CatégorieDISTRIBUTIONEcommerce

Ecommerce vs Commerce : qui perd gagne ?

Article mis à jour le 12 Février 2021

« Amazon emploie plus 10 000 salariés en France . 210 000 entreprises Françaises vendent leurs produits [sur] Amazon. »

Conséquence de la Saison 2 de ce nouveau confinement, les magasins de proximité « non-essentiels » sont dans l’obligation de fermer.

Le Ministère de l’Économie, représenté par Bruno Le Maire, et les Villes incitent ces enseignes à recourir le plus possible à la vente en ligne.

La Fédération du e-commerce et de la Vente À Distance (FEVAD) incite également les petits commerces à se digitaliser afin de pénétrer le marché du E-commerce pour tenter de compenser la perte de C.A suite aux fermetures des magasins.

En outre, des plateformes de e-commerce, à l’instar d’Ebay et de Cdiscount, permettent à ces boutiques d’intégrer leur marketplace rapidement et à un coût très faible.

Pour le commerçant présent sur une marketplace cela apporte immédiatement :

  • De la visibilité locale, nationale et internationale ;
  • Du C.A ;
  • De la notoriété, du branding ;
  • Du volume d’achat afin d’obtenir de meilleures conditions d’achat ;
  • De la marge

Seulement si le Ecommerce semble accessible à tous en mettant en ligne son catalogue produit, la réalité est toute autre.

D’une part, l’ouverture d’un site Ecommerce et/ou la vente à distance de biens et services sont soumis à la réglementation qui s’y rapporte, comme notamment la réglementation sur la protection des données, le délai de rétractation ou encore les modalités de remboursement propres à la vente à distance.

D’autre part, la vente par internet n’est pas “innée” ou “facile”. Il convient d’en maîtriser les codes, les outils, les leviers d’acquisition et de rentabilité. Tout un art comme avec le SEO ou le SEA 😉

L’éternelle opposition entre Ecommerce et Commerce traditionnel, est assurément obsolète tant la complémentarité des deux est avérée depuis des années.

Seulement si les difficultés actuelles sont réelles, elles ne sont pas le monopole du commerce de centre ville.

Par ailleurs, il est surprenant pour un esprit citoyen, de constater des édiles passer outre la Loi et les décrets Étatiques.

Les contestations des Maires concernant la fermeture des points de vente non essentiels, avec la prise d’arrêtés locaux, ne vont ni dans le sens de la Loi, ni dans une vision sérieuse des responsabilités d’un Maire envers ses administrés ; mais bien vers une démarche clientéliste et illégale. Consternant.

Puis ces édiles qui réclament aujourd’hui la réouverture des magasins de proximité oublient qu’ils sont indubitablement à l’origine de la désertification des centres-villes dont ils ont pourtant la responsabilité :

Difficultés pour se déplacer, suppression des places de parking, insécurité, impossibilité de transporter facilement les achats effectués, stationnement onéreux, limité ou inexistant, obstacles sur les voies de circulation, …etc..

Tout a été pensé pour faire fuir le consommateur du centre-ville.

Certains Maires comme David LISNARD souhaitaient la mise en place d’une taxe Ecommerce pour tenter de contrebalancer leur pitoyable gestion de l’espace public.
Tout a été pensé pour faire fuir le consommateur du centre-ville.
S’il y parvient c’est au prix d’efforts considérables alors même que les
centres commerciaux proposent de grands parkings où il est facile de se garer, GRATUITEMENT, des chariots pour transporter facilement ses emplettes, parfois même des agents, des voies d’accès adaptées..;etc…

Il n’est guère étonnant dans ces conditions de voir les rideaux de fer se baisser définitivement.

Par contre, en ville, on peut faire du vélo, y’a des pistes cyclables partout !

Seulement pas sûr que cela suffise à faire vivre les commerçants cet hiver lorsque les pistes cyclables foisonnantes dans les métropoles seront désertées après les premières gelées.

En outre, le Ecommerce n’est pas un nouveau canal de distribution, même s’il est beaucoup plus récent que le Commerce. Seulement on voit mal comment les “anciens” auraient pu se laisser dépasser les plus jeunes, sauf à avoir manqué de discernement et de clairvoyance.

Il est aujourd’hui nécessaire de s’interroger sur la part de commerçants ayant digitalisé leur point de vente.

  • Quelle part de magasins de proximité possèdent un site internet ou vitrine ?
  • Quelle part de magasins de proximité ont activé leur page Google My Business ?
  • Quelle part de magasins de proximité ont activé le click en and collect depuis le confinement saison I ?
  • Quelle part de magasins de proximité ont une page sur les réseaux sociaux et l’animent ?
  • Quelle part de magasins de proximité disposent d’un fichier clients à jour et exploitable pour des actions commerciales ?

….etc…la base. Le blog en parlait déjà là.

Avant d’exiger la fermeture de rayons dans les hypers au détriment des clients, des taxes et autres demandes vengeresses à l’encontre des acteurs du Ecommerce, il serait aussi intéressant, pour le commerçant, de s’interroger sur les actions à entreprendre individuellement pour s’adapter à la situation actuelle.

Ce ne sont pas les outils, les moyens, et les aides qui manquent… peut-être la volonté ?

Aujourd’hui il existe des solutions pour digitaliser les commerces de proximité, à l’instar d’initiatives comme « MaVilleMonShopping » :

mavillemonshopping

 

mavillemonshopping_2

 

Amazon emploie plus 10 000 salariés en France […], 210 000 entreprises Françaises vendent leurs produits [sur] Amazon.

 

Par ailleurs, ceux qui fustigent Amazon en cette période difficile, oublient que non seulement Amazon emploie plus 10 000 salariés en France mais que plus de 210 000 entreprises Françaises et entrepreneurs Français vendent leurs produits par l’intermédiaire de la marketplace Amazon, cela sans compter les sous-traitants de ces derniers.

La complémentarité Ecommerce/Commerce traditionnel se vérifie chaque jour

 

Enfin, avant de conclure ce post, qui n’est pas une plaidoirie pour tel ou tel camp, il est bon de rappeler que la complémentarité Ecommerce/Commerce traditionnel se vérifie chaque jour.

Par exemple, dans les points relais de ces dizaines de milliers de magasins français où transitent chaque année des millions de colis, se sont autant de clients et de prospects pour ces commerçants. A cela s’ajoute une commission sur chaque envoi traité. La monétisation est assurée.

Puis, des mesquins croient être audibles en venant parler aujourd’hui des “petits commerces”… 

Ceux-là même qui défendaient hier le droit de manifester en pillant les magasins, en saccageant les devantures, en brisant les vitrines, en molestant les employées… Ces pyromanes ont la mémoire courte et devraient s’abstenir aujourd’hui de tout commentaire sur ces sujets.

Pourtant, d’autres viennent maintenant revendiquer le droit d’occuper l’espace public en pleine réouverture des magasins qui ont pourtant tant soufferts ces derniers mois. Les syndicats, notamment la CGT porte haut la responsabilité des drames sociaux initié au travers de leurs actions, parfois délictuelles, souvent condamnables, et parfaitement infondées de ces 24 derniers mois.

Les commerçants en ont assez des syndicats qui se comportent mal, croyant que la rue leur appartient, qu’ils peuvent casser les vitrines, molester les riverains, et empêcher les commerçants de travailler.

Sources ici et

MAJ du 05/11/2020 : Réaction de Cédric O (secrétaire d’État en charge du numérique)

MAJ du 18/11/2020 : Article concernant la création d’emplois dans le Ecommerce et notamment chez Amazon

MAJ du 05/12/2020 : Le Ecommerce est aussi solidaire, à l’instar de Sarenza qui propose de reprendre gratuitement les vêtements que vous ne portez plus pour les offrir à des associations d’aide aux plus démunis :

Ecommerce Solidaire

MAJ du 06/12/2020

Alors que les commerçants rouvraient leur magasin en ville pour les fêtes, les syndicats refusent de les laisser travailler. Ils continueront leurs actions dans les centres ville quitte à ce que tous les commerces baissent définitivement le rideau.

Déclaration de Monsieur Michel LE ROC’H (Secrétaire général FO de L.A) :

« Il y a une tradition à Nantes, comme dans toutes les grandes villes, c’est de manifester dans les centres-villes. Donc nous continuerons ! »

Belle solidarité avec les commerçants locaux !

Tôt ou tard il faudra que ces individus, pyromanes, rendent des comptes aux Français. Ce type de comportement ne fait qu’entraîner dans la tombe une économie locale déjà dévastée par les mouvements sociaux de ces dernières années : Gilets jaunes, retraites, NDDL, Sécurité Globale

Tout est prétexte à la contestation ! Ce n’est pas sérieux, c’est malhonnête.

Ils se prévalent de défendre les droits des travailleurs, mais ceux-là ne demandent qu’à travailler en paix !

Il est nécessaire de rappeler que ces manifestations syndicales sont pour la plupart illégales et TOTALEMENT IRRESPONSABLES en cette période. Elles ne visent qu’à répandre la haine et le chaos dans les villes du pays. Une HONTE !

Puis, soyons un petit peu plus factuel :

50 000 manifestants dans toute la france, nous sommes 66 990 000 Français dont 29 700 000 de travailleurs.

Quand allons-nous cesser de leur donner de l’importance ?

La France est le seul pays au monde à en faire autant pour sa population.

La reconnaissance, la solidarité et le respect du travail d’autrui, ne semblent définitivement pas faire partie des prérogatives syndicales.

MAJ du 12/02/2021

Amazon annonce la création de 3000 emplois en 2021.

Sources ici et

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerce

Ecommerce : WOODBRASS 50 Millions de C.A, 100 Salariés, en Redressement Judiciaire

C’est une enseigne très connue, à la fois des Nantais (la société WoodBrass à son siège à Saint-Herblain), des passionnés de musique bien entendu mais aussi des professionnels du E-commerce qui vient de déposer le bilan auprès du Tribunal de Commerce.

Woodbrass c’est 50 Millions d’euros de C.A en 2019 et une centaine de salariés. L’entreprise était déjà en perte en 2018 avant de se trouver aujourd’hui en cessation des paiements.

Si une procédure de conciliation a bien été initiée, elle n’a pas permis de trouver un accord entre WoodBrass et ses créanciers. Woodbrass c’est 1,5 millions de VU par mois, 800 marques, 400 000 références… pour répondre aux besoins des passionnés de musique à l’instar d’ALGAM, site Ecommerce également Nantais, dans le même secteur d’activité.

Christophe CHAUVIN, le fondateur de l’enseigne WoodBrass explique que les difficultés actuelles ont pour origine l’arrivée d’une concurrence Européenne davantage agressive sur les prix. La diminution des marges et l’accroissement d’offres commerciales acérées ont mis à mal la santé financière de WoodBrass. Reste que le dirigeant fondateur est optimiste quant à l’avenir de l’entreprise, notamment car le confinement n’a pas freiné les ventes, au contraire.

A suivre.

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerce

RECRUTEMENT : Amazon recherche 50 personnes pour son nouveau centre logistique de Nantes

C’est le 15ème centre logistique d’Amazon sur le territoire national, et il est à Nantes (44) en Loire-Atlantique.

En effet, c’est le Mercredi 7 Octobre que cette nouvelle plateforme a ouvert ses portes du côté de Carquefou à l’Est de Nantes.

Dès 2018, ce blog vous informait sur une prochaine installation d’Amazon sur le territoire Ligérien.

L’objectif est de servir toujours plus de clients, mais de manière plus écologique tout en contribuant à l’emploi local.

Avec l’ouverture de cette nouvelle plateforme logistique, c’est toute une flotte de véhicules électriques qui seront utilisés pour livrer les clients Nantais.

Si le confinement est passé par là, dans certains esprits le E-commerce reste négatif à l’instar d’un Maire LR qui veut taxer le Ecommerce parce qu’il « consomme de l’espace public », mais pourtant le consensus semble clair sur son utilité pour les consommateurs lorsque les magasins sont fermés 😉

A Nantes, le sujet de la mobilité est d’actualité car se déplacer dans l’agglomération Nantaise est devenu depuis la rentrée, un véritable calvaire à la fois pour les usagers mais aussi pour les riverains.

Embouteillage à Nantes où la circulation depuis la mise en place des voies cyclables et des 30km/h

Cela sans compter la délinquance qui sévit chaque jour dans la métropole et qui exaspère la population

Nantes doit se renouveler à défaut d’avoir trouvé un nouveau souffle en changeant ses dirigeants lors des dernières élections…

Sources : ici et

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatweb

[ECONOMIE CIRCULAIRE] KIABI rachète et revend vos vêtements d’occasion

Magasin Kiabi de la ville d'Haumont

Magasin Kiabi de la ville d'Haumont

La complémentarité entre le point de vente physique et le digital n'est plus à démontrer. Bel exemple d'adaptation face à la conjoncture, par l'enseigne Kiabi, et notamment le magasin Kiabi de Haumont (59) dans le Nord, berceau Française de la vente par correspondance.

En effet, ce magasin Kiabi qui était déjà précurseur face à la fermeture des retailers non indispensables durant le confinement, avec la mise en place d'un drive dès sa réouverture, se démarque encore aujourd'hui.

Petite parenthèse : l'urgence d'acheter des vêtements peut paraître très relative en période de pandémie pour la plupart d'entre nous. Or, à dé-contextualiser une action, l'on en perd tout le sens, car si pour certains l'achat de vêtements peut paraître anecdotique, pour d'autres, il est indispensable lorsqu'on a des enfants de pouvoir les vêtir au fur et à mesure de leur croissance.

Le magasin Kiabi de Hautmont propose aujourd'hui à ses clients de revendre leurs vêtements d'occasion. Après le retrait en magasin d'un sac dont l'affranchissement est déjà effectué, les clients y mettent les vêtements dont ils souhaitent se séparer et reçoivent ensuite un bon d'achat à utiliser auprès de l'enseigne Kiabi.

Pour aller plus loin, l'enseigne Kiabi à l'aide d'un prestataire, propose ensuite ces articles triés et mis en valeur sur un emplacement à l'intérieur du magasin.
 

Source : (entre autre)

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatSEO - SEAweb

[GRAPHISME] 5 bibliothèques d’images GRATUITES

Chaton mignon | Banque d'images Pixabay

Chaton mignon | Banque d’images Pixabay

PIXABAY

Avec près de 2 Millions d’images gratuites ou libres de droit, Pixabay est en plus disponible en langue française.

Dès que l’on gère une activité professionnelle sur internet, l’on est amené à utiliser des images. Ne serait-ce que pour illustrer le site internet de votre entreprise.
Bien entendu les plateformes d’images, les banques d’images et les bibliothèques de photos sont très nombreuses sur le marché avec une mutualisation de certaines bases de données. Si la plupart sont payantes, il existe certaines banques d’images gratuites, vous en trouverez 5 ci-dessous :

FREEPIK

C’est presque 9 Millions d’images disponibles dans cette bibliothèque ! Le contenu de Freepik est  majoritairement gratuit mais pas en totalité, vous pouvez choisir un forfait premium pour avoir l’ensemble de la banque d’images.

PICJUMBO

Le principe reste identique à la plateforme précédente avec plus de 4,5 millions d’images, principalement gratuites, mais pour accéder à la totalité de la banque d’images, il conviendra de prendre un abonnement premium auprès de Picjumbo.

LIBRESHOT

Un peu de publicité sur cette plateforme de téléchargement d’images, mais la gratuité à toujours un prix ;-).

Le contenu de Libreshot est tout de même limité.

LIBRESTOCK

C’est gratuit et ce n’est pas toujours satisfaisant… Peu de résultats sérieux avec cette plateforme.

Et vous quelle banque d’images utilisez-vous ?

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatweb

[ECOMMERCE et RGPD] Spartoo condamné à 250 000€ d’amende par la CNIL avec astreinte journalière

[ECOMMERCE et RGPD] Spartoo condamné à 250 000€ d'amende par la CNIL avec astreinte journalière

Le Ecommerçant Grenoblois Spartoo déjà en proie à certaines difficultés avec le chausseur André et ses 600 salariés, vient d'être condamné par la CNIL à 250 000 euros d'amende pour différents manquements relevés par leurs services, relatifs au RGPD et à la conservation des données clients :

– Enregistrement intégral et permanent des conversations téléphoniques ;
– Enregistrement et conservation des coordonnées bancaires des clients sans leur consentement ;
– Collecte illégale de la copie de la carte "santé" des clients Italiens ;
– Aucune date de fin de conservation des données ;
-"L’information fournie dans la politique de confidentialité des données du site web n’est pas conforme."

[…]

L'amende est assortie d'une astreinte de 250€ par jour de retard.

 

Spartoo a réagit sur Twitter :

[ECOMMERCE et RGPD] Spartoo condamné à 250 000€ d'amende par la CNIL avec astreinte journalière
CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatweb

MAUVAIS PAYEURS : Faillites et défaillances d’entreprises vont se multiplier : Comment recouvrer un impayé ?

[MAUVAIS PAYEURS] Faillites et défaillances d'entreprises vont se multiplier : Comment recouvrer un impayé ?

Si certains croient encore échapper à la vague de défaillances d’entreprises qui va déferler à la rentrée, ils se trompent lourdement.

En effet, d’après l’assureur Euler Hermès, spécialiste de l’assurance crédit, les défaillances et les faillites d’entreprises vont bondir de +35% dans le monde entre 2019 et 2021.

Est-ce si étonnant ? Après 55 jours de confinement et donc d’inactivité ou d’activité très parcellaire par rapport à la normale, la réponse est non.

La première vague de faillites en nombre devrait débuter au 4ème trimestre 2020.

En France, le choix de fermer les Tribunaux de Commerce, le PGE (Prêt Garanti par l’Etat) et les différentes mesures gouvernementales ont permis de retarder en partie la vague de procédures collectives. Cela ne signifie pas pour autant que certaines entreprises ne sont pas déjà en état de cessation des paiements.

Ce que ne voulait pas le gouvernement c’était une cascade de faillites et de défaillances d’entreprises. Or, à promouvoir le non-paiement des loyers et des charges, certains dirigeants prennent la liberté de ne pas régler leurs factures au prétexte fabuleux du COVID-19.

Pire, à fermer les Tribunaux de Commerce, l’Etat a augmenté les difficultés des créanciers et précipité certains d’entre eux, à leur tour, vers l’état de cessation des paiements.

Si la plupart des dirigeants semblent disposer de solides valeurs en matière d’éthique et de probité, d’autres au contraire, profitent de la situation pour enfoncer encore davantage la tête de leurs homologues sous l’eau en ne réglant pas leurs factures. Lamentable.

[MAUVAIS PAYEURS] Faillites et défaillances d'entreprises vont se multiplier : Comment recouvrer un impayé ?

Retarder le paiement d’une facture sans raison est illégal. Le fait de ne pas respecter les délais de paiement convenus entre les parties est passible d’une amende administrative, dont le montant peut atteindre 75 000 € (soixante quinze mille) pour une personne physique et 2 000 000 € (2 Millions) d’euros pour une personne morale (hors dommages et intérêts légaux).

Autre point à prendre en considération dans le calendrier : les PGE accordés aux entreprises en difficultés.

En effet, celles qui n’ont pas pu relancer leur activité « survivent » avec leur PGE et l’épuise jour après jour à mesure que les échéances se succèdent.

Une fois le PGE épuisé, l’entreprise est alors sans ressources suffisantes pour faire face à ses créances et se trouve légitimement en état de cessation des paiements.

Euler Hermès prévoit une augmentation supplémentaire de +30 à +40% des défaillances d’entreprises en cas d’arrêt des mesures de soutien.

Loin d’être réjouissant, le scénario le plus pessimiste qui prend en compte un relèvement tardif de l’économie mondiale, prévoit une hausse de +85% à +90% du nombre de faillites d’entreprises.

Seulement, si déjà chacun règle déjà ce qu’il doit, sans chercher à se dérober avec des prétextes fallacieux, la chaîne de valeur ne se rompt pas en mettant en difficulté les partenaires, les fournisseurs et les salariés.

Ne nous mentons pas, certaines entreprises portées par des dirigeants peu enclins à respecter les règles, les lois et vraisemblablement dépourvus d’éthique, font tout ce qu’ils peuvent pour ne pas s’acquitter de ce qu’ils doivent.

Différentes procédures existent afin de récupérer les sommes dues par un débiteur.

Relance Amiable

Dans un premier temps, une lettre de relance amiable est à adresser au débiteur afin de lui indiquer qu’il ne respecte pas ses engagements. La lettre doit reprendre le montant dû et la date d’échéance.

Il est conseillé d’indiquer au destinataire de la lettre de mise en demeure, les conséquences de son obstination à ne pas régler ce qu’il doit : dépôt de plainte en bonne et due forme, mise en demeure judiciaire, l’ordonnance d’injonction de payer, le référé-provision, et bien entendu l’assignation en justice devant le Tribunal compétent.

La relance amiable peut également être accompagnée d’un SMS, d’un mail, ou encore d’un appel téléphonique.

Mise en demeure

Dans un deuxième temps, il convient d’adresser un courrier de mise en demeure au débiteur. Il est fortement conseillé de l’adresser en Lettre Recommandée avec Accusé de Réception (LRAR).

La formalisation d’une Lettre de mise en demeure nécessite de mentionner des éléments obligatoires comme par exemple : le délai de paiement, les coordonnées du créancier, la mention « Mise en demeure » etc…

Il est également préférable de ne pas laisser le débiteur croire qu’il a le temps de réfléchir afin de trouver une alternative pour ne pas payer, aussi différents rappels par mail, sms, et téléphone viendront appuyer la mise en demeure.

Injonction de payer

La troisième possibilité consiste simplement à obtenir une injonction de payer ou Ordonnance d’Injonction de Payer (OIP) auprès du Tribunal. Il s’agit là d’une phase contentieuse dans le recouvrement de la créance. Le débiteur ne pourra pas se dérober de la procédure.

L’injonction de payer est idéale pour les créances qui ne dépassent pas 4 000€. L’injonction de payer est une procédure judiciaire qui permet d’obtenir un titre exécutoire pour recouvrer les sommes dues majorées des intérêts, des frais et des dépends engagés par le créancier pour récupérer son dû.

Cette procédure n’est pas contradictoire, cela signifie que le débiteur ne sera pas convoqué par le Juge qui rendra une décision judiciaire sur les seules pièces présentées par le créancier.

Une fois l’injonction délivrée au débiteur par un huissier de justice, il faut ensuite mandater ce dernier un afin d’effectuer les saisies nécessaires sur les biens, les avoirs et les actifs du débiteur pour solder tout ou partie de la dette. La situation est en général, très désagréable pour le débiteur.

Référé-provision

Le référé-provision est une procédure judiciaire contradictoire, c’est à dire que l’ensemble des parties sont convoquées devant le Tribunal. Cependant le référé-provision est une procédure judiciaire extrêmement rapide, puisque l’obtention d’une décision se fait sous 15 à 30 jours suivant la date de l’audience.

Assignation judiciaire

Pour les litiges plus importants, pour les débiteurs récalcitrants, les malhonnêtes, les professionnels de la facture impayée, les experts en fourberie qui mettent à mal les trésoreries des entreprises qu’ils « plantent » délibérément, il reste l’assignation.

Cette procédure judiciaire est beaucoup plus longue et beaucoup plus coûteuse pour le débiteur condamné.

Seulement lorsqu’un interlocuteur se moque des conséquences de ses engagements non respectés, se complaît à croire que tout lui est dû en rejetant sur les autres son manque de sérieux, de rigueur et de probité; il n’y a pas d’autre solution que d’assigner en justice, et il faut le faire pour ne pas donner un message d’impunité à ces individus, qui nuisent non seulement à leur image mais à celle de toute une profession.

Sources : ici et  et encore
Et un petit dernier ici.

MAJ du 10/08/2020

Lorsque vous êtes confronté à de la malveillance sans équivoque, il reste le NAME and SHAME, c’est ce qui suit…

Plus d’infos par ici également. Ça marche aussi pour la discrimination…

[MAUVAIS PAYEURS] Faillites et défaillances d'entreprises vont se multiplier : Comment recouvrer un impayé ?

En effet, il existe ce type de comportement, clairement malhonnête, de la part d’un monsieur se présentant comme « Philippe JARDEL » né en 1977 à Montauban et apparement le gérant de la société WBTC LTD, pour qui ne pas s’acquitter de ce que l’on doit est tout à fait normal :

————————– extrait du mail adressé à notre attention par Monsieur Philippe JARDEL – WBTC LTD ————————–

 

« Madame, Monsieur, Nous avons bien reçu votre message courtois, et votre courrier de relance très clair.

 

Cependant, nous ne donnerons aucune suite à votre demande de recouvrement, pour la raison suivante : dans le monde des services purements internets, appelés SaaS, tel que se revendique être la société […], il n’a jamais existé de telles pratiques. » […]

 

———————————————————————————————————————————-

 

On ne comprends pas bien la démarche de ce monsieur JARDEL, ni ce qu’il veut reprocher à une entreprise qui facture légitimement les services utilisés selon l’offre souscrite par ses soins.

Nous y voyons plutôt une manoeuvre fallacieuse pour ne pas payer ce qu’il doit.

Autre extrait du mail de monsieur Philippe JARDEL, cette mention ordurière mais sans équivoque avec laquelle il termine son courriel à notre attention et démontre ainsi sa flagrante malhonnêteté   :

————————– extrait du mail adressé à notre attention par Monsieur Philippe JARDEL – WBTC LTD ————————–

« Pour finir, un petit message […], dans la langue de Shakespeare car nous sommes basés en Angleterre: « go fuck away, you won’t get a buck from us« .

Bien cordialement, Phil. »

 

———————————————————————————————————————————-

Comprenez : « Va te faire foutre, tu n’obtiendras rien de nous »

Donc voilà la mentalité de certains chefs d’entreprises qui n’en n’ont que le nom : Souscrire à des offres de services, s’en servir, et ne PAS PAYER !

Ce n’était qu’un premier exemple des pitoyables comportements post-Covid de certains décideurs.

Il y a ceux qui ne peuvent pas payer et qu’il faut aider, et puis il y a ceux-là, aux agissements délictueux qui se permettent en plus de venir donner des leçons…LAMENTABLE !

MAJ du 25/08/2020

D’autres individus à l’instar de Monsieur MEDIANA MAHFOUD agissent sciemment dans l’illégalité. En effet, ce monsieur MAHFOUD, dûment immatriculé au registre du commerce et des sociétés a choisi d’utiliser notre logiciel de paie pour se faire de faux documents attestant d’une rémunération avantageuse.

1. Cette personne est dans le faux et l’usage de faux c’est 3 ans de prison et 45 000€ d’amende voir si vous avez des questions sur le sujet.

2. Monsieur MAHFOUD a choisi délibérément de ne pas utiliser SON entreprise comme employeur désigné sur les documents créés par ses soins, mais son ancien employeur dont il usurpe l’identité. L’usurpation d’identité est punie par la loi d’ 1 an de prison et de 15 000€ d’amende. (source ici)

3. Evidemment MEDIANA MAHFOUD n’a pas réglé ce qu’il doit et laisse des factures impayées.

il a cependant tenu à nous adresser un petit mot :

Désolé voyez avec mon patron je me suis permis de réaliser des fiches de paies avantageuse avec ses coordonnées de société il comprendra peut-être. Il paiera la note lui

[MAUVAIS PAYEURS] Faillites et défaillances d'entreprises vont se multiplier : Comment recouvrer un impayé ?

Ce type de comportement (fort heureusement marginal) est assurément détestable. Voilà le comportement post-confinement de certains dirigeants….

Certains peuvent s’offusquer de leur présence dans cette rubrique. Soit, mais il suffit de régler vos factures ou de faire le nécessaire pour qu’elles soient honorées en amont, afin de ne pas y figurer.

Puis, en cas d’éventuelles difficultés, au moins prévenir le créancier pour résilier les engagements pris ou trouver une alternative satisfaisante pour chacun.

Seulement dans les cas d’impayés ci-dessus, les dirigeants sont clairement malhonnêtes. Il n’y a pas de doute possible. Aucune proposition de règlement amiable, des menaces, des intimidations…etc…

MAJ du 08/10/2020

Pour certains dirigeants, la Covid-19 est un fabuleux prétexte pour ne pas régler les factures qu’ils doivent. C’est devant ce constat que le ministre chargé des PME (Antoine GRISET) souhaite réduire les délais de paiement. Actuellement de l’ordre de 11,9 jours, le ministre souhaite atteindre un objectif inférieur à 10 jours.

Source :

MAJ du 14/10/2020

Les retards de paiement tuent 30 à 40 entreprises par jour !

Pierre Pelouzet | Médiateur National des Entreprises

Pierre PELOUZET, médiateur National des entreprises dresse un constat peu engageant en ce qui concerne les retards de paiement inter-entreprises.
Certains ne jouent clairement pas le jeu et mettent en péril une économie déjà amplement fragilisée par la crise Covid-19.

En effet, les impayés sont à l’origine de 25% des défaillances d’entreprises.

Cela signifie que si une entreprise ne paie pas ses factures comme la loi l’y oblige, elle met en péril les entreprises qui lui ont fait confiance en accordant un délai de paiement ou des conditions avantageuses.

Il est indispensable de rappeler que ne PAS régler une facture expose à de lourdes sanctions pécuniaires atteignant 2 Millions d’euros d’amende.

Par ailleurs ne pas payer une facture est une faute de gestion que le Tribunal de commerce viendra rechercher en cas de procédure collective. La responsabilité du dirigeant peut être engagé de plein droit et son patrimoine personnel saisi.

Une entreprise qui n’est pas en capacité de payer une facture se trouve en état de cessation des paiements et dans ce cas c’est au Tribunal de commerce que cela se passe et non avec des échanges volontairement « à rallonge » pour gagner du temps avec les créanciers. A bon entendeur.

MAJ du 15/02/2021

Cela faisait un long moment que nous n’avions pas réceptionné d’avis d’impayés frauduleux. Ce matin, il s’agit de Monsieur Jonathan ROUSSEL, dont l’activité consiste à laisser des factures impayées chez ses fournisseurs et prestataires.

Ainsi, Monsieur Jonathan ROUSSEL, dont les activités illégales sont domiciliées 10 rue chef de Ville, 77730 Saacy sur Marne, a usurpé à la fois l’identité d’une personne physique et d’une personne morale à son seul profit.

En effet, Jonathan ROUSSEL a choisi de faire de fausses fiches de paie le concernant, certainement afin d’obtenir des avantages auxquels il ne peut aucunement prétendre.

Non content de souscrire à une offre par abonnement, il utilise le service et ensuite fait opposition sur les paiements effectués ! Une mentalité très discutable.

Conformément à la réglementation, cela est considéré comme du vol au sens de la loi. Monsieur ROUSSEL s’expose, par ses agissements, à des sanctions pénales qui concernent : le vol, l’usurpation d’identité et l’usage de faux.

A votre avis, comment cela va-t-il finir pour Jonathan ROUSSEL ? Un professionnel à éviter.

Source .

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatweb

[ACQUISITION] LeBonCoin via sa maison-mère s’offre une partie intéressante d’EBay

[ACQUISITION] LeBonCoin via sa maison-mère s'offre une partie intéressante d'EBay

LeBonCoin détenu par ADEVINTA vient de remporter de beaux actifs d'Ebay en rachetant pour 9 Milliards de Dollars "eBay Classifieds Group", le pôle petites annonces d'Ebay.

Avec cette acquisition, LeBonCoin vient doubler de tailler et renforce son leadership dans les petites annonces. La France est le pays où le groupe génère la moitié de ses profits et la plupart de ses bénéfices.

Source :

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatweb

[ECOMMERCE] Cuir-City.com placée en procédure de sauvegarde

[ECOMMERCE] Cuir-City.com placée en procédure de sauvegarde

L'entreprise DT2M E-COMMERCE qui exploite les 7 magasins Cuir-City.com et le site E-commerce éponyme (6 Millions d'euros de C.A), semble rencontrer quelques difficultés.

[ECOMMERCE] Cuir-City.com placée en procédure de sauvegarde

En effet la société DT2M E-COMMERCE vient d'être placée en procédure de sauvegarde.

[ECOMMERCE] Cuir-City.com placée en procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde ne signifie pas que le site Cuir-City.com est en état de cessation des paiements. En effet, cette procédure protège avant tout l'entreprise en gelant ses dettes pour lui permettre de trouver des solutions et se ré-organiser.Dossier à suivre dans les prochaines semaines.

[ECOMMERCE] Cuir-City.com placée en procédure de sauvegarde

MAJ 14/09/2020

Effectivement la récente publication des comptes de l'entreprise font état d'une baisse significative du C.A dès 2019, soit avant la pandémie de Covid-19, traduisant déjà les difficultés du modèle pure-player/retailer physique.
 

Sources ici et  et encore . Merci à elles.

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEntrepreneuriat

[COVID-19] Cessation des paiements : Les premières défaillances d’entreprises ont débutées

[COVID-19] Cessation des paiements : Les premières défaillances d'entreprises ont débutées

La période post-confinement commence à faire apparaître les premières défaillances d'entreprises en difficulté et dont la survie est en jeu.

Les retailers sont les premiers touchés avec notamment des enseignes placées en procédure collective à l'instar de Naf Naf, Orchestra, André chaussures, Alinéa et Conforama dans l'ameublement, Pacific Pêche (E-commerce et Retail), Novares (dans le secteur automobile)…etc..

Ce matin c'est Rolls Royce qui annonce la suppression de 9000 postes.

Le mois de Juin est annonciateur de défaillances massives d'entreprises en situation de cessation des paiements….à suivre

Sources : ici et là

Haut de page

Blog entrepreneur E-commerce