CatégorieAUTRES SUJETSEntrepreneuriatMonétique

Banque : La BPGO [toujours] au centre de manipulations suspectes

Ce blog évoquait déjà ces derniers mois des problématiques MAJEURES avec l’enseigne bancaire BPGO (Banque Populaire Grand Ouest).

La BPGO semble s’affranchir de toute éthique, probité et sérieux dans ses actions.

Savez-vous, chers agents de la BPGO, que derrière les entreprises que vous « tuez » par vos manoeuvres déloyales, se trouvent des salariés ?

En effet, nous constatons de nouvelles manipulations suspectes de la part des agents de la BPGO qui ressemblent à des manoeuvres malhonnêtes.

Le 14 Mai 2021, nous recevons un courrier en LRAR de la BPGO (Banque Populaire Grand Ouest).

Ce courrier a été adressé par les agents de la banque en question le 11 Mai 2021 :

Or, le courrier qui s’y trouve est daté du … 03 Février 2021 :

En outre, ce courrier était MAJEUR car il concernait l’arrêt du TPEV Banque Populaire.

Si le TPEV n’était plus en service, l’entreprise ne pouvait plus encaisser de C.A, et, sans revenus, elle était inéluctablement condamnée à déposer le bilan. CQFD.

Savez-vous, chers agents de la BPGO, que derrière les entreprises que vous  « tuez » par le cumul de vos maladresses, se trouvent des salariés ?

Puis que dire de l’adresse renseignée par leurs services ?…
« 26 Rue » au lieu de « 26 bis avenue »

La BPGO c’est terminé, tant personnellement que professionnellement.

A déconseiller.

CatégorieEcommerceMonétique

PAIEMENT : DSP2 et 3D Secure, quels sont les changements ?

En 2009, la Directive sur les services de paiement 1 (DSP1) était introduite dans l’Union Européenne. Cette directive avait pour objectif d’encadrer les services de paiement au sein des Etats membres, en favorisant la concurrence, tout en développant l’innovation et en protégeant les consommateurs.

A cette époque, si le 3D Secure a indéniablement amélioré la sécurité des paiements en ligne par carte bancaire, il a cependant amputé le C.A de nombreux sites E-commerce. Ces Ecommerçants, totalement oubliés par les organismes qui mirent en place le 3D Secure, se confrontaient avec des clients eux-mêmes ignorants du processus 3D Secure !

S’ensuivirent des baisses de C.A, des chutes de taux de conversion, des hausses exponentielles des taux de rebond sur les sites..etc..etc.

La note fût payée par les Ecommerçants, car aucune véritable campagne d’information n’avait été délivrée pour éduquer les porteurs de CB à l’utilisation du 3D Secure.

Aujourd’hui, si valider le paiement d’un achat en ligne en communicant un code reçu par SMS est presque la norme, ce n’était pas le cas au départ.

Pourtant, au vu des nouvelles technologies et de l’évolution des moyens de paiement, cette réglementation n’est plus si efficace face à la fraude et à l’usurpation d’identité. Après plusieurs reports, la Commission Européenne a donc mis à jour cette réglementation avec une deuxième version de cette directive, la DSP2.

Ce nouveau processus permet de renforcer de la sécurité des paiements en ligne avec une authentification forte à double niveau.

En effet, le 3D Secure, ne semblait plus capable de garantir une protection suffisante et devrait disparaître avec le temps.

Désormais, les banques demandent une double vérification. Cela peut être avec un mot de passe personnel, un boîtier individuel ou au moyen de données biométriques telles que la reconnaissance faciale ou l’empreinte digitale.

A partir de ce 15 mai 2021, les achats inférieurs à 30€ seront obligatoirement soumis à la DSP2.
Déjà mise en place dans la plupart des établissements bancaires, dont la BPGO, la DSP2 implique que ces achats en ligne doivent maintenant être validés par le porteur de la CB à l’aide de l’application mobile de sa banque, d’une carte dédiée, ou d’un boîtier.

Pas facile de s’y retrouver, chaque banque disposant de son propre système d’authentification.

Cependant ces établissements financiers n’avaient pas le choix afin de proposer des alternatives pour les clients ne possédant pas de smartphones ou ne pouvant pas utiliser leurs applications bancaires.

Ces clients pourront donc s’authentifier grâce au SMS en plus d’un mot de passe différent de leur identifiant de connexion ou encore utiliser un boîtier électronique leur permettant de générer des codes à usage unique grâce à leur carte bancaire.

Le principal risque repose finalement sur le Ecommerçant qui voit son client partir à cause d’une multitude d’actions successives à réaliser en ligne pour valider un simple achat, même de 50€.

En effet, ces nouveaux dispositifs peuvent sembler contraignants pour le consommateur et pour les e-commerçants. D’autant plus que la fraude par carte bancaire représente moins de -1% du C.A total du Ecommerce.

En France, la fraude par Carte Bancaire sur internet représentait 0,5809% du C.A total du Ecommerce en 2018.


Pour autant, ces nouvelles vérifications ajoutent des étapes supplémentaires dans le processus d’achat, ce qui peut entraîner des échecs de paiement, décourager le client et par conséquent, procéder à l’abandon du panier et de la commande.

Cependant, certaines particularités permettent d’être dispensé de ces authentifications multiples. Ces exceptions sont valables par exemple pour les paiements récurrents, les abonnements, ou encore les automates routiers et de stationnement.

Aujourd’hui la chaîne monétique implique des interconnexions complexes et multiples entre les différents acteurs. Cependant, associer les ecommerçants et les clients utilisateurs à la mise en place de la DSP2 aurait permis un bien meilleur déploiement et aurait amélioré la compréhension du processus par le consommateur.

En effet, on voit mal un internaute novice, qui n’a jamais effectué un achat sur internet, s’en sortir dans les processus DSP2 qui supposent une certaine maîtrise des outils informatiques et internet.

Pourtant, il est aujourd’hui incontestable que le 3D Secure protège le Ecommerçant de comportements d’escrocs qui utilisent les failles du système pour spolier des entreprises et des particuliers. La DSP2 renforce cette protection indispensable.

Sources : ici, , là, et encore là. Et n’oublions pas ici, et .

CatégorieA La UneMonétique

SOUPÇONS : La Banque Populaire assignée au Tribunal Judiciaire

Banque Populaire Grand OuestIl s’agit d’une affaire rocambolesque qui mérite que l’on s’y attarde quelques minutes afin de bien comprendre le sujet. Nul doute qu’il va intéresser un certain nombre de clients de la BPGO entrepreneurs ou non.

Les protagonistes de la Banque Populaire Grand Ouest dans ce dossier sont :

  • Laurent FOURNY : Directeur d’agence Banque Populaire Grand Ouest (agence du rond-point de Paris)
  • Sophie LEBRUN : Conseillère d’agence Banque Populaire Grand Ouest
  • Eric GAUVRIT : Responsable monétique Natixis
  • Anne LEMOINE : Directrice relations clients BPGO

Il est primordial pour bien comprendre ce témoignage, de citer nommément les personnes en charge des dossiers évoqués dans cet article, afin de ne pas incriminer inutilement des personnels issus de la même enseigne bancaire, mais étrangers aux problèmes relevés.

De plus, le lien vers le profil Linkedin de chaque mis en cause dans cet article, est un lien public. Tout comme les profils publics sur ces réseaux sociaux, ce sont ces personnes qui alimentent ces profils et les informations qu’ils comportent.

Ce sont ces personnes qui sont au coeur de ce dossier.

Partie 1 – La Banque Populaire, AVANT la Pandémie.

En 2017, j’étais approché par David P.  alors conseiller Banque Populaire à l’agence du rond-point de Paris.

Ce conseiller Banque Pop’ souhaitait que j’ouvre un compte professionnel pour l’entreprise créée en 2015 et qui jouissait déjà d’une forte croissance.

Je tiens à indiquer, que le dépôt du capital initial avait justement été refusé par l’agence BPGO du rond-point de Paris en 2015 par la directrice de l’agence et sa subordonnée sans avancer de motif sérieux.

C’était donc tout naturellement que j’avais entrepris de traverser le rond-point de Paris, afin d’ouvrir un compte à la concurrence. Ce fût chose faite dans la journée ! et depuis cette banque, proche des entrepreneurs m’accompagne sur les 3 sociétés que je dirige et dispose d’une partie des actifs perso. Rien à cacher, soyons transparents.

Seulement entre temps, l’entreprise en question s’était bien développée. Rentable depuis ses débuts, la Banque Populaire était très clairement intéressée pour récupérer une partie des flux monétiques et des contrats de services.

David P., le conseiller Banque Populaire me propose donc l’ouverture des comptes et contrats pour l’entreprise, sans s’encombrer des mesures de sécurité propres à tout établissement bancaire, en transmettant notamment par mail l’identifiant et le mot de passe (en clair) de l’accès à la plateforme Banque Populaire pour valider les contrats en attente :

Pas hyper emballé, j’accepte tout de même d’ouvrir ce compte bancaire pour l’entreprise. Je me dis qu’en tant que client depuis plus de 15 ans de l’agence Banque Populaire du Rond-Point de Paris, même si la situation n’est pas idéale, mes interlocuteurs prendront soin de respecter leurs engagements.

Ainsi, le même conseiller Banque populaire fait ensuite une offre commerciale afin de récupérer la totalité des flux monétiques (comprenez les règlements clients par CB) de l’entreprise. L’offre commerciale est intéressante mais c’est surtout l’outil de gestion de caisse qui est pertinent pour les activités de la société.

Le conseiller Banque Populaire adresse un mail concernant le contrat du TPEV

L’ouverture des comptes et des services étant effectué, le conseiller quitte l’agence Banque Populaire et je me retrouve avec une nouvelle interlocutrice à la fois pour les entreprises mais également à titre privé.

En Septembre 2018,

J’avais des projets perso et je souhaitais acquérir un nouveau bien immobilier.

La Banque Populaire, informée de cette demande, se proposait d’y répondre et me donne un accord de principe. La banque doit ensuite adresser l’offre en LRAR au client qui l’accepte ou non.

Or les semaines passent et rien n’arrive. Pire les relances n’ont pour réponse qu’un répondeur automatique de la conseillère BPGO, absente continuellement :

 

Et tout le dossier commence à traîner en longueur…. en redemandant des documents et des justificatifs déjà transmis

et je dois la relancer car le délai pour transmettre l’offre de prêt définitive approche…

Cependant, la conseillère BPGO est TOUT le temps absente !

et lorsque j’affirme qu’elle était TOUT le temps absente, rien de diffamatoire, c’est factuellement VRAI :

Le temps passe mais voici que la conseillère Banque populaire me re-demande des justificatifs complémentaires :

Je m’exécute bien entendu, pressé par la signature notariale qui doit intervenir avant le 31/12, car le propriétaire souhaitait pour des raisons fiscales, boucler l’opération avant cette date. Seulement compte tenu des échanges avec la BPGO et des avancées du dossier, j’étais très inquiet :

Cependant la conseillère Banque Populaire, se voulait rassurante :

L’accord de prêt était déjà OK par principe, le formaliser en dehors de l’offre de prêt n’avait aucun intérêt à 15 jours de signer l’acte de vente.

Je relance donc la conseillère sur le sujet 3 jours plus tard :

Avec la Banque Populaire Grand Ouest, l’opération ne se fera jamais.


L’offre de prêt de me sera JAMAIS adressée
dans les délais. C’est mon autre banque, le CM grâce à la délégation agence qui a pu m’éditer en urgence une offre de prêt pour concrétiser le projet d’acquisition que j’avais.

L’achat immobilier effectué, je reçois courant 2019 une offre de prêt de la BPGO…. La signature chez le notaire ayant été bouclée, je ne donne évidemment pas suite.

Ce n’est pas grave pour la Banque Populaire Grand Ouest qui commence à prélever dès le mois suivant l’assurance emprunteur pour un emprunt qui n’a jamais été souscrit par le client !

Effectivement, je reçois un courrier m’informant de la souscription par mes soins de l’assurance emprunteur pour un emprunt que je n’ai jamais souscrit, j’en informe immédiatement la Banque Populaire :

Courrier en PJ :

Et ça continue, au mois de Février, malgré l’alerte donnée par mes soins quant à cette assurance de prêt pour un prêt non-souscrit, les prélèvements indus commencent :

J’avais déjà précédemment fait part en plus de problèmes récurrents avec la solution Cyberplus :

 

et :

Excédé, je souhaite un rendez-vous avec le directeur d’agence de la Banque Populaire Grand Ouest, Monsieur Laurent FOURNY :

Réponse du directeur d’agence, Monsieur Laurent FOURNY, à côté du sujet :

Tout au long de l’année, les déboires s’enchaînent avec la Banque Populaire du rond-point de Paris, comme des rejets de prélèvements indus alors que les comptes sont LARGEMENT créditeurs :

Courrier de rejet d’un prélèvement CM sur un compte Banque Populaire approvisionné et créditeur :

 

J’étais toujours insatisfait des services de la Banque Populaire et je souhaitais faire un point global, avec la direction de l’agence et notre chargé de comptes.

Seulement 2020 arrive, et la pandémie avec.

Partie 2 – La Banque Populaire, PENDANT la Pandémie.

En Mars 2020, le confinement est annoncé.

Chez DOTNET tout le monde est en télétravail depuis 2 semaines lorsque le Président annonce le confinement.

L’entreprise perd un peu moins de -15% de son C.A mais parvient à maintenir l’ensemble des emplois, sans faire appel au chômage partiel.

Mon objectif était de préserver les emplois, conserver l’activité et accompagner les clients en difficulté, nous avons notamment des CHR.

Le 25 Mars 2020

Je suis obligé de solliciter Laurent FOURNY, le directeur de l’agence Banque Populaire afin de valider le bénéficiaire d’un virement.

En effet, depuis l’ouverture de compte, les services facturés et promis n’ont pratiquement jamais été efficients, et ce, malgré des mails en faisant état :

et donc ce jour-là même souci sans que la première remontée du problème ait été résolue :

Ce même directeur d’agence, Laurent, me propose ce jour-là un Prêt Garanti par l’Etat, autrement dit, un PGE, sans que je ne l’aie JAMAIS sollicité sur le sujet.

Il me demande d’adresser un mail à sa collaboratrice afin d’effectuer la demande de financement que se sera fait rapidement vu les antécédents de l’entreprise.

Je m’exécute le jour même :

Le 2 Avril 2020. Une semaine plus tard, je relance la chargée de compte sur le PGE :

J’obtiens une première réponse de Monsieur FOURNY, assez lunaire… Comprenez : vous ne perdez pas suffisamment d’argent pour que l’on s’occupe de vous :

Surtout, évidement que l’on comprend que certaines entreprises sont prioritaires à d’autres, dans ce cas il suffisait simplement de m’indiquer que cela prendrait du temps et non l’inverse.

Autre point, comment préjuger de la bonne santé d’une entreprise à un instant donné, en se basant uniquement sur la trésorerie d’un compte de crédit, sans connaître ni les charges, (prélevées sur un compte dédié, entre autres, aux débits), ni les échéances de règlement de la société ?

Puis qu’est-ce donc que ces méthodes de proposer un financement puis de traîner volontairement pour le concrétiser ?

Alors même que la situation est critique pour de nombreuses entreprises, que la crise sanitaire s’intensifiait et que les revenus des entreprises s’amoindrissent, la Banque Populaire Grand Ouest fait volontairement traîner les choses.

On continue, Madame LEBRUN, en charge du dossier adresse un mail le 10 Avril indiquant qu’elle est bien à l’agence depuis une semaine mais qu’elle préférait visiblement traiter d’autres dossiers avant de s’occuper de celui -ci :

Je ne comprends pas.

Pour information, la banque d’en face, avait déjà effectué les premiers PGE et disposait de tout le processus. Tout ceci était par conséquent très bizarre et je comprends qu’on est pas du tout prioritaire et que ça viendra quand ça viendra.

J’ai toujours géré mes dossiers en temps et heure. Lorsque je suis sur un sujet j’aime que ça avance vite et vers l’objectif initialement fixé dans le délai imparti.

Informée que ma demande de PGE est toujours à l’arrêt à la BPGO, la conseillère d’en face fait le PGE en l’espace de 72h. Affaire réglée.

Seulement, il n’était pas question pour moi d’en rester là. En effet, au-delà des dysfonctionnements factuels et vérifiés concernant plusieurs sujets, dont la solution de paiement et l’espace cyber, il était indispensable de faire un point rapidement sur tous les évènements relatés dans cet article.

Les agendas des protagonistes n’étant pas compatibles et le deuxième confinement annoncé, le rendez-vous n’a pas eu lieu.

Partie 3 – La Banque Populaire : ça suffit !

Début Décembre 2020.

2 techniciens de l’entreprise ont besoin d’accéder à la plateforme monétique BPGO. Leurs accès sont révoqués et la ré-initialisation des accès inopérante.

Le dirigeant de l’entreprise contacte ses interlocuteurs habituels afin de solutionner son problème :

La plateforme d’assistance qui renvoie le dirigeant vers l’agence Banque Populaire Grand Ouest ;
Le directeur d’agence, ne répondra pas ;
La conseillère ne répondra pas non plus.

Finalement, c’est un agent de l’assistance technique, rappelé avec insistance par le dirigeant de l’entreprise qui débloquera la situation au mépris des règles de sécurité. Affaire réglée dans l’urgence, mais pas sur la forme, ni sur le fond.

Légitiment, j’adresse un mail récapitulant l’incident afin, non pas de pointer les responsabilités, mais d’expliquer la problématique rencontrée afin qu’elle se reproduise plus :

 

[]Le répondeur de Madame LEBRUN indique qu’elle est en congés et qu’elle reviendra le 27 Octobre…. [ndla: nous étions le 10 Décembre].

 

Je n’obtiendrai AUCUNE réponse à ce mail.

Cependant un rendez-vous est finalement fixé au 13 Janvier 2021.

Notamment en présence de Monsieur Eric GAUVRIT (Natixis), de Monsieur Laurent FOURNY, (le directeur d’agence) et de Madame Sophie LEBRUN Conseillère BPGO ou chargée de compte.

Compte tenu des griefs accumulés, j’avais prévenu les protagonistes que cela annonçait un entretien tendu.

En effet, l’entretien se passe mal.

Je déroule mes griefs depuis 3 ans à l’encontre de l’agence et de ses interlocuteurs, mais sans obtenir de réaction favorable à une résolution des problématiques rencontrées. Rien. J’aborde la partie monétique et le dernier incident.

Eric GAUVRIT pourtant censé connaître les sujets abordés, affirme des inepties tout au long de l’entretien, simplement pour me provoquer. Non content de resté campé sur des positions erronées, le même individu continue ses provocations sur le 3D Secure et affirme qu’il n’a pas fait perdre de C.A aux Sites Ecommerce lors de son déploiement.
Quelle plaisanterie ! Articles ici par exemple ou par , avec ce genre d’extraits :

 



Bref, s’en est trop, déjà agacé, je traite celui de chez Natixis d' »a*****« . La réunion s’arrête là. Le directeur d’agence BPGO repart avec sa collaboratrice et l’interlocuteur Natixis.

C’est ce monsieur de chez Natixis qui va donc initier une procédure interne à la BPGO pour me faire la misère. Il ne semblait pourtant plus directement employé par la BPGO depuis qu’il a pris ses autres fonctions.

L’entretien s’était si mal passé que je sentais qu’ils allaient nous la faire à l’envers.
C’est bien simple, j’ai toujours travaillé à la confiance avec mes partenaires, or, qu’il s’agisse d’une partie ou d’une autre, lorsque la confiance est rompue, il ne faut pas persister. Je devais prendre toutes les précautions nécessaires afin de préserver nos activités et nos intérêts.

Je commençais par basculer immédiatement le TPEV de notre application principale afin de renvoyer nos flux monétiques immédiatement sur le compte de notre banque principale. Il n’était plus question d’alimenter le compte bancaire BPGO, il fallait également rapatrier les actifs.

C’est là que tout a commencé à partir en sucette….

Très rapidement, dès le 14 janvier 2021, je constate la rétention d’actifs et la non-remise des encaissements de la veille sur le compte bancaire de l’entreprise. L’agence bancaire, Banque Populaire, bloquant sciemment les opérations du compte bancaire de l’entreprise :

 

 

Je constate sans aucun doute possible que la BPGO prélève par contre ses commissions sur le compte bancaire de l’entreprise sans remettre sur le compte les sommes correspondantes :

De mieux en mieux, la Banque Populaire Grand Ouest n’autorise plus les crédits sur le compte du client mais autorise SEULEMENT les débits des échéances Banque Populaire et leurs commissions :

On constate clairement ci-dessus les débits du compte sans disposer des crédits. De même la BPGO ne s’encombre pas de repousser le prélèvement de son abonnement à ses services malgré que ces derniers soient inopérants.

Il était temps de réagir, je commence à vouloir transférer par virement des actifs financiers des 2 sociétés et à titre personnel. Or tout semble bloqué, AUCUN virement ne s’exécute : 

Les virements sont TOUS bloqués alors même que le compte bancaire est largement créditeur :

Avant de faire constater tous ces manquements par Huissier de Justice, j’entreprends des démarches amiables afin de comprendre comment les comptes vont dorénavant fonctionner.

Je tente de contacter l’agence par téléphone à plusieurs reprises :

AUCUNE RÉPONSE.

Je tente de contacter notre chargée de compte, Madame LEBRUN :

AUCUNE RÉPONSE.

Je tente de contacter le directeur de l’agence Banque Populaire au rond-point de Paris :

AUCUNE RÉPONSE.

J’adresse alors un email à madame LEBRUN afin de solder deux comptes de placements pour les 2 sociétés en précisant que :

Le 15 Janvier 2021.

Elle s’exécute, ce qui était plutôt rassurant de prime abord. Le directeur qui était en copie de ma demande ajoutes son grain de sel en précisant que :

Le prétexte était alors tout trouvé pour les agents de la BPGO afin de ne pas répondre aux manquements relevés par mes soins.

J’avais compris rapidement qu’il ne fallait rien d’attendre d’eux volontairement et que compte tenu des éléments en ma possession, la Banque Populaire ferait tout ce qui est possible pour nuire à l’activité de mes entreprises ; et corrélativement aux salariés qui les composent. Je décide donc de faire un chèque de 120 000€ de la BPGO vers l’autre banque afin de « forcer » le transfert.

La réponse était toute trouvée pour la Banque Populaire qui a sciemment bloquée pendant plusieurs jours ce chèque, on parle ici de rétention de trésorerie, ce qui me faisait déjà légitimement penser à des opérations frauduleuses de la part de la BPGO et de leurs agents :

Comment gérer une entreprise correctement dans ces conditions ?

On voit clairement que ces enfantillages de la part des agents de la banque populaire sont dans le seul but de nuire.

J’avais alerté l’agence BPGO de ces manquements factuels IMMÉDIATEMENT :

La caricature même de la situation est réalisée un matin en ligne au téléphone avec l’un de nos avocats. Nous parlions du dossier et il me demande de réessayer d’effectuer un virement, même d’un montant faible.

Je m’exécute avec un virement de 100€ à effectuer depuis un compte personnel créditeur de plus de 10K€ vers un compte d’une autre banque déjà enregistré à la BPGO.

Le virement a été rejeté par la BPGO :

 

La jouissance de mes fonds personnels et de ceux de mes entreprises n’était clairement plus possible car ces derniers étaient factuellement inaccessibles.

On peut appeler cela comme l’on veut, mais pour le client d’une banque qui n’arrive pas à accéder aux fonds qu’il a déposé, cela s’apparente à de la spoliation ou à du détournement de fonds.

Les jours passent et je n’ai toujours aucun courrier de la Banque Populaire pour dénoncer les comptes et les services comme annoncé par Monsieur Laurent FOURNY dans son mail (voir plus haut dans l’article) et les opérations de blocage continuent.

A l’agence on n’a JAMAIS pris mes appels,
Laurent FOURNY n’a jamais appelé ou adressé un mail avec les modalités de fonctionnement des comptes,
Madame Sophie LEBRUN, idem.

Démuni. Devant tout de même gérer les entreprises comme il se doit, et par ruissellement pour défendre les intérêts de mes salariés, j’écris à Madame Anne LEMOINE, la directrice de la relation clients à la Banque Populaire afin de chercher à solutionner la situation et lui faire part des dysfonctionnements factuels de la banque :

Madame Anne LEMOINE m’appelle et m’indique par téléphone qu’il ne faut plus contacter l’agence et ses agents car dans le cas contraire, ils déposeront plainte pour harcèlement.

D’accord et comment fait-on ? Il y a des opérations courantes qui ne passent plus, je n’ai plus d’interlocuteur, alors même que nous payons pour cela et que nous avons des impératifs pour les entreprises, les salariés et les partenaires.

Un MUR.

Je contacte notre avocat sur le sujet et s’ensuivent des échanges entre Madame LEMOINE et lui. Un protocole est même trouvé. Notre avocat doit adresser un mail à Laurent FOURNY afin qu’il nous communique en réponse les modalités de fonctionnement des comptes et comment transférer les actifs et clôturer les contrats puisque cela était leur souhait :

Nous ne recevrons AUCUNE réponse. Monsieur FOURNY préférant certainement s’occuper à trouver des moyens de nuisance à notre encontre, plutôt que de chercher des solutions aux problèmes évoqués. (c’est une habitude).

Continuons, ce n’est pas fini !

J’espérai avoir les modalités de ruptures des contrats et des services dans le courrier annoncé par Monsieur Laurent FOURNY, d’autant que la situation était tout de même assez pressante. Il n’est pas très sécuritaire de disposer d’actifs inaccessibles et sans interlocuteur dédié pour les gérer.

Seulement le courrier n’arrive pas ET les opérations s’exécutent avec de très grandes difficultés. Je parviens cependant à rapatrier des actifs mais tous et pas ceux sous contrat.

Les jours passent et aucun courrier. Notre avocat va la recherche d’informations sans qu’on lui en apporte. La situation semble totalement bloquée, et très inquiétante car une partie des flux monétiques sont sous forme d’abonnements dont les empreintes CB, sont domiciliées à la BPGO. Il était indispensable pour préserver cet actif de la société, que la BPGO permettent le transfert de la data qui s’y rapporte.

Sauf que personne ne répond à rien à la Banque Populaire.

Donc cette banque au prétexte d’un mot plus haut que l’autre à l’égard d’un agent externe à la BPGO, prend des sanctions arbitraires sans débat contradictoire, et en bloquant l’accès aux actifs déposés à la BPGO. On cauchemarde là !

Ce n’est pas fini, accrochez-vous.

Le 23/01/2021 soit plus de 10 jours après avoir constaté le blocage des actifs, sans avoir pu obtenir des explications quant aux modalités de transfert et de fonctionnement. Nous recevons 3 courriers en LRAR de la BPGO :

1 à mon domicile pour mes comptes et avoirs perso.

1 au siège de DOTNET ;

1 au siège de DOTNET CAPITAL ;

Le courrier est daté du 15/01/2021 et précise sans équivoque que le délai est de deux mois à compter de la DATE D’ENVOI dudit courrier avant l’arrêt définitif des services et la clôture des comptes.

Or, afin de nous mettre sciemment en difficulté par rapport à ce délai, la BPGO a traîné à le déposer à la Poste tout en ne répondant pas à nos sollicitations d’explications.

Courriers déposés en LRAR le 22/01/2021 :

[Oui je garde tout, même les enveloppes des courriers en LRAR, surtout les enveloppes des courriers en LRAR, car dans les courriers, leurs auteurs écrivent la date qu’ils veulent.]

….et distribués le lendemain le 23/01/2021. 10 jours de perdus, 10 jours sans pouvoir effectuer nos opérations, 10 jours sans avoir accès aux actifs, 10 jours sans réponses à nos questions, 10 jours de doute, 10 jours de mensonges et de non-dit.

Le temps passe, mes difficultés pour travailler continuent, les remises CB toujours bloquées ou retardées, les virements impossibles à réaliser…Aucun interlocuteur pour les besoins courants et les clôtures demandées….etc…


Je choisis donc de faire constater toute cette situation par un Huissier de Justice.

Ses constatations sont également très claires :

 

Le constat est évidemment plus complet que ce simple extrait.

Continuons… sur la partie perso, où c’est tout aussi compliqué :

L’Huissier reprend ce que j’ai affirmé jusqu’à présent, et fait toutes les constatations utiles, notamment les soldes des comptes et constate avec moi l’impossibilité d’effectuer des virements :

 

Evidemment les virements sont bloqués par la BPGO :

Au total au début de ce contentieux, nous avions presque 250K€ d’actifs en rétention à la BPGO.

Même avec la meilleure santé mentale du monde, la moutarde m’est rapidement montée au nez… Je pensais que cet article les aurait fait réagir quant à la situation incroyable provoquée par un manque évident de professionnalisme et de sérieux, je n’ai pas obtenu la réaction escomptée...Il faut dire, je n’avais pas publié les justificatifs de mes propos. C’est chose faite.

En outre, non contents de mettre en danger mes 2 entreprises par leurs agissements en dehors de TOUT cadre réglementaire, voici que je reçois une assignation en diffamation pour cet article.

Comme je l’avais indiqué, je n’ai absolument pas menti sur les affirmations que j’avançais, et comme je m’y étais engagé en cas de procédure en diffamation, vous avez dans cet article un nombre suffisant de pièces pour attester de la véracité de mes affirmations.

Cette assignation est évidemment totalement abusive de mon point de vue, et démontre encore une fois une envie de nuire au détriment d’apporter les réponses aux demandes effectuées à plusieurs reprises, soit directement, soit par l’intermédiaire des 2 cabinets d’avocats que j’ai mandatés sur ce dossier.

Au-delà des demandes d’indemnisation totalement extravagantes, sans fondement, le conseil de la BPGO met en avant des inepties, à savoir 2 avis clients au sujet de la banque populaire.
L’avocate, novice sur ces sujets complexes, insiste longuement dans l’assignation sur le fait que je serai l’auteur derrière le nom « United People SAS« , et elle est toute fière de son enquête….

On pourrait être impressionné, s’il ne suffisait pas de consulter Infogreffe pour s’apercevoir que « United People SAS » est l’ancienne dénomination sociale de la société DOTNET

Rien de bien mystérieux… l’entreprise a déposé un témoignage client en tant que personne morale. Je l’ai également fait à titre privé en tant que personne physique. Il n’y a rien d’abusif dans cette démarche.

Ces avis clients BPGO relatent les mêmes faits, avec les mêmes suspicions légitimes envers la BPGO. Je rappelle encore que ce sont eux qui ont crées ce climat de méfiance et de suspicion simplement par leurs agissements déloyaux.

Car il s’agit bien de cela. Leurs pratiques sont TRÈS douteuses et la rupture des services depuis Janvier, assurément abusive.

Devant l’ensemble de ces éléments, il était tout naturel pour l’esprit humain d’en déduire de possible malversations.
D’autant qu’à la date du 07/03/2021, la BPGO n’a toujours pas accédé à nos demandes de transferts d’actifs.

Ces transferts doivent s’exécuter SANS AUCUN FRAIS, d’une part compte tenu de leurs agissements à notre égard ; D’autre part, car l’initiative de la procédure en cours émane de la BPGO.

 Nous n’avons pas à assumer les frais d’une décision unilatérale de la Banque Populaire, qui veut se débarrasser de ses clients.

La date de la clôture définitive des comptes et services est fixée par leurs soins au 16/03/2021.

Nous somme en droit de récupérer nos actifs sans frais et sans entraves.

Dans ces conditions, et sans retour positif quant à nos légitimes demandes, nous n’aurons d’autre possibilité que de nous défendre avec vigueur, comme je le fais depuis le début de ce contentieux et comme je le fais depuis 15 ans quel que soit le sujet.

NB : Je pourrais également évoquer le harcèlement par mail, LRAR à mon égard de la part des agents de la banque populaire. Mais aussi, l’utilisation par leurs soins de mes données personnelles confiées à la BPGO qu’ils utilisent comme bon leur semble pour écrire à mon domicile personnel pour leurs propres intérêts par exemple. Le RGPD ça vous parle ? Décidément les conseils de la BPGO, la Banque Populaire et leurs agents, ne sont pas toujours à la hauteur des enjeux. Cela sera l’objet d’un prochain article.

Dans ce dossier, la Banque Populaire est assignée au Tribunal Judiciaire de Nantes.

Affaire à suivre.

CatégorieEcommerceMonétique

Ecommerce : les paiements encore + sécurisés avec la DSP2

Avec le déploiement de la DSP2 au premier trimestre de cette année, la sécurité des achats sur internet passe une nouvelle étape, majeure, et s’en trouve renforcée.

DSP2

Aujourd’hui, lors d’une transaction sur internet, et lorsque le 3DS (3D Secure) a été paramétré par le site Ecommerce, il est demandé au porteur de la CB d’authentifier son achat. Cela peut se faire à l’aide d’un boîtier, d’un SMS envoyé sur son portable ou d’une carte à code…

Demain, avec la norme DSP2, cette procédure ne suffira plus, il conviendra d’authentifier son achat en ligne avec une reconnaissance faciale du porteur de la carte bancaire, ou avec son empreinte digitale. On parle d’ « authentification forte ». Le 3DS devenant obligatoire il ne sera plus débrayable comme cela est encore le cas sur certains TPEV.

La DSP2, n’est pas une nouveauté dans les projets en cours chez les ecommerçants. En effet le déploiement de la DSP2 s’effectue depuis Septembre 2019 et cela se passe plutôt bien, qu’il s’agisse du côté marchand ou client. Cela sécurise la transaction tant pour le porteur de la CB que pour le marchand.

En outre, ces dernières années, le phénomène du « je commande, je paie, je reçois et je fais opposition au paiement » s’est développé de façon importante (le blog en parlait déjà en 2017). Rappelons tout de même qu’il s’agit là d’un acte délictuel assimilé à un vol et pénalement réprimé de 3 ans de prison et 45 000€ d’amende.

A terme, la DSP2 devrait permettre une diminution de ces comportements et d’augmenter la confiance des consommateurs envers le Ecommerce.

Pour les retardataires, il devient urgent de faire le nécessaire, environ 20 000 sites Ecommerce ne sont pas encore prêts.
Message d'avertissement au sujet de la DSP2

Source : ici

CatégorieAUTRES SUJETSEcommerceMonétiqueweb

[PAIEMENT EN LIGNE] Quelle solution de paiement pour un site Ecommerce ?

[PAIEMENT EN LIGNE] Quelle solution de paiement pour un site Ecommerce ?

Le secteur du E-commerce ne cesse de progresser, il devrait représenter environ 4000 milliards de dollars en 2020, vertigineux. L’objectif principal du e-commerçant est de vendre ses produits ou ses services en ligne, le choix des moyens de paiement proposés au client est par conséquent une étape essentielle pour garantir un environnement fiable et sécurisé pour le consommateur.

8% des cyber-acheteurs abandonnent leur panier car les moyens de paiement proposés ne conviennent pas.

Selon une étude de Baymard Institute, 8% des internautes abandonnent leur panier lors de leurs achats en ligne car le choix des moyens de paiement proposé n’est pas assez étendu.

19% d’entre eux évoquent un manque de confiance lors du paiement.

Quelles sont les différentes solutions de paiement en ligne ?
Comment choisir une solution d’encaissement fiable, économique et rassurante ?
Quelles sont les plateformes à éviter et au contraire celles à plébisciter ?

Voici quelques éléments de réponse…

Les banques institutionnelles : le paiement par carte bancaire

Les moyens de paiement en ligne n‘ont pas la même popularité selon les pays. En France le paiement par carte bancaire reste le plus plébiscité par les consommateurs et les décideurs puisqu’il représente plus de 80% des transactions sur internet.

En Allemagne par exemple, la carte bancaire n’est utilisée que dans 25%  des cas. Système d'encaissement des cartes bancaires à distance : les prérequis

Pays Part de la CB dans le paiement en ligne
France 80%
Allemagne 25%

 

Afin d'encaisser les paiements à distance par carte bancaire, le e-commerçant doit simplement disposer d’un :

  • Contrat monétique de vente à distance (contrat VAD) : L’entreprise demande ce contrat à sa banque. La banque effectue une analyse de la société avant d’autoriser ce mode d’encaissement.

 

  • Terminal de Paiement Electronique Virtuel (TPEV) : Une fois votre contrat de vente à distance souscrit, il s’agit d’installer un logiciel donnant accès à un terminal de paiement virtuel. Ce TPE Virtuel est fourni par la banque sous forme d’une licence et d’un abonnement.

En France, le secteur de la monétique a vu le rapprochement des principales banques et de plusieurs solutions monétiques au départ indépendantes :

BPCE : Pay Plug, Dalenys, Le Pot Commun, Fidor, E-Cotiz
BNP : Compte-Nickel
Crédit Mutuel Arkea : Leetchi, Monext, Pumpkin
Banque EDEL : Morning
Crédit Agricole : Linxo
La Banque Postale : KissKissBankBank
Société Générale : Fiduceo

En outre, certains acteurs sont toujours autonomes et disposent d’un volume d’activité significatif, à l’instar de :

Lyra Network
Hi Pay
Limonetik
Slimpay

Certaines solutions de paiement sont complémentaires à un TPEV et proposent des services différenciants comme des cagnottes (Leetchi ou Le Pot Commun) par exemple.

Certaines plateformes sont également sous-traitantes pour des banques institutionnelles. La qualité de service varie d'une plateforme à une autre mais il est essentiel de pouvoir disposer d'une solution de paiement fiable tant pour sécuriser les encaissements que pour présenter une image sérieuse et fiable du site Ecommerce.

La fiabilité des paiements en ligne

Certains individus, peu avertis des habitudes de consommation des cyberacheteurs, imaginent qu'en cas de défaillance de la plateforme de paiement en ligne, les clients reviendront plus tard. C'est absolument FAUX !

Le C.A manqué, est définitivement perdu ! Arrêtez de croire des chimères.

L'apothéose tient dans les frais marketing engagés par le E-commerçant (Ads, comparateurs, Retargeting..;etc), facturés au clic, qui ne seront pas amortis en cas de défaut de la solution d'encaissement, puisque le client ne peut pas payer et le cyber-vendeur ne peut pas encaisser et donc amortir les frais qu'il a engagé pour conquérir son client.

Pour certains "professionnels" de la monétique, la situation est tout à fait normale et le CTO ou le dirigeant n'ont absolument pas à se plaindre d'une plateforme de paiement défaillante ou régulièrement en défaut…sic

On rêve ou plutôt on cauchemarde lorsque le client, au téléphone, est devant son écran carte bancaire à la main mais que le TPEV est down.

Si l'internaute est bien acheteur à un instant, il ne le sera peut-être plus quelques minutes plus tard. Croire que l'on a fidélisé son acheteur et qu'il reviendra ultérieurement en cas de problème AVANT-vente et pendant sa finalisation est parfaitement illusoire.

En cas de problématique, l'enthousiasme de l'acheteur retombe immédiatement et les doutes surviennent.

C'est  un comportement humain. Seulement éluder l'attitude des cyber-acheteurs face aux incidents techniques d'un Terminal de Paiement Electronique Virtuel c'est faire preuve d'une grande ignorance et d'une évidente mauvaise foi.

Ainsi on a certains mauvais élèves qui cumulent les incidents techniques, le manque de suivi des défaillances remontées par les clients et qui ne corrigent pas les bugs récurrents.

La palme revient à ceux qui se dédouanent sans discontinuer de leurs obligations contractuelles au prétexte d'un pourcentage "acceptable" d'incidents pour les utilisateurs.

 

Lyra NetWork down

Lyra NetWork down

Exemple d'incident signalé sur la plateforme de paiement Systempay (Lyra NetWork)

Exemple d'incident signalé sur la plateforme de paiement Systempay (Lyra NetWork)

Nouvel exemple d'incident signalé sur la plateforme de paiement Systempay (Lyra NetWork)

Nouvel exemple d'incident signalé sur la plateforme de paiement Systempay (Lyra NetWork)

Serveur de paiement down

Serveur de paiement down

Serveur de paiement Société Générale, down

Serveur de paiement Société Générale, down

La sécurité des paiements en ligne

Un paiement en ligne par carte bancaire pose des problèmes d’authentification et de sécurité de la transaction, le risque de fraude étant présent. Les entreprises de vente en ligne doivent installer des systèmes efficaces pour valider et authentifier les cartes bancaires utilisées.

La saisie du cryptogramme, les 3 chiffres au dos de la carte, permet de contrôler que la CB est bien entre les mains de l’acheteur. Celui-ci devra également saisir la date d’expiration ainsi que le numéro de la carte. Cependant d'autres mesures d'authentification supplémentaires ont été mises en place notamment au travers de la DSP2.

Ainsi, un contrôle d’authentification supplémentaire est généralement mis en place, comme l’envoi d’un code par SMS qui rappellera le montant de l'achat et le site marchand concerné.

Le système FAST’R by CB a été mis au point par des banques Françaises alliées au Groupement des Cartes Bancaires pour répondre à la nouvelle règlementation sur l’authentification forte (DSP2/RTS) entrée en vigueur en septembre 2019.

La plateforme évalue le risque de la transaction pour déterminer si une authentification forte, assurée par le 3D Secure et la biométrie, est nécessaire. L’authentification par l’envoi d’un code par SMS est progressivement abandonnée au profit du la biométrie (reconnaissance faciale ou empreinte digitale).

Paiements par l’intermédiaire de sociétés tierces

Il est possible de mettre en place des solutions de paiements en ligne sur les sites e-commerce avec des sociétés tierces spécialisées.

Ce sont des « portefeuilles électroniques » ou « wallet ».

L’avantage principal pour les clients consiste à pouvoir régler leurs achats en ligne sans transmettre leurs données bancaires au site marchand.

Il suffit de créer un compte puis de saisir ses identifiants sur la page paiement du site E-commerce pour déclencher la transaction.

Paypal,

Est l'exemple le plus répandu et compte environ 305 millions d’utilisateurs et 17 millions d’entreprises clientes.

Il s’agit du moyen de paiement en ligne le plus utilisé au monde, derrière les cartes bancaires Visa et MasterCard.

69% des sites e-commerce proposent Paypal. L’entreprise représente 80% des parts de marché des solutions de paiement en ligne. Cette plateforme est populaire chez les acheteurs en ligne car ils peuvent payer avec n'importe quelle carte enregistrée sur leur compte PayPal. Côté commerçant c'est la simplicité de la mise en place qui est plébiscitée.

Cependant il existe de nombreuses alternatives à Paypal notamment car les frais prélevés par la plateforme de paiement américaine sont assez élevés. Comptez entre 1,9% et 3,4% de frais Paypal par transaction réalisée.
 

Stripe

C’est l’une des alternatives les plus populaires à Paypal. En effet, des sites de e-commerce aussi importants que Delivroo ou Booking l’utilisent pour leurs paiements en ligne. L’avantage de cette plateforme est d’accepter tous les types de paiement et de s’adapter aux structures d’entreprises les plus variées, de la start-up à la grande entreprise internationale. La mise en place de Stripe sur un site Ecommerce est simplisme.

HiPay,

Est une solution d’encaissement en ligne proposée par un prestataire de services français indépendant.
 

A l'instar de Stripe ou Paypal, les données bancaires ne sont pas enregistrées sur le site marchand, elles ne font que transiter de manière cryptée. L’avantage est de Hipay est de proposer un service sans abonnement et des frais de transaction intéressants, dégressifs en fonction du montant des transactions réalisées chaque mois (à partir de 2,5 % du montant de la transaction pour un montant de vente entre 0 et 2 500€ par mois).
De plus, Hipay propose 220 méthodes de paiement différentes, dont toutes les cartes bancaires existantes.

Paylib,

A l’inverse des solutions précédemment présentées, ce système de paiement est sécurisé par une banque partenaire.

A ce titre le client ne pourra payer avec Paylib que s’il dispose d’un compte bancaire dans l’un de ces établissements (Crédit Agricole, BNP Paribas, Société générale, Banque postale, Crédit mutuel, Boursorama et Hello bank !).

A l’instar des autres systèmes d’encaissement en ligne, le client peut payer sans transmettre ses coordonnées bancaires.

Autres solutions de paiement par les géants du net

Amazon pay

Pour les clients Amazon ce système de paiement en ligne est très simple puisqu’ils n’ont qu’à se connecter à leurs comptes Amazon pour utiliser leurs données de paiement déjà enregistrées.

Pour le e-commerçant, les frais de transactions d’Amazon Pay sont un peu moins élevés que ceux de Paypal : à partir de 1,4% de frais de traitement auxquels s’ajoutent 0,25 € de frais d’autorisation (transactions européennes). Cette solution de paiement est proposée dans les solutions de boutiques en ligne standardisées comme Shopify ou Prestashop.

Google Pay

Ancien Android Pay, ce système d’encaissement en ligne est disponible en France depuis le 11 décembre 2018.

A l’instar d’Amazon Pay, Google Pay simplifie les paiements en ligne des utilisateurs de Google puisqu’ils n’ont pas à créer de nouveau compte sur le site e-commerce.

Il est intégrable relativement facilement, en quelques lignes de code, dans la plupart des boutiques en ligne et permet aux utilisateurs d’ajouter des offres ou des cartes de fidélité dans l’application Google Pay.

Le gros atout de Google Pay ? La gratuité pour les sites e-commerces qui l’installent.

Son principal inconvénient : un manque de partenariat avec de grandes banques Françaises, mais des négociations sont en cours.

Apple Pay

Lancé en 2016 en partenariat avec de grandes banques Françaises (Caisse d’épargne et Banque populaire), Apple Pay présente les mêmes caractéristiques que Google Pay mais à l’avantage d’être présent dans toutes les plus grandes banques institutionnelles et en ligne.

D'ici la fin de l'année 2020, Apple Pay sera disponible pour 99% des Cartes Bancaires Françaises. Selon les prévisions, une transaction par carte sur dix sera effectuée par Apple Pay d’ici 5 ans.

Autres moyens de paiement

La carte bancaire virtuelle

Ce service est mis à disposition des utilisateurs par les banques françaises sous le nom de e-Carte Bleue. Le client utilise une Carte Bancaire virtuelle générée par un logiciel installé sur son ordinateur ou via une application en ligne.

Il n’a pas besoin d’indiquer son numéro de carte bancaire, un numéro de carte bancaire virtuelle unique est généré uniquement pour son achat.

La fintech française spécialisée dans le paiement mobile Lydia, propose d’utiliser ce qu’ils appellent des « cartes internet », pour effectuer ses achats sur les sites e-commerce.

Il s’agit de numéros de cartes générés pour un ou plusieurs paiements. C’est par exemple utile lorsque le client a un doute sur la sécurité d’un site internet, il peut alors générer une carte pour un unique paiement, ensuite celle-ci sera automatiquement supprimée.

La CB virtuelle ainsi générée peut être utilisée sur n’importe quel site marchand ou application mobile.

Le paiement biométrique

L’identification par biométrie est encore peu développée dans l’authentification des paiements en ligne mais certains systèmes d’encaissement l’utilisent déjà. Le paiement biométrique permet de reconnaitre un utilisateur par des caractéristiques physiques ou biologiques. Cela lui évite de saisir un mot de passe pour activer une transaction financière.

En France, il faut obtenir l’autorisation préalable de la CNIL pour mettre en place ce système, et la Commission Nationale Informatique et Liberté est assez réticente car ces techniques, se rapprochant d’un identificateur unique universel, permettent de tracer les utilisateurs.

En revanche, d’après une étude « Digital Payment Study » commandée par Visa (voir les sources de cet article), 79% des Français à approuvent l’utilisation des solutions biométriques, qu’ils considèrent comme des moyens d’authentification très sécurisés.

Nous pouvons citer, parmi les systèmes de paiement biométriques, le paiement en un clic de Lydia qui utilise l’authentification par empreinte digitale ou encore l’identification par selfie proposée par Mastercard.

Gemalto et Idemia développent également des systèmes d’authentification des paiements par empreintes, iris et voix. La méthode du sms de confirmation devra être abandonné totalement au 1er janvier 2021 pour répondre à l’entrée en vigueur de la réglementation DSP2.

Les banques commencent donc à proposer de nouvelles méthodes de confirmation et d’autorisation de transactions en ligne.

Or la biométrie semble répondre aux attentes à la fois des banques et des boutiques en ligne : une authentification simple et très sécurisée grâce à la reconnaissance faciale, digitale ou vocale.

Bien entendu, d'autres solutions de paiement existent et n'ont pas été répertoriées ou présentées dans cet article, vous pouvez les évoquer en commentaires si vous le souhaitez.

Aurore et Stéphane

MAJ du 04/06/2020 à 11h13

Il est à conseiller de mettre en place plusieurs TPEV sur un même site Ecommerce afin de pouvoir basculer d'un terminal à un autre en cas de défaillance de l'un d'entre eux.

Sources :

ici et ,

Encore ,

Merci à eux également.

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatMonétiqueweb

3D Secure down : AUCUNE communication de la part des banques et AUCUNE nouvelle !

Depuis hier, pour les sites Ecommerce qui disposent du 3D Secure afin de sécuriser les paiements effectués sur leur site ne peuvent plus prendre de paiement ! C’est un problème national.

Chez DOTNET nous avons contourné le problème avec un débrayage dans la nuit du 3DS afin de pouvoir à nouveau prendre des paiements dès ce matin.

Monético (solution de paiement du Crédit Mutuel) n’a même pas envoyé un mail pour prévenir les Ecommerçants ! Un simple message dans l’interface annonce le problème :

3D Secure down : AUCUNE communication de la part des banques et AUCUNE nouvelle !

Sauf qu’il faut se connecter à l’interface, et parfois chez nous personne ne s’y connecte de la journée ! Un simple mail d’avertissement aurait pu nous empêcher de perdre plus de 60% de C.A sur la journée, car nous aurions immédiatement débrayé le 3DS.

Ce matin encore AUCUNE communication de la part des établissements bancaires, on a ça et là quelques infos sur les réseaux sociaux mais pas d’informations concrètes. Cela fait 24 Heures que le bug perdure et 24 heures que l’on va à la pêche aux infos.

Vraiment pas professionnel du tout, en plus des pertes sèches (frais marketing) qui ont continués à tourner ! Nul

MAJ : Plus d’info

CatégorieEcommerceEntrepreneuriatMonétique

Monetico : Une des pires mise en production que j’ai jamais vu sur un site Ecommerce aujourd’hui pour un TPEV

MONETICO

MONETICO

Je n'ai jamais vu cela tout cela comme Axel qui devait le gérer. Après Paypal, simple à installer mais compliqué à gérer, j'avais donc choisi Monetico du Crédit Mutuel.

Une solution bancaire saine, sur le papier mais une semaine fut nécessaire pour le câbler correctement (sur le papier) tant leurs contraintes techniques sont compliquées et obsolètes. Nous avons vraiment galérés, enfin surtout Axel !

La BPA avec Cyberplus est simple et rapide, mise en production sous 24 heures, niveau délais au crédit mutuel, c'est le flop ! NIveau technique c'est aussi le flop !

Allez je teste en prod et je suis certain que cela va merder. Intuition…

MAJ de la nuit : ça fonctionne, mais aucun retour en BO ! Donc ça merde…

MAJ à 5h00 : le 3Ds est sensé être débrayé mais ce n'est pas le cas sur Monetico alors que tout est paramétré comme tel en amont, super Monetico !

MAJ à 5h11 : je me pose et j'arrête, je laisse Axel gérer.

MAJ à 18h00 : Tout est enfin ok, testé et approuvé.

Pas simple Monético !

Haut de page

Blog Entrepreneur Ecommerce