Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Blog Ecommerce de Stéphane ALLIGNE Spécialiste du Ecommerce & Retail depuis 12 ans. Développeur de Chiffre d'Affaires.

Articles avec #marketing tag

Comment déterminer le meilleur horaire pour vos mailings et boostez vos ventes ?

11 Octobre 2017 , Rédigé par Invité : Gabriel - Article Sponsorisé Publié dans #Emailing, #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Marketing, #Webmarketing

Si vous utilisez déjà l'emailing, vous savez qu'il s'agit d'un outil extrêmement puissant pour mettre en place une relation approfondie avec vos clients et doper vos ventes. Très certainement, vous vous êtes également demandé à plusieurs reprises quel est l'horaire idéal pour l'envoi de vos emails.

 

Analysez votre clientèle

 

Pour commencer, déterminez les choses suivantes :

 

  • Quel est votre groupe cible ?
  • Quelles sont les habitudes de vos contacts ?
  • Quand vos destinataires sont-ils en ligne ?
  • Quel type de contenu proposez-vous dans vos emailings ?
  • Quelle types de campagnes emailing vos concurrents envoient-ils ?

 

Vous ne pourrez pas nécessairement répondre à toutes ces questions, mais plus vous analyserez vos destinataires, mieux vous pourrez optimiser vos emailings. Cela dit, ne faites surtout pas l'erreur de penser qu'un seul horaire est idéal pour tous vos contacts : il vous faudra segmenter vos listes en fonction de certains critères, comme par exemple, vos clients B2B et vos clients B2C.

Comment déterminer le meilleur horaire pour vos mailings et boostez vos ventes ?

Quand vos clients achètent-ils ?

 

Généralement, le Prime Time pour le e-commerce est la période entre 19:00 et 23:00. Sans être aussi actives, les ventes sont plutôt constantes la journée, de 10:00 à 19:00. À l'inverse, les ventes chutent largement de minuit à l'aube.

 

Cela ne veut pas forcément dire qu'il ne sert à rien d'envoyer la nuit, car on constate souvent que les consommateurs noctambules, même s'ils sont beaucoup moins nombreux, achètent plus et avec moins d'hésitation.  Pensez aussi que les consommateurs noctambules auront tendance à se rendre sur votre site à l'aide de tablettes ou de smartphones. Vos newsletters doivent donc à tout prix être en responsive design.

 

Pour déterminer l'horaire idéale, il vous faut analyser précisément l'impact de vos emailings et réaliser des tests A/B pour être en mesure de juger quand vos destinataires réagissent le mieux à vos messages et quand votre taux de conversion est le plus important.

 

N'oubliez pas non plus de prendre en compte les fuseaux horaire si vous envoyez à l'international.

 

Notre conseil : dans le domaine du B2B, il vaut mieux envoyer en semaine, au début/milieu de la semaine et le matin. Effectivement, au bureau, on a tendance à lire ses emails le matin et de ne plus avoir de temps pour cette activité l'après-midi. Souvent, les clients auront trop d'emails à lire le lundi : veillez donc à préférer le mardi ou mercredi. À l'inverse, veillez à ne pas envoyer le vendredi ou le week-end ! Dans le B2C, au contraire, il vaut mieux envoyer des emailings le week-end, car les clients auront tendance à acheter lorsqu'ils sont au calme. 

 

À quoi veiller lors de vos envois B2B et B2C :

 

Newsletter B2B

 Newsletter B2C

Prenez en compte les horaires de bureau

Évitez les horaire de bureau

Évitez les week-end

Envoyez le week-end

Envoyez plutôt en début de semaine, par exemple le mardi.

Orientez-vous à votre taux d'ouverture pour mesurer vos newsletters.

Orientez-vous à votre taux d'ouverture pour mesurer vos newsletters.

 


 

Alors, quand faut-il envoyer ?

 

Comme nous l'avons nu, il faudra choisir un horaire d'envoi différent en fonction de votre groupe cible. Cela dit, il n'y a pas de solution miracle universelle ! Pour déterminer l'horaire parfait, inspirez-vous des lignes directrices données dans cet article, mais réalisez en parallèle vos propres tests A/B afin de cerner précisément les particularités de votre clientèles. Le mot d'ordre, une fois de plus, est : tester, tester, tester ! Pour cela, servez-vous des nombreux rapports proposés par des logiciels d'emailing professionnels comme Newsletter2Go et orientez vous aux indicateurs comme le taux d'ouverture, le taux de clics ou le taux de conversion.

 

Vous aussi vous souhaitez publier un article "invité" sur le Blog Ecommerce ? Contactez-nous en suivant ce lien.

Lire la suite

Ecommerce : Service clients Amazon, la pieuvre a-t-elle perdue la raison ?

10 Octobre 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Analyses sites e-commerce, #Marketing, #Commerce, #Webmarketing, #SEM, #Livraison Ecommerce, #Logistique Ecommerce, #Transport

Abonné à "Amazon Prime" je commande régulièrement tout et rien sur le site en question car je ne paie pas les frais de port et puis le service client est irréprochable (malgré le fait que certains prestataires de livraison ne fassent pas correctement leur travail).

Je commande Samedi 6 Octobre au soir un produit pour la cuisine au prix de 59,95€ttc en livraison gratuite, livraison garantie Lundi 9 avant 20 heures, une promesse alléchante.

Effectivement le dimanche matin, je reçois un mail m'informant du départ du colis de leur entrepôt avec le transporteur Chronopost pour une livraison Lundi 9.

En suivant le colis Lundi matin, je me rends compte que le livreur a encore fait des siennes et il n'en a fait qu'à sa guise, laissant le colis au dépôt, je dois aller moi-même le chercher. Bravo Chronopost ! (ils veulent bientôt livrer 7/7j, qu'ils commencent par le faire correctement 5/7j après on verra).

Un peu exaspéré, je le récupère et voyant que son contenu ne me convenait pas, je décide de le renvoyer. Seulement impossible de le faire depuis mon compte client Amazon, je demande donc a être rappelé.

Amazon, ne s'embête plus sur les produits où les marges sont faibles et ne couvrent pas les frais de retour et de traitement, puisque par téléphone la personne m'a indiqué qu'il ne fallait pas renvoyer le produit et qu'elle s'occupait de faire un remboursement intégral de 59,95€ ttc directement sur la CB utilisée pour la commande (mail de confirmation ci-dessous) :

Ecommerce : Service clients Amazon, la pieuvre a-t-elle perdue la raison ?

C'est un peu fou non ? Comment passer cela au niveau de la comptabilité ? Peut-on considérer cela comme de la vente à perte ? Que se passe-t-il s'il s'agit d'un article dont on ne veut vraiment pas et que ça destruction est soumise à une réglementation ?

Pour le client, je suis d'accord c'est un sacré service, mais là j'ai quand même l'impression que cela va vraiment trop loin.

J'étais prêt à renvoyer le produit à mes frais si besoin était.

Une telle politique commerciale ouvre le champ des possibles à tous les abus de la part de clients peu scrupuleux, et cela se répercutera économiquement sur des sites Ecommerce beaucoup plus petits dans les mois et les années qui viennent.

Pour le consommateur, un acquis reste un acquis, j'entends déjà les clients dirent à un Ecommerçant : "Ce n'est pas normal, chez Amazon ils remboursent sans même que l'on renvoie le produit, vous devez faire pareil !".

Il est certain que ce type d'agissement ne doit pas se généraliser car au delà de l'impact économique il y a l'impact écologique et humain, jeter un produit car il ne convient pas, c'est bien là le vrai problème, effectivement le produit ne me convient pas, mais il pourrait tout à fait satisfaire un autre consommateur.

Je crois que cette solution de facilité est néfaste pour le commerce en général. Dire "oui" à toutes les demandes clients est une hérésie sans limites, une folie, un refus doit être expliqué, motivé pour être comprit. La pieuvre Amazon a-t-elle perdue la raison en allant aussi loin ?

Bien sur il y aura toujours cette partie des consommateurs que tout professionnel exècre, ceux qui ne veulent rien entendre (alors même qu'ils ont tous les tords), ceux qui sont de mauvaises foi, ceux qui ont fait une erreur mais refusent de l'assumer, ceux que vous ne pourrez jamais satisfaire quoi que vous fassiez, vous pourriez leur rembourser 3 fois le prix qu'ils trouveraient encore quelque chose à redire.

Puis le top de la bêtise concerne ces consommateurs : ceux qui menacent, ceux qui insultent (si si c'est tellement facile caché lâchement derrière un écran), ceux qui font du chantage et c'est sans compter les commentaires diffamatoires.

Fort heureusement cela ne reflète pas la majorité des consommateurs qui pour la plupart sont honnêtes et respectueux. Pour les autres, les litiges ont toujours leur place devant les tribunaux !

Pour conclure, une relation commerciale intelligente ne peut pas être basée sur le beni oui oui ou le précepte de "gagnant/gagnant" fera place au "gagnant/perdant" et à la frustration qui s'y rattache inéluctablement.

Lire la suite

1ère position SEO, Adwords devant le service public pour le site de Ecommerce de fiches de paie

22 Septembre 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #DOTNET, #SEO, #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Marketing, #SEM, #fiche paie, #Adwords

Chez DOTNET que cela soit pour nos sites (logiciels en mode SaaS) ou pour nos clients dont nous gérons le SEO ou les campagnes Adwords nous donnons toujours le meilleur et nous essayons d'obtenir le meilleur voici un exemple ci dessous pour un site qui permet pour les entreprises de créer facilement la fiche de paie d'un salarié :

1ère position SEO, Adwords devant le service public pour le site de Ecommerce de fiches de paie

Même sur des mots-clefs hyper concurrentiels il est tout a fait possible d'obtenir de très bons résultats, preuve en est ci-dessus et cela même devant des sites à fort contenu ou institutionnels. Certes le SEO est toujours fluctuant et il faut suivre les actualités SEO au quotidien mais il n'y a pas de secret c'est le respect des règles de Google qui est le seul secret.

Si vous rencontrez un problématique de visibilité sur votre site Ecommerce ou vitrine nous pouvons vous aider. Notre équipe notamment composée d'experts dans leur domaine respectif est à votre disposition, toutefois il faut également intégrer que pour faire du qualitatif, nous ne pouvons pas faire du quantitatif, aussi nous ne pouvons accepter que peu de demandes par an.

Vous pouvez nous contacter en suivant ce lien.

Lire la suite

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

11 Juillet 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Internet, #Entreprise, #Marketing, #Commerce, #Webmarketing, #web

Cette semaine, je me suis intéressé au site Ecommerce High Stickers qui comme son nom l'indique commercialise des autocollants sur internet et propose l'impression de stickers. Le site en question a déjà plusieurs années d'existence, il a été crée par Emmanuel DAVEAU dans la région Nantaise.

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Globalement le site est plutôt bien optimisé pour le SEO, c'est par contre en matière ergonomique qu'il faudrait travailler, notamment sur le menu du header qui n'apparait qu'au scroll : 

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers
Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Le sytème pour choisir les produits est simple : 

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Je ne comprends pas trop l'intérêt de changer d'environnement graphique lorsque l'on a ajouté un article au panier, sur un site Ecommerce c'est tout de même mieux si la charte graphique reste la même du début à la fin du processus d'achat.

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

J'aime beaucoup la possibilité de pouvoir soit télécharger le ficher avant le paiement soit de pouvoir envoyer le ficher par mail, c'est très pratique. Chez Rapid Flyer par exemple on envoie le fichier post paiement par téléchargement sans possibilité de l'envoyer par mail.

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Le processus de commande est clair, simple et rapide, tout ce que l'on attend sur un site Ecommerce. L'offre commerciale abordable et la livraison gratuite par TNT :

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Il y a un bug au niveau de l'adresse de livraison, en effet, j'ai déjà nommé l'adresse de livraison et j'ai un message d'erreur me demandant de la nommer à nouveau, à corriger : 

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Le site propose plusieurs moyens de paiement ce qui est plutôt pratique, encore une fois le processus de commande est épuré et simplifié : 

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Après annulation du paiement, impossible de retourner sur la page d'accueil, on arrive sur cette page, et pas d'accès à mon compte client depuis cette page :

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

J'aime beaucoup le bandeau central qui rassure réellement avec le cumul : Pictos, avis clients et références, même si généralement l'on retrouve ce type d'éléments plutôt au niveau du footer.

Découvrez High Stickers, site Ecommerce d'impression de stickers

Globalement l'expérience utilisateur est plutôt bonne. Il y a comme toujours des pistes d'amélioration notamment sur la home où la présentation est un peu fouillis au niveau des produits, je trouve que cela n'est pas super clair et joue sur l'ergonomie globale du site. C'est de mon point de vue la principale piste de progrès de ce site Ecommerce.

A regarder cette piste d'amélioration d'ordre ergonomique, je pense que le taux de conversion pourrait être largement amélioré.

Par contre ce marché est saturé et déborde de concurrents. N'oubliez pas qu'il n'y a que quelques places sur la première page de Google entre le SEO qui est forcément très bataillé et le SEA avec Adwords qui va voir les enchères augmenter, il vaut mieux avoir une solide base de données clients et une ergonomie de site irréprochable pour faire face à la concurrence !

Lire la suite

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

4 Juin 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Marketing, #Internet, #Webmarketing

Cela faisait un moment que je n'avais fait de "focus" sur un site Ecommerce, au delà des géants du Ecommerce français, je vais cette fois-ci vous parler du "vrai" Ecommerce, de ce que font 99% des entreprise de VAD en France et notamment ce site Panier-basket.fr qui comme son nom l'indique commercialise des paniers de basket...Focus :

 

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

On retrouve sur ce site Ecommerce des éléments innovants et une fluidité intéressante dans le parcours d'achat du consommateur. La partie SEO a été travaillée avec notamment ces encarts SEO présents sur les catégories du site :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

On aime également la "liste de favoris" et les "produits consultés", ainsi que le lien "contact" accessibles en permanence :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Les filtres de paniers de basket (sorte de navigation à facettes) sont également présents pour faire son choix rapidement selon ses critères, c'est pratique et rapide :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Je crois qu'en Ecommerce au delà du SEO de base, au delà du marketing de base, il faut savoir se démarquer de la concurrence, ce n'est pas toujours aisé, mais Panier-Basket.fr innove à travers ces points :

- Une fiche produit claire et du contenu riche et de qualité

- Des avis clients fournis et vecteurs de recommandation d'achat tout en créant du contenu pour le SEO

- Des vidéos de démo très utiles pour faire son choix et en plus c'est également du contenu pour le consommateur et pour améliorer le SEO

- Comme Amazon on retrouve des réponses aux questions des prospects

Ce que je préfère c'est le moteur de recherche avec l'autosuggest car c'est le plus compliqué, en effet le moteur de recherche est souvent délaissé par les sites Ecommerce car il n'est pas toujours aisé de proposer à l'internaute des résultats pertinents or là c'est le cas : 

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Les défauts sont les suivants :

Les éléments de rassurance n'on rien à faire au niveau de la ligne "chaude" :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Attention à la sur-optimisation SEO notamment dans les urls, le contenu et le menu :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Aucun bouton direct "Ajouter au panier" sur le listing produits, très dommage (un clic en plus pour le consommateur), pas de bouton "comparer" non plus :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Pas de bouton "Ajouter au panier" sur la fiche produit mais un bouton "COMMANDER" ce qui est trop implicatif pour le consommateur, préférez un bouton "ajouter au panier", l'internaute doit pouvoir ajouter les produits qui lui plaisent et ensuite faire son tri en les supprimant, par ailleurs le header n'est pas "fixé" ce qui amène pourtant énormément en matière d'ergonomie :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Concernant la partie "Fiche Technique" et "Vidéo" le SEO peut être largement amélioré :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Attention au responsive qui déconne, ce n'est plus possible aujourd'hui pour un site Ecommerce :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Voyons un peu le processus de commande :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

On aime moins la première étape notamment sur la partie "transport" avec des prix élevés pour le consommateur :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Un process de commande classique où les informations essentielles sont demandées : 

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

On me redemande à nouveau mon mode de livraison, alors que je l'avais déjà sélectionné, précédemment :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Plus j'avance dans le temps, plus je me dis que le Ecommerce doit être NOVATEUR et simplifier au maximum le parcours client ce qui n'est pas toujours le cas sur Panier-Basket.fr, en plus voilà un type de bug qui n'est pas acceptable :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

En matière de visibilité, le mot-clef principal est tout de même sur le papier très concurrentiel, d'ailleurs le premier résultat en SEO n'est autre que ... Décathlon, c'est dire ! Fort heureusement en matière d'Adwords et de Google Shopping, ils arrivent à se positionner dans les SERPs dans les premières positions :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Pour conclure, chez DOTNET on aime ce site Ecommerce car il a été pensé pour l'utilisateur tout en mettant le SEO au coeur de leur stratégie même si les résultats se font encore attendre, d'après Positéo le site sort en deuxième page :

Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket
Ecommerce : Focus sur Panier-Basket.fr le leader Français du Ecommerce du panier de basket

Il est impératif de faire attention à la sur-optimisation en SEO. L'important étant dans un premier temps, certes, une conception de site faite pour le SEO, mais pas seulement, le site Ecommerce doit être pensé pour l'utilisateur (ce qui baisse naturellement le taux de rebond), et des backlinks de qualité, point essentiel d'un référencement naturel de qualité.

Pour les sites Ecommerce que nous gérons chez DOTNET, qu'il s'agisse de services en ligne comme Fiche de Paie ou de commercialisation de produits, nous mettons un point d'honneur à ne pas viser la première page mais la première position. La deuxième place ne nous intéresse pas et nous y parvenons à travers une stratégie SEO toujours en phase avec les règles édictées par Google.

Dans tous les cas si vous cherchez un panier de basket, vous pouvez le choisir et le commander sur Panier-Basket.fr, un site fiable, de qualité, avec une logistique éprouvée.

Rassurez-vous, je n'ai aucune part dans cette entreprise, je suis juste admiratif des sites Ecommerce qui innovent comme le fait Panier-Basket.fr ;-)

 

Lire la suite

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

15 Mars 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #e-commerce, #Marketing, #Internet

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

RetailMenot sort ces derniers jours une infographie avec l'ensemble des éléments relatifs en Ecommerce à venir, on constate que la France, le Royaume-ni et l'Allemagne représente 75% des ventes en ligne et vont continuer de progresser dans sur 2017 et 2018 d'après l'étude en question :

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

Ecommerce vs Retail :

Important également le comparatif Ecommerce vs Retail avec des données qui ne sont pas vraiment positives pour le retail. En effet si la croissance est de +13,8% pour la partie Ecommerce en France, elle est au contraire négative +0,68% sur la partie vente en magasin.

Il faut y voir de mon point de vue un manque de remise en question en magasin depuis des années et un retard important sur le multicanal, et à contrario des innovations sans discontinuer en Ecommerce.

Au global en Europe la croissance est de +14,2% en Ecommerce contre une décroissance à -0,85% pour le Retail.

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

Panier moyen et nombre de transactions par acheteur (prévisions 2017) :

La moyenne Européenne est de 68€ de panier moyen et 15 achats/an par cyberconsommateur.

La France quant à elle est largement au dessus au niveau du nombre de transactions (19 achats/an) à contrario, elle est desservie par un moyen pus faible à 61€. Les extrêmes étant la suisse avec un panier moyen à 101€ et dans la moyenne Européenne du nombre d'achat.

En queue de ploton on trouve la Pologne avec 49€ de panier moyen et seulement 6 achats par an.

Quant à l'Allemagne elle tire son épingle du jeu avec 21 transactions par an et un panier moyen au dessus de la moyenne Européenne à 72€.

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

Et la partie mobile dans tout ça en 2017 ?

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

En Europe 114,4 Millions d'acheteurs sur mobile pour un montant global annuel de 641€, ce qui n'est guère étonnant puisque 72% du C.A généré par le Ecommerce se fera encore par ordinateur en 2017, 14% sur mobile à égalité avec les tablettes.

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

Les prévisions de croissance des transactions entre 2016 et 2017 ne sera que de +7% pour l'ordinateur mais de +32% pour les tablettes, le mobile n'est pas en reste avec une prévision à +31% le tout au niveau Européen.

Concernant la France, il est prévu une croissance de 60% du nombre de transactions sur Tablettes et seulement de +11% sur le mobile, au coude à coude avec l'ordinateur à +8%.

 

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot

Ce dernier chiffre concernant les tablettes en France est très important car la tablette devrait à terme largement distancer le mobile sur notre territoire.

Les chiffres clés du Ecommerce en 2017 étude de retailmenot
Lire la suite

Soldes 2017 c'est parti !

10 Janvier 2017 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Marketing, #Ecommerce, #Retail

Depuis ce matin c'est la frénésie en Ecommerce, les soldes démarrent en fanfare, et chaque enseigne y va à fond, il faut dire notamment sur la mode qu'il y a des stocks à écouler. Le Ecommerce va encore se tailler une belle part du gâteau par rapport au retail croyez-moi.

Dans le domaine de la chaussure, on retrouve bien entendu OFFSHOES.FR qui propose des rabais jusqu'à -70% sur une belle sélection de produits :

 

 

Offshoes.fr et les Soldes 2017

Offshoes.fr et les Soldes 2017

Cdiscount frappe fort cette année encore avec des tarifs tabassés sur son site Ecommerce et des rabais allant jusqu'à -95% et déjà des produits sont totalement épuisés. Ils avaient bien entendu acheter du stock spécialement pour animer le site et créer des achats d'impulsion.

Cdiscount Soldes 2017

Cdiscount Soldes 2017

Dans le domaine du Ecommerce moto, Ixtem fait une animation originale sur sa page d'accueil avec notamment une vidéo avec le patron de la société qui se met en scène avec des collaborateurs, ça c'est réellement original :

Ixtem Moto et les Soldes 2017 - vidéo sympa sur la Homepage du site

Ixtem Moto et les Soldes 2017 - vidéo sympa sur la Homepage du site

Chez Amazon, la pieuvre du Ecommerce on démarre petit avec des soldes à -60%, par ailleurs on a du mal à voir l'association avec OralB, cela trouve un peu le message relatif aux Soldes :

 

Soldes sur Amazon au 11 Janvier 2017

Soldes sur Amazon au 11 Janvier 2017

Retour dans le domaine du Ecommerce de la chaussure, chez Sarenza cette fois, où les chaussures soldées à -60% sur justes importables, je vous laisse seul juger :

Quelques Chaussures à -60% sur Sarenza

Quelques Chaussures à -60% sur Sarenza

RueduCommerce démarre avec des remises jusqu'à -70% avec de bonnes ristournes sur l'informatique, suivez ce lien.

Soldes sur RueDuCommerce

Soldes sur RueDuCommerce

Sur le secteur du Ecommerce de puzzles, on retrouve planet'puzzle qui cassent d'emblée -85% de remise, cela signifie qu'il vont taper encore plus fort sur les prochaines démarques, donc pour les fans de puzzles, il y aura de belles affaires à faire.

Soldes 2017 c'est parti !

Parce que tout se vend sur internet, Bybike, le leader Français du vélo électrique se targue d'offrir jusqu'à 1000€ de remise sur les produits Soldés, c'est le moment de passer au vélo électrique (petite précision c'est une société Nantaise qui a également un superbe magasin :

Les soldes de Vélos électriques

Les soldes de Vélos électriques

Darty propose jusqu'à -75% de remise notamment sur le rayon informatique, alors j'ai eu beau parcourir le rayon en question dans tous les sens, impossible de trouver un produit à -75%, je ne comprends pas qu'en 2017, des enseignes aussi connues et reconnues utilisent encore de telles méthodes.

Soldes Darty 2017

Soldes Darty 2017

Sur la Fnac, ça démarre à -80% de remise, et c'est effectivement le cas après vérification :

Soldes sur la Fnac 2017

Soldes sur la Fnac 2017

Chez VenteduDiable propriétaire de Pixmania aucune remise annoncée, il faut chercher parmi les différents rayons du site :

Soldes VenteDuDiable 2017

Soldes VenteDuDiable 2017

D'ailleurs sur Pixmania, ça démarre tout doux avec une remise maximum annoncée de -54%, ils sont un peu frileux visiblement :

Soldes 2017 sur Pixmania.fr

Soldes 2017 sur Pixmania.fr

Evidemment les spécialistes du Ecommerce high tech ne peuvent pas trop taper sur les prix, les marges étant plus faibles, on retrouve donc un timide -15% chez LDLC :

Soldes chez LDLC en 2017

Soldes chez LDLC en 2017

A contrario chez Materiel.net (même groupe que LDLC) on offre de belles remise sur le high tech avec jusqu'à -30%, là ils ont fait un vrai effort pour le consommateur :

Soldes 2017 Materiel.net

Soldes 2017 Materiel.net

Exemple avec un pc de gamer ce qui est plutôt intéressant :

Solde sur Materiel.net

Solde sur Materiel.net

Je ne vais pas faire tous les sites Ecommerce bien entendu, mais vous donne une vision du démarrage de ces Soldes d'hiver 2017. Bon shopping sur internet bien entendu !

Lire la suite

Les 5 fausses idées sur le dépôt de marque et la propriété intellectuelle pour les entrepreneurs

30 Novembre 2016 , Rédigé par Article invité Publié dans #Dépôt de marque, #Entreprises, #Marketing, #Commerce, #Internet, #Divers, #France

Idée fausse #1 : « J'ai créé une société, donc son nom m'appartient. »

Ce n’est absolument pas vrai. Créer sa société et l’enregistrer au Registre du Commerce et des Sociétés n’entraine aucune prérogative sur la possession d’un nom ou d’une marque. Le nom de société est, au regard de la loi, un nom administratif. Alors que le nom de marque est un nom commercial, qui doit être déposé auprès de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI).

D’ailleurs, le nom de la société et le nom de marque peuvent tout à fait être différents. Par exemple, le site leboncoin.fr est édité par la société LBC FRANCE, SAS. La marque Le Bon Coin, elle a été déposée à l’INPI, avec plusieurs identités visuelles :

Les 5 fausses idées sur le dépôt de marque et la propriété intellectuelle pour les entrepreneurs

On notera d’ailleurs que la marque a été déposée par la société Schibsted France, principal actionnaire de LBC France.

Sans ce dépôt de marque à l’INPI, la société LBC France ne serait pas propriétaire de la marque leboncoin.

NB :

Cette règle générale peut trouver des exception dans la jurisprudence, notamment lorsque le site en question jouit d’une forte audience (plusieurs millions de visiteurs par mois) et que la marque est considérée par les juges comme en forte visibilité du grand public.  Un site de cette envergure qui n’aurait pas déposé sa marque aurait donc le droit de propriété sur celle-ci.

Mais il est réellement nécessaire d’avoir beaucoup de visites. Le site alphazomes.org qui réalisait 19 000 visites par an et qui n’avait pas déposé son nom n’a par exemple pas pu bénéficier de sa marque. Le tribunal a estimé qu’il n’avait pas une notoriété suffisante, pour pouvoir prétendre à posséder la marque.  Cette personne a donc perdu le droit d'utiliser la marque et a dû fermer son site …

Idée Fausse #2 : « Puisque j’utilise la marque depuis plusieurs années et que j’ai été le premier, je n’ai pas besoin de la déposer ». 

Une entreprise qui utilise une marque n’en est pas pour autant propriétaire au sens légal du terme.

Si vous exploitez une marque de chaussettes depuis des années sans l’avoir déposée, mais qu’un concurrent arrive sur le marché et dépose la marque, alors il en est logiquement propriétaire.

La situation ne sera pas claire, car vous allez faire valoir le fait que votre activité se réalise au nom de la marque, que vous étiez là depuis plusieurs années et que vous avez des éléments pour en attester. Vous rentrerez alors dans une bataille d’avocats, mais il n’est pas certain que vous gagnerez. Surtout si votre activité est relativement timide.

 

Idée Fausse #3 : « Puisque j’ai acheté le nom de domaine, je suis propriétaire du nom » 

Le fait d’acheter un nom de domaine ne garantit aucunement la propriété d’un nom, pas plus que le droit de l’utiliser.

 

  • Le fait d’avoir pu réserver un nom de domaine ne garantit absolument pas le droit d’utiliser le nom. Par exemple, il semblerait que le nom de domaine lvmh-groupe.com soit disponible à l’achat aujourd’hui.
Les 5 fausses idées sur le dépôt de marque et la propriété intellectuelle pour les entrepreneurs

Mais il y a fort à parier que si vous achetez ce nom de domaine et que vous l’exploitez pour vendre des produits de luxe, les avocats du groupe LVMH vont vous adresser une mise en demeure de fermeture du site. On ne fait pas ce que l’on veut avec la marque des autres, même si le nom de domaine est libre !

  • De même, essayez de déposer le nom de marque LVMH Groupe à l’INPI sur les classes de vêtements et manufacture de luxe. L’INPI refusera votre dépôt, puisque la marque est déjà déposée. Et le fait d’arguer de la propriété d’un nom de domaine n’y fera rien.

Certains créateurs pensent que le fait de réserver un nom de domaine dans un pays étranger permettra d’exploiter le nom librement. Cela est faux également. Si le nom de domaine est étranger, mais que le site a des contacts réguliers avec des consommateurs français (des ventes, des échanges …), alors la justice considèrera que vous exploitez la marque en France.

 

Idée Fausse #4 : « J'ai été le premier à enregistrer ma marque, mes concurrents ne pourront pas la reprendre. » 

Une marque ne se dépose jamais dans l’absolu. Elle se dépose toujours sur certaines classes, et dans des pays ciblés.

Ainsi, une marque déposée sur certaines classes correspondant à un métier spécifique à l’industrie du bâtiment n’empêcheront pas une autre entreprise d’utiliser la même marque pour vendre des vêtements.

De même, le périmètre d’une marque est fixe, il est défini par les classes déposées, alors que l’activité de l’entreprise est susceptible d’évoluer. Netflix par exemple est passée en quelques années d’une activité de location de DVD pour les particuliers, à un business en ligne d’accès à une plateforme de vidéos à la demande. Les classes de ces deux activités ne sont pas les mêmes. L’activité initiale de Netflix est couverte en France sous la classe 41 « Education, formation, divertissement », alors que l’activité d’un service en ligne ne rentre pas clairement dans les classes, mais en tous cas ne se définit pas uniquement par la classe 41.

Il faut donc penser à déposer sa marque sur les classes qui peuvent également intéresser mon entreprise, même si vous n’avez actuellement aucun produit sur cette activité.

Autre exemple, une marque déposée en France pour la création et la vente de vêtements n’empêche absolument pas une marque italienne de se lancer sur le même créneau et de lancer des vêtements très similaires. Le dépôt de marque est national, et si vous projetez d’étendre la commercialisation de vos produits  à l’étranger, il faut protéger votre marque internationalement.

Idée Fausse #5 : « Je préfère attendre d’avoir de la trésorerie et vérifier si mon idée marche» 

Le dépôt de marque doit-être un réflexe systématique. En réalité, le dépôt doit même être réalisé avant la constitution de la société.

Il est possible de déposer une marque « Pour le compte d’une société en création » ou bien « Au nom d’une personne physique » plutôt qu’une personne morale. Plus tôt la marque est déposée, plus tôt elle est protégée.

Si la marque est déposée par une personne physique (un des futurs associés par exemple) avant la création de la société, il suffira pour introduire par la suite la marque dans le patrimoine de l’entreprise de déclarer sa cession dans les statuts, ou bien de faire signer un contrat de cession entre la personne physique et la société.

Déposer une marque coûte entre 200 et 500 euros selon les classes choisies. C’est une somme certes, mais si quelqu’un d’autre la dépose avant vous, ou bien alors même que vous démarrez votre activité, vous travaillerez pour rien et devrez céder les travaux réalisés sous ce nom de marque, ainsi que le nom de domaine …

 

A propos de Editioneo.com

Editioneo.com propose un outil en ligne permettant de simplifier les formalités juridiques des entrepreneurs. En particulier, le site simplifie le dépôt de marque en ligne. Il suffit de remplir un formulaire en ligne et le site gère l’ensemble des formalités.

Lire la suite

Quelles sont les évolutions sociales dans le domaine du Ecommerce ?

16 Novembre 2016 , Rédigé par Contributeur Privé Publié dans #E-commerce en général, #fiche paie, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Marketing, #Commerce, #ecommerce, #Internet, #Webmarketing, #Emailing, #Emploi

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le secteur du Ecommerce connait depuis de nombreuses années, plusieurs évolutions notables. L’une des plus spectaculaires est liée à l’utilisation des applications mobiles avant-gardistes, qui ouvrent la voie à de nouvelles perspectives de croissance, notamment à travers de nouveaux services online comme par exemple la gestion du social en ligne avec la génération de fiche de paie directement sur internet sans passer par un expert comptable.

Ainsi la toile se libère de toutes les contraintes qui limitent une transformation du commerce, attirant donc de plus en plus de monde. En matière d’emploi, le Ecommerce est un formidable domaine où il est possible d’observer la création de nouveaux postes chaque année. 
Les avantages liés à ce fait sont surtout d’ordre social, mais il ne faut pas non plus perdre de vue la question de la paie (rémunération de ces emplois).

Des niches pour les chercheurs d’emploi :

La demande continue de croître avec le temps, ce qui justifie la création de nouveaux postes et le recrutement de travailleurs dans le Ecommerce. Plus de 140.000 entreprises dans ce secteur ont besoin de compétences aussi bien commerciales que techniques. Selon les chiffres en 2013, il a été généré un peu plus de 12.000 emplois dans le secteur du Ecommerce.

Ainsi, les personnes expérimentées et passionnées peuvent faire le choix parmi les nombreux postes disponibles en rapport avec :


• Le web marketing : les options sont variées et vont du chargé de référencement au trafic manager en passant par le responsable e-mailing... etc ; 
• La création numérique : pour peu d’avoir la fibre créatrice, il est possible d’être directeur artistique, graphiste multimédia ou autre ; 
• La production de contenus : les opportunités d’emploi sont nombreuses et comprennent les postes comme rédacteur online, blogueur, etc. ; 
• La programmation informatique : expert du système d’information, intégrateur web, etc.


En somme pour obtenir un emploi dans le secteur du Ecommerce, le facteur géographique n’est pas forcément pris en compte puisqu’il est possible d’exécuter les taches à distance c'est au final la même principe qu'acheter sur internet, la distance ne compte plus. C’est une évolution notable surtout sur le plan social car les travailleurs peuvent ainsi exercer leurs professions depuis chez eux.

Quelles sont les évolutions sociales dans le domaine du Ecommerce ?

La question de la paie

En ce qui concerne les salaires, ils ne cessent pas non plus d’évoluer. Pour illustrer cet élément, voici quelques chiffres :


• Un directeur verra sa fiche de paie affublée d'environ 120.000 euros comme salaire brut par an
• Le responsable marketing s’il est à Paris perçoit 68.000 euros, et 57.000 s’il travaille dans une agence provinciale 
• Un directeur artistique web en agence gagne annuellement 43.000 euros, tandis qu’un graphiste dans le même secteur touche 36.000 euros. 
D’autres postes dans l’e-commerce comme ceux relatifs aux responsables de projet varient entre 34.000 à 42.000 euros de revenus bruts par an.

Bien entendu tout dépend des spécialités et des compétences. Le Ecommerce rassemble également des métiers relatifs au marketing. Ainsi, un assistant marketing gagne 24.000 euros en brut par année, tandis que le chargé d’études quantitatives oscille autour de 40.000 euros. Dans un tel domaine le rôle dévolu au directeur marketing est assez important, ce qui justifie un salaire de 112.000 euros en bas de fiche de paie. 
La communication n’est pas à négliger et les postes relatifs comme celui de responsable communication sont rémunérés à 50.000 euros bruts par an.

L’attaché de presse quant à lui gagne annuellement dans une agence à Paris 36.000 euros brut. Tous ces chiffres ne sont qu’à titre indicatifs et évoluent continuellement au cours du temps.


Si ces évolutions sont assez notables, qu’en est il de la pérennité de l’emploi ? Les données ne sont pas assez précises à ce sujet car certains postes sont saisonniers. Bien qu’il soit possible de dire que l’e-commerce offre de nombreuses opportunités en termes d’emploi, leur stabilité n’est pas en évidence. Même si d'Amazon projette de créer 1000 emplois en France en 2016, Le PDG de LinkedIn déclare que plus de cinq millions d'emplois seront perdus pour dans le secteur des nouvelles technologies d'ici 2020. En effet tout dépend des fluctuations du marché ce qui n’est pas sans incidence sur le salaire que l'on a sur sa fiche de paie à la fin du mois.

Lire la suite

Lancement prochain de plusieurs nouveaux services chez DOTNET, toujours en Ecommerce de services BtoB, Quid d'un centre de formation en Ecommerce ?

15 Novembre 2016 , Rédigé par Votre Serviteur : Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Expertise Ecommerce, #Marketing, #ecommerce, #SEO, #SEA, #SEM, #DOTNET, #Webmarketing

J'aime le virtuel sinon je ne ferai pas du Ecommerce mais j'adore le concret car sinon je ne ferai pas de Ecommerce. Les 2 sont assurément complètement liés et indissociables.

J'ai besoin d'écrire les choses, de faire la théorie à travers mes cahiers des charges mais j'ai aussi l'impatience de voir ce que j'écris se concrétiser, de voir un website que j'ai imaginé, dont j'ai crée la charte graphique prendre vie en ligne, je suis addict. A chaque fois c'est la même envie, la même vision d'apporter le meilleur aux internautes et aux futurs clients.

Car une nouvelle fois, il est essentiel de le dire : La satisfaction client est essentielle en Ecommerce car c'est elle qui détermine le taux de repeat business et l'amortissement du coût d'acquisition client que cela soit à travers l'expérience utilisateur que la livraison du produit commandé (physique ou virtuel).

La différence majeure entre bien physique et bien virtuel c'est sûr le fait que le bien physique inclut énormément de risques d'insatisfaction client :

- Erreur de traitement de commande

- Erreur de préparation de commande

- Colis perdu

- Produit arrivé cassé

- Produit qui ne fonctionne pas ou n'est pas conforme

- etc...

Il n'y a pas cela dans le Ecommerce virtuel, tout est automatisé avec les algorithmes, c'est bien plus compliqué à écrire mais il y a tout de même moins de soucis derrière, notamment en matière de SAV.

Alors aucun sujet n'exclu d'avoir d'important inconvénients et en biens dématérialisés  il faut le savoir c'est la même chose : Bugs, produits non délivrés, problème de produits finaux, non correspondance des produits avec ce qu'attendait le client et j'en passe. Les bugs sont quotidiens mais ils sont inévitables de part la complexité et les attentes des clients sur tous les domaines de produits dématérialisés. C'est compliqué.

 

 

 

 

Lancement prochain de plusieurs nouveaux services chez DOTNET, toujours en Ecommerce de services BtoB, Quid d'un centre de formation en Ecommerce ?

Je constate aussi que ceux qui se lancent aujourd'hui dans le Ecommerce quel qu'ils soient sont dépourvus de connaissances et d'expériences dans le domaine, résultat ils sont perdus. Je fais parti d'un groupe Facebook bien connu sur le Ecommerce et les demandes sont affligeantes et les réponses incomprises. Il faut arrêter l'amateurisme qui s'il est de même pour la création du business sera de même dans la gestion au quotidien au détriment des clients et de l'entreprise.

Il manque aujourd'hui une vraie formation Ecommerce pour se lancer avec les bons formateurs ayant de l'expérience et des réussites en Ecommerce confirmées. Il y a aujourd'hui des écoles pour former des développeurs mais pas suffisamment, le mix des deux permettrait de former de futurs employeurs et de futurs employés avec une facilité de créer des stages de formation facilement.

Il y a un vide là dessus en France et c'est inquiétant.

Pour le Ecommerçant il faut qu'il soit formé impérativement sur :

- La nécessité de développer son site Ecommerce

- Le SEO

- Le SEA (à tous points de vue)

- La logistique

- L'ergonomie

- La gestion globale d'une entreprise

- La vision notamment commerciale (acquisition clients rentable, fidélisation...)

- Etc...

S'il maîtrise l'ensemble de ces éléments à la fin de la formation, il part bien dans le monde du Ecommerce.

 

Lancement prochain de plusieurs nouveaux services chez DOTNET, toujours en Ecommerce de services BtoB, Quid d'un centre de formation en Ecommerce ?

Alors non, il n'est pas prévu chez DOTNET de créer un centre de formation à court terme, nous avons tant de projets à concrétiser actuellement, c'est le coeur de notre métier.

Mais rien n'est exclut pour faire avancer le little world du Ecommerce. Pour avoir échangé avec Axel (notre développeur sénior et référent national) je ne suis pas fermé à l'idée de lancer, de créer un centre de formation Ecommerce basé sur l'enseignement des développeurs que des Ecommerçants, encore une fois le mix des 2. Ce sont les éléments de la réussite.

DOTNET lancera principalement de nouveaux logiciels d'ici la fin de l'année. Bon cela répond déjà à certaines questions...wait and see....

 

 

Lire la suite

Le Retail est TRES en retard par rapport au Ecommerce et peine a pivoter

8 Novembre 2016 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Retail, #E-commerce en général, #Entreprises, #Marketing, #Commerce, #Internet, #Adwords, #Retail 3.0

Le constat est amer le retail est à la peine, très à la peine. La grande distribution a bien pivotée avec les drives et pour certains les livraisons à domicile mais on est encore loin très loin et c'est le retail qui perd du chiffre d'affaires parce que justement il ne pivote pas comme il devrait.

En Ecommerce on a tous les KPIs possibles et inimaginables avec aujourd'hui des outils qui nous permettent de corriger une action marketing et commerciale en temps donné.

Le retail est à la traîne notamment les petits commerces qui pour la plupart (sauf différenciation sectorielle ou de business model justement) sont perdus.

Ce qui est triste c'est qu'il existe des outils, des leviers qui permettent de conserver ses parts de marché.

Aujourd'hui le retail à déjà des kilomètres de retard sur le Ecommerce.

Certes leur taux de conversion est élevé par rapport au Ecommerce mais ils pourraient faire bien davantage en utilisant les incroyables ressources du web.

Prenons un premier exemple, lorsque je dirigeais le magasin Autodistribution à Orléans, j'ai un de mes collaborateurs, un peu futé qui me dit, "oui puis on est même pas visible sur Google lorsque tu cherches des pièces sur Orléans".

Je l'avais vu c'était totalement exact, je lui répondis que venant du web, je pouvais m'en occuper, cela aurait permis d'augmenter la fréquentation du magasin. Mais quand aurai-je eu le temps avec une hiérarchie oppressante et inefficace ?

Prenons un deuxième exemple, une très bonne amie a un petit commerce d'artisanat, elle me dit qu'elle a une vraie problématique avec son site internet qui était il faut le dire à fuir, mais que c'était la porte d'entrée de ses clients. Elle voulait donc que je l'aide à refaire son site et à lui apprendre comment être visible sur Google.

Sans budget, je lui ai refait son site gratuitement et avec plaisir, puis nous sommes revus pour que lui explique le SEO et tout le jargon et actions qui vont avec.

Elle a 37 ans mais elle était totalement perdue, alors même que j'avais fait attention à être pédagogue.

Je prends ces 2 exemples car le premier montre qu'il faut du temps à consacrer au web pour faire connaître ou développer sa visibilité. Le second montre qu'il faut des connaissances pour y parvenir ce que dans le retail ils n'ont pas forcément.

Le Retail est TRES en retard par rapport au Ecommerce et peine a pivoter

J'ai vu des réussites extraordinaires en retail en mixant le web.

2 amis de longue date maintenant avaient ouvert un magasin dans une zone où il n'y a pas de passage de consommateurs, mais vraiment aucun, une pépinière d'entreprises à Nantes. Pas de vitrine, ça ressemblait à gros garage.

Ils ont réalisés un gros travail SEO en local, mit en place des campagnes Google Adwords en local (bien moins coûteuses qu'en National) et bien croyez-le ou nom, tout le monde à la pépinière s'amusaient de voir des particuliers venir essayer les vélos qu'ils commercialisaient !

C'était fou, même le samedi où toute la zone était déserte, lorsque je passais à mon bureau, il y avait toujours du monde dans leur magasin, c'était extraordinaire croyez-moi.

La boîte a eu une croissance fulgurante (3Millions d'euros de C.A) et rentable, ils ont vendus il y a 2 ou 3 ans maintenant.

Belle histoire non ?

Le retail peut tirer son épingle du jeu en gagnant des parts de marché sans investir beaucoup, il faut simplement que les retailers s'imprègnent du web et de ses codes car cela fonctionne.

Je ne parle pas de mettre en place pour les petits retailers le clic and collect au départ, ou même des bornes connectés. Mais au moins il faut un site web qui tient la route, propre, ergonomique avec un plan pour se rendre facilement en boutique etc...

C'est le minimum, après il faut travailler le SEO et accroître sa visibilité, utiliser les réseaux sociaux pour faire connaître ces marques, ces évènements... Etc, bref tout qui fait le Ecommerce aujourd'hui.

Je discutais hier avec René un ami qui était au bureau et l'on aborde le sujet des femmes et des magasins. Je lui dis "M'en parle pas, mon ex me tranaît à Ikéa le samedi pour voir des conneries pendant 2 heures". J'ajoute qu'aujourd'hui je ne mets pas un pied dans un magasin physique car il n'y a pas de mon point de vue suffisamment de gain, de valeur ajoutée pour le consommateur que je suis.

Pour les courses c'est le drive, pourquoi j'irai m'embêter dans une grande surface voir gens qui te poussent sans s'excuser, de faire les rayons pour prendre mes produits et ensuite d'attendre à la caisse que l'on veuille bien enfin m'autoriser de payer ? L'expérience consommateur est nulle et me fait perdre mon temps. Du coup en 5 minutes je fais les courses sur le drive, je passe, 3 minutes après je suis reparti ! Toutefois concernant les sites Ecommerce des grandes surfaces, l'offre n'est absolument pas exhaustive contrairement aux magasins, pour la simple raison que si elle l'était la fréquentation baisserait dans le centre commercial où la grande surface est implantée, et donc également dans les boutiques présentes dans la galerie marchande.

Les chaussures, les vêtements idem, la qualité des photos sur internet, l'exhaustivité de l'offre, les retours gratuits, les différents modes de livraison... Pourquoi j'irai m'embêter en magasin ?

C'est bientôt Noël, pour acheter des jouets pour mes petites cousines, ma cousine justement m'envoie des photos avec les 2 produits de marque qui leur plairait issu d'un catalogue d'une grande surface. Sur Amazon le produit N°1 était 20€ moins cher qu'en grande surface, je n'ai pas hésité bien entendu et j'ai commandé, en livraison gratuite bien entendu !

Avant, je disais souvent qu'un consommateur sur un site Ecommerce est à 1 clic d'aller sur un autre.

Aujourd'hui je dirai que le consommateur dans un magasin (notamment grâce aux smartphones) est à un clic d'acheter sur internet, alors qu'il y a des années c'était beaucoup plus rare.

Le retail a besoin de se refondre totalement et d'apporter une vraie valeur ajoutée par rapport au Ecommerce. Services, facilité pour le trouver, Prix, exhaustivité de l'offre (via des bornes connectés) etc... mais pour cela il faut se remettre indubitablement en question.

Si le retail ne bouge pas, la pieuvre Amazon, elle, si !

 

Lire la suite

DOTNET, la startup Nantaise qui simplifie la fiche de paie

17 Août 2016 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Expertise Ecommerce, #Entreprises, #Entreprise, #Marketing, #Commerce, #Retail 3.0

DOTNET, la startup Nantaise qui simplifie la fiche de paie

Je me souviens, lorsque j'ai lancé MotoliGne en 2006, nous étions au début du Ecommerce dans la moto.

A cette époque, j'avais 24 ans, et oui cela fait 10 ans et 2 millions d'€uros plus tard (que le temps passe vite) alors pourquoi ce retour en arrière sur un passé totalement révolu ?

Explications...

Et bien depuis j'ai grandi, j'ai eu plusieurs expériences professionnelles après MotoliGne, jusqu'à la direction de 2 magasins de pièces auto dans le 45, un véritable couteau Suisse, pourtant le web me manquait cruellement même si j'étais toujours en veille.

Le multi canal en distribution est essentiel : Mix Boutique/Website notamment.

J'aurais voulu que chez AutoDistribution, ils m'intègrent à leur commission Ecommerce, mais ils n'avaient pas la bonne vision, donc acte, la séparation était inévitable à la vue des divergences stratégiques concernant la croissance des magasins et de l'enseigne.

Résultat de retour sur Nantes, je me suis posé la question, qu'est-ce qui posait problème lorsque j'ai lancé MotoliGne en 2006 ?

La réponse fût sans aucun doute : le social.

En 2007, lorsque j'avais commencé à recruter des collaborateurs, je devais donc faire des fiches de paie et je n'avais pas la compétence et je ne voulais pas me lancer là-dedans tant c'était compliqué. Je faisais donc appel à mon expert comptable, mais il me coûtait un bras et la justesse et l'expertise sur la paie n'était pas forcément au rendez-vous.

L'année dernière en 2015, lorsque j'étais consultant en logistique et Ecommerce pour entre autre le groupe GLS, j'avais un peu de cash dans ma société, j'avais alors pris un développeur en Freelance en télétravail pour bosser sur un site, qui était un fake sur le domaine du social à destination des TPEs. Puis en Décembre j'ai intégré le groupe AutoDistribution et à la direction des 2 magasins d'Orléans et Montargis j'étais très pris par mon job, j'avais donc laissé le projet de côté totalement absorbé par mon travail.

C'est lorsque j'ai su que j'allais partir d'AutoDistribution que je me suis remis sur le dossier. Alors avec Axel (développeur), on a travaillés comme des fous pour sortir une version pré-bêta d'un site qui permet à tous les chefs d'entreprise de créer facilement des fiches de paie sur internet. Aucun logiciel à installer, tout ce fait en ligne, c'est simple, intuitif et rapide et surtout bien moins cher ! A terme nous serons capables de proposer bon nombre de services sociaux en ligne, mais totalement simplifiés. Pourquoi pas la fiche de paie à 1€ ?

C'est donc là que DOTNET a prit toute son ampleur et DOTNET grandit chaque jour car nous (je dis "nous" car nous sommes de plus en plus nombreux à mesure que les effectifs s'étoffent) ne cessons d'innover et d'investir avec une vision stratégique de déploiement globale et écrite.

J'ai tout écris.

DOTNET, la startup Nantaise qui simplifie la fiche de paie

J'ai une vision pour l'entreprise sur 2 ans.

Nous allons attaquer différents marchés et en créer certains qui n'existent pas encore dans le but de simplifier le quotidien des entreprises bien au delà du site qui génère de la fiche de paie sur internet car ma vision va bien au delà.

D'ailleurs en Septembre de cette année, DOTNET, sortira un nouveau site de service en ligne et à terme une douzaine de services afin de répondre à l'ensemble des besoins des chefs d'entreprises toujours pour leur simplifier l'existence.

Aujourd'hui la stratégie est claire : Investir pour gagner des parts de marché et développer nos activités tout en restant rentables, il n'est pas question de perdre de l'argent. La société fera d'ailleurs une augmentation de capital à la rentrée, c'est acté.

Investir pour gagner des parts de marché et développer nos activités tout en restants rentables

Un job de Directeur Général c'est avant tout avoir une vision pour l'entreprise qu'il dirige : investissement, croissance, et rentabilité.

Dans le domaine de la distribution, il convient d'investir sans discontinuer, Jeff BEZOS (PDG d'Amazon) l'a bien comprit

Nous sommes bien loin des cartons que je demandais chez Autodistribution où la stratégie manque cruellement de vison et de moyens !

Lorsque je suis revenu sur Nantes tout début Juillet, j'ai revu tous mes amis dont la majorité dirigent des entreprises sur le Net en Ecommerce. J'ai revu Flo et Mika qui avaient montés plusieurs sites dans la mobilité individuelle notamment dans le vélo électrique.

L'entreprise était montée à 3 millions de C.A et ils l'ont revendue en 2014 pour créer une nouvelle boîte où aujourd'hui ils s'emmerdent. 2500€HT/mois de loyer en bail 3/6/9, un C.A plutôt faible par rapport à du Ecommerce de biens physiques et pas d'effectif, pas d'innovations.

Je ne me sentais pas de revivre tout cela, la logisitique, le SAV, les problématiques clients sur les produits reçus ou non d'ailleurs. DOTNET s'inscrit dans une vision d'optimisation des coûts, de rentabilité et non une course au C.A pour faire du C.A sans avoir de résultat positif sur le bilan.

il faut innover sans discontinuer en Ecommerce & en Retail

Maintenant mon regard est tourné vers les bureaux Nantais de DOTNET où chacun avance pour l'entreprise à travers une vision commune.

Nous recrutons des développeurs PHP en CDI, des intégrateurs, des conseillers clients BtoB et bientôt BtoC non pas sur le domaine de la fiche de paie mais sur d'autres marchés.

Je suis très heureux de vous annoncer que je suis le nouveau Directeur Général de DOTNET.

S.A

Lire la suite

Google Adwords revoit complètement la conception des annonces

28 Juillet 2016 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Adwords, #E-commerce en général, #Expertise Ecommerce, #Marketing

C'est déjà déployé en France, l'interface a complètement changée, Google Adwords propose dorénavant plus de caractères dans ces annonces.

Je viens de tester c'est effectivement beaucoup mieux, l'un peu mettre 2 titres bout à bout, et la description est également plus longue.

Attention conservez toutefois vos anciennes annonces car le délai de révison est visiblement obligatoire pour l'instant :

Nouvelle interface de rédaction d'annonces Google Adwords

Nouvelle interface de rédaction d'annonces Google Adwords

Je suis persuadé que les CTR vont augmenter de façon importante dans un premier temps avant de redescendre.

Ce qui est pas mal non plus c'est ce "chemin" qui n'est pas l'url finale (ça ne change pas) mais correspond en fait à l'url affichée dans le moteur de recherche. On peut y mettre bien plus de caractères :

Google Adwords revoit complètement la conception des annonces

J'ai mis en production des annonces sur un compte Adwords pour un site E-commerce, je vais laisser tourner une semaine avant de faire un feedback sur le blog.

MAJ 28/07/16 - 18h45 : Première annonce validée

MAJ 29/07/16 - 23H30 : Les nouvelles annonces cartonnent

Google Adwords revoit complètement la conception des annonces
Lire la suite

Marketing - Commerce : LA pub de fou de la part de Burger King

3 Mars 2016 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Marketing, #E-commerce en général, #Expertise Ecommerce

Le commerce ce n'est pas seulement sur internet avec le E-commerce, cela en fait parti mais pas seulement. Je suis expert dans le marketing viral, web et retail, et toujours gestionnaire de centres de profits à hauteur de 8 Millions d'euros, pour ceux qui ne me connaissent pas.

Lorsque je fais des préconisations pour des clients afin d'améliorer leur C.A et leur rentabilité j'attends qu'ils appliquent cela, mais je vois énormément de clients qui ne font rien. Ils prennent conscience du problème sans agir par derrière. Là malgré les relances je ne peux rien faire.

La décision leur appartient, je fais tout pour leur amener du business, du cash et de la rentabilité mais je suis un peu "blasé" par une forme d'immobilisme qui me gêne. L'idée est d'avancer pas de réfléchir 3 mois sur un changement de nom par exemple. Soyons simples, faisons du concret.

Bref, parfois agacé par ce que je reçois comme mails alors même que je fais pleinement mon travail pour mes clients avec à chaque fois des impressions d'écran afin de me blinder en cas de litige, je dépassionne le truc et lorsqu'il y a litige je transmets aux avocats de FIDAL.

Je n'aime pas cela.

Pour le côté humour et surtout marketing :

J'adore cette pub, du marketing puissance 10, où l'on a une vision exceptionnelle de l'utilisation de l'image de la concurrence au bénéfice de l'annonceur concurrent.

SA

Lire la suite

Tutoriel Adwords : Comment créer une campagne Google Adwords ?

23 Octobre 2015 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #SEA, #SEM, #Adwords, #Marketing

Pour ceux qui veulent démarrer avec Google Adwords, je vous ai crée un petit tutoriel sur Youtube qui vous expliquera comment créer en 5 minutes une campagne Google Adwords.

Prenez 5 minutes pour le visionner en suivant ce lien.

Tutoriel Adwords : Comment créer une campagne Google Adwords ?

C'est une vidéo qui vous explique simplement la création d'une campagne sur le réseau de recherche Google. D'autres tutoriels suivront dans différents domaines SEO et SEA notamment Google Adwords.

Lire la suite

Ebay en test avec Shopping Flux - Ecommerce épisode 2

27 Mai 2015 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Flux, #E-commerce en général, #Marketing, #Marketplace

J'ai démarré mes tests sur Ebay le 18 Mai, j'en parlais ici, au final l'indexation du flux est ultra rapide voyez par vous même sur cette boutique en test :

Plus de 150 000 produits sont référencés dans cette boutique

Plus de 150 000 produits sont référencés dans cette boutique

Alors comme je le disais sur le post précédent, le nombre de produits fluctuent en permanence notamment à cause des fins de vente de vos produits, c'est le principe même d'Ebay.

En ce qui concerne Shopping Flux, que dire à part que c'est une tuerie pour Ebay, c'est juste énorme de pouvoir y être présent en quelques heures avec un flux et par ailleurs des ventes en test ont été réalisées quasi immédiatement.

Autant pour Cdiscount, je trouve le processus hyper long, seulement un millier de produits test en production au bout de plusieurs mois, leur système est un peu limite...

1. Le flux doit juste est parfait. Pas bon, ni top, non non parfait je vous dis. il a fallut passer du temps pour le configurer et qu'il soit accepté par Cdiscount.

2. Ne pas lui mettre 150 000 produits dans le flux, cela fait trop pour eux et cela ne passera pas.

3. Une fois qu'ils ont accepté les quelques produits que vous leur mettez dans le flux, ils faut ensuite attendre 15 jours pour qu'ils soient visibles sur Cdiscount.

Shopping Flux n'y est pour rien, c'est réellement un problème de Cdiscount, qui, et c'est mon avis personnel, travaille comme il y a 5 ans. Le Ecommerce a changé depuis, ce ne sont pas des méthodes modernes.

Autant si vous voulez faire du business rapidement et en volumétrie importante, utilisez Shopping Flux et ouvrez la marketplace Ebay, franchement par rapport à toutes celles que j'ai pu tester ces dernières années : RueDuCommerce, Priceministrer, Cdiscount (j'exclu Amazon qui est un cas particulier), Ebay est la plus simple à mettre en place et à générer du volume du moins avec un outil comme shopping flux.

Alors certes, il faut passer un peu de temps au départ pour ouvrir un compte, ouvrir une boutique, catégoriser le flux mais après c'est de mon point de vue un véritable levier de croissance. De plus, contrairement aux autres marketplaces, vous ne récupérez pas une adresse mail bidon (automatiquement générée par Shopping Flux) mais la VRAIE adresse mail du client qui vous permet de la rentrer en base de données. Donc non seulement vous n'avez pas de frais marketing (CPC du genre Google Adwords ou comparateur de prix où vous n'avez pas de certitude de réaliser des ventes), mais en plus vous récupérez les données du client et vous pourrez le solliciter à nouveau à travers une newsletter par exemple. Tout cela pour une simple petite commission Ebay initiale et une commission sur le paiement Paypal, c'est le bon plan non ?

A suivre...

Lire la suite

Nouvelle pub Speedy... Avec un esprit décalé

30 Mars 2015 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Marketing

J'adore les pubs qui ont un esprit un peu décalé, les pubs pour Sixt en sont un parfait exemple, souvenez-vous également de la pub pour 118 218 avant l'ouverture du marché des renseignements téléphoniques. Chacun se demandait ce que c'était que cette pub qui n'avait rien à vendre. C'est ça le marketing !

J'ai jeté mon dévolu sur la dernière pub Speedy que je trouve plutôt sympa :

C'est clair que l'on ne va pas chez eux pour le café !

Lire la suite