

50% de la croissance du E-commerce et 21% de la croissance des ventes au détail pourraient être attribuées à Amazon.

Dans les magasins Américains, 1 consommateur sur 4 consulte les avis clients sur Amazon avant d'acheter un produit (25%).

Amazon est aujourd'hui incontournable aux USA.

Source : Pr Scott Galloway

Lire la suite

[ECOMMERCE] Le saviez-vous ? Allobebe (groupe H3M) prend un nouveau départ avec un manager de transition

23 Septembre 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Entreprise, #Commerce, #Digital, #web, #e-commerce, #France

[ECOMMERCE] Le saviez-vous ? Allobebe (groupe H3M) prend un nouveau départ avec un manager de transition

C'est l'arrivée de Olivier GIMPEL à la tête de l'enseigne leader de la puériculture en ligne qui sonne le renouveau d'Allo Bébé.

Suite au dépôt de bilan du groupe CDM de Pierre Lallier, c'est H3M qui a reprit les actifs du groupe basé à Saint-Martin-Boulogne (Pas de Calais).

Olivier GIMPEL passé par les 3 Suisses mais également Verbaudet (Redcats) a été embauché comme manager de transition pour relancer la marque auprès des consommateurs.

il n'est jamais simple de relancer une activité Ecommerce lorsque pendant 17 jours le site a été inaccessible au grand public.

Lire la suite

[ECOMMERCE] Un Maire LR veut taxer le Ecommerce parce qu'il "consomme de l'espace public".

24 Août 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Internet, #Expertise Ecommerce, #Commerce, #Ecommerce, #e-commerce, #Digital, #Divers, #France, #Retail 3.0, #Retail, #Livraison Ecommerce, #billet d'humeur, #Logistique Ecommerce, #Emploi, #Transport

C'est un article dans les Echos un peu passé inaperçu qui vient de paraître à propos du Ecommerce.

Entre la FEVAD qui était bien occupée à nous sortir les chiffres du Ecommerce de 2017 pour 2018 (ça bosse dur ;-) et la plupart des décideurs encore en congés, il aurait été facile de ne pas y prêter attention. Et pourtant ...

C'est Monsieur David LISNARD Maire LR de Cannes qui nous écrit un bel article démagogique sur les centres villes désertés par les consommateurs au profit des sociétés de Ecommerce. Le sempiternel discours du politique, qui, proche de ses administrés à serrer les mains des retraités sur le marché du samedi matin est déconnecté de la réalité des secteurs concernés.

Remettons un peu les choses à leur place et la réalité du terrain au coeur du débat qui n'a pas vraiment lieu d'être, il faut bien le dire.

D'une part renvoyer le Retail et le Ecommerce dos à dos est stupide car ils sont parfaitement complémentaires. C'est un conflit passé des Ecommerçants de la première heure qui n'existe plus aujourd'hui. Preuve en est les nombreux acteurs du Ecommerce qui ont ouvert des magasins, puis des concentrations Ecommerce/retail telles Casino qui a racheté Cdiscount, Monoprix avec Sarenza..et c'est sans compter les drives et autres click and collect...etc..

D'autre part, il est prépondérant de s'interroger sur l'utilité d'une nouvelle taxe concernant la distribution Ecommerce ou traditionnelle car d'une manière ou d'une autre, les politiques peuvent raconter ce qu'ils veulent, c'est le consommateur final qui paiera.

Il faut cesser de mentir. Lorsqu'on nous parle de taxation en "pied de facture" ou autre, cela ne change rien, les marges ne sont pas extensibles. Une entreprise est comme une grande baignoire dans laquelle on déverse les charges, à un moment si l'on en rajoute trop, ça déborde !

[ECOMMERCE] Un Maire LR veut taxer le Ecommerce parce qu'il "consomme de l'espace public".

Dans l'article en question (à lire là : lien) Monsieur David LISNARD nous dit que :

"Une [...] conséquence du développement du commerce électronique porte sur la consommation sans contrepartie de l'espace public induite par les opérations de livraison. En 2017, 505 millions de colis ont été livrés à partir d'achats réalisés sur Internet et par vente à distance. Ce volume de marchandises considérable emprunte quotidiennement des voiries que les collectivités aménagent et entretiennent grâce aux impôts acquittés par les contribuables locaux."

Effectivement, les véhicules de livraison utilisent les routes communales et autres départementales pour livrer les articles commandés. Quoi de plus normal puisque ce sont ces contribuables locaux qui ont commandés et qui s'acquittent des impôts de leur ville et de leur territoire.

Comprenons d'abord les raisons du consommateur de faire ses achats en ligne.

Le consommateur a fait le choix de commander ses articles sur internet plutôt que de se rendre en centre ville car généralement il ne trouve pas où se garer ou encore parce que ses achats peuvent être volumineux, les transports en commun n'étant pas la réponse adaptée dans ce cas là.

Il n'a plus envie de galèrer avec ses achats, il en a marre d'être contraint de tourner encore et toujours pour trouver une place de stationnement et de s'acquitter ensuite des frais qui s'y rapportent au plus grand bonheur de la mairie.

Cas concret :

1. Le CONSOMMATEUR commande donc ses articles sur internet et paye les frais de livraison le cas échéant, (il paye donc le service de livraison de la société de transport qui elle-même paie les péages, la CFE, les impôts locaux et autres joyeusetés tout comme ses salariés locaux).

2. Le CONSOMMATEUR paye bien entendu chaque année ses impôts locaux (entretien des routes, des parties communes propres à chaque ville, l'espace public...etc ...)

3. ET DONC, Il devrait en plus payer une taxe complémentaire pour se faire livrer à son domicile sous prétexte que sa commande "consomme de l'espace public" !

Cela n'a pas de sens et cela revient à une double imposition pour la même chose.

Premièrement taxer le Ecommerce au seul prétexte de la désertification des centres villes revient à mettre nos responsables politiques devant leur pitoyable bilan en matière d'urbanisme.

Entre le tarif des places de stationnement, la difficulté pour trouver un emplacement où se garer, le choix délibéré d'avoir des banques et assurances au pied des immeubles au détriment des petits commerces, il ne faut pas s'étonner que les consommateurs aient fui les centres-villes.

Deuxièmement, le Ecommerce permet notamment de rompre l'isolement de personnes à mobilité réduite. Certaines personnes n'avaient plus accès à la culture car elles ne pouvaient plus se rendre à la librairie du centre ville, elles trouvent leur salut en se faisant livrer des livres par exemple directement à leur domicile et leur droit d'accès à la culture est à nouveau respecté.

Troisièmement, la réponse aux problématiques d'un secteur n'est pas la taxation d'un autre. Le consommateur a fait le choix de consommer sur internet, il ne le fait pas forcément pour le prix, mais pour la simplicité d'achat, la rapidité de la livraison et sa capacité à récupérer sa commande rapidement.

Taxer le Ecommerce, n'enverra pas pour autant le consommateur vers le petit commerce.

C'est aux enseignes du retail de se renouveler en matière d'offre et de services. La grande distribution en est un parfait exemple avec l'ouverture massive des drives. Elle s'est adaptée aux consommateurs.

C'est à nos dirigeants politiques locaux de rendre plus attractifs les centres villes en facilitant l'accès aux consommateurs et aux commerces. L'idée de baisser les taxes pour ces derniers est excellente dans la mesure où la mise en concurrence d'un emplacement commercial ne privilégie pas le plus offrant. En effet le petit commerce serait certain de perdre face aux banques et assurances disposant de davantage de moyens.

C'est également à nos élus territoriaux de savoir attirer dans leur localité les sociétés de Ecommerce et leurs milliers d'emplois crées chaque année localement. Le discours de Monsieur LISNARD est pourvue d'une facilité déconcertante de prendre le problème à l'envers.

Une chose est certaine : Taxer le Ecommerce, n'enverra pas pour autant le consommateur vers le petit commerce.

Puis n'oublions pas qu'un site Ecommerce c'est aussi et surtout une entreprise comme n'importe laquelle, implantée elle aussi dans une localité ! Elle s'acquitte évidemment des mêmes taxes que ses homologues du retail et emploie des salariés localement. Stigmatiser l'une ou l'autre n'a véritablement aucun sens.

Lire la suite

[ECOMMERCE] Découvrez les Chiffres clés du Ecommerce pour 2018

23 Août 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Entreprise, #e-commerce, #Ecommerce, #Marketing, #web, #Digital, #France, #ecommerce

Comme chaque année la FEVAD (Fédération Française de la Vente à Distance) publie les chiffres du Ecommerce. Voici un résumé des données importantes à retenir :

[ECOMMERCE] Découvrez les Chiffres clés du Ecommerce pour 2018

A. On constate une croissance du C.A de plus de +14% sur 2017 vs 2016 à un peu plus de 83 Milliards d'euros de C.A.
 

B. 21% du C.A est réalisé sur mobile
 

C. 85% des internautes sont des cyberacheteurs
 

D. 37,5 Millions de Français achètent sur internet
 

E. 182 000 Sites Ecommerce actifs sont dorénavant dénombrés en France, pour rappel en 2011 il y avait 49 000 sites marchands
 

F. Top 5 des sites les plus visités en France (sans aucune surprise !) :

1-Amazon
2-Cdiscount
3-Fnac
4-Vente-Privee
5-Oui.sncf

G. Taille moyenne des sites Ecommerce :

77% des sites Ecommerce réalisent - de 100K€ par an

18% réalisent entre 100K€ et 1 Million d'euros par an

4,3% des sites marchands réalisent entre 1 Million et 10 Millions d'euros de C.A annuel

0,6% des boutiques réalisent plus de 10 Millions d'euros de C.A par an

Rappelons toutefois que Chiffre d'Affaires ne signifie pas forcément "bénéfices" : 35% des TPE/PME sont déficitaires dans leur activité Ecommerce.
 

H. Le volume d'affaires des places de marché progresse de +15%
 

I. 29% des internautes achètent entre 2 et 3 fois par mois


J. 505 Millions de colis ont été traités en 2017 soit une croissance de +10,5% vs 2016


K. 53% des entreprises de plus de 10 salariés réalisent des achats sur internet

Source ici

 

Lire la suite

[ECOMMERCE] MSR (MonShowRoom.com) baisse définitivement le rideau le 31 Août

21 Août 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Entreprise, #Commerce, #web, #Ecommerce, #e-commerce, #ecommerce

[ECOMMERCE] MSR (MonShowRoom.com) baisse définitivement le rideau le 31 Août

MSR (MonShowRoom.com) ce site Ecommerce qui existait depuis plus de 10 ans fermera ses portes le 31 Août 2018. En cause le fait que la société exploitante (E-TREND) n'a jamais vraiment réussie à démontrer la pérennité du business model accumulant les pertes année après année.

[ECOMMERCE] MSR (MonShowRoom.com) baisse définitivement le rideau le 31 Août

Ainsi en 2015 l'entreprise compte un C.A de plus de 19 Millions d'euros avec une perte de -5 millions, idem en 2016, la situation ne pouvait pas continuer sur le long terme. Acquise par Casino en 2012, MSR (MonShowRoom.com) atteignait +32% de croissance en 2013 vs 2012 avant de stagner et de devenir extrêmement déficitaire.

L'adossement à Casino a certainement permis au site Ecommerce d'éviter une procédure collective et aujourd'hui les actifs de MSR (MonShowRoom.com) sont intégrés à Sarenza (groupe Casino) afin d'étendre son offre pour les consommateurs. Toutefois l'enseigne MSR (MonShowRoom.com) disparaîtra définitivement dès la fin du mois d'Août.

Lire la suite

[AQUISITION] AlloPneus le leader du Ecommerce de pneus acquiert Popgom

3 Août 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Entreprise, #web, #Ecommerce, #France

Allopneus, 248 Millions d'euros de C.A acquiert Popgom, 21 Millions de C.A pour se déployer à l'international.

Allopneus c'était déjà plus de 50% du marché online en France et un pneu vendu toutes les 9 secondes, une qualité de service irréprochable et toujours davantage de références au catalogue.

En 2017, son PDG, Didier BLAIZE avait investi plus de 40 millions d'euros dans une plateforme logistique de plus de 40 000 mètres carrés pour faire face à la croissance et à la saisonnalité du secteur.

 

[AQUISITION] AlloPneus le leader du Ecommerce de pneus acquiert Popgom

Surtout ce qui détonne dans la réussite exceptionnelle d'Allopneus c'est que cette enseigne Ecommerce est rentable, d'autant plus que dans le secteur du pneumatique les marges sont la plupart du temps assez faibles (plus d'info ici).

A contrario, Popgom n'a jamais vraiment atteint son seuil de rentabilité, perdant quelques centaines de milliers d'euros chaque année mais disposant de la base de données clients internationale convoitée par Allopneus. 

Source : Les échos
Source : Societe.com

[AQUISITION] AlloPneus le leader du Ecommerce de pneus acquiert Popgom
Lire la suite

[ACQUISITION] Oxatis (éditeur de solution Ecommerce SaaS) annonce le rachat de Powerboutique

26 Juillet 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Commerce, #Entreprise, #Ecommerce, #Divers, #France

[ACQUISITION] Oxatis (éditeur de solution Ecommerce SaaS) annonce le rachat de Powerboutique

Oxatis, est éditeur d'un logiciel Ecommerce en mode SaaS permettant la gestion d'un site Ecommerce dans son ensemble. Aujourd'hui Oxatis annonce le rachat de Powerboutique (DOYOUSOFT).

Ni le montant, ni les modalités du deal ne sont dévoilés pour le moment.

Oxatis voit son portefeuille client croître de 1500 nouveaux clients pour le porter à 8500 au total.

Quid des deux solutions logicielles, vont-elles fusionner ou rester toutes les deux indépendantes ?

Les deux logiciels SaaS sont complètement éloignés en matière d'ergonomie et de fonctionnalités, toutefois Powerboutique offre davantage d'autonomie dans la gestion globale d'une boutique en ligne (d'un point de vue de l'utilisateur aguerri).

C'est une page importante qui se tourne pour le Ecommerce Français et ces deux solutions Ecommerce en mode SaaS qui se challengeaient depuis des années.

source :

[ACQUISITION] Oxatis (éditeur de solution Ecommerce SaaS) annonce le rachat de Powerboutique
Lire la suite

[MARKETING WEB] Amazon déploie sa régie publicitaire afin d'accroître ses revenus

26 Juillet 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Commerce, #web, #Digital, #Divers, #Webmarketing, #ecommerce

[MARKETING WEB] Amazon déploie sa régie publicitaire afin d'accroître ses revenus

Amazon continue la diversification de ses revenus et lorgne sur le terrain de Facebook et Google en s'intéressant de près à la publicité et aux revenus qui s'en dégagent.

La Data reste au coeur de la réussite d'une bonne campagne de marketing web et la connaissance des clients un atout considérable pour mieux convertir et développer un C.A rentable.

Amazon, connaît déjà les produits achetés par ses utilisateurs, et appréhende déjà les futurs achats des usagers. Un énorme ensemble de données qui permet d'être prédictif sur les intentions de commande à court et moyen terme.

La publicité online au travers de campagnes marketing web rentables passe automatiquement par la capacité d'exploitation de la Data, Facebook et Google l'ont placée au coeur de leur ADN.

Le développement de la publicité d'Amazon n'est pas une nouveauté totale. En effet Amazon propose déjà de sponsoriser des produits pour les vendeurs de sa marketplace.

La vraie nouveauté réside dans le fait qu'Amazon souhaite déployer les campagnes web de produits sponsorisés non plus uniquement sur Amazon mais sur l'ensemble du web.

Ce déploiement associé aux données prédictives et au retargeting pourrait augmenter considérablement les taux de conversions des marchands toujours en quête de croissance rentable.

 

Lire la suite

[ECOMMERCE] ALGAM lance son site Ecommerce d'instruments de musique

19 Juillet 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Commerce, #Entreprise, #e-commerce, #Ecommerce, #Analyses sites e-commerce, #web, #Expérience utilisateur

Opérant depuis Thouaré sur Loire (département 44) la société ALGAM (80M d'euros de C.A en 2009) a ouvert son site Ecommerce (Algam Webstore) au mois de Juin dernier.

[ECOMMERCE] ALGAM lance son site Ecommerce d'instruments de musique

Un réseau de 362 points de vente partout en France

L'atout majeur d'Algam est de pouvoir s'appuyer sur 362 points de vente un peut partout en France mais aussi d'avoir une plateforme logistique de 18 000 M2 situé à proximité de Nantes.

Le réseau de magasins (partenaires) permet de proposer le click & collect sur tout le territoire.

En tant qu'importateur de nombreuses marques, Algam s'appuie également sur sa force de vente en contact direct avec les fabricants pour accompagner le consommateur dans son processus d'achat.

Graphiquement le site Ecommerce d'Algam (pour rappel Algam Webstore) est plutôt réussi même si les temps de réponse ne semblent pas suffisamment optimisés. Quelques points d'UX sont par ailleurs à relever, plus de détail dans un prochain "Focus" sur Algam Webstore.

 

[ECOMMERCE] ALGAM lance son site Ecommerce d'instruments de musique
Lire la suite

RGPD : qu’est-ce qui attend les e-commerçants ? [Par Jérémie Kasongo - Studio 131]

15 Juillet 2018 , Rédigé par Jérémie Kasongo - Studio 131 Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #RGPD, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Commerce, #Entreprise, #Marketing, #e-commerce, #web, #ecommerce, #Digital, #France, #Droit

Le 14 Avril 2016, le Parlement Européen adoptait le Règlement Général sur la Protection des Données au sein de l’Union Européenne, aussi connu sous l’abréviation RGPD. Ce texte de loi, fera figure, à partir de son entrée en vigueur définitive le 25 Mai prochain, de texte de référence du droit européen en matière de protection de données à caractères personnelles sur le web.

Au vu de l’enjeu majeur que constitue aujourd’hui la collecte de données, le RGPD impactera l’ensemble des secteurs économiques liés au numérique, et le Ecommerce n’échappera pas à la règle. 

Ainsi, plusieurs interrogations subsistent quant aux conséquences de son instauration :

  • Quel impact le RGPD aura-t-il à terme sur l’évolution du Ecommerce ?
  • Comment les e-commerçants peuvent ils s’y préparer ? 

Le RGPD : mais c’est quoi concrètement ? 

Le RGPD est un texte de loi visant à contraindre l’ensemble des sociétés issues de pays de l’Union Européenne, ou extra-européennes actives au sein de ce territoire, à se conformer à de nouvelles règles relatives à la collecte, le stockage et l’exploitation des données des consommateurs. 

Publications sur les réseaux sociaux, photos, adresses IP, coordonnées bancaires, numéro de sécurité sociale… Toutes ces données sont mises au même niveau et devront désormais être traitées de manière similaire. Elles doivent être sélectionnées indépendamment de leur origine, stockées et exploitées de façon sécurisée, à la seule et unique condition d’obtenir l’accord du consommateur. 

RGPD : qu’est-ce qui attend les e-commerçants ? [Par Jérémie Kasongo - Studio 131]

Un impact direct sur le Ecommerce 

Le RGPD s’applique à l’ensemble des bases de données de marketing, ventes, ressources humaines ou comptabilité. Quelle que soit la manière dont les données personnelles sont actuellement enregistrées et exploitées, celles-ci seront sujettes à une nouvelle législation. Les utilisateurs devront donner leur accord tacite préalablement à tout éventuel stockage et utilisation de leurs données sous n’importe quelle forme.

Parmi les principales innovation juridiques introduites par le RGPD, figurent les suivantes : le consentement éclairé, le droit à l’oubli, l’introduction d’un DPO (Data Protection Officer), et les pénalités financières calculées en fonction du chiffre d’affaires des sociétés. 

Le consentement éclairé des consommateurs, comme nouveau pré-requis aux responsables marketing 

Comme indiqué précédemment, les sujets de droit (clients, employés, utilisateurs) devront au préalable choisir de participer activement aux activités marketing. Les agences et départements marketing des entreprises devront désormais lister et indiquer l’ensemble des tiers pouvant potentiellement avoir accès aux données personnelles. Tout ceci va profondément bouleverser le secteur du marketing, notamment en matière de personnalisation de produits, de ciblage clientèle et de toute autre activité impliquant le traitement de données à grande échelle. 

L’affirmation du droit à l’oubli et à l’effacement 

L’article 17 du RGPD, insiste sur la nécessité de rendre plus facile la création et la suppression de contenus liés aux activités de marketing des clients, mais aussi la suppression complète et définitive de l’ensemble de leurs comptes et toute trace de leur existence sur le système. Tandis que de nombreuses entreprises proposent déjà cette option, cette procédure pourra désormais être étendue et devra être facilement maniable, documentée et accessible aux internautes souhaitant supprimer leur compte. 

Un contrôle accru des pratiques managériales grâce au DPO 

Le RGPD prévoit, pour les entreprises de grande taille, la nomination par leur direction d’un DPO (data protection officer), ayant le rôle d’inspecteur chargé de la protection des données. Ce dernier devra transmettre à la CNIL (Commission Nationale Informatique et Libertés) un rapport faisant état des violations de données et fautes managériales commises par ces entreprises.

Les grands acteurs du numérique devront donc suivre une procédure rigoureuse lorsqu’une violation ou une fuite de données aura été détecté, en le signalant à la CNIL et aux propriétaires de ces données dans un délai de 72 heures. La nomination du DPO ne concerne donc pas les petites et moyennes entreprises de Ecommerce, dans la mesure où la quantité journalière de données traitées par celles-ci reste moindre. 

Les sanctions prévues en cas de manquements au règlement 

Si les TPE et PME échappent à l’obligation de nomination de DPO, elles ne pourront pas s’affranchir des sanctions imposées en cas de manquements au règlement. Les pénalités financières pouvant monter jusqu’à 20 millions d’euros, et 4% du chiffre d’affaires annuel global, les PME et TPE (constituant la majeure partie des web-marchands en France), n’auront désormais plus le droit à l’erreur. La moindre sanction pourrait en effet les contraindre à mettre la clé sous la porte. Les données doivent être traitées de façon sécurisée. Plusieurs dispositions dont l’article 83, renforcent la responsabilité (et donc la responsabilisation) des sociétés dans leur manière de stocker et de choisir le lieu de stockage des données. Et ces endroits pourraient être nombreux à la fois chez les e-commerçants et chez les prestataires tiers tels que Shopify. Le cryptage des contenus est fortement recommandé et des règles strictes doivent être mises en oeuvre quant à leur accès. 

Un transition juridique difficile à mettre en oeuvre 

A l’heure à laquelle nous rédigeons cet article, il ne reste que 70 jours avant l’entrée en vigueur définitive du RGPD, et plusieurs géants du web, tels que Facebook, Twitter ou Instagram, commencent - tardivement - à publier leur déclaration de conformité avec la future réglementation européenne. En coulisses, ces sociétés se démènent depuis plusieurs mois pour retraiter les données utilisateurs en leur possession selon les nouvelles règles, afin de se mettre à temps en conformité avec la loi européenne, avant la date butoir du 25 Mai. 

La transition juridique sera sans doute moins compliquée pour les entreprises de Ecommerce opérant sur le cloud ou en mode SaaS à l'instar d'Oxatis. Les grandes sociétés disposeront de ressources suffisantes afin de pouvoir respecter les nouvelles réglementations. Des sociétés telles que Shopify et Dotmailer ont planifié un an à l’avance leurs méthodes de réorganisation et de réaménagement de données au sein de leur système informatique. Les sociétés dont les activités reposent sur des serveurs hébergés en interne ou des logiciels personnalisés (sur-mesure) devront faire appel à des équipes techniques. Ces dernières seront chargées de réaliser des audits et tests de sécurité afin de déceler des failles, et ainsi d’installer de nouveaux systèmes de protection des données, de leur intégration à leur suppression.

Auteur : Studio 131

Ne nous y trompons pas les grands gagnants du RGPD ne seront pas forcément les consommateurs mais les cabinets d'avocats qui factureront des honoraires amplement justifiés afin que leurs clients soient en conformité avec la nouvelle réglementation.

Lire la suite

Les chiffres de Cdiscount en hausse sur le second trimestre en 2018

14 Juillet 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Commerce, #Ecommerce, #Divers, #ecommerce

Les chiffres de Cdiscount en hausse sur le second trimestre en 2018

Cdiscount, l'un des pionniers du Ecommerce Français annonce une hausse de près de 7% son C.A vs N-1 sur le second trimestre de cette année et une hausse de près de 9% sur le volume d'affaires cumulé avec sa marketplace soit près de 760 Millions d'euros sur la période écoulée.

Parallèlement la fréquentation de l'enseigne sur internet a crue de plus de 4% avec plus de 212 millions d'internautes.

Lire la suite

Décryptage de la nouvelle taxe Ecommerce, qui paiera ?

3 Juillet 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Commerce, #Entreprise, #Marketing, #e-commerce, #Retail 3.0, #Digital, #Livraison Ecommerce, #Logistique Ecommerce, #Service Client, #Transport, #Expérience utilisateur, #A ne pas faire

Le législateur, toujours aussi peu au fait de ce qui se passe réellement sur le terrain, frappe à nouveau avec l'élaboration d'une taxe sur le transport pour les acteurs du Ecommerce Français.

Sont-ce les couloirs du Palais du Luxembourg qui abrutissent davantage leurs locataires au fil du temps ? Ou l'effroi que provoque pour eux l'évolution des modes de consommation ?

Force est de constater que nos sénateurs n'ont pas beaucoup réfléchi pour élaborer cette nouvelle taxe dédiée spécifiquement au Ecommerce.

La première version du projet de loi faisait état d'une taxation à hauteur de 0,50€ du kilomètre parcouru à partir du dernier lieu de stockage vers le destinataire.

Pour un pure player cela revenait à sa mort pure et simple.

Décryptage de la nouvelle taxe Ecommerce, qui paiera ?

Par exemple, si vous achetiez un ordinateur à un marchand situé en région Parisienne pour vous le faire livrer à Nantes, cela aurait coûté 190,50€ environ. Une hérésie lorsque l'on connaît les marges très faibles sur les produit high tech et la bataille que se livrent les distributeurs sur les prix de vente.

La proposition de loi n'a pas été abrogée alors même qu'elle suscite de vives inquiétudes dans le secteur du Ecommerce. En effet dans la nouvelle version qui doit encore être débattue à l'Assemblée Nationale la taxation ne concernerait que les pure player de plus de 50M€ de C.A.

Les "petits" ecommerçants sont saufs pour le moment.

Pour les autres on nous annonce une taxation entre 1 et 2% du PVP en fonction de la distance entre le dernier entrepôt où se trouve le produit et l'adresse de livraison finale.

Le but de cette nouvelle taxe est d'inciter les sites Ecommerce à se rapprocher de leur clientèle. Je pense plutôt que c'est une réponse politique à la désertification des centres villes et à la piètre gestion du législateur de l'espace public.

Ecommerce et commerce de proximité...

Petit rappel, le Ecommerce relance depuis des années le commerce de proximité en permettant à leur clients de se faire livrer dans le magasin de leur choix au plus près de chez eux.

Les "passages" de ces consommateurs dans un commerce de proximité pour retirer un colis favorise l'augmentation de la clientèle et du C.A pour le commerçant qui touche en plus un forfait pour chaque colis retiré dans son point de vente.

Les sociétés Ecommerce en font déjà beaucoup pour le Retail seulement dans ce projet de loi, c'est le problème qui est pris à l'envers.

Le législateur, protectionniste, parfois de façon outrancière, décide de légiférer de façon arbitraire sans connaissance des éléments factuels.

La taxation est vécue comme une sanction.

Le consommateur n'a plus envie d'aller en magasin s'embêter avec un choix médiocre, un service client sans sourire, des rayons mal achalandés et de surcroît une attente aux caisses pour avoir le "droit" de payer !

Sans les mettre dos à dos c'est au retailer d'évoluer en utilisant les méthodes du Ecommerçant. Il doit agir pour préserver son commerce avec l'emploi des nouvelles technologies et des modes de communication modernes.

Faire revenir les clients en magasin, et notamment en centre ville est peine perdue tant que le législateur continuera de brider la libre circulation du consommateur.

Les difficultés et le coût du stationnement prohibitif amènent les individus à se déplacer en transport en commun pour atteindre les centres villes. Conséquence, ils ne reviennent pas chargés de paquets mais avec le minimum d'achats pour ne pas être encombrés.

C'est sans compter sur la créativité somme toute très relative de certains de nos élus pour redynamiser les centres villes : Non sans humour ils proposent leur "ville plage" en plein centre de leur commune alors que cette dernière se trouve à 20 minutes ! (je n'invente rien).

L'on peut également s'interroger sur le mode de calcul de cette taxe, basé sur du déclaratif, il est tout simplement impossible à réaliser.

D'après le projet de loi les véhicules non polluants utilisés pour les livraisons ne sont pas concernés. Certes, mais une livraison est la plupart du temps composée de plusieurs moyens de transport et de plusieurs véhicules avec des énergies toutes aussi différentes.

Prenons l'exemple un colis qui vient de Nice à destination de Nantes. Il sera pris en charge en porteur ou en utilitaire avant de rejoindre la plateforme colis du département 06 et de repartir à l'aéroport par porteur ou semi-remorque.

Là bas il prendra l'avion et le même processus suivra à son arrivée. Seulement c'est oublier le dernier kilomètre qui peut se faire à vélo, en véhicule électrique en utilitaire diesel...etc Autant de possibilités ajoutées aux innombrables itinéraires différents (et donc aux calculs) pour un même point de livraison.

Est-ce le transporteur qui calculera cette taxe ? Le Ecommerçant ?

Comment contrôler ? Qui contrôlera ? Quels moyens y seront alloués ? Quelle rentabilité pour cette taxe ?

Puis là ou ce projet de loi n'a rien de sérieux dans son élaboration c'est qu'une société Ecommerce qui possède un magasin est exonérée alors même que ce dernier peut ne représenter que 1% de son C.A.

Cette loi est inapplicable. Cela serait de la concurrence déloyale entre retailers et Ecommerçants qui paient déjà pour chaque envoi de produit et devraient payer en plus cette taxe, c'est la double peine et c'est inacceptable !

Par ailleurs les marges ne sont pas extensibles, qui paiera réellement cette nouvelle taxe ?

Internet est un monde où la gratuité est toujours payante d'une manière ou d'une autre, c'est donc le consommateur qui fera les frais de cette nouvelle taxe soyez-en assuré.

Lire la suite

Ecommerce : Les 7 erreurs à éviter sur ses photos de produits [Par Fabien Cortell]

21 Avril 2018 , Rédigé par Fabien Cortell Publié dans #E-commerce en général, #Expertise Ecommerce, #Marketing, #Digital, #A ne pas faire

Ecommerce : Les 7 erreurs à éviter sur ses photos de produits [Par Fabien Cortell]

De plus en plus d'entreprises se lancent dans la conception d’une boutique en ligne. Ce dispositif est pour beaucoup le meilleur moyen de vendre leurs produits, notamment en touchant une plus grande cible, et donc, par conséquent, d’augmenter leur chiffre d’affaires.

 

Néanmoins, certains pensent encore qu’un site marchand se caractérise simplement par des produits proposés et qu’il n’y a pas de véritable stratégie marketing à adopter. La vérité est toute autre puisque chaque détail doit pris en compte et pensé pour que vos internautes se convertissent en acheteurs.

 

Pour vous aider, voici un petit panorama des erreurs à éviter sur ses photos de produits Ecommerce présentées sur un site internet.

 

1. Proposer une photo de votre produit avec des éléments perturbateurs

 

Il n’est pas rare de voir sur des sites e-commerces débutants ou confirmés des produits pris en photo avec d’autres éléments sur le cliché. Même si certains peuvent penser qu’il s’agit là d’un moyen de « mettre en scène » l’objet, cela n'aura pour seule finalité que de perturber l’internaute (sauf dans des cas particuliers, comme la vente de mobilier par exemple).

 

Sur un site marchand, vous devez proposer un visuel clair et précis de votre produit. La photo que vous allez mettre en avant se doit de représenter uniquement l’article concerné. Néanmoins, nous sommes bien conscients que cela n’est pas toujours simple.

 

Tout le monde n’a pas à sa disposition un studio photo avec un fond parfaitement blanc (ou fond vert). Pour vous avoir un résultat satisfaisant, le mieux reste de prendre votre photo puis de détourer vos images. Pour cela, vous pouvez notamment faire appel à des spécialistes en la matière qui vous proposeront rapidement de détourer vos produits e-commerce ou de les insérer sur un fond blanc.

Ecommerce : Les 7 erreurs à éviter sur ses photos de produits [Par Fabien Cortell]

2. Mettre en ligne des photos de mauvaises qualités

 

Aujourd’hui, tout le monde peut s’improviser photographe grâce aux fonctionnalités des derniers smartphones. Même s’il ne vous prendra que quelques secondes de prendre un cliché de votre produit, sachez qu’il est primordial de garder à l’esprit la notion de qualité.

 

Une photo trop floue, trop sombre, trop exposée ou trop pixellisée viendra impacter votre image de marque de façon négative. Il ne faut que quelques secondes pour qu’un internaute change de page. Des visuels de mauvaises qualités peuvent définitivement vous faire perdre un client. Dans les faits, un rendu non professionnel engendrera moins de clics et donc moins de revenus.

3. Ne pas respecter une charte graphique

 

Si vous êtes attentif à ce que font la plupart des sites Ecommerce, vous remarquerez que les visuels qu’ils proposent sont harmonieux les uns avec les autres. Cela est simplement dû au fait qu’une charte graphique a été pensée puis respectée sur tous les visuels.

 

Concrètement, lors de la définition de votre charte graphique, vous allez devoir soulever des notions telles que le cadrage, les perspectives et la qualité afin de pouvoir proposer un contenu parfaitement homogène à vos clients. Lorsque ces derniers ont une vue d’ensemble de vos produits, ils doivent avoir sous les yeux des visuels harmonieux qui vont les uns avec les autres.

4. La mise en ligne de fichiers trop lourds

 

Si vous avez décidé de faire des photos avec un appareil professionnel, vous aurez entre les mains des clichés lourds. Dans les faits, cela signifie que vous aurez une photo de bonne qualité mais qui nécessitera de l’espace sur votre site web et donc un temps de chargement élevé (nuisant au SEO). Ne pas réduire cette taille pourrait être donc handicapant.

 

En effet, plus vous aurez des fichiers lourds, plus votre site Ecommerce sera ralenti. Cela signifie que les pages auront beaucoup de mal à se charger. Un site n’ayant pas de bonnes performances a par ailleurs tendance à faire fuir les internautes. Heureusement, on retrouve de plus en plus de plateformes web vous proposant de réduire la taille de vos photos tout en vous offrant la possibilité de garder une qualité optimale.

 

Nous vous conseillons donc de réduire le format de vos fichiers et de les compresser.

Ecommerce : Les 7 erreurs à éviter sur ses photos de produits [Par Fabien Cortell]

5. Prendre en photo un produit qui présente un défaut

 

Cela est peut-être évident, mais il arrive de voir des produits pris en photo alors que l’on y voit un défaut apparent. Cela peut aussi bien être une petite tâche qu’un trou ou un fil qui dépasse. Même s’il ne s’agit sûrement pas du produit qui va être expédié, il est préférable de ne pas prendre le risque de perdre certains clients à cause d’une telle inattention.

 

Lorsque vous prenez la photo de votre produit (pack shot), veillez à ce que ce dernier soit parfait. Si vous remarquez un petit défaut, vous pouvez faire une petite retouche avec un logiciel tel que Photoshop par exemple. Si vous n’y arrivez pas, vous pouvez demander de l’aide à un professionnel qui saura vous régler le problème le plus rapidement possible.

6. Ne pas faire attention au cadrage

 

La symétrie est une notion qui est importante à prendre en compte. Lorsque vous proposez la photo de l’un de vos produits, vous devez faire attention à ce que ce dernier soit bien centré afin de ne pas dénaturer la forme du produit.

 

Il doit être parfaitement droit pour ne pas perturber l’œil du lecteur. On évite généralement de mettre des produits inclinés ou de travers, à part si cela répond à une charte graphique spécifique et que tout le reste de vos produits présentent le même cadrage.

7. Faire trop de retouches photo

 

Il peut être tentant de modifier son produit pour le rendre plus attractif. Cependant, vous devez garder à l’esprit que, pour gagner la confiance de vos clients, vous devez proposer des visuels en accord avec les produits que vous proposez. En plus de cela, les photos qui sont trop retouchées ont tendance à être rapidement démasquées au détriment du taux de conversion et de l'image de marque.

Ne dit-on pas qu'une photo vaut 1000 mots ? C'est d'autant plus exact en matière de Ecommerce où le consommateur se fie à ce qu'il voit à défaut de pouvoir toucher les produits qui lui sont présentés.

L'amateurisme en matière de photos sur certains sites Ecommerce est encore bien présent de nos jours.

Les pure players qui ont ouverts leur marketplace en sont les premières victimes car il est difficile de vérifier une à une les photos importées en masse dans les bases de données et certaines sont de piètre qualité.

 

Comment espérer une commande d'un produit si ce dernier n'est pas présenté correctement et de façon harmonieuse, sans fioritures parasites ?

 

Certains petits Ecommerçants, croient encore qu'il suffit de mettre en ligne un produit sur un site Ecommerce pour le vendre automatiquement. Quelle bêtise ! Au delà de tous les paramètres et facteurs clés qui influent sur la visibilité et la réussite d'un site Ecommerce, il faut commencer par au moins présenter clairement les produits que l'on commercialise !

 

Sans compter que si par miracle un internaute commande un produit mal présenté, il aura certainement une certaine déception en le recevant et sera donc tenté de le renvoyer, augmentant ainsi le taux de retour impactant la ligne "coût logistique".

 

Certains fabricants refusent de fournir des photos à leurs distributeurs, ou proposent des images de mauvaises qualités. Ma vision est très claire à ce sujet depuis des années, s'ils veulent vendre leurs produits au travers de votre enseigne, alors c'est à eux de vous fournir des images de bonne qualité, sinon refusez de commercialiser leurs articles.

 

Pour conclure, il existe plein de petites subtilités à connaître afin de réussir ses photos de produits. Cela concerne aussi bien des notions de qualité que des notions de cadrage.

 

Dans les cas où vous n’arrivez pas à avoir le résultat que vous voulez, n’hésitez pas à faire appel aux services d’un professionnel de retouche et de détourage photo qui saura vous aider au mieux pour proposer de clichés à la fois représentatifs et attractifs.

 

Lire la suite

Le pouvoir de la personnalisation dans le Ecommerce [Par Suzanne Tran - Icrossing]

1 Mars 2018 , Rédigé par Suzanne Tran - Icrossing Publié dans #E-commerce en général, #IA, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Commerce, #Marketing, #Ecommerce, #e-commerce, #Webmarketing, #Digital

La personnalisation dans le commerce électronique : la suggestion de produits personnalisé génère 24% des commandes et 26% du chiffre d'affaires

 

Selon le rapport "Personnalisation des expériences d’achat" rédigé par Salesforce, les recommandations de produits - guidées par l'intelligence artificielle - génèrent des conversions plus élevées, des visites plus longues sur le site, plus de consultation de produits et un meilleur taux de retour sur la boutique en ligne (site Ecommerce).

 

L’intelligence artificielle a sans aucun doute fait sa place dans le marketing tout au long de l’année 2017. Dans le commerce électronique, l’IA (l’intelligence artificielle) peut avoir différentes fonctions dont la suggestion de produits personnalisés. Cette technologie permet une interaction innovante avec les clients.

 

Les attentes des consommateurs

 

La recherche sur la “Personnalisation des expériences d’achat" de Salesforce affirme que 50% des consommateurs pourraient se tourner ailleurs si une enseigne n’est pas capable d’anticiper leurs besoins, et 58% des consommateurs ont sensiblement changé leurs attentes en ce qui concerne le mode d’interaction des entreprises. La personnalisation, guidée par l'intelligence artificielle, est à la fois une réponse aux demandes des consommateurs et un coup de pouce aux ventes en ligne. Bien que pour certains cela semble être une solution technologique à des années-lumière, l’IA est largement utilisée, par exemple, dans les suggestions de base au sein des sites et dans tout le processus d'achat. De plus en plus d'aspects sont couverts par l'intelligence artificielle dans le e-commerce, y compris le contenu et les offres.

 

La force de personnalisation

 

Bien que seulement 7% des acheteurs en ligne interagissent avec les recommandations, ils affectent 24% du total des commandes et 26% du chiffre d’affaires. Non seulement les utilisateurs qui cliquent sur les conseils sont 4,5 fois plus enclins à créer des paniers, mais aussi les visites où ces interactions se produisent ont un taux de conversion 4,5 fois plus élevé. Les achats générés par les suggestions, enregistrent une valeur moyenne de commande supérieure de 10. De plus, les dépenses par visite d'un adepte des recommandations sont cinq fois plus élevées globalement et 4,7 fois sur les appareils mobiles.

 

Le pouvoir de la personnalisation dans le Ecommerce [Par Suzanne Tran - Icrossing]

Personnalisation selon les appareils

 

Maintenant que le digital est un média mature, il semble presque trivial de se rappeler que chaque stratégie doit être définie spécifiquement sur chacun des dispositifs utilisés. Mais en entrant plus spécifiquement, vous remarquez des données surprenantes. Les taux de conversion les plus élevés - parmi les utilisateurs qui ont cliqué sur une suggestion - sont le poste de travail (9,8%), suivi de la tablette (7,3%) et du smartphone (4,7%). Les utilisateurs actifs sur tablettes ont généré 30% du total des commandes grâce à des recommandations et 33% du chiffre d'affaires, bien que seulement 9% de toutes les visites proviennent de ces appareils. Sur le poste de travail, en revanche, la durée des sessions (15 minutes), le taux de conversion (9,8%) et la propension à créer un panier (24%) ont été enregistrés. Les utilisateurs mobiles ayant cliqué sur des recommandations se distinguent en raison d’un pourcentage plus élevé de commandes par rapport aux utilisateurs d’ordinateurs (25%).

 

L'outil de recherche interne pour le site

 

La phase exploratoire est fondamentale, c’est le début de l'entonnoir qui conduit à la conversion, et dans les premiers instants, le client s'appuie souvent sur un outil spécifique : la barre de recherche. Un développement correct de cet outil permet de simplifier l'identification du produit, et de proposer des résultats plus pertinents par rapport à une multitude d'options et de goûts différents à ceux qui savent quoi chercher et dans le cas d'un utilisateur d'exploration. Les performances de tels outils sont similaires à celles enregistrées auprès des utilisateurs qui profitent des conseils de produits associés et/ou suggérés : 10% des visites proviennent d'acheteurs qui effectuent des recherches sur des sites et ce pourcentage conduit à 25% du chiffre d'affaires. Les détaillants qui peuvent aider les clients à trouver ce qu'ils recherchent grâce à des outils de personnalisation seront donc en mesure de gagner des taux de conversion plus élevés.

 

La navigation moyenne de ceux qui concluent une transaction en cliquant sur les recommandations proposées par le site est de 12,9 minutes, contre 2,9 minutes pour ceux ignorant les recommandations. 37% d’acheteurs ayant cliqué sur une recommandation sont enclins à revenir sur le site comparé à 19% ayant ignoré les suggestions. Ceux qui y ont prêté attention ont consulté 4,8 fois plus de produits uniques. Bien que les utilisateurs qui ont cliqué sur les suggestions n'incluent que 6% du total des acheteurs, 37% d'entre eux ont terminé la commande.

 

Découvrez le rapport complet en suivant ce lien.

Lire la suite
1 2 3 4 > >>