CatégorieAUTRES SUJETSEntrepreneuriat

Argent, dirigeants, salariés : l’insipide jugement d’ignorants autosuffisants.

Argent, dirigeants, salariés : l'insipide jugement d'ignorants autosuffisants.

La stigmatisation des dirigeants d’entreprises n’a guère changée en 30 ans, « suceurs du sang » des salariés, pourfendeurs du droit du travail et passons sur les noms d’oiseaux dont ces derniers sont régulièrement affublés.

L’argent n’est pas tabou en France, en tout cas il ne l’est pas pour ceux qui regardent avec haine les CSP+ qui ont un peu réussi et affichent leur succès.

Doit-on pour autant blâmer ces derniers qui ont cherchés à créer leur emploi, par delà même créer des emplois en prenant tous les risques sans garantie de victoire mais avec la certitude qu’en cas d’échec tout leur serait rapproché ?

La société conspue la suppression d’emplois mais ne récompense pas leur création comme si cela était un du. Il n’en est rien. Réussir à créer son propre emploi est très difficile en soit, en créer un, deux, dix et plus l’est encore davantage.

Peut-on reprocher à ces hommes et à ces femmes de gagner correctement leur vie tant que cela est possible ? Assurément non.

D’une part le choix d’être salarié doit s’assumer et de ce côté là le manque de courage est de mise alors même que la protection sociale est bien plus avantageuse pour les salariés que pour les dirigeants.

D’autre part, lorsqu’un dirigeant est amené à se séparer d’un collaborateur il ne le fait absolument pas par plaisir ou alors il représente un véritable danger pour l’entreprise qu’il dirige. Arrêtons la démagogie de caniveau à l’opposée du quotidien de la plupart des salariés et des entreprises en France.

Un individu ne peut pas comprendre l’une ou l’autre de parties s’il n’a pas vécu le quotidien de chacune d’elle à un moment ou un autre.

Il faut arrêter de pleurer avant d’avoir mal, de déposer des préavis de grève sans connaître les teneurs exactes des projets lois, des décrets et par dessus tout d’empêcher ceux qui veulent travailler de le faire en menaçant même physiquement l’intégrité de ces personnes. Hé oui c’est aussi cela la France de certains ! Cette minorité qui arrive par son ignorance et sa bêtise à pourrir le quotidien des autres avec un mépris incroyable des libertés individuelles.

Une certaine presse ne traîne pas les pieds pour faire du patronat le diable de notre économie moderne, confondant avec assurance Chiffre d’Affaires et bénéfices, prônant cette même démagogie qu’elle dénonce pourtant avec velléité dans ses pages pour haranguer les lecteurs. Quelle innommable tromperie !

Le dirigeant d’une entreprise ce n’est pas par définition systématique un individu qui réussit avec certitude, ce n’est pas non plus une majorité de patrons dont l’entreprise est cotée au CAC 40. Un chef d’entreprise en France c’est un dirigeant de TPE, de PME, un agriculteur, un artisan, un auto entrepreneur, un commerçant.. etc… avec une réalité tout autre de ce qui est décrit dans certains médias, seulement la vérité ne fait pas vendre de papier.

Certes l’on parle des chefs d’entreprises lorsqu’ils se suicident et encore ces faits divers ne passionnent guère la presse et leurs lecteurs, préférants davantage parler de la délocalisation de certaines entreprises déjà aux mains de capitaux étrangers et où le petit patron Français ne peut pas faire grand chose.

N’oublions pas une chose : le chômage est un suicide social que tout le monde souhaite éviter, du moins tout ceux qui ont une envie de travailler ou de continuer à travailler. Vous pouvez chercher du travail ou bien si vous en avez l’envie, les idées, le courage et la vision, créez le vôtre. Mais ne maudissez pas les patrons, les dirigeants, ces créateurs d’emplois qui dans la très grande majorité créent de la richesse non pas pour eux mais pour les personnes qu’ils emploient.

Puis nombreux sont les dirigeants qui au mépris de leur vie personnelle font toujours passer l’entreprise et ceux qui l’a compose au premier plan.

La société juge et condamne avec comme autre forme de procès que les pitoyables articles de presse sans fond ni forme confirmant la bêtise de lecteurs avides de pugilat patronal.

Arrêtez le tir ! Il n’y aura jamais de vainqueur entre salariés et dirigeants car la réussite d’un projet, d’une entreprise est avant tout la rencontre et la mise en oeuvre des idées et des compétences, fussent-elles à la hauteur des ambitions de chacun.

Notons par ailleurs le nombre de détracteurs de la loi travail qui par opposition à cet exercice se sont arrêtés au titre. Cherchez l’erreur…

 

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceweb

Stephanealligne.com dans le Top 15 des blogs Ecommerce par Codeur.com

Stephanealligne.com dans le Top 15 des blogs Ecommerce par Codeur.com

Classement 2017 dans le Top 15 des blogs Ecommerce :

1. Blog Ecommerce (Olivier LEVY)

2. Capitaine Commerce

3. Cible Web

4. Ecommerce Nation

5. Info Ecommerce

6. Le Ecommerce

7. Made in Ecommece

8. Prestahop

9. Réussir mon Ecommerce

10. Stéphane ALLIGNE (ce blog)

11. Wizishop

12. A better lemonade stand

13. Ecommerce Guide

14. Ecommerce Platforms

15. Pratical Ecommerce

Retrouver l’intégralité du classement en suivant ce lien.

Source : Codeur.com

 

 

CatégorieAUTRES SUJETSEcommerceweb

Réseaux sociaux, Ecommerce, smartphones …etc : Le suicide social des uns, la lâcheté des autres

Le titre de cet article n'a pas vocation à faire le buzz mais à décrire une réalité que peu de personnes veulent admettre.

12 années après mes débuts dans le Ecommerce et le Retail, je dois reconnaître que l'être humain est de plus en plus ouvert sur le monde extérieur et sur les autres depuis qu'il se renferme derrières les écrans qui l'entourent.

Je suis pourtant l'un des symboles du Ecommerce du milieu des années 2000 de l'utilisation des réseaux sociaux, de blogs (celui que vous lisez actuellement a vu le jour début 2009) et fan des nouvelles technologies. Même s'il est aujourd'hui compliqué de faire marche arrière, prenons toutefois acte d'éléments factuels qui vont bien au delà des études réalisées sur le temps passé sur nos écrans.

Réseaux sociaux, Ecommerce, smartphones ...etc : Le suicide social des uns, la lâcheté des autres

Aujourd'hui pratiquement tout le monde possède un compte Facebook ou utilise les réseaux sociaux, cela permet de garder le contact avec des personnes, d'avoir de leurs nouvelles… sans les voir.

Pratique ! Sauf que, quid des soirées, des rendez-vous du week-end où les gens se retrouvent avec joie autour d'un verre, d'un film, d'un concert etc… avec de vrais échanges de véritables contacts où les liens Humains perdurent réellement ?

Résultat, nous sortons moins, nous nous voyons moins, nous communiquons moins finalement.

Idem en matière de Ecommerce (j'en sais quelque chose), aujourd'hui l'on peut tout acheter sur internet, TOUT sans exception même des produits que l'on ne trouveraient pas en magasin.

Vous faites vos courses avec les Drives, vos achats culturels sur Amazon et votre électroménager et autres sur des sites Ecommerce généralistes. Certes tout cela vous fait gagner du temps, mais pour faire quoi ?

Passer davantage de temps derrière vos écrans ? Assurément.

Le comble étant d'être avec un ami pour déjeuner et ce dernier passe 80% du repas à pianoter sur son smartphone passant d'un réseau social à un autre, d'une application à une autre comme si le moment présent n'était pas suffisamment intéressant pour lui consacrer l'intégralité de son attention.

Les gens ne s'appellent plus car il y a les réseaux sociaux et l'on poste un message de temps en temps pour montrer que l'on n'oublie pas l'autre. Plus ça va, moins ça va. Facebook, Linkedin et les autres nous rappellent les dates d'anniversaire des uns et des autres, on ne prends même plus la peine d'appeler l'autre pour souhaiter un anniversaire, ni même d'envoyer un SMS, un simple "like" sur un post d'un mec qui aura souhaité l'anniversaire à la personne concernée suffira. Pathétique.

Nous sommes devenus les esclaves de nos smartphones et de ce qu'ils contiennent.

Lorsque je dirigeais les magasins d'Orléans et Montargis chez Autodistribution, je me devais d'être réactif face aux demandes de la direction générale et financière. Je me souviens d'une anecdote alors que j'étais un midi au Mc Do avec ma cousine et ses deux filles. J'avais les notifications push à chaque mail et ce jour là pas plus ni moins que les autres jours cela n'arrêtait pas de tomber, à tel point que ma cousine s'exclama "putain t'es en pause là !".

Résultat, j'avais passé la moitié du temps à répondre en urgence aux mails et sms (hé oui ce canal est également très utilisé par la direction du groupe), un quart du temps avec l'esprit stressé en pensant aux mails auxquels je n'avais pas répondu et le reste du temps avec ma cousine et ses filles. Rendez-vous compte de ces extrêmes que nous côtoyons tous chaque jour au détriment de l'humain et de ces relations essentielles qui font de nous ce nous sommes ?

Puis il y a aussi les lâches, ces trolls malveillants qui insultent gratuitement sur les réseaux sociaux, provoquent dans l'espoir d'une reconnaissance de la personne visée, postent des commentaires injurieux et menaçants et j'en passe. Les réseaux sociaux comme les écrans permettent un anonymat (somme toute relatif), mais suffisant pour ces personnes se croient intouchables et se permettent tout et n'importe quoi.

Je me rappelle à l'époque où je dirigeais MotoliGne de 2006 à 2012, au delà des menaces physiques reçues par les réseaux sociaux, les commentaires sur le blog, l'on m'avait également adressé une seringue usagée et même des lames de cutter par courrier ! La lâcheté à bons nombres de visages, mais prend la plupart du temps l'apparence d'un puceau frustré dans le fond de sa chambre de bonne derrière ses écrans où il se sent exister.

Ces éléments ne sont pas là pour dire "on arrêtes tout !" non assurément sinon j'arrête mon métier que j'aime tant car fort heureusement il y a les bons côtés :

– Les réseaux sociaux permettent de retrouver des personnes que l'on a pas vues depuis longtemps, d'avoir des nouvelles assez simplement des uns et des autres, de trouver des contacts professionnels et même d'obtenir un emploi. (Avant même de quitter le groupe Autodistribution j'avais déjà un poste de Directeur d'Exploitation en CDI qui m'attendait à Nantes obtenu via Facebook, finalement j'ai décliné).

– Le Ecommerce permet d'accéder à des offres de produits et services rapidement et de façon exhaustive tout en faisant des économies et en obtenant rapidement ce dont on a besoin et même au delà.

– Les écrans nous permettent aujourd'hui un accès à l'information de façon quasi gratuite et illimitée

Tout cela reste positif, attention toutefois à ne pas en abuser et à conserver une part d'humanité réelle dans un monde de plus en plus virtuel. Parfois il faut savoir couper et prendre le temps de regarder autour de soi, de profiter de l'humain de relations réelles, vivantes et sincères, car une chose est sûre, nous trépasserons tous un jour ou l'autre et il est fort à parier que le smartphone est d'ors et déjà interdit à l'entrée du paradis.

 

CatégorieAUTRES SUJETS

Vaincre le Noma est une priorité absolue

Pour une fois, je ne vais pas vous parler Ecommerce dans ce post mais d'une maladie terrible et mortelle, le Noma. Samuel LE BIHAN est un des soutiens de l'association et le spot qui passe en boucle est à la fois touchant et à la fois terrible, criant de vérité.

Je ne connaissais pas cette maladie sans doute comme beaucoup, plongé dans un quotidien insipide et récurrent, ce quotidien où parfois l'on oublie la détresse de certains.

Touché par cet état de fait, attristé par ce drame humanitaire qui touche 140 000 enfants, j'ai évidemment fait un don personnel immédiatement mais nous allons aller plus loin.

 

Vaincre le Noma est une priorité absolue

Chez DOTNET nous gérons du social notamment sur la paie, un domaine compliqué mais passionnant à tous points de vue. DOTNET c'est également l'agence web où nous oeuvrons notamment en matière de Ecommerce tant au niveau de la création de sites web, de la maintenance applicative, des développements et des formations qualifiantes.

Dès la rentrée prochaine, DOTNET reversera 100% de ses bénéfices à l'association http://vaincre-noma.com/ sur TOUT le mois de Septembre. Il n'est pas admissible de "laisser faire" sans agir.

J'invite les responsables politiques, les élus, les chefs d'entreprises, les salariés, les chômeurs, les bénéficiaires du RSA, les ados de 18 ans, les amis, les ennemis, les DG;

J'invite les agriculteurs, les syndicalistes, les salariés, les tarés comme les sains d'esprits, les jeunes comme les vieux à se mobiliser contre cette terrible maladie.

Un seul mot maintenant : AGIR. Agir pour ces enfants, agir pour les parents qui vivent un drame terrible, agir pour leur avenir à tous.

Je suis déterminé pour que l'on éradique cette maladie.

Donnez : http://vaincre-noma.com/

Notre quotidien est tellement petit face à cette cause gigantesque. Agissez.

 

CatégorieAUTRES SUJETSEntrepreneuriatweb

L’importance de la valeur juridique des mails est trop souvent négligée…petit rappel

C’est en discutant aujourd’hui avec un chef d’entreprise où l’on parlait des mails que je compris qu’il ne savait pas qu’un mail aujourd’hui et depuis quelques années déjà, est parfaitement reconnu comme preuve devant les différentes juridictions…dont bien sûr les prud’hommes.

L'importance de la valeur juridique des mails est trop souvent négligée...petit rappel

C’est ainsi qu’en 2009 un chef d’entreprise bordelais a décidé d’envoyer un mail à une collaboratrice qu’il ne voulait pas garder dans son effectif, pour lui demander de démissionner.

Finalement elle est licenciée par son employeur qui est attaqué aux prud’hommes pour licenciement abusif. Elle produit le mail de son employeur et gagne bien entendu.

L'importance de la valeur juridique des mails est trop souvent négligée...petit rappel

Les paroles s’envolent, les écrits restent.

Un Avocat, Maître Philippe RAVISY, interrogé sur le sujet du mail affirme :

« L’email, c’est presque la reine des preuves, les gens ne font pas souvent assez attention et ce qu’il écrivent peuvent se retourner contre eux ».

Et des cas il y en a bon nombre croyez-moi. N’oubliez pas les paroles s’envolent, les écrits restent.

CatégorieAUTRES SUJETSEcommerceEntrepreneuriat

Interview pour Sup de Pub (groupe INSEEC) sur l’Intelligence Artificielle dans le Ecommerce

Interview pour Sup de Pub (groupe INSEEC) sur l'Intelligence Artificielle dans le Ecommerce
  1. D’où vient votre intérêt pour l’intelligence artificielle ?

 S.A : Elle permet d’automatiser de manière évolutive des notions notamment du service clients avec en particulier les Chatbots ce qui a pour intérêt d’offrir un service client 24h/24h et d’avoir une évolution des réponses apportées par le Chatbot en fonction de la réaction des clients.

  1. Avez-vous déjà utilisé l’IA dans votre vie professionnelle ? et/ou vie privée ?

 S.A : Oui.

  1. Pour vous, l’IA est une opportunité ou une menace ?

 S.A : Comme évoqué à la question 1, j’y voit une opportunité pour le consommateur comme pour l’entreprise qui propose donc plus de service pour les clients sans coût humain direct.

  1. Quels sont les tendances actuelles indispensables pour les sites e-commerce ? chatbots ? reconnaissance visuelle ? autre

 S.A : Chatbots sans aucun doute et nous ne sommes qu’au début.

  1. Pensez-vous que l’IA est accessible à tout le monde (startups, PME, etc) ou seulement aux grands acteurs avec des moyens d’investissement plus importants ?

 S.A : Aujourd’hui développer des fonctionnalités pour l’Intelligence Artificielle se limite à une question de temps, de moyens et de compétences. Se sont les seules limites. 

Puis ne nous voilons pas la face, les grands groupes crées certaines grandes idées, les développent mais tôt ou tard une version plus soft et moins chère est accessible pour les entreprises de taille moins importante.

  1. Actuellement en France, le digital est en plein essor… pensez-vous qu’il est déjà temps d’introduire de l’Intelligence Artificielle ?

 S.A : Cela fait déjà plus d’un an que des acteurs comme Voyages-Sncf travaille sur l’IA, il est donc plus que temps de s’y mettre !

  1. Selon vous, quel sera l’impact de l’intelligence artificielle sur le Ecommerce dans les années à venir ?

 S.A : Très simple : Amélioration du taux de conversion, service clients plus réactif sur le Chat, meilleure qualité de service, amélioration de la satisfaction client.

  1. Pensez-vous que l’intelligence artificielle est une menace pour l’emploi ?

 S.A : Oui et non, si l’on prend l’exemple du Chatbot, effectivement il n’y aura plus de personnel pour répondre en direct mais il faudra toujours 1 à 2 personnes (idéalement un conseiller client et un développeur) pour améliorer et corriger le Chatbot.

  1. Un sondage réalisé dans le cadre  démontre que 53% des répondants pensent que l’IA peut être dangereuse et un jour dépasser les hommes. On peut dire que cette technologie fait peur à certains consommateurs.

Pensez-vous qu’il est important de mieux les informer sur ce sujet ? Comment s’y prendre ?

 S.A : La nouveauté fait peur à beaucoup de monde, si l’on prend l’exemple du Ecommerce c’est la même chose, au départ tout le monde ne voulait pas donner ses numéros de C.B, puis le 3Ds est sorti, personne n’y comprenait rien et aujourd’hui on a 0,02% de fraude CB en France et personne aujourd’hui normalement constituée a peur de donner ces numéros de CB sur des sites Français.

L’Intelligence Artificielle permettra aussi par exemple à terme de maintenir des personnes âgées à domicile, d’aider les handicapés, l’IA amènera non seulement des améliorations sociales mais aussi sociétales.

Il est trop tard pour freiner la technologie qui n’a qu’une seule limite, l’intelligence Humaine

  1. Les appareils intelligents tels que Google Home ou Echo d’Amazon doivent exploiter les données personnelles de leurs utilisateurs pour un fonctionnement optimal.

 Pensez-vous, qu’il va falloir choisir entre l’intelligence artificielle et la vie privée ?

S.A : Alors qu’aujourd’hui tout le monde expose sa Vie sur les réseaux sociaux il faudrait avoir peur de l’Intelligence Artificielle pour sa Vie privée ? Il fallait y penser avant. Il est trop tard pour freiner la technologie qui n’a qu’une limite, l’intelligence humaine.

Merci beaucoup pour votre temps et votre aide !

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriat

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d’expérience client

Je commande toutes les semaines sur des sites Ecommerce que cela soit à titre professionnel ou personnel, habituellement c'est Amazon et son programme Amazon Prime qui me convient le mieux.

Pourtant, le 11 Janvier pour les Soldes, j'ai envie de tester Cdiscount et effectivement ils proposent des tarifs très intéressants sur les chemises de marque Lacoste, ce même jour je valide donc une commande de 4 chemises Lacoste pour un montant de 164,73€. Les produits sont vendus via la marketplace mais bien expédiés par Cdiscount.

Commande sur Cdiscount

Commande sur Cdiscount

Comme vous pouvez le constater sur la vue ci-dessous, la commande a été préparée et soit-disant expédiée. Sauf que quand on clique (même encore ce matin) sur le lien de suivi, on obtient :

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client

On est le 27/01/2017 autant dire que je peux l'attendre longtemps mon colis, et c'est là que les problèmes démarrent.

A 0,70€/minute j'ai pas super envie de les appeler, donc je veux signaler que je n'ai pas reçu ma commande, et cela on peu le faire depuis son compte client :

 

SAV Cdiscount en ligne

SAV Cdiscount en ligne

Super me dis-je cela a l'air simple et bien pensé ! Sauf que en cliquant sur le lien voici ce que l'on obtient :

 

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client

J'ai essayé plusieurs fois sur plusieurs jours et même encore ce matin c'est le même problème. Evidemment je ne dois pas être le seul avoir ce problème n'empêche que depuis 10 jours cela ne fonctionne pas.

Je n'ai pratiquement jamais eu d'embêtement en commandant sur des sites Ecommerce, j'en ai fait énormément qu'ils soient Français ou étrangers, je n'ai jamais vu un pareil foutoir, je m'explique…

Mardi, je décide de prendre mon téléphone pour appeler le 3979 à 0,70€/min, leur SAV qui n'est absolument pas en France, j'explique à une charmante dame ce qui se passe, elle constate effectivement qu'il n'y a pas de suivi colis et me dit qu'il est certainement perdu et me propose un avoir ou un remboursement.

Je demande un remboursement et elle me répond c'est bon le remboursement est effectué.

En consultant mon compte client, je constate ceci : 

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client

Effectivement il y a bien un remboursement, mais pas du montant initial qui était de 164,73€ mais de 125,79€ ! La fille a oubliée de rembourser 1 chemise sur les 4.

Je rappelle une nouvelle fois, cette fois je tombe sur une jeune femme peu aimable limite agressive et me dit "vous l'avez reçue cette chemise ?". Bien entendu non puisqu'elle est sensée être dans le même colis que les 3 autres et qu'il n'y a qu'un seul numéro de colis.

Elle transmet ma demande au service remboursement et me dit que j'aurais une réponse sous 72 heures :

Mail de Cdiscount

Mail de Cdiscount

72 heures plus tard, toujours aucune réponse du service remboursement, aucun mail, aucun appel de leur part et pas de trace de remboursement de la dernière chemise dans le compte client.

Je rappelle encore une fois (0,70€/minute), et là après plusieurs minutes le type au bout du fil me dit que je vais recevoir un mail dans les toutes prochaines minutes confirmant ledit remboursement.

C'était en milieu de matinée, il est 15 heures et toujours pas de mail.

Au global, je vais pas perdre mon temps pour 40€, j'ai fais un signalement à la DDPP, puis on verra la suite, mais je suis super déçu de la prestation.

Total : Perte de temps + Perte d'argent (38,94€) + 3 Appels pour un total de 23 minutes soit 16,10€ = Boycott de Cdiscount et perte de 55,04€ttc.

MAJ du 30/01/2016

Après de nombreux échanges sur les réseaux sociaux avec la CM de Cdiscount, j'ai reçu enfin un mail m'indiquant un prochain remboursement :

 

Cdiscount, un site Ecommerce déplorable en matière d'expérience client
CatégorieAUTRES SUJETSEcommerceSEO - SEA

Découvrez le site Ecommerce de chaussures OffShoes qui va être entièrement revu

Je voulais vous présenter un site EcommerceDOTNET va intervenir dans les prochaines semaines et les prochains mois car DOTNET ce n'est pas seulement une société d'édition de logiciels en ligne mais aussi des experts en SEO, SEM et SMO au service de nos clients.

Nous nous attaquons cette fois au site de chaussures OffShoes qui est spécialisé dans la vente de chaussures sur internet et en points de vente.

Nous allons refondre la charte graphique et l'ergonomie du site  avec l'éditeur du logiciel du site internet. La première difficulté réside dans le fait que nous n'avons pas de back office et aucun accès à un BO simple à administrer. C'est compliqué de bosser avec un logiciel de caisse en local sur un PC à distance avec Teamviewer mais pour l'instant nous n'avons pas d'autre choix proposé par le client.

D'ailleurs l'interface de POLARIS n'est pas pratique sur tous les points mais ils préfèrent faire eux-mêmes les modifications sur les demandes des clients. Ok, on va faire cela mais on a pas fini ! Boucler une refonte sans accès au code est beaucoup plus compliqué.

Voici donc la version de base, on va l'appeler la V1-Before-DOTNET :

Version du site de Chaussures de Offshoes online à ce jour

Version du site de Chaussures de Offshoes online à ce jour

Nous allons (tant que notre client nous donnera carte blanche) travailler sur :

– Le SEO

– L'ergonomie

– Le SEM

Le SMO n'est pas inclus dans la prestation. A voir par la suite avec notre client.

Je crois qu'aujourd'hui la vente de chaussures sur internet ou de tout article de mode est soumis a des règles ergonomiques édictées par les leaders du marché. Sur la chaussure, on notera Sarenza ou encore Spartoo qui donnent les codes du Ecommerce en la matière. Sarenza a une belle longueur d'avance, notamment grâce à son moteur de recherche libre et les filtres que l'on peut y ajouter. L'auto suggest est absolument phénoménal.

Il faudra a terme l'ensemble de ces éléments sur Offshoes.fr pour permettre au site d'accroître son Chiffre d'Affaires et sa notoriété. Aujourd'hui nous ne communiquerons pas sur le C.A sur ce site de chaussures, mais les points de vente apportent de la notoriété à la marque, il faudra pour ses dirigeants réfléchir à un mix boutiques+Ecommerce, pourquoi pas avec des bornes connectées en point de vente, a réfléchir en terme de stratégie de mix commerce.

Aujourd'hui l'appartenance identitaire d'une marque est apparentée tant sur le web qu'en retail. Il faut donc mixer les 2 et je pense qu'Offshoes a la bonne vision en la matière même si leur site internet devra être totalement revu et modernisé pour coller à l'image du monde de la chaussure sur internet.

 

 

 

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatSEO - SEASOFTWAREweb

Quelles sont les évolutions sociales dans le domaine du Ecommerce ?

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que le secteur du Ecommerce connait depuis de nombreuses années, plusieurs évolutions notables. L’une des plus spectaculaires est liée à l’utilisation des applications mobiles avant-gardistes, qui ouvrent la voie à de nouvelles perspectives de croissance, notamment à travers de nouveaux services online comme par exemple la gestion du social en ligne avec la génération de fiche de paie directement sur internet sans passer par un expert comptable.

Ainsi la toile se libère de toutes les contraintes qui limitent une transformation du commerce, attirant donc de plus en plus de monde. En matière d’emploi, le Ecommerce est un formidable domaine où il est possible d’observer la création de nouveaux postes chaque année. 
Les avantages liés à ce fait sont surtout d’ordre social, mais il ne faut pas non plus perdre de vue la question de la paie (rémunération de ces emplois).

Des niches pour les chercheurs d’emploi :

La demande continue de croître avec le temps, ce qui justifie la création de nouveaux postes et le recrutement de travailleurs dans le Ecommerce. Plus de 140.000 entreprises dans ce secteur ont besoin de compétences aussi bien commerciales que techniques. Selon les chiffres en 2013, il a été généré un peu plus de 12.000 emplois dans le secteur du Ecommerce.

Ainsi, les personnes expérimentées et passionnées peuvent faire le choix parmi les nombreux postes disponibles en rapport avec :


• Le web marketing : les options sont variées et vont du chargé de référencement au trafic manager en passant par le responsable e-mailing… etc ; 
• La création numérique : pour peu d’avoir la fibre créatrice, il est possible d’être directeur artistique, graphiste multimédia ou autre ; 
• La production de contenus : les opportunités d’emploi sont nombreuses et comprennent les postes comme rédacteur online, blogueur, etc. ; 
• La programmation informatique : expert du système d’information, intégrateur web, etc.


En somme pour obtenir un emploi dans le secteur du Ecommerce, le facteur géographique n’est pas forcément pris en compte puisqu’il est possible d’exécuter les taches à distance c'est au final la même principe qu'acheter sur internet, la distance ne compte plus. C’est une évolution notable surtout sur le plan social car les travailleurs peuvent ainsi exercer leurs professions depuis chez eux.

Quelles sont les évolutions sociales dans le domaine du Ecommerce ?

La question de la paie

En ce qui concerne les salaires, ils ne cessent pas non plus d’évoluer. Pour illustrer cet élément, voici quelques chiffres :


• Un directeur verra sa fiche de paie affublée d'environ 120.000 euros comme salaire brut par an
• Le responsable marketing s’il est à Paris perçoit 68.000 euros, et 57.000 s’il travaille dans une agence provinciale 
• Un directeur artistique web en agence gagne annuellement 43.000 euros, tandis qu’un graphiste dans le même secteur touche 36.000 euros. 
D’autres postes dans l’e-commerce comme ceux relatifs aux responsables de projet varient entre 34.000 à 42.000 euros de revenus bruts par an.

Bien entendu tout dépend des spécialités et des compétences. Le Ecommerce rassemble également des métiers relatifs au marketing. Ainsi, un assistant marketing gagne 24.000 euros en brut par année, tandis que le chargé d’études quantitatives oscille autour de 40.000 euros. Dans un tel domaine le rôle dévolu au directeur marketing est assez important, ce qui justifie un salaire de 112.000 euros en bas de fiche de paie. 
La communication n’est pas à négliger et les postes relatifs comme celui de responsable communication sont rémunérés à 50.000 euros bruts par an.

L’attaché de presse quant à lui gagne annuellement dans une agence à Paris 36.000 euros brut. Tous ces chiffres ne sont qu’à titre indicatifs et évoluent continuellement au cours du temps.


Si ces évolutions sont assez notables, qu’en est il de la pérennité de l’emploi ? Les données ne sont pas assez précises à ce sujet car certains postes sont saisonniers. Bien qu’il soit possible de dire que l’e-commerce offre de nombreuses opportunités en termes d’emploi, leur stabilité n’est pas en évidence. Même si d'Amazon projette de créer 1000 emplois en France en 2016, Le PDG de LinkedIn déclare que plus de cinq millions d'emplois seront perdus pour dans le secteur des nouvelles technologies d'ici 2020. En effet tout dépend des fluctuations du marché ce qui n’est pas sans incidence sur le salaire que l'on a sur sa fiche de paie à la fin du mois.

Haut de page

Blog Entrepreneur Ecommerce