CatégorieEcommerceLes NULS en Ecommerceweb

Arnaque Ecommerce : ALDelivery au préjudice de l’enseigne ALDI

L’arnaque ALDelivery

La plateforme belge ALDelivery ressemble en apparence à un site de vente en ligne, mais en réalité ce n’est pas le cas. En effet, il apparaît qu’il s’agit en fait d’une arnaque en ligne qui tente d’escroquer les utilisateurs de sa plateforme au préjudice de l’enseigne ALDI.

Page d’accueil du site ALDelivery
Page d’accueil du site officiel ALDI

Comment les escrocs procèdent-ils ?

Ils envoient simplement des mails a des prospects en leur proposant de tester ce qui est annoncé comme le premier service de livraison à domicile de l’enseigne ALDI.

Bien entendu, il est présenté un faux site marchand où les utilisateurs peuvent ajouter de nombreux produits très variés : produits alimentaires, électroménager et même des cigarettes et payer sans pour autant être livré.

Aucune livraison n’est effectuée par la suite une fois le paiement réalisé.

La seule solution qui reste aux victimes est de faire opposition auprès de leur banque afin de bloquer la transaction et se faire rembourser.

En outre, les coordonnées bancaires transmises peuvent être utilisées de nouveau pour des transactions frauduleuses, il est impératif d’opposer la carte bancaire pour se prémunir de débits indus.

En plus des coordonnées bancaires déjà collectées, les escrocs ont pu récupérer une grosse quantité de données personnelles par l’intermédiaire de formulaires qui s’avéraient être évidemment fallacieux.

L’enseigne ALDI a confirmé qu’il s’agissait bien d’une arnaque et qu’il n’y a pas du tout de rapport avec leur enseigne de distribution.

A l’heure actuelle, l’arnaque du site d’ALDelivery semble être restreinte en Belgique dans la mesure où aucune fausse livraison vers la France n’est suggérée.

Que fait la police Belge ? le travail n’est pas fait !

Seulement, que font les autorités Belges ? Le site est toujours en ligne et accessible.

Bon quelques indices permettent tout de même de se rendre compte de la supercherie…

« ACCUEIL » ne s’est jamais écrit « acceuil ».

Sources ici et .

 

CatégorieAUTRES SUJETSEntrepreneuriatMonétiqueweb

Fermetures abusives de comptes par la banque N26, recours collectif en cours

Décidément les actions collectives ou recours collectifs, afin de densifier les dossiers, deviennent plus récurrentes qu’auparavant. En effet, à l’instar d’OVH qui fait l’objet d’une action de groupe à son encontre par le cabinet d’Avocats Ziegler & Associés, la banque Allemande N26 est elle aussi dans la tourmente avec plus de 530 clients qui font état de manoeuvres déloyales.

La banque N26 qui est la deuxième banque la plus valorisée en Allemagne a déjà attiré 2,5 millions d’utilisateurs en quatre ans en France fait l’objet de nombreuses critiques sur le territoire.

Plus de 530 clients ont signalé les manœuvres déloyales de la banque N26. En effet, elle aurait fermé sans explications et sans avertir ses clients et surtout sans aucune possibilité que ces derniers récupèrent leur argent.

Des manoeuvres similaires concernant une autre enseigne bancaire, française cette fois, sont en cours d’examen par les instances judiciaires, lire ici.

Selon un témoignage anonyme d’une ancienne salarié, la banque assume ce fonctionnement.

La directive qui a été donnée aux salariés était la suivante :

Lorsque les clients contactaient leurs services afin de connaître la raison pour laquelle leur compte était bloqué, les employés de la banque N26 avaient comme consigne de répondre que c’était en cours de traitement et qu’ils allaient revenir vers eux dans les plus brefs délais.

Finalement, aucune mesure n’était réalisée en interne au sein de la banque, d’après ce qu’affirme l’ancienne salariée.

Les anciens clients victimes présumées commencent à se faire connaître et un groupe sur le réseau social Facebook intitulé « Communauté des clients arnaqués par N26 ».

Une avocate s’est rapprochée de la communauté afin qu’une action en justice soit envisagée.

Maitre Emma LEOTY , avocate au barreau de Paris a relevé qu’il y a bien eu des manquements de la banque N26 qui justifient une action en justice collective des clients à l’encontre de la banque Allemande. Emma LEOTY a l’intention d’accompagner et soutenir les clients dans cette action en justice en les représentant.

Il est question de déterminer une stratégie commune qui appuierait le fait que malgré la nationalité allemande de la banque, le droit français et ses juridictions sont compétents et applicables.

Il n’est pas possible qu’une banque ferme les comptes de ses clients unilatéralement , c’est contraire au code monétaire et financier. En effet, la première règle, le client doit être informé au moins deux mois avant une fermeture de compte, une règle qui est inscrite sur le site de la Banque de France. Certaines enseignes bancaires vont plus loin dans la malveillance envers leurs clients, et anti-datent les courriers et les enveloppes en LRAR informant les clients de la fermeture prochaine de leur compte bancaire.

La deuxième règle essentielle est bien entendu que la banque doit restituer l’argent après la fermeture.

C’est d’ailleurs ce que reproche l’Institut Nationale de Consommation (INC) à la néobanque Berlinoise.

Voici plusieurs exemples de clients :

Le cas de Valéry qui a créé son compte bancaire il y a deux ans. Elle avait une bonne relation avec la banque jusqu’en mars dernier où son compte a été bloqué puis fermé pour prétexte d’une vérification des comptes dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent. Son compte a été au final crédité de 300€.

Le cas de Guillaume avec un dommage plus important puisque son compte business de 9000€ suite à un blocage et une clôture de son compte sans possibilité de récupérer son argent. Le client accuse la banque d’avoir volé et séquestré son argent dans plusieurs mails, qu’il a envoyé, sont restés sans réponse. on est sur le type d’exemple similaire.

La banque N26 a assuré qu’elle n’a jamais détenu les l’argent de ses clients et assure même qu’elle va rendre l’argent à ses clients.

La direction de N26 rappelle les conditions générales de vente en France :

  • Il faut justifier être un résident français et résider au moins six mois en France.
  • Si les dépenses sont effectuées à l’étranger sur un délai plus long, le compte peut être bloqué puis fermé.

Il se peut que le compte puisse se retrouver dans un système de transaction frauduleux après une opération de phishing ou de scanning. Le temps de l’enquête, le compte est bloqué et pour récupérer son argent, le client doit transmettre un nouveau RIB correspondant au statut du compte qu’il soit personnel ou professionnel.

Pour se défendre, Jérémie ROSSELLI, le représentant en France de la banque N26 rappelle que l’ouverture d’un compte N26 engage le client à respecter les CGU qui reflètent la réglementation en vigueur à laquelle la banque N26 est soumise en tant qu’établissement de crédits.

En exemple, la référence à l’article 19.3 des CGU prévoit la résiliation pour motif majeur sans respect d’un délai de préavis si le client a fourni de fausses informations relatives à son patrimoine à titre d’illustration sur des cas de figures d’utilisateurs français.

En outre, Jérémie ROSSELLI ajoute que le blocage d’un compte bancaire ne signifie toutefois pas toujours sa fermeture dans la mesure où la banque N26 effectue des contrôles de routine en conformité avec les lois en vigueur qui sont des exigences légales.

La nouvelle de l’action en justice envisagée par les anciens clients tombe au moment où la banque s’apprête à effectuer sa cinquième levée de fonds avec une ambition de devenir la première banque en Europe.

Son objectif est de se centrer sur la zone SEPA (l’espacé unique de paiement en euros) qui compte actuellement 24 marchés après son retrait de la Grande-Bretagne suite au Brexit et prochainement des États-Unis jugé comme un marché trop complexe pour les ambitions de la banque allemande.

Sources : Ici, et encore .

MAJ du 18/01/2022 : La banque N26 est assignée en justice par d’anciens clients qui s’estiment lésés.

 

CatégorieAUTRES SUJETSEntrepreneuriatweb

Meilleurs Voeux ! Enfin si c’est possible…

Est-il encore possible de souhaiter les voeux de nouvelle année ? Le « chanteur » Gims ne veut plus en entendre parler au prétexte de sa religion. Le jour de l’An n’a rien de religieux, un peu de culture et d’Histoire ne font jamais de mal, d’autant plus s’agissant de personnalités publiques qui se doivent d’être exemplaires tant dans leurs paroles que dans leurs actes. On en est loin…

Au regard de ces premiers voeux, certains diront avec ironie que l’année commence bien, mais revenons tout d’abord sur l’année écoulée sous le joug du virus.
Si la plupart des individus ont été d’exemplaires citoyens solidaires, d’autres ont eu et ont encore  un comportement détestable, presque nuisible aux autres, volontairement.

Or, nous avons tous été impactés directement ou indirectement par la pandémie, dans nos vies quotidiennes, dans notre entourage, dans notre organisation personnelle, dans nos emplois. La plupart ont su trouver les leviers pour passer tant bien que mal cette période qui n’est pas encore achevée. Les décideurs politiques, du moins ceux en charge de ces sujets, ont su prendre les mesures sociales, sanitaires et économiques adéquates (sans être idéales ou satisfaisantes) afin d’éviter cet effondrement tellement attendu par les pourfendeurs de notre société démocratique.

Les dirigeants de nos entreprises Françaises, ont bénéficié d’aides jamais vues auparavant pour leur permettre de passer cette période difficile :

  • Activité partielle
  • PGE
  • Fond de solidarité
  • etc…

Si, en réponse, la grande majorité des dirigeants s’est montrée responsable à appliquer strictement les consignes gouvernementales pour le bien de tous, pour la reprise, pour passer cette crise mondiale ; d‘autres ont sciemment choisi d’ignorer les mesures prises sans pour autant aller au terme de leurs convictions en refusant les aides accordées.

Il est indispensable de rappeler que tout dirigeant d’entreprise est soumis aux obligations légales de sa profession, tout comme à celles du législateur.

Cela signifie que lorsqu’une Loi même déplaisante vient modifier la réglementation, un chef d’entreprise a le devoir et la responsabilité de l’appliquer.

En outre, les prétextes mis en avant pour contester par exemple le contrôle du passe sanitaire dans les établissements recevant du publics sont inacceptables. A chaque justification pour ne pas faire ce qu’on leur demande cela débute par « Je considère…etc. », ça en dit long sur l’intérêt collectif de débuter ainsi.
Par ailleurs, il n’y a rien à considérer ! Juste à appliquer simplement les consignes de l’Etat. Avoir des droits n’exonère nullement des devoirs ; d’autant plus s’agissant de préserver la santé de tous (salariés, clients, interlocuteurs) qui est notre bien le plus précieux.

Lors de la mise en place du prélèvement à la source, aucun dirigeant ne s’est offusqué de devoir collecter pour le compte de la DGFIP l’impôt sur le revenu des salariés de son entreprise ;
Lors de la mise en place de la prime Macron (prime PEPA), aucun dirigeant ne s’est offusqué d’augmenter le pouvoir d’achat de ses salariés sans en assumer les charges ;
Lorsqu’il faut déclarer la TVA, tenir une comptabilité, effectuer des démarches fiscales, ou dire a un client en train d’allumer une cigarette que c’est interdit, nous n’avons pas de mouvement contestataires sur ces sujets. C’est logique, c’est légitime.
Pour quelle raison (raisonnée) cela serait différent pour le Passe Sanitaire ? Il s’agit d’une nouvelle réglementation à appliquer (un devoir), il n’y a rien à contester, sauf à être irresponsable, mais dans ce cas, l’individu ne doit plus avoir le droit de gérer une entreprise.

La liberté c’est un ensemble de devoirs et de droits.

Que dire également des organisations qui ont profité de la pandémie pour mettre en difficulté leurs clients par un manque de rigueur, de professionnalisme ou carrément par des manoeuvres déloyales répréhensibles sur le plan pénal ?

Cette conjoncture est révélatrice de l’individualisme exacerbé de certains, de la malveillance pour d’autres, qui s’imaginent tout leur est dû sans jamais être redevable de quoi que ce soit envers la communauté. Il prônent la justice mais ignorent l’équité, sauf lorsque ça les arrange.

Cette pandémie a révélée le PIRE de l’Homme, un dernier exemple :

Que dire de ceux qui ont empêché les véhicules de secours de circuler ? Que penser de ces irresponsables qui au prétexte de leur vision étriquée de la liberté, mettent VOLONTAIREMENT en danger LA VIE de leurs concitoyens par leur comportement ?

Des centaines d’opérations de chirurgie ont été déprogrammées ou annulées, même pour des cancers alors que le public (même le plus bête qui soit) est informé de l’importance de prendre en charge ces pathologies au plus tôt.

Il s’agit là de mise en danger délibérée de la vie d’autrui, c’est incontestable. Puis se réfugier derrière sa liberté individuelle pour mettre en danger ses concitoyens n’a rien d’humain, rien de glorieux, rien du tout.

Cette minorité qui se croit tout permis veut faire payer à la France entière le tribut de son manque d’empathie, d’humanité, et de solidarité. Ce n’est pas acceptable.

Ces mêmes personnes se mentent à elles-mêmes, elles saturent nos hôpitaux, font déprogrammer des opérations, obligent le durcissement des restrictions, et essayent de paralyser le pays. Les faits sont têtus lorsqu’ils sont réels :

et bien réels, article du Monde ici :

Puis, ces mêmes irresponsables viennent ensuite inonder les médias de leur prétendue liberté bafouée au prétexte que le pays ne dispose pas d’infrastructures suffisantes. Il ne s’agit pas de cela.

En effet, on voit mal les gens arrêter d’emprunter le périphérique au prétexte qu’il est saturé s’il n’existe pas une solution de contournement.

La solution de contournement c’est le vaccin. C’est lui qui empêche les formes graves, c’est encore lui qui réduit les conséquences d’une contamination, c’est lui qui réduit les hospitalisations. Il n’est pas parfait, loin de là, mais il permet d’améliorer sensiblement les choses, pour TOUS.

Prétexter le manque de lits de l’Hôpital pour refuser de se faire vacciner est criminel. Chacun est informé d’une situation très difficile dans les hôpitaux et pourtant une minorité persiste, en toute connaissance de cause, à ne pas utiliser les moyens pour s’en prémunir. Souhaitons qu’ils aient à répondre devant les tribunaux de ces comportements abjects qui ont coûté de nombreuses vies, ne leur en déplaise, mais les faits sont là.

Puis que penser des contestataires qui non contents de ne pas être parvenus par leurs manifestations illégales à abroger les mesures prises par les gouvernements détruisent les vaccins et les centres de vaccination ?

C’est le mal pour le mal :

La contestation est démocratique et utile lorsqu’elle est légitime et raisonnée.

Le virus n’a ni bras, ni jambes. Il utilise les individus qui se rassemblent pour se propager. Le bon sens c’est d’éviter les rassemblements et diminuer les interactions inutiles. Les mesures coercitives se sont accentuées par le constat du manque de sérieux de certains sur ces points, de part leur refus de croire l’évidence des faits, et enfin par leur complaisance dans des mensonges qui les arrangent.

Quant aux professionnels de santé non-vaccinés : qu’ils changent de métier, ils n’ont visiblement pas compris les enjeux et leurs responsabilités à l’égard des patients. Il n’y a déjà pas assez de maladies nosocomiales comme cela dans les établissements de santé ? Voici que les patients devraient accepter de se faire potentiellement contaminer en sus par le Covid, par un personnel censé le soigner et l’en prémunir ? On cauchemarde.

Souhaitons pour cette nouvelle année que l’épidémie Idiotcratique cesse de se répandre dans la population concernée. Ce serait déjà un virus en moins…

Meilleurs voeux ! Enfin, … si c’est possible 😉

SA

 

 

 

 

 

 

 

CatégorieAUTRES SUJETSweb

Quelles sont les requêtes des internautes sur Google en 2021 ?

En premier, le sujet de la pandémie de la COVID-19 est dominant dans les recherches des internautes sur Google en 2021.

 

Les termes les plus recherchés sur ce sujet ont été :

 

 

Attestation couvre-feu

 

Astrazeneca

 

Vite ma dose

 

COVID – 19 prévention

 

Demi-jauge

 

Discours Macron

 

Doctolib vaccination

 

Déconfinement

 

Pass Sanitaire

 

 

 

 

 

Ainsi que les questions suivantes :

 

 

Qui peut se faire vacciner ?

 

Vaccin Pzifer pour qui ?

 

Test antigénique c’est quoi ?

 

Cas contact que faire ?

 

Quand parle Macron ?

 

Comment obtenir un pass sanitaire ?

D’autres sujets d’actualités ont intrigué et marqué les esprits des français à savoir :

  • L’Euro 2021 de Football.
  • Le retour des Talibans en Afghanistan.
  • L’affaire Delphine Jubillar.
  • Les incendies dans le Var.
  • La panne géante en octobre du groupe Facebook a inquiété les français avec le dysfonctionnement de WhatsApp.
  • Le harcèlement des enfants né en 2010 dans les collèges et les réseaux sociaux.
  • Le ciel qui est devenu jaune sur une partie de la France à cause d’un vent chargé de sable venu du Sahara en février.

Les français se sont également questionnés s’ils avaient le droit au pass culture, au Chèque Énergie et s’ils devaient payer la taxe d’habitation.

Mais aussi sur la signification d’acronymes tels que :

  • Les ERP (Établissement Recevant du Public) ;
  • HPI (Haut Potentiel Intellectuel et également le nom d’une série à succès de TF1) ;
  • RSE (Responsabilité Sociale des Entreprises) ;
  • PMA (Procréation Médicalement Assistée).

Les français ont aussi essayé de trouver des définitions aux termes suivants : islamophobe-gauchisme, wokisme, écriture inclusive.

Dans la catégorie des Pourquoi, la première place qui remporte le palmarès est la suivante : Pourquoi les tronçonneuses ont été inventées ?

Certaines questions ou sujets peuvent paraître enfantins/ines, l’étude n’indiquant pas le niveau intellectuel des personnes prises en compte.

Source :

CatégorieEcommerceweb

Wish dans le viseur de la répression des fraudes sera-t-il exclu de Google ?

Une sanction exceptionnelle à l’égard d’un site E-commerce

Tandis que les comptes d’entreprises Françaises sont censurés par les réseaux sociaux au motif de contenus jugés inappropriés, mais nullement illégaux, d’autres organisations, à l’instar de Wish continuaient de jouir d’une certaine impunité sur la toile malgré des activités délictuelles.

Nous pouvons également parler de Trustpilot, la plateforme d’avis clients condamnée en début d’année par le Tribunal de Commerce de Paris pour ces méthodes déloyales envers les marchands. Une sanction similaire est maintenant envisageable pour ces sites internet qui ne respectent EN RIEN le droit Français et usent de manoeuvres malveillantes à l’égard de leurs utilisateurs et de leurs clients. Nous pourrions également parler du dossier Banque Populaire, mais ce dernier composé de plusieurs plaintes n’est pas encore jugé. Nous y reviendrons en temps voulu, vraisemblablement en 2022.

Concernant Wish, le législateur dit cette fois-ci, ça suffit !

En effet, le ministre de l’Économie Bruno LEMAIRE a annoncé que le site E-commerce Wish devra être déréférencé par les moteurs de recherche et les boutiques d’applications en raison d’une concurrence déloyale.

Cette décision du ministre de l’économie a été prise conjointement avec Alain GRISET le ministre délégué chargé des PME et Cédric O le secrétaire d’Etat de la transition numérique et des communications électroniques. Cette décision exceptionnelle fait suite à une enquête de la répression des fraudes (DGCCRF). Ceci dans le but de protéger les consommateurs et lutter efficacement contre une concurrence déloyale à l’égard d’opérateurs économiques communique Bruno LEMAIRE.

Pas d’établissement Wish en France, pas de service clients Wish en France.

L’entreprise Wish a été créée en 2010 est basée à San Francisco et ne possède pas d’établissement en France, tout comme Trustpilot par ailleurs. Ça en dit long sur leurs intentions dans nos territoires.

Wish appartient à la société ContextLogic. Elle est entrée en Bourse à Wall Street en décembre 2020.

Wish affirme disposer de 100 millions d’utilisateurs actifs.

Une décision exceptionnelle pour préserver les consommateurs

Une telle décision en Europe n’a jamais été prise auparavant mais elle est prise dans l’intérêt de tous et pour mieux protéger les consommateurs.

Il faut bien admettre que le consommateur est séduit par les prix des articles proposés sur Wish, souvent au détriment de la qualité et des garanties associés.

Des normes de sécurité absolument pas respectées par Wish

L’enquête en question a été réalisée en septembre 2020 par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) sur le motif de la sécurité des produits vendus et des pratiques commerciales de la plateforme Wish.

140 produits commercialisés par Wish ont été étudiés.

Les résultats ont montré que la mise en vente d’un grand nombre de produits sont non-conformes avec des taux de dangerosité élevés.

Les catégories de produits concernés sont :

Nature du produit

Non-conformes

Dangereux

Les jouets

95%

45%

Les appareils électriques / électroniques

95%

90%

Les bijoux fantaisie

 

62%

Wish n’effectue pas les retraits et les rappels de produits lorsqu’il y a nécessité

De plus, l’enquête a révélé que Wish n’effectue pas les retraits et les rappels de produits lorsqu’il y a nécessité alors qu’elle en a l’obligation au titre de son statut de distributeur.

Pour rappel, Wish avait déjà été assignée par la répression des fraudes dans une autre enquête. L’entreprise Californienne était accusée d’effectuer des réductions de prix trompeuses et de mettre ses produits d’appel en avant alors qui n’étaient pas réellement disponibles.

la DGCCRF avait donné un délai de 2 mois à Wish de se mettre en conformité

Cet été, en juillet, la DGCCRF a donné un délai de 2 mois à Wish de se mettre en conformité. Elle a même constaté qu’une fois les produits retirés, ces derniers réapparaissaient sous un autre nom.

Étant donné que Wish n’a pas respecté cette injonction, c’est pourquoi le gouvernement a pris la décision de demande le retrait du référencement du site Wish des moteurs de recherches et des boutiques d’applications.

Ne plus faire prendre de risques d’acheter des produits non-conformes et dangereux

Ainsi, les consommateurs ne seront plus dirigés vers Wish lorsqu’ils feront des recherches de produits pour ne plus leur faire prendre des risques d’acheter des produits non-conformes aux normes et dangereux.

Cependant, l’accès sera toujours possible en tapant l’adresse du site Wish directement dans le navigateur de l’internaute.

La sanction prise peut durer jusqu’à ce que Wish se mette en conformité.

Face à cette décision, Wish a décidé de contre-attaquer et faire appel à cette mesure du gouvernement.

La problématique est prise à l’envers par Wish qui préfère contester une décision légitime plutôt que de corriger les erreurs commises et se mettre en conformité.

Tout cela nuit considérablement au secteur du E-commerce en matière d’image et de confiance des consommateurs pour leurs achats en ligne…ça rappelle un peu l’histoire de Pere-Noel.fr….

Sources utilisées : Ici , ici , ici et ici , et , et encore

MAJ le 21/12/2021

Wish avait demandé à la justice d’annuler le déréférencement de sa plateforme, en vain. Wish restera banni des moteurs de recherche.

Source ici.

CatégorieEntrepreneuriatweb

Faillite de la banque Swoon : Un amateurisme proche de l’escroquerie ?

Des centaines de clients ont été lésés par cette néo-banque lilloise Swoon suite à une offre commerciale très hasardeuse et une régulation inexistante. Le préjudice se chiffre en millions d’euros.

Swoon et ses promesses non tenues

En effet, Swoon a proposé une promesse d’un livret offrant un rendement à 3% et malheureusement beaucoup de clients ont été attirés par cette offre attractive et ont placé leurs économies à cette occasion.

Sauf, que l’entreprise Swoon a été placée en liquidation judiciaire le 26 juillet 2021. Les activités de Swoon Europe à destination des particuliers le ont été stoppées le 12 août 2021. Suite à cela s’est ajouté la fermeture du site internet, de l’application mobile et des comptes sur les réseaux sociaux. Le seul canal de communication accessible est l’email et la plupart des demandes pour récupérer les fonds placés sont restées en suspens.

Plus d’un million d’euros de préjudice

Entre 100 et 200 clients peinent toujours à récupérer leurs économies dont le préjudice serait évaluer à plus d’un million d’euros. Ce sont donc des quantités qui sont loin d’être négligeables.

Un contexte frauduleux

L’association, France Conso Banque centralise les témoignages des clients et se prépare à engager une action judiciaire contre les dirigeants et gestionnaires de SWOON dont le contexte est nettement frauduleux.

Crowfunding sauvage avec les dépôts des épargnants

Michel GUILLAUD, le Président de l’association a indiqué à BFM Business que Swoon a réalisé une sorte crowdfunding sauvage déguisé sous la forme de crédits aux PME abonnés par les dépôts des épargnants.

La ligne directrice de Swoon était de prêter le plus possible aux entreprises pour rentabiliser à 3% les dépôts effectués par les épargnants. Quant aux prêts, ils atteignaient 85% des fonds collectés, ce n’était donc pas tenable dans le temps. Concernant le taux de crédit de 5% pour les entreprises, il ne laissait aucune marge de manoeuvre en cas de défaillance. Pour que ce modèle tienne dans le temps il aurait fallu sans cesse de nouveaux clients pour ainsi compenser les défauts, financer les intérêts et rembourser ceux qui sortent. On est proche d’une pyramide de Ponzi.

En résumé, des objectifs surréalistes dans la réalité, et un système tel qu’il était imaginé par les dirigeants de Swoon, assurément voué à l’échec.

Aucun agrément, aucune garantie financière

L’ACPR (l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) qui est l’organe de supervision français de la banque et de l’assurance n’ont jamais délivré d’agrément ni à Swoon ni à la Financière de Garantie l’entité qui prêtait de l’argent aux entreprises. L’ACPR indique n’avoir jamais été sollicitée à ce sujet alors que le créateur Quentin HADDOUCHE que Swoon avait bel et bien un agrément, ce qui est FAUX. Ceci n’était donc qu’une manoeuvre dans l’objectif de rassurer de potentiels clients ou épargnants.

Violation du RGPD

Swoon n’avait pas non plus l’autorisation de collecter des données financières ce qui est contraire au RGPD. Swoon n’avait pas non plus l’autorisation d’exercer les activités d’une banque : établir des livrets, ou prêter aux entreprises.

Comment Swoon a-t-elle pu exercer une activité illégale ?

Il existe des agents ou mandataires intermédiaires qui s’occupent de l’inscription en tant qu’établissement de paiement auprès de l’ACPR, notamment pour la bonne information du public mais ceci n’est en rien un agrément. Cependant, cela permet quand même à certains entrepreneurs, à l’instar des dirigeants de Swoon, d’exercer une activité de bancaire en toute illégalité. En outre, il est légitime de se questionner sur les rôles de régulation et de contrôle des autorités quand on voit le pitoyable résultat de ce dossier. L’ACPR a donc failli dans son rôle de surveillance.

Swoon et Financière de Garantie ont été enregistrées comme agent et mandataire de deux établissements de paiement ce qui a créé la confusion chez leurs clients qui ont considéré, à tort, cela comme un agrément.

Aucune autorisation légale pour recueillir les fonds des déposants

Ils ne pouvaient donc pas commercialiser des produits d’épargne mais seulement des prestations service de paiement.  Les particuliers, victimes de cette escroquerie, ont donc confié leurs économies à Swoon qui n’avait aucune qualité légale pour recueillir leurs fonds.

La réponse de l’ACPR quant à cette affaire est étonnante. En effet, pour eux, si la banque n’a pas d’agrément il n’y alors pas de contrôle et c’est aux consommateurs de bien étudier les offres proposées et ne pas se faire avoir avec des offres trop alléchantes.

Selon France Conso Banque, ce défaut de contrôle doit cesser. En outre, il faudrait accentuer la surveillance de l’émergence de ces nouveaux acteurs qui déjouent les autorités et les règles prudentielles.

L’association France Conso Banque, lance également une action judiciaire à l’encontre de l’ACPR qui, selon elle, n’a pas joué son rôle de gendarmes des banques.

Concernant l’action contre SWOON elle se portera partie civile, à l’instar de la procédure qu’elle avait initié contre la BNP sur les crédits immobiliers en francs suisses. Cependant, cela prendra du temps avec la multiplication des parties prenantes dans cette affaire.

Il s’agira d’une action collective conjointe afin de rassembler l’ensemble des victimes dans une procédure commune ce qui permettra de mutualiser les coûts.

L’espoir de retrouver les fonds pour les particuliers est proche de zéro.

Sources utilisées : Ici et et encore

CatégorieAUTRES SUJETSweb

La censure pratiquée par Facebook à l’encontre de startups Françaises est-elle justifiée ?

Plusieurs startups de la FemTech et de la SexTech ont vu leurs comptes clôturés par Facebook ou Instagram pour cause de contenus déplacés, choquants ou inappropriés.

La fondatrice d’Elia Lingerie, Marion GOILAV, a témoigné qu’elle a perdu 60% de son chiffre d’affaires après la suppression de son compte par Facebook. En effet, c’est suite à la publication d’une culotte menstruelle de la marque en lien avec l’Institut Curie dans le cadre de la campagne Octobre Rose qualifié comme « à caractère pornographique » selon le réseau social. Malgré, plusieurs demandes et la possession d’un compte publicitaire de quelques centaines de milliers d’euros, Marion GOILAV n’a eu aucun retour.

Mais cette startup est loin d’être un cas isolé. En effet, de nombreuses autres startups dans le même secteur connaissent le même sort sur les réseaux Facebook et Instagram.

Elles sont sidérées d’être constamment suspendues sur les réseaux sociaux mais malheureusement ce sont des problèmes récurrents.

Kenza KELLER, fondatrice de la startup TALM, victime elle-aussi de ces censures a bien cru que son travail de réflexion de deux ans allait être ruiné.

En effet, le jour du lancement de la startup, la fondatrice a publié une vidéo de campagne avec des corps et de la peau. Le résultat ne c’est pas fait attendre : son compte Facebook et Instagram ont été suspendus pendant 30 mn. Effectivement, les algorithmes ont considéré sa vidéo inappropriée voire pornographique.

Ces entrepreneurs et entrepreneuses ne jouent pas à armes égales face aux grandes entreprises du numérique comme Facebook (devenu META).

En effet, le canal de distribution principal pour attirer, développer et fidéliser la clientèle de ces startups est le digital, notamment au travers des réseaux sociaux.

Autre exemple : Anne KERVEILLANT, fondatrice de My Lubie, une marque de bien-être sexuel.

La fondatrice reçoit régulièrement des avertissements des réseaux sociaux à l’instar de Facebook et Instagram, en menaçant de supprimer ses comptes si elle continue de partager des contenus sexo.

Dans ses publicités, la fondatrice est obligée de changer le nom de ses produits (lubrifiant par gel intime) par exemple pour qu’elles soient acceptées.

Pour ces réseaux sociaux, il n’est pas possible de publier du contenu sur le plaisir. Par contre, laisser les talibans vociférer sur Twitter au sujet des nouvelles contraintes imposées aux femmes dans leur pays, cela ne leur pose aucun souci.

Ce n’est seulement que depuis 2015, qu’Instagram a autorisé des photos d’allaitement et de cicatrices suite à des mastectomies.

Mais en réalité, ces contenus semblent encore être filtré affirme Amélie connu sous le pseudonyme de Tziganette autre exemple de startup victime de censure.

A chaque publication ou story retirée par Instagram, elle se retrouve dans l’ombre puisqu’elle n’a plus accès ni à ses hashtags qui lui permette d’être identifiée sur le réseau social par les internautes.

C’est une perte de visibilité immédiate.

Elle a aussi entrepris de faire appel de ces décisions jugées arbitraires, personne ne lui répond du côté du réseau.

Que ce soit Facebook ou Instagram, le réseau impose ses décisions sans possibilité de négociation ou de discussion.

Par exemple, Instagram proscrit toutes les publications où il y a de la nudité.

Comment ces startups peuvent-elles se développer et continuer leur activité si elles sont constamment suspendus sur les réseaux ?

Pour ces entrepreneuses et toutes celles et ceux qui sont concernés par ces censures, afin de ne pas perdre ce canal de communication vital pour les petites entreprises, la seule solution est de se plier aux règles de ces réseaux sociaux sous peine d’être évincé.

Est-ce normal, alors que l’on observe régulièrement des contenus sponsorisés de personnalités en string qui poussent à la sexualisation des jeunes filles ?

Ces entrepreneuses n’ont pas le choix que de faire de l’autocensure en faisant attention à ce que l’on ne voit pas certaines parties du corps. Malgré ces précautions, cela ne les empêche pas de voir leurs comptes « shadow ban » (être bloqué sans en être averti).

Pour être moins dépendantes des grands réseaux tels que Facebook ou Instagram, ces startups essaient de mettre en place d’autres leviers de communication (newsletters, podcasts, campagnes à destination de professionnels spécialisés, bouche-à-oreille) pour se rendre davantage visibles du public. Tous les moyens sont bons et il convient surtout être créatifs pour être ainsi moins dépendant de ces grands réseaux appliquant des règles arbitraires en matière de publication.

Mais qu’en est-il des vrais contenus inappropriés, haineux ou à visée pornographique qui ne sont pas censurés ?

Prenons l’exemple des talibans. En effet, Mark ZUCKERBERG affirme que les contenus publiés par les talibans ne sont pas acceptés et sont supprimés sur le réseau social Facebook depuis plusieurs années. En effet, toutes les publications des talibans ou du mouvement islamiste sont considérées comme des publications terroristes et sont donc bannis du réseau social. Des modérateurs spécialisés sur l’Afghanistan ont un rôle de surveillance et doivent repérer toutes les publications sur ce sujet. Ils parlent les langues maternelles du pays : le dari et le pachto afin de mieux repérer les besoins et les problèmes de modération.

Zabihullah Mujahid, le porte-parole des talibans a dénoncé les agissements de Facebook. il considère que le réseau social ne permet pas l’accès à toutes les informations avec des publications censurées telles que celles des talibans ou du mouvement islamiste en général.

Il en est de même sur le réseau social Instagram qui est la propriété de Facebook (Meta). Le responsable Adam MOSSERI affirme qu’aucune présence, célébration, promotion ou représentation des talibans n’est autorisée sur le réseau social.

Sur WhatsApp c’est plus compliqué de contrôler les publications (photos, vidéos) ou les messages car les communications sont chiffrées sur l’application.
Cela rend impossible l’accès aux contenus des discussions personnelles des utilisateurs. Cependant, s’ils ont connaissance d’une personne ou d’une organisation sanctionnée est présente sur WhatsApp, des mesures peuvent être prises.

On reste au conditionnel.


En effet, des lignes téléphoniques utilisées par les talibans ont déjà été supprimées. Ces lignes téléphoniques d’assistance servaient d’intermédiaires pour envoyer des messages d’assistance à la population dans le but de surveiller les faits et gestes des habitants en Afghanistan et plus précisément à KABOUL récemment.

Pour Twitter, c’est une autre affaire. En effet si l’ancien Président des Etats-Unis d’Amérique est banni du réseau social, les porte-paroles du mouvement islamiste peuvent encore s’exprimer librement.

Pourtant, dans les règles de modération de Twitter, il est bien spécifié que les organisations violentes ou terroristes ainsi que les groupes extrémistes violents n’ont pas leur place sur le réseau social Twitter.

En outre, le réseau social applique toujours sa politique de modération en ce qui concerne les publications violentes, les comportements abusifs et haineux, mais il n’a pas souhaité s’exprimer sur la question des comptes talibans.

Deux visions s’affrontent entre Facebook et Twitter : celle de l’interdiction formelle des comptés liés à une organisation terroriste et celle de l’intérêt public d’accès à l’information.

Facebook et Twitter ont annoncé qu’ils allaient renforcer la sécurité des comptes des utilisateurs afghans tels que les travailleurs humanitaires, les journalistes, les organisations de médias d’information ou encore les militants des droits de l’Homme. Ceci dans le but de protéger leurs voix et leurs identités.

De plus, Facebook a indiqué qu’il avait temporairement supprimé la possibilité de consulter ou de rechercher les listes d’amis des comptes en Afghanistan.

Quant à Twitter, ils ont développé une nouvelle fonctionnalité qui permet aux utilisateurs de verrouiller leurs comptes en un seul clic qui empêchent toutes personnes qui ne figurent pas dans la liste d’amis de télécharger ou partager des photos ou de voir les publications.

Enfin, des mesures de protection similaires ont été mises en place sur Instagram appartenant à Facebook.

Sources : Ici , ici , et et encore

CatégorieEcommerceweb

Incendie OVH : procédure collective en cours contre l’hébergeur Français

 

REJOINDRE L’ACTION COLLECTIVE

C’est le cabinet d’Avocats Ziegler & Associés qui mène cette action à l’encontre d’OVH, l’hébergeur Français, suite à l’incendie à Strasbourg au mois de Mars.

C’est au travers d’un communiqué de presse que le cabinet d’Avocats Ziegler & Associés apporte des précisions sur l’initiative de l’action collective :

A cet instant, nous ne savons pas combien de plaignants se sont constitués dans ce dossier. Seulement la désinvolture de la direction d’OVH sur les réseaux sociaux n’a pas du être du goût de leurs clients.

Il faut dire qu’au delà de la perte de données, un site internet ou Ecommerce qui n’est pas accessible a d’importantes répercussions, nous en parlions déjà sur le blog en 2017 suite à un incident important chez OVH.

Nul doute possible quant aux conséquences d’un incendie sur des entreprises bien réelles qui avaient fait confiance à l’hébergeur Français récemment introduit en bourse.

Si cette affaire prend de l’ampleur avec une densification des plaintes à l’encontre d’OVH, le coût en défense et les provisions pour les dommages à indemniser risquent d’impacter négativement les futurs résultats de l’entreprise.

MAJ du 06/01/2022

7 entreprises avaient initié le recours collectif à l’encontre d’OVH à l’aide du cabinet d’Avocats Zieger & Associés, elles sont dorénavant 51.

Lire le communiqué de presse de ce jour de la part du cabinet d’Avocats concerné, qui revient également sur 4 arguments avancés par la direction d’OVH et apporte des premiers éclaircissements :

Source : Cabinet Ziegler & Associés

CatégorieAUTRES SUJETSweb

CHINE #2 et #3 : Départ de Yahoo et Fortnite du marché Chinois

Les retraits sur le marché chinois s’enchaînent. En effet, à l’instar de l’annonce de Microsoft mi-octobre de retirer LinkedIn c’est au tour de l’éditeur américain Epic Games de déclarer le retrait du jeu Fortnite. En outre, le moteur de recherche américain Yahoo a également annoncé son départ du marché Chinois.

Pour le jeu Fortnite, ce sera le 15 novembre à 11 heures, les serveurs du jeu seront fermés à tous les joueurs chinois et ils ne pourront se connecter au jeu.

Depuis l’annonce, l’éditeur n’accepte plus de nouveaux joueurs en Chine.

Une version spécifique du jeu a été créée exclusivement pour la Chine afin d’enlever les contenus violents, obscènes ou sensibles.

De plus, les armes et les vêtements ont été modifiés et l’objectif du jeu également.

En effet, le but du jeu n’est plus de tuer ses adversaires comme dans la version initiale mais plutôt de participer à une simple « simulation ». Ce n’est donc plus le même objectif final de base du jeu qui rend le jeu différent de la version initiale imaginée par Epic Games.

En outre, dans la version réservée au marché chinois il n’est pas possible de faire des achats de contenus additionnels tels que des tenues, des accessoires ou des mouvements de danse. Les gains sont alors limités pour l’entreprise sur le marché chinois et cela va à l’encontre du modèle économique d’Epic qui fît son succès commercial auprès des joueurs.

Il y a donc un cadre réglementaire strict à respecter ce qui peut être un frein sur le long terme.

Suite aux restrictions imposées par le gouvernent Chinois, l’éditeur Epic Games a donc décidé de retirer son jeu Fortnite du territoire à compter du 15 novembre prochain.

En complément du départ de Fornite et de Linkedin, le géant mondial Yahoo annonce également son retrait imminent du marché chinois en raison (selon eux) d’une règlementation sévère en matière de flux de données numériques et d’un contexte commercial et juridique compliqué.

Depuis le lundi 1er novembre, les internautes résidant sur le territoire Chinois ne peuvent plus utiliser les services du moteur de recherche Yahoo.

C’est la troisième entreprise technologique qui fait le choix de s’écarter du marché chinois. En revanche, le nombre d’utilisateurs du moteur de recherche reste faible par rapport à ses concurrents Baidu et Google au sein du pays.

L’annonce du retrait du jeu et du moteur de recherche arrivent dans une période où les autorités chinoises accentue la règlementation au sein du secteur numérique.

En effet, les règles d’utilisation des jeux vidéos sont maintenant limitées à 3 heures par semaine (seulement le weekend) depuis août pour les jeunes de moins de 18 ans ceci dans le but de lutter contre l’addiction des adolescents aux jeux vidéos.

De plus, la sécurité des données personnelles a été renforcée. Cette nouvelle loi sur la protection des informations personnelles (PIPL, à l’instar du RGPD pour les pays Européens) est l’une des plus strictes au monde.

Doit-on s’attendre à d’autres départs d’entreprises du marché chinois prochainement ? J’en suis persuadé.

Sources ici et .

CatégorieAUTRES SUJETSEcommerceEntrepreneuriatweb

Livre Ecommerce : L’audace d’entreprendre – Stéphane ALLIGNE

Il est tout à fait possible de créer une activité commerciale rentable sans disposer d’un capital important. Je l’ai démontré à plusieurs reprises en créant des entreprises qui réalisaient plusieurs millions d’euros de CA, avec peu de capital. Les ingrédients sont dans ce livre :

Les avantages du Commerce en ligne

Vous êtes libre !
C’est un luxe incroyable aujourd’hui de pouvoir faire ce que l’on veut vraiment lorsqu’on en a envie.

Vous êtes autonome !
Vous pouvez travailler seul, tranquillement depuis votre domicile. Je parle de télétravail, pas de regarder la télé au lieu de travailler 😉

Vous décidez !
Vous avez le pouvoir d’organiser votre journée, votre emploi du temps et ainsi profiter de vos activités, de vos loisirs, de vos proches et de votre famille. Jusqu’à un certain point bien entendu, le jour où vous avez le premier salarié, tout change !

Vous gagnez de l’argent 24h/24h !
Votre site Ecommerce est accessible tout le temps partout dans le monde. Vous vendez aussi lorsque vous dormez. Le Graal étant l’international avec les différents fuseaux horaires. Le E-commerce ne dort jamais 😉

Le E-commerce se résume en quelques chiffres simples et clairs

129 Milliards d’euros de CA en 2021 ;
Il représente presque 15% de l’ensemble des ventes de détail ;
2,1 milliards de transactions ont été enregistrées sur la période ;
177 000 sites Ecommerce en France (+27 000 par an) ;
48% des Français achètent aujourd’hui depuis leur téléphone.

Le marché existe, mais comment vendre sur internet sans perdre de l’argent ?

Il est indispensable de lire « Commerce & E-commerce : l’audace d’entreprendre » afin de connaître les fondamentaux essentiels pour commencer à vendre en ligne des biens ou des services sans perdre d’argent.

En effet, le coût d’acquisition client est de plus en plus élevé à mesure qu’il est volatile dans un marché saturé par les distributeurs. Les marges s’amoindrissent, seule la fidélisation client permet de maintenir les marges et la rentabilité d’une activité de E-commerce.

L’utilisation du marketing est un moyen rapide de développer son activité commerciale en ligne. Seulement, s’il est aisé de voir s’afficher sa bannière ou sa publicité sur Google, Facebook, Insta et autres… il en est une autre de réaliser ensuite des ventes, puis il en est encore une autre que ces ventes vous rapportent des bénéfices.

Du Chiffre d’Affaires rentable, là où les autres crament le cash de leur levée de fonds.

Dans le livre vous avez toutes les pistes pour avancer sereinement sur ces sujets et éviter les écueils très coûteux de ceux qui ne sont pas initiés.

Bénéficiez de conseils avisés et vérifiés

Depuis plus de 15 ans je crée des entreprises dans le secteur du numérique et plus précisément dans le E-commerce de biens et de services. Dans ce livre j’ai rassemblé les fondamentaux indispensables pour créer et développer une activité commerciale rentable sur internet.

Des erreurs, vous en ferez, ce livre vous évitera de faire les mêmes bêtises que la plupart des débutants.

Mais pour aller plus loin, je vous confie également dans ce livre un témoignage complet au sujet de mes réussites et de mes échecs au cours de toutes ces années. Des erreurs, vous en ferez, ce livre vous évitera de faire les mêmes bêtises que la plupart des débutants.

J’ai déjà cédé plusieurs entreprises de E-commerce, ouvert du capital, eu des associés de toute sorte, et de nombreux ennuis à gérer… Nul doute que ces quelques feedback vous éclaireront avant de prendre vos décisions les plus impactantes dans votre vie d’entrepreneur.

Quoi vendre sur internet ?

TOUT se vend sur internet, de la pierre tombale au logiciel de paie, en passant par les pièces détachées de tracteur ou encore les paniers de basket. Il n’y a pas de limites.

Vous devez garder à l’esprit qu’un produit VU est un produit VENDU.
Seulement, encore faut-il correctement présenter vos offres et vos services afin qu’ils soient achetés et vous rapportent ensuite des bénéfices.

Comment générer des bénéfices ?

Lisez le livre ! C’est indispensable pour concrétiser votre projet, et en faire un business rentable. Le E-commerce n’est pas un eldorado tel qu’on se l’imagine avec des entrepreneurs tous millionnaires.

Des sites E-commerce qui génèrent plusieurs millions d’euros de CA ne sont pas si nombreux que cela. Seuls 0,5% des sites E-commerce génèrent plus de 10 Millions d’euros de CA et pèsent 61% du poids du E-commerce.

Mais lisez vous dis-je, vous en saurez davantage…

Un guide complet et passionné que tout entrepreneur devrait lire avant de lancer son projet.

Des anecdotes, du factuel étayé, argumenté, sourcé :RECEVOIR LE LIVRE ECOMMERCE

Livre EN STOCK. 320 pages.

A part ça, on ne change pas notre vision chez DOTNET : L’intégralité des bénéfices du livre sont reversés aux associations habituelles.

Que contient le livre Ecommerce ?

L’un des avantages de ce livre est qu’il vous transmet de VRAIS retours d’expériences entrepreneuriales, et traite autant du E-commerce que du développement d’une activité commerciale dans le retail.

vous retrouvez ainsi :

PARTIE I – L’AUDACE D’ENTREPRENDRE

Retour sur 15 années d’entrepreneuriat dans le Commerce et le E-commerce : du concret, du factuel.

PARTIE II – COMMERCE : LES FACTEURS CLÉS DE LA RÉUSSITE.

  1. Qu’est-ce que le commerce ?
  2. Quels sont les atouts du commerce traditionnel ?
  3. Quelles sont les principales réglementations applicables au commerce traditionnel ?
  4. Comment définir la zone de chalandise d’un magasin ?
  5. Combien cela coûte-t-il d’ouvrir un magasin ?
  6. Comment et par quels moyens animer un point de vente ?
  7. Comment équiper un point de vente physique ?
  8. Comment encaisser les ventes et proposer des solutions d’encaissement fiables ?
  9. Quels sont les impacts de la démarque inconnue dans un magasin et comment s’en prémunir ?
  10. Comment gérer les avis clients d’un magasin ?
  11. Comment tirer parti des réseaux sociaux dans un commerce traditionnel ?
  12. Comment et par quels moyens fidéliser la clientèle d’un magasin ?

PARTIE III – E-COMMERCE : LES FONDAMENTAUX DU SUCCÈS.

  1. Qu’est-ce que le e-commerce ?
  2. Quels sont les atouts/avantages du e-commerce ?
  3. Quelles sont les principales réglementations applicables au e-commerce ?
  4. Qu’est-ce que le panier moyen et comment l’augmenter ?
  5. Qu’est-ce que le taux de conversion et comment l’optimiser ?
  6. Comment et par quels moyens sécuriser les paiements sur un site e-commerce ?
  7. Quels sont les moyens de promotion et de suivi pour un site e-commerce ?
  8. Comment gagner de l’argent sur les marketplaces ?
  9. Comment fidéliser une clientèle de e-commerce ?
  10. Comment tirer profit des réseaux sociaux pour développer une activité e-commerce ?
  11. Comment gagner de l’argent en dropshipping ?
  12. Comment gérer les avis clients et l’e-réputation d’un site e-commerce ?

Pourquoi choisir CE livre avant de lancer son business ?

Simplement car c’est :

« Un guide complet et passionné que tout entrepreneur devrait lire avant de lancer son projet. »

RECEVOIR LE LIVRE ECOMMERCE

Livre EN STOCK. 320 pages.

Avis Amazon concernant Commerce & E-commerce : L’audace d’entreprendre :

Haut de page

Blog entrepreneur E-commerce