Blog Ecommerce : Actualités E-commerce et IT.

Les chiffres clefs de l'évolution du #Ecommerce...

26 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

L'arrivée d'#AmazonGO signe t-elle la fin de la...

26 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

L'arrivée d'Amazon GO signe t-elle la fin de la grande distribution telle que nous la connaissons aujourd'hui ?

26 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Commerce, #Entreprise, #Ecommerce, #Retail 3.0, #Retail, #ecommerce, #Service Client

Magasin vieillissants, processus de ventes obsolètes, satisfaction des clients en berne, pivot digital compliqué, C.A en baisse... La grande distribution est à la peine.

Il faut dire que malgré l'ouverture des drives, les enseignes de la grande distribution piétinent et il ne faut pas être surpris d'apprendre par la presse la suppression de milliers de postes chez Carrefour et certainement dans d'autres enseignes dans les mois à venir tant le secteur peine depuis des années à se renouveler.

En même temps, tous tenaient la pelle pour se faire taper sur la tête !

Comment peut-on imaginer encore en 2018 faire attendre son client à la caisse pour qu'il ait le "droit" de payer ou d'avoir enfin accès à un conseiller pour l'aider dans son achat ? C'est d'ailleurs absolument inimaginable en Ecommerce !

Le retail même digitalisé est à la traîne. 

La gestion des stocks affectés au web est carrément approximative provoquant l'insatisfaction et la frustration des clients qui ont commandés des articles disponibles sur le site et en rupture (non remplacés) à l'arrivée. C'est sans compter la profondeur de gamme qui laisse à désirer sur les drives de certaines enseignes.

Pire, dans certains drives des enseignes s'offrent le luxe de refuser les commandes car le créneau horaire est complet ou le montant minimum de commande pas atteint !

Imaginez-vous un site Ecommerce qui refuserait des commandes car il n'a pas affecté suffisamment de collaborateurs à leur préparation ? Imaginez-vous une enseigne du Ecommerce mettant une page d'attente sur la page de paiement car d'autres personnes doivent régler leur commande avant vous ?

C'est tout simplement inimaginable et pourtant la grande distribution en France continue d'avoir ce type de comportement nuisible, tant pour le bien-être du consommateur que pour l'image de l'enseigne qu'il fréquente.

Laisser un client faire la queue c'est le mépriser, tout simplement.

L'arrivée d'Amazon GO signe t-elle la fin de la grande distribution telle que nous la connaissons aujourd'hui ?

Est-ce normal aujourd'hui de devoir patienter en caisse pour régler ses achats, alors même que le passage en caisse n'a pour la plupart du temps aucune valeur ajoutée pour l'enseigne et/ou pour le consommateur ?

L'ouverture au public d'Amazon Go, montre qu'il faut des évolutions technologiques pour faire évoluer les canaux de distribution et par delà les mentalités. Ce qui est étonnant, c'est que ce soit aux acteurs du Ecommerce d'apporter les solutions technologiques à ceux du retail.

Pourquoi les enseignes de la grande distribution n'ont pas ouverts des budgets R&D sur le sujet il y a des années ? Le pivot digital de la grande distribution est tardif et impuissant face au Ecommerce qui se remet en cause perpétuellement sur l'ensemble de sa chaîne de valeur depuis sa naissance.

C'est le concept même de l'hypermarché qui est à revoir dans sa globalité.

L'arrivée d'Amazon GO signe t-elle la fin de la grande distribution telle que nous la connaissons aujourd'hui ?

Deux enseignes font l'actualité sur ce sujet, Carrefour bien entendu avec ses annonces de suppressions de postes et ses investissements massifs et tardifs dans le digital, et Amazon avec le lancement d'Amazon Go (suivez le lien pour l'article complet).

 

Le paradoxe avec Amazon Go, c'est que les clients font la queue n'ont plus pour sortir mais pour entrer !

Pourtant précurseur dans la fidélisation client, la grande distribution n'exploite pas la composante même de celle-ci : la data.

Les leviers d'actions pourraient-être :

- Personnalisation de l'offre produits par consommateur, par saison, par semaine, par jour...il n'y a pas de limites

- Suppression des rayonnages "industriels" et des grandes surfaces telles que nous les connaissons afin d'apporter plus de proximité

- Utilisation du digital et de la data tant online qu'offline dans les communications des enseignes

- Structuration des drives et dimensionnement de ceux-ci à hauteur des attentes et des besoins des consommateurs.

- Suppression des caisses telles que nous les connaissons et qui n'offrent aucune valeur ajoutée. L'affection du personnel concerné dans le service et dans le conseil client est indispensable pour redresser les marges, améliorer l'expérience utilisateur et augmenter le panier moyen.

- Déploiement d'une stratégie de visibilité online forte et identitaire avec l'augmentation des univers de consommation

Aujourd'hui, la plupart des consommateurs qui entrent dans une grande surface, se demandent quand ils vont pouvoir en sortir tels des détenus venant purger leur peine !

Ils éprouvent des difficultés pour trouver un produit spécifique, perdent du temps et ne bénéficient pour la plupart du temps d'aucune aide accessible facilement.

Sur un site Ecommerce, si vous avez une question, vous avez la plupart du temps à votre disposition :

- Téléphone
- Tchat
- Mail
- Bot
- FAQ

C'est de l'aide quasi instantané car la volatilité du consommateur en Ecommerce est telle qu'il faut lui apporter de l'écoute, du conseil et cela de manière qualitative et immédiate.

A l'inverse le retail c'est installé dans ce petit confort de la zone de chalandise qui lui garantissait un flux minimum garanti de consommateurs plus ou moins fidèles, mais le constat est amer d'après Capital, le consommateur ne souhaitent plus "déambuler des heures dans les allées à chercher des produits et de sortir avec un caddie rempli”. "Les 20-30 ans eux, sont déjà des adeptes du e-commerce et dépensent 20 % de leur budget en ligne". Tout est dit.

 

Lire la suite

RT @Stefalligne: Créez une fiche de #paie en 2...

25 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

Créez une fiche de #paie en 2 minutes chrono avec...

25 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

Les chiffres clés de l'évolution du Ecommerce en 2017

13 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Expertise Ecommerce, #Commerce, #Marketing, #Entreprise, #e-commerce, #Ecommerce

Le début d'année c'est toujours l'occasion de faire un point sur l'année précédente. En Ecommerce c'est donc aussi l'occasion de revoir l'année écoulée.

Encore une fois en terme croissance, le Ecommerce brille par un +7% en 2017 vs 2016. Le nombre de transactions continu donc de croître année après année, même s'il se tasse un peu.

C'est le secteur de la mode qui subit encore une fois une baisse, certes plus modérée que précédemment, mais la décroissance est de -3% concernant ce secteur très bataillé où les coûts marketing explosent.

Les biens dématérialisés, tels que la billetterie en ligne suivent une progression remarquable à +12%.

Faisons un focus sur l'évolution du Ecommerce mois après mois tout au long de l'année 2017 :

Mois2017 vs 20162016 vs 2015
Janvier+6%+8%
Février+13%+9%
Mars+16%--
Avril+10%+10%
Mai+19%+8%
Juin+10%--
Juillet+11%--
Août+9%+9%
Septembre+7%+6%
Octobre-3%+13%
Novembre+6%+19%
Décembre-7%+12%
Les chiffres clés de l'évolution du Ecommerce en 2017

Le mobile sera un véritable enjeu en 2018, bien davantage que les années précédentes car c'est là que se trouve la croissance présente et à venir.

Même si 2016 avait été une très bonne année sur les mois d'Octobre et Décembre, le recul de 2017 est tout de même préoccupant car les mois de la fin de l'année sont ceux les plus importants en matière de volumétrie et d'attente en matière en croissance.

On note que 36% des transactions ont enregistrées sur mobile, pas de surprise de ce point de vue là en matière d'évolution. 2018 sera l'occasion de mettre l'accent non pas sur le responsive dans sa globalité, mais sur l'UX mobile qui n'est pas encore assez travaillée par les sites Ecommerce. Le mobile sera un véritable enjeu en 2018, bien davantage que les années précédentes car c'est là que se trouve la croissance présente et à venir.

En matière de journée la plus dynamique de 2017, on note que le Black Friday est la journée la plus importante en matière de Ecommerce avec +11% vs 2016.

Source : Webloyalty Panel

Lire la suite

#Carrefour récupère à bas prix les parts de...

12 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

Les 5 fausses idées sur le dépôt de marque et...

6 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

RT @othersizenews2: 15 startups françaises qui...

5 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

Site #Ecommerce : #Oscaro dans la tourmente,...

4 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

Site Ecommerce : Oscaro dans la tourmente, Autodistribution sur les rangs ?

4 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Internet, #Commerce, #Entreprise, #Ecommerce, #Retail 3.0, #Retail, #web, #Livraison Ecommerce, #Logistique Ecommerce, #Service Client

Site Ecommerce : Oscaro dans la tourmente, Autodistribution sur les rangs ?

La presse spécialisée rapporte qu'Oscaro rencontrerait des difficultés, le leader Français du Ecommerce de la pièce détachée auto aurait des problèmes importants de trésorerie. (lire l'article en suivant ce lien).

Un incident de paiement est aujourd'hui à déplorer, Oscaro vient d'être condamné à payer un de ces fournisseurs car le plan de paiement n'avait pas été respecté. Suivez ce lien pour lire l'article en question.

La concurrence en matière de distribution de pièces auto en ligne est féroce et très gourmande en cash flow. Par ailleurs c'est un métier difficile car le nombre de références est colossal et il est juste impossible pour un acteur de ce marché de tout stocker. Résultat, certains clients sont parfois insatisfaits et n'hésitent pas à le faire savoir non seulement sur les réseaux sociaux mais aussi sur les sites d'avis clients ce qui n'aide pas vraiment à rassurer le consommateur.

Là où cela devient compliqué c'est lorsque les clients parlent de remboursements qui traînent plusieurs semaines voir davantage :

Site Ecommerce : Oscaro dans la tourmente, Autodistribution sur les rangs ?
Site Ecommerce : Oscaro dans la tourmente, Autodistribution sur les rangs ?
Site Ecommerce : Oscaro dans la tourmente, Autodistribution sur les rangs ?
Site Ecommerce : Oscaro dans la tourmente, Autodistribution sur les rangs ?

Les fournisseurs commencent également à délier leur langue parlant de plusieurs millions d'euros d'impayés (source : ) ce qui n'est pas pour rassurer le marché.

Oscaro est le leader Français et il paraît peu probable que la société se retrouve en procédure collective sans qu'un acteur important du marché automobile ou du Ecommerce ne se positionne rapidement pour reprendre l'entreprise ou ses actifs.

Car aujourd'hui il n'est plus impossible de voir des fleurons du Ecommerce se retrouver en difficulté, voir de déposer le bilan. Menlook dont plus personne ne parle aujourd'hui et malgré des dizaines de millions d'euros de levés a été mit en liquidation judiciaire l'année dernière sans que personne n'en parle alors même que la presse spécialisée se targuait de ses levées de fonds records mois après mois. 

Puis le consommateur ne fait pas de sentimentalisme envers une enseigne du web, une fois le rideau tombé, il recherche simplement un autre distributeur, toujours à portée de clic.

La rentabilité en Ecommerce est très difficile et non seulement le business model doit à moment ou à un autre faire ses preuves (le plus rapidement possible), mais il doit être pérennisé au plus vite !

Ce que trop de sites Ecommerce oublient c'est qu'un magasin en ligne ce n'est pas un magasin physique et que même si la zone de chalandise est bien plus importante, elle est complètement volatile par rapport au retail. En Ecommerce le client est à un clic de la concurrence alors que dans le retail c'est tout de suite plus complexe de changer d'enseigne de part la distance géographique plus ou moins importante mais bien réelle et les habitudes du consommateur.

Autre point, le Ecommerce est toujours à la pointe en matière de technologies et de méthodes marketing, pourtant chez Oscaro il n'y a pas, aujourd'hui, le minimum requis : Programme de fidélité inexistant, newsletters passives, pas de dynamique commerciale puissante etc... (pas d'utilisation d'On Site non plus, ergonomie du site à revoir...) le chantier s'annonce important sur ces points.

D'après l'article évoqué au début de ce post, Autodistribution serait en lice pour reprendre le purplayer en laissant "gonfler" la dette d'Oscaro (via Autodis). Il faut dire qu'Autodistribution y trouverait un moyen de moderniser son mode de distribution, la digitalisation des magasins étant un peu à la peine et certaines méthodes de l'enseigne parfois un peu archaïques.

 

Des synergies évidentes existent entre Oscaro et Autodistribution

Les synergies sont pourtant évidentes entre le groupe Autodistribution et Oscaro. D'une part Autodistribution s'adresse aussi bien aux particuliers qu'aux professionnels, d'autre part le réseau de magasins Autodistribution permettrait des points d'emport pour les clients d'Oscaro et l'accès à des centres de montage (certains magasins Autodistribution bénéficiant d'un CTA).

Cela amènerai également plus de trafic qualifié en point de vente Autodistribution accroissant les volumes et une image forte, restaurée pour Oscaro appuyée sur l'enseigne Autodistribution.

C'est également sans compter sur les marques en propre du groupe Autodistribution qui pourraient être distribuées à terme sur Oscaro. Nous sommes bien entendu pour l'instant dans le fantasme, mais comme tout marché la concentration est inévitable et les plus faibles avalés par les plus forts qui plus est dans la situation supposée d'Oscaro.

Pour Autodistribution* cela amènerait :

  1. Une meilleure maîtrise des prix
  2. Un accroissement des volumes (notamment en magasin)
  3. Une restauration des marges par effet de levier et de consolidation du marché
  4. Une amélioration de l'UX (BtoB) avec les bases de données puissantes
  5. Une mutualisation des bases et des coûts logistiques
  6. Une modernisation des canaux de distribution
  7. Un futur réseau avec des enseignes Oscaro (?)

etc..

Le rachat d'Oscaro en 2018 serait un évènement en matière de Ecommerce en France et sur le marché de la distribution auto.

Sources : Journal Auto, Autodis group, Custplace, Twitter, Décision Atelier

*Autodistribution est une filiale d'Autodis Group (qui détient entre autre Mondial Parebrise, ACR, IDGARAGES, 123 autoservice....etc...).
 

Publicité :

MAJ du 18/09/2018

Oscaro annonce une levée de fonds de 30 Millions d'euros (voir l'article ci-après) et d'après les professionnels du secteur c'est bel et bien Autodistribution (Autodis group) qui entre au capital d'Oscaro.

Cette annonce vient à point pour stopper les rumeurs relatives aux difficultés d'Oscaro.

Toujours d'après l'article des Echos, Oscaro enregistrait une perte de -7 Millions d'euros en 2017 et renoue avec les bénéfices en 2018 avec un Ebitda positif de près de 4 millions d'euros sur le premier semestre pour un C.A de 162 Millions d'euros sur la même période.

MAJ du 19/09/2018

Autodistribution confirme sa prise de participation dans Oscaro
 

DERNIÈRES NEWS CONCERNANT OSCARO :
 

OSCARO en passe d'être racheté par Autodistribution ou c'est la mise en liquidation judiciaire

Oscaro serait en état de cessation des paiements et son fondateur limogé

Oscaro lève 30 Millions d'euros, Autodistribution à la manoeuvre ?

Publicité :

Lire la suite

#DOTNET recherche #Développeur #Développeuse...

4 Janvier 2018 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

DOTNET recherche Développeur/euse PHP sur Nantes

4 Janvier 2018 , Rédigé par Emploi DOTNET SAS - Nantes Publié dans #E-commerce en général, #Entreprises, #Emploi, #DOTNET, #Internet, #Développeur, #Développeur PHP, #Nantes, #Ecommerce, #web, #Divers, #Codeur

DOTNET recherche Développeur/euse PHP sur Nantes

Dans le cadre d'un stage conventionné dont la durée est à définir ensemble, vous intégrez le service IT en tant que développeur web PHP pour travailler sur nos applications, services web et Ecommerce à destination de nos clients.

 

Vous souhaitez approfondir vos connaissances en matière de PHP et avez déjà des bases solides.

 

Vous serez encadré et accompagné par un développeur confirmé au sein même du service IT qui sera votre référent tout au long de votre stage.

 

Envoyez CV, LDM, Portfolio à contact@dotnet-sas.net

 

Stage rémunéré

Lieu : Nantes

Adresse : 2 rue Robert le Ricolais - 44300 Nantes

Lire la suite