CatégorieA La UneEcommerceweb

OVH : « On Vous Habitue » … aux incidents. DOSSIER COMPLET sur l’incendie et les manquements relevés

Incendie OVH

La nouvelle avait fait le tour des ondes et glacé le sang de bon nombre de leurs clients. Un incendie s’était déclaré le mercredi 10 mars dans des locaux abritant des data centers OVH à Strasbourg. Le feu, déclenché dans la nuit aux alentours d’1h du matin, avait mobilisé l’intervention de 101 sapeurs-pompiers qui n’ont réussi à le circonscrire qu’au petit matin. Concernant la cause du sinistre, la piste accidentelle est privilégiée.

Un coup dur pour la French Tech et son fleuron valorisé à plus d’1 milliard d’euros.

Que s’est-il passé ? Quelles conséquences pour les clients de l’hébergeur Français ? Quels sont leurs recours ?

OVH : que sait-on de l’incident ?

Ce sont 3,6 millions de serveurs web qui sont tombés suite à l’incendie, soit 12 000 à 16 000 clients impactés. Le feu a pris dans le data center Strasbourg 2 (SBG2) qui a été totalement ravagé par les flammes. Dans le SGB1, quatre salles ont été détruites sur douze tandis que SGB3 et 4 n’ont été que partiellement touchés. Les serveurs détruits ont été remplacés par de nouvelles machines placées dans d’autres data centers OVH. Le vendredi suivant, le 19 mars, un nouveau départ de feu s’était déclaré au sein d’un conteneur hors tension du SGB1 du fait de batteries défectueuses.

La piste accidentelle est privilégiée.

Pour autant, il semblerait que cet incident ait été prévisible. En effet, une panne électrique provenant de la défaillance d’un automate avait déjà provoqué un dysfonctionnement dans le système de bascule vers les groupes électrogènes de secours et engendré une coupure de courant complète sur SBG1, SBG2 et SBG4 en 2017. Suite à cela la décision avait été prise de fermer les datacenters SBG1 et SBG4 au motif que « les containers maritimes n’étaient pas adaptés aux exigences du métier ».

Il était donc connu que le site de Strasbourg n’avait pas le même niveau de normes que les autres sites OVH. Pourtant, ces data centers sont restés actifs.  

Le datacenter SGB2 ne disposait pas d’un système d’extinction d’incendie automatisé alors que les datacenters sont généralement dotés d’un réseau de brumisateurs haute pression ou d’un système de diffusion de gaz inerte. Le réseau de brumisateurs permet de résorber les flammes sans noyer les machines sous l’eau tandis que le gaz vide les espaces d’oxygène pour étouffer le feu.

Or, chez OVH, la procédure en cas de départ de feu n’était pas automatisée mais manuelle. En outre, les techniciens présents sur place n’ont pas pu intervenir à temps. Rappelons que le SGB2, conçu en 2011, a été totalement détruit quand le SGB3, conçu en 2016 n’a subi aucun dommage. Leur conception sont totalement différentes, le SGB2 étant désormais dépassé. Le SGB2 comportait une tour auto-ventilée, système économique mais qui a créé un « effet cheminée » ayant aggravé la propagation des flammes. De plus le SGB2 disposait de planchers en bois qui auraient contribué à alimenter l’incendie. Enfin, et comme l’hébergeur l’avait déjà fait remarquer après l’incident de 2017, les containers maritimes ne sont pas adaptés [cette] l’activité. L’empilage de containers représente un risque car ces caissons maritimes recyclés favorisent la propagation du feu.

SGB2 comportait une tour auto-ventilée, système économique mais qui a créé un « effet cheminée » ayant aggravé la propagation des flammes.

La présence de batteries électriques près des serveurs est également un véritable problème. Dans les data centers classiques, celles-ci sont placées dans des salles coupe-feu car elles sont inflammables. Sur le site de Strasbourg, celles-ci étaient installées à proximité des baies de serveurs en dépit du risque d’explosion lié au dégagement d’hydrogène des batteries vieillies.

OVH ne répondait pas aux normes d’un data center standard.

Il semblerait, d’après les observations de certains professionnels du secteur, que le site de Strasbourg de l‘hébergeur OVH ne répondait pas aux normes d’un data center standard.

L’incendie et ses conséquences montrent les limites d’un modèle low cost éloigné des standards classiques, avec une offre d’infrastructure adaptée aux petits sites web.

A ce jour, l’enquête confiée à la sûreté du Bas Rhin privilégie la piste d’un ondulateur défectueux qui aurait provoqué le départ de feu.  En effet, les caméras thermiques des pompiers ont détecté deux ondulateurs en feu au sein de SGB2.  Ils avaient été remis en service l’après-midi même après une intervention de maintenance. Un ondulateur est un dispositif permettant de protéger les équipements électroniques notamment contre les risques de surtension. Il est encore trop tôt pour tirer de véritables conclusions.

Néanmoins, cette catastrophe montre qu’il est indispensable que l’hébergeur Français fasse évoluer ses standards, surtout lorsque l’on sait que l’incendie s’est déclaré deux jours après l’annonce du groupe de sa volonté d’entrer en Bourse !

Incendie OVH : quelles conséquences pour les clients ?

OVH héberge près des 2/3 de l’internet Français. L’incendie a touché 12 000 à 16 000 clients. Leur site Internet a été suspendu au moins une journée, et certains ne retrouveront pas leurs données.  Tous les types de clients sont impactés : petite ou grande organisation, entreprises comme collectivité, privé et public.

L’offre Private Cloud, pourtant positionnée haut de gamme, a été touchée de plein fouet. Malheureusement pour ces clients, des backups étaient bien effectués mais sur le même datacenter.

En effet, avant avril 2020, OVH ne proposait pas de service de backup déporté dans son offre Private Cloud. Pour les clients ayant souscrit avant cette date, l’option n’était pas activée. Conséquence pour les utilisateurs localisés sur SGB2 et ceux adossés à SGB1?

Leurs sauvegardes, gratuites comme payantes, sont irrécupérables.

D’autres offres que le Private Cloud sont concernées : hébergement web, services cloud public, serveurs privés virtuels ou encore Bare metal.  Octave Klaba, patron d’OVH, a été transparent à ce sujet. Il a donc invité les utilisateurs touchés à activer leur plan de reprise d’activité (PRA) qui est de la responsabilité du client final et non de l’hébergeur.

Il s’agit de la plus grande catastrophe numérique « industrielle » de l’histoire de la French Tech. Elle risque de ternir durablement son image, celle d’OVH et de dégrader la confiance des clients.

Rappelons que ce sont 3,6 millions de serveurs qui se sont retrouvés hors ligne, représentant 464 000 noms de domaine. D’après les chiffres de NetCraft, plus de 18 % des adresses IP OVH ne répondaient plus le 10 mars suite à l’incendie.

Au delà d’OVH, le sinistre pourrait avoir des conséquences pour l’image de l’ensemble des hébergeurs Français. Il s’agit d’espérer que cet incident ne pousse pas les clients d’OVH dans les bras des géants tels qu’Amazon Web Services, Google cloud ou encore Microsoft Azure. Certains professionnels du secteur indiquent devoir rassurer leurs clients inquiets, ce qui pourrait faire le jeu des géants mondiaux du Cloud.

En cas de perte de données : quel recours ?

L’article 7.7 des CGV (conditions générales de vente) d’OVH exonère l’hébergeur de sa responsabilité en cas de force majeure dont l’incendie fait partie. OVH s’engage simplement à informer les utilisateurs concernés des circonstances de l’évènement ainsi que de son évolution.

Seule porte de secours : si la situation dure plus de 30 jours, les clients peuvent mettre fin aux services librement.  L’entreprise s’exonère donc contractuellement. Toutefois, si l’enquête venait à démontrer une responsabilité interne de la part d’OVH, l’incendie pourrait perdre son caractère de force majeure et un recours de la part des clients serait alors possible. Or, de ce que l’on sait, l’enquête privilégie l’origine accidentelle.

D’autant que l’hébergeur propose des solutions pour éviter la perte de données en cas d’incident de ce genre. L’abonnement est un peu plus onéreux mais permet d’héberger ses données sur deux serveurs distants. Cet incendie montre l’importance de souscrire à ces services de sauvegarde sur des centres de données situés sur un autre périmètre, voire un autre hébergeur. Si le SLA (service level agreement) prévoit un dual site, c’est à dire une sauvegarde en temps réel sur un autre serveur, ce que l’on appel également une « redondance miroir », les données ne sont, normalement, pas impactées. La bonne pratique consiste à sauvegarder ses données à minima chez deux prestataires différents, éloignés géographiquement.

OVH ne saurait être tenu pour responsable de la perte des données car la sauvegarde ainsi que son paramétrage (type de données sauvegardées, fréquence) sont de la responsabilité du client. Aucune obligation légale n’oblige un hébergeur à proposer des solutions de sauvegarde. Les conditions d’utilisation d’OVH de serveurs dédiés précise que si un client ne souscrit pas à l’option payante, « aucune sauvegarde des données et contenus du client n‘est effectuée ». Ce qui est tout à fait légal. OVH n’est tenu que d’assurer et de maintenir les services en ligne. Sans souscription d’un service de back-up et sans mise en œuvre d’un PRA, la responsabilité de l’hébergeur ne saurait être engagée. 

Les clients de l’hébergeur ont toutefois obtenu un geste commercial, annoncé par Octave Klaba : 3 mois de services gratuits en cas d’une coupure de service et 6 mois en cas de perte de données. La facturation a été suspendue au 10 mars, date de l’incendie, pour tous les utilisateurs des services des datacenters situés sur le site de Strasbourg. De plus, des infrastructures alternatives leur sont proposés gratuitement sur d’autres data centers du groupe situés à Roubaix et à Gravelines. Pas sur que cette mesure compense le préjudice subit !

En théorie, la CNIL pourrait poursuivre OVH sur le fondement de « perte de disponibilité des données ». Mais il y a très peu de chance que l’organisme s’attaque au leader européen de données.   

RGPD : devez-vous notifier la CNIL en cas de perte de données ?

Le 22 mars, la CNIL a diffusé une note sur son site web pour rappeler les règles du RGPD en cas de perte de données personnelles. L’obligation est inscrite à l’article 33 du (Règlement Général sur la Protection des Données). 

Au sens du RGPD (entré en vigueur en mai 2018), la destruction temporaire ou définitive de données à caractère personnel, constitue une violation de données. Cette violation doit être documentée, c’est-à-dire que les responsables des traitements doivent rappeler les faits, ses effets ainsi que les mesures prises pour y remédier dans un registre interne. Les sous-traitants sont tenus d’informer leurs clients afin que ceux-ci remplissent également leurs obligations.

Dans certains cas, la CNIL doit être notifiée :

  • les données sont restées indisponibles pendant une durée suffisante pour engendrer un risque pour les personnes. Ce risque est évalué en tenant compte du type de données et des conséquences que peuvent avoir leurs pertes sur les personnes ( ex : les données de santé) ;
  • les données sont définitivement perdues.

Cette notification doit intervenir dans les 72h après la prise de connaissance au plus tard. En cas de notification tardive, les motifs de retard sont exposés.

En revanche, si un plan de reprise ou de continuité (PRA ou PCA) ont permis d’assurer la continuité des services et/ou les données personnelles ont pu être restaurées sans conséquence sur les personnes, il n’y a pas lieu de notifier la CNIL.

Ainsi, suite à l’incendie OVH, les utilisateurs concernés doivent obligatoirement contacter la CNIL.

Il est encore difficile d’évaluer la quantité de données perdues. En dépit du caractère catastrophique de l’incendie, cet incident aura permis de rappeler que les données sont physiques et qu’il est indispensable d’effectuer une sauvegarde sur un serveur local.
Quelles que soient les conclusions de l’enquête concernant l’origine de l’incendie, il est utile de prendre conscience que nul data center n’est totalement à l’abri d’un accident ou d’un acte de malveillance et que le backup local est encore la meilleure chance de ne pas se trouver dans une situation inextricable.

Sources là :

CatégorieAUTRES SUJETSMis En AvantSEO - SEAweb

Outil SEO : Jahia, une plateforme d’expérience digitale qui propose d’associer le contenu et les données client


Un CMS (Content Management System) permet la réalisation et la structuration de contenu sur un site Internet. Le CMS gère le contenu, et permet également de travailler à plusieurs sur un contenu commun en attribuant des rôles et des droits à chaque utilisateur sur le projet.

Il est essentiel de préciser que le content est facteur de réussite essentiel pour le SEO. Il ne s’agit pas de placer sottement le mot-clef dans un texte pour espérer être positionné correctement sur celui-ci dans les moteurs recherche.
En effet, la densité du contenu, sa pertinence pour le lecteur et sa qualité rédactionnelle sont essentiels pour optimiser son référencement naturel. L’idéal étant de personnaliser le contenu proposé à l’internaute en fonction de son profil, de ses préférences, de son parcours. L’utilisation de la data est en ce sens très pertinente pour générer des contenus ultra-personnalisés qui sauront convertir bien davantage que des contenus généralistes.

Jahia a développé une plate-forme d’expérience numérique agile (Jahia DXP) qui permet d’associer la gestion de contenu et les données collectées afin d’optimiser le contenu partagé avec les clients. Cette solution permet d’offrir à l’internaute une expérience totalement personnalisée.

Cette plateforme répond aujourd’hui à un besoin crucial en matière de SEO : Générer du contenu 100% original, sans duplicate content !

Pour un internaute, Le plus frustrant, est d’être confronté à un contenu qui ne lui correspond en rien.

Or, il faut bien reconnaître qu’il n’est pas rare de retrouver des contenus similaires sur le net, copiés ou non, le plagiat n’a pas sa place dans un contenu web. Seulement, créer du contenu inédit et unique, nécessite de disposer de sources et ressources suffisantes pour conserver cette originalité ou bien d’être accompagné, à l’instar d’une agence SEO Jahia pour proposer du contenu personnalisé.

Pour un internaute, Le plus frustrant, est d’être confronté à un contenu qui ne lui correspond en rien. Il quitte alors prématurément le site internet, faisant ainsi augmenter le taux de rebond qui corrélativement impacte négativement le SEO.

La présentation d’un contenu adapté et personnalisé pour l’internaute est incontournable, à la fois pour être positionné correctement, conserver ou gagner en crédibilité, et pour se différencier des concurrents.

Jahia DXP, disponible en Cloud, se compose de JContent, un module d’édition de contenu qui permet la création et la gestion de contenus et de médias à partir de modèles de thèmes et de pages prédéfinis.

La plateforme offre également la possibilité de gérer plusieurs sites web et de les traduire en de nombreuses langues, un premier pas vers l’international.

Sources : Jahia

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerceweb

Ecommerce et grande distribution : le C.A des drives jusqu’à +80% !

Les_chiffres_des_drives

Il ne s’agit pas de pointer du doigt qui que ce soit. En pareille période opposer les uns aux autres est inutile.

Seuls l’effort collectif et la vision de l’intérêt général esquissent une éventuelle issue positive. Les débats stériles sur l’opulente croissance du Ecommerce sont mal argumentés, orientés et sont ensuite fréquemment démentis par les faits.

Le commerce s’adapte au Ecommerce et se digitalise… parfois un peu trop tard.

Il faut dire qu’il n’y a pas si longtemps que cela, le commerce regardait le Ecommerce avec un dédain affiché.

En 2009 par exemple, certains magasins d’accessoires moto s’offusquaient que leurs fournisseurs puissent également approvisionner des enseignes de Ecommerce.
Un certain nombre d’entre eux, usaient de leur influence (de part leur C.A en portefeuille) afin de faire pression sur les marques et les manufacturiers.
Le chantage de l’époque était : « si tu les livres, je ne te commande plus rien ! »

A cette époque, les fabricants de blousons, de casques et de gants de moto, ont pour la plupart cédé, et refusé de livrer les enseignes de E-commerce.

La situation a perduré jusqu’en 2011, au prétexte de voir leur parts de marché s’effriter. Ces pratiques anticoncurrentielles furent très néfastes pour le marché concerné, accélérant sa concentration et réduisant l’offre pour le consommateur.

Encore une fois, le problème était pris à l’envers, car il ne fallait pas empêcher cette nouvelle concurrence, mais au contraire l’anticiper en s’intéressant au sujet et en déployant à son tour une offre Ecommerce afin de conserver des PDM et même en gagner.

En outre, se sont les mêmes individus qui viennent aujourd’hui se plaindre d’une situation à laquelle ils auraient pu et dû régir 10 ans auparavant.

La palme de la digitalisation revenant à un acteur du retail moto depuis 30 ans qui rachète un site Ecommerce en 2012 pour le fermer en 2013 sans autre forme d’analyse. Un manque criant de vision !

Actuellement, le drive, le click and collect et les plateformes de shopping locales, se déploient partout dans les territoires avec plus ou moins de réussite, mais ces initiatives vont dans le sens de l’histoire et des attentes des clients.

En effet, les drives sortent du lot. Leclerc notamment, car l’enseigne avait initié le projet « Leclerc Drive » dès 2008 !

Enseigne C.A en Milliards d’€ Croissance
Leclerc drive 4,65 + 42%
Auchan drive
Chronodrive
1,6 + 34%
Carrefour drive 1,2 + 52%
Intermarché drive 1,1 + 80%
Courses U 0,9 + 51%

Alors tout n’est pas idéal dans le drive et l’on sent tout de même que parmi les enseignes, certaines ne sont pas tout à fait « prêtes » pour faire du Ecommerce.

Courses U par exemple dispose d’un fonctionnement aux antipodes des attentes du consommateur en matière de drive, car pour retirer une commande U il faut s’armer de patience :

Une fois sur place, il faut descendre de voiture, se rendre à l’accueil du drive et là déjà débute une première attente.

Ensuite une fois que c’est votre tour, ce n’est pas encore tout à fait gagné, il faut que l’agent U re-pointe tous les articles (deuxième attente), et vous encaisse (troisième attente).
Les chariots contenant les courses sont ensuite « passés » au client pour qu’il se rendre à son véhicule les charger par lui-même.
Cela n’a pas vraiment d’intérêt.

A l’autre bout, Leclerc Drive est complètement rôdé sur les procédures et ça va vite !

Heureusement, car lorsque le succès est au rendez-vous cela peut vite déborder à l’instar du drive de Fleury-les-Aubrais (45) où le succès du drive Leclerc est tel, que la queue de voitures s’allonge parfois jusque sur la route !

Si la prise de commande est rapide au drive et le retrait tout autant dans la plupart des enseignes, les ruptures de produits sont omniprésentes et les gammes fortement limitées et parfois arrêtées arbitrairement sans remplacement.

Carrefour propose la plus large gamme de produits disponibles mais les erreurs de stocks sont devenues la norme, les remplacements de produits pas toujours effectués ou mal remplacés, et les dates absurdes, où l’enseigne se moque parfois clairement du client.

La digitalisation des retailers n’est pas chose aisée, mais certains n’y mettent pas du leur. Prenons l’exemple de Conforama qui vend en ligne depuis quelques années et pourtant nous assistons encore à des constats qui n’ont pas lieu d’être :

Un client commande 3 articles sur Conforama.fr (des meubles), 3 frais de port sont facturés (un par article).
Conforama ne livrera qu’1 seul produit sur les 3, elle remboursera bien les 2 articles non-livrés mais pas les 2 frais de port à 130€ chacun.

Perte pour client : 260€.

En pareilles circonstances la confiance du consommateur envers l’enseigne est évidemment très fortement amoindrie.

Ces chiffres communiqués par les enseignes traduisent un changement dans les modes de consommation habituels, où dorénavant les clients recherchent davantage de facilité et de flexibilité pour effectuer leurs achats sans éluder le prix et la disponibilité bien entendu !

Sources : ici, et par ici

CatégorieAUTRES SUJETSEcommerceweb

Avis Client : liberté d’expression ou diffamation ? Ce que dit la Loi

Liberté_d_expression

  1. On constate par exemple un client mécontent d’une enseigne qui va ensuite relater sa mauvaise expérience au travers d’un avis client négatif.

    La liberté d’expression c’est cela.

  2. On constate par exemple un client insatisfait d’une enseigne qui va ensuite relater sa mauvaise expérience au travers d’un avis client négatif.
    Mécontent de l’insuffisante visibilité de son avis, il en dépose plusieurs tout autant vindicatifs dans un objectif de « faire du mal » à l’enseigne.

    Le dénigrement c’est cela. La Loi puni le dénigrement d’1 an de prison et de 45000€ d’amende.

  3. On constate par exemple des avis anonymes, orduriers, injurieux et mensongers et ne disposant d’aucun élément factuel pour étayer les propos avancés.

    La diffamation c’est cela. La Loi puni la diffamation d’1 an de prison et de 45000€ d’amende.

  4. On constate par exemple un client insatisfait d’un site Ecommerce, il est remboursé par le marchand, mais juge que ce n’est pas suffisant. Il appelle à de nombreuses reprises le personnel pour l’insulter et l’invectiver, il inonde les services avec des mails malveillants et menaçants, il contacte les partenaires, clients et autres interlocuteurs du marchand afin de lui faire du tort.

    Le harcèlement c’est cela. La Loi puni le harcèlement d’1 an de prison et de 15000€ d’amende.

  5. On constate par exemple un client insatisfait qui pour le faire savoir va poster des dizaines voir des centaines de messages sur les forums, les réseaux sociaux et autres, faisant état de faits non vérifiés.

    La calomnie c’est cela. La Loi puni la calomnie de 5 ans de prison et de 45000€ d’amende, majorée à 250 000€ s’il s’agit d’une personne morale.

Alors avant de déposer un avis client où que se soit, assurez-vous de le faire en conformité avec la Loi.

Dans le cas contraire, vous vous exposez à des procédures rapidement coûteuses en frais d’avocat et en dommages, pour réparer le préjudice de l’entreprise ainsi lésée.

Un exemple concret ? Le responsable d’un hôtel a du indemniser, de sa poche, une entreprise à hauteur de 500€, car il avait adressé un simple mail diffamatoire à un interlocuteur de la société en question.

Un autre exemple ? La société Trustpilot a récemment été condamnée par le Tribunal de Commerce de Paris car la plateforme d’avis clients ne respecte tout simplement pas la réglementation en vigueur en France.

Trustpilot a par ailleurs été condamnée à retirer sous astreinte de 500 euros pas jour la page d’avis clients de la société plaignante à l’initiative de la procédure. L’entreprise n’avait jamais sollicité les services de la plateforme d’avis. Trustpilot devra indemniser la société plaignante à hauteur de 5000€. Lire la suite >>>>

Les paroles s’envolent, les écrits restent. Sur le net on écrit à l’encre indélébile.

Sources : ici et

CatégorieAUTRES SUJETSEntrepreneuriatweb

Ubérisation : Full Truck Alliance lève 1,7 Milliards de dollars

Full_Truck_Alliance

C’est un tour de table auprès d’Alphabet (Google), SoftBank et Sequoia Capital qui rassemble 1,7 Milliards de dollars de fonds levés.

La startup Chinoise Full Truck Alliance, qui opère tel Uber, met en relation les propriétaires de camions et les entreprises qui disposent de marchandises à transporter.

Full Truck Alliance avait déjà levé près de 2 Milliards de dollars lors d’un précédent tour de table. Tout ce cash est en prévision d’une IPO courant d’année 2021.

Sources : ici et

CatégorieAUTRES SUJETSweb

Acquisition : La RATP rachète MAPPY

La Régie Autonome des Transports Parisiens (RATP) annonce la finalisation de l’acquisition de Mappy, afin d’enrichir son offre numérique.

Mappy, est le service de cartographie en ligne le plus ancien du marché, puisqu’il a été crée en 1987 avant l’invention d’Internet. Son entrée dans le giron de la RATP a pour objectif de proposer toujours plus de services aux usagers. Par exemple, une carte détaillée de la région intégrant un GPS à destination des piétons et des cyclistes.

En outre, Mappy proposera des itinéraires adaptés au trafic urbain à l’instar de Waze. L’utilisateur pourra également visualiser les parking-relais, le plan du réseau des transports et effectuer ses réservations en temps réel depuis son téléphone mobile.

Jusqu’alors c’était le groupe So Local (propriétaire, entre autre, des Pages Jaunes) qui était l’actionnaire majoritaire de Mappy.

Mappy n’est pas rentable et perdait encore plusieurs millions d’euros par an sur le dernier exercice publié.

Source : ici et

CatégorieAUTRES SUJETSweb

Arrestation : John McAfee le fondateur de l’anti-virus éponyme arrêté en Espagne

A la demande des Etats-Unis qui avaient émis un mandat d’arrêt international à l’encontre du fondateur de l’anti-virus McAfee pour évasion fiscale ; les autorités Espagnoles ont procédé à l’arrestation de John McAfee à l’aéroport de Barcelone.

John McAfee le fondateur de l'anti-virus éponyme.


En effet, l’Américain aurait éluder de déclarer des millions de dollars de revenus ces dernières années.

John McAfee n’aurait pas rempli ses obligations fiscales entre 2014 et 2018.

Si McAfee avait fait fortune avec l’anti-virus qui a fait connaître son nom au plus grand nombre, c’est à cause des cryptomonaies qu’il est aujourd’hui inquiété.

D’autres « histoires » autour de ce personnage de roman bien réel, ancré dans un concours d’égo avec lui-même, ont déjà fait la une des médias ces dernières années.

Source :

CatégorieEcommerceEntrepreneuriatweb

[TIK TOK] interdiction imminente de l’application Chinoise aux USA

L'application sera interdite sur les plateformes dès le 20 Septembre 2020

L’application sera interdite sur les plateformes dès le 20 Septembre 2020

L’administration de Donald TRUMP ne peut pas être critiquée pour ne pas tenir ses engagements ! En effet les applications Tik Tok et WeChat ne seront plus disponibles sur l’Apple Store et le Play Store de Google à compter du Dimanche 20 Septembre 2020. Les mises à jour ne seront également plus possibles.

Cependant, Tik Tok a pu obtenir une dérogation pour continuer ses activités jusqu’à une possible cession avec Oracle ou autre… Date butoir au 12 Novembre 2020.

Cette immiscion d’un gouvernement dans l’économie numérique et notamment concernant l’activité de l’un de ses acteurs, est préoccupante, et doit être contrôlée, encadrée, particulièrement lorsque le décisionnaire à l’origine des dispositions actuelles à l’encontre de l’application Tik Tok est businessman de profession.

Il faut toutefois admettre que certaines questions demeurent à l’égard des entreprises Chinoises. Ces interrogations sont légitimes et nécessitent des réponses tant les débats sont aujourd’hui animés sur les ces sujets. L’opacité Chinoise devra être levée pour rassurer les Etats et les utilisateurs quant à leurs technologies et applications.

MAJ du 20/09/2020

D’après le Figaro un accord aurait été trouvé et approuvé par Donald TRUMP entre ByteDance, Oracle (champion Américain des logiciels) et Walmart (leader de la distribution aux Etats-unis).

MAJ du 12/11/2020

Tik Tok dépose un recours au dernier moment contre le décret du Président D.TRUMP.

Plus d’informations en suivant ce lien.

Source

CatégorieEcommerceSEO - SEASOFTWAREweb

[ECOMMERCE NATION] Lancement d’une plateforme de formation en ligne pour E-commerçants

Plateforme de formation Ecommerce Nation Academy

Plateforme de formation Ecommerce Nation Academy

Ecommerce Nation est une plateforme en ligne dédiée au E-commerce et aux Ecommerçants. La société Startèges Numériques qui exploite Ecommerce Nation Academy est située en France et dirigée par Nicolas CHEVALIER.

Le confinement a mis à l'épreuve le business model de nombreuses entreprises, digitales ou non. La capacité à se réinventer ou à pivoter de modèle économique est un atout indispensable post Covid. Ceux qui ne se remettent pas en question et laissent perdurer des modèles devenus obsolètes, disparaîtront.

Ecommerce Nation qui était notamment présent aux évènements habituels et récurrents du Ecommerce et du digital a vu ce canal se restreindre comme pour le Paris Retail Week. Or avec les mesures de protection de la population, la tenue de ces salons est reportée, annulée ou digitalisée (très bof !).

Ecommerce Nation a revu sa stratégie et s'est transformé en seulement quelques semaines en un centre de formation tout ce qu'il y a de plus conforme et de réglementaire, notamment en matière de référencement DATADOCK, indispensable pour accéder au financement des sessions de formation par les opérateurs de compétences OPCO.

En outre, le Ecommerce "méritait" que l'on trouve enfin une entité permettant aux acteurs du Ecommerce de monter en compétences. Ecommerce Nation l'a fait.

Cependant, n'éludons pas l'importance de la qualité des intervenants pour ces formations. On voit mal des formations sérieuses, engageantes, dispensées par des stagiaires ou des alternants sans disposer d'expériences probantes et qualifiées sur les sujets traités…

Autre point, certains médias, à l'instar de Siècle Digital (voir ci-dessous)présentent Ecommerce Nation comme le "Netflix de la formation E-commerce" , c'est évidemment ambitieux sur le fond même si Ecommerce Nation et notamment Nicolas, son dirigeant, ont toutes les capacités pour atteindre cet objectif, mais c'est également un point d'interrogation sur la forme, en matière d'utilisation de la marque "Netflix" sans entrer dans la publicité comparative, l'utilisation d'une marque est tout de même réglementée. Si l'idée peut sembler bonne, le comparatif est déplacé.

E-Commerce Nation lance le Netflix de la formation E-Commerce

Siècle Digital

L'avantage de ce business model de formation en ligne c'est le financement de celle-ci par les OPCO.

Car en balisant bien au départ l'approche client et le financement avec les partenaires, l'on évite ainsi des impayés, parfois fréquents en Ecommerce comme dans le SaaS sur des typologies de clients peu aguerries au digital et qui pensent de fait que tout est gratuit sur internet.

Or, la gratuité a toujours un prix à payer.

Offres tarifaires E-commerce Nation (offres en cours au 18/09/2020)

Offres tarifaires E-commerce Nation (offres en cours au 18/09/2020)

4 modules de formation Ecommerce sont proposés autour de vidéos de 10 minutes avec un système par abonnement sur le modèle SaaS à partir de 99€HT/mois.

Un certificat est délivré lorsque les 75 vidéos ont été visionnées. Le titre n'est pas au RNCP (Répertoire National des Certifications Professionnelles) pour le moment et il n'est pas non plus proposé de passer un examen post formation ou un contrôle continu pendant la période de formation.

Le Ecommerce est un sujet d'actualité, tout comme le numérique et les nombreuses entreprises qui sont en train de passer à la digitalisation post Covid. Les thématiques en Ecommerce sont très denses, spécifiques et très techniques à l'instar du SEO ou du SEA, qui sont deux composantes essentielles de la réussite ou non d'un site Ecommerce.

Les formations dispensées par Ecommerce Nation sont un premier pas pour comprendre les enjeux du Ecommerce et toute leur complexité.

Sources : ici, et encore 😉 merci à elles

CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatweb

[ECONOMIE CIRCULAIRE] KIABI rachète et revend vos vêtements d’occasion

Magasin Kiabi de la ville d'Haumont

Magasin Kiabi de la ville d'Haumont

La complémentarité entre le point de vente physique et le digital n'est plus à démontrer. Bel exemple d'adaptation face à la conjoncture, par l'enseigne Kiabi, et notamment le magasin Kiabi de Haumont (59) dans le Nord, berceau Française de la vente par correspondance.

En effet, ce magasin Kiabi qui était déjà précurseur face à la fermeture des retailers non indispensables durant le confinement, avec la mise en place d'un drive dès sa réouverture, se démarque encore aujourd'hui.

Petite parenthèse : l'urgence d'acheter des vêtements peut paraître très relative en période de pandémie pour la plupart d'entre nous. Or, à dé-contextualiser une action, l'on en perd tout le sens, car si pour certains l'achat de vêtements peut paraître anecdotique, pour d'autres, il est indispensable lorsqu'on a des enfants de pouvoir les vêtir au fur et à mesure de leur croissance.

Le magasin Kiabi de Hautmont propose aujourd'hui à ses clients de revendre leurs vêtements d'occasion. Après le retrait en magasin d'un sac dont l'affranchissement est déjà effectué, les clients y mettent les vêtements dont ils souhaitent se séparer et reçoivent ensuite un bon d'achat à utiliser auprès de l'enseigne Kiabi.

Pour aller plus loin, l'enseigne Kiabi à l'aide d'un prestataire, propose ensuite ces articles triés et mis en valeur sur un emplacement à l'intérieur du magasin.
 

Source : (entre autre)

Haut de page

Blog Ecommerce SEO | SEA