Blog Ecommerce : Actualités E-commerce et IT.

[SOCIAL] Chômage des entrepreneurs et dirigeants TPE PME : Comment se protéger ?

16 Mars 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Droit, #Entreprise, #Emploi, #France, #Internet, #Dirigeant, #TPE PME

[SOCIAL] Chômage des entrepreneurs et dirigeants TPE PME : Comment se protéger ?

Il convient de dissocier deux catégories de dirigeants :

- Les TNS (Travailleurs Non Salariés) anciennement affiliés au RSI,

Et

- Les Mandataires Sociaux salariés : Directeur général, Président, Gérant minoritaire, etc...

Les premiers n'ont pour ainsi dire aucun droit en particulier. Si ce n'est l'illusion de payer un peu moins en choisissant ce statut, ce qui peut être rassurant dans un premier temps. La réalité de la précarité est pourtant un sujet bien concret dès le début d'une activité professionnelle indépendante sous ce statut. A proscrire, d'autant plus que les inconvénients sont devenus plus importants que les avantages.

Les deuxièmes sont assimilés salariés sans être ni bénéficiaires ni contribuables de l'assurance chômage (Pole Emploi).

Cependant, cela signifie que chaque mois, le dirigeant, reconnu comme un salarié, perçoit une rémunération détaillée sur sa fiche de paie comme n'importe quel autre salarié. Toutefois la fiche de paie ne fera apparaître aucune cotisation d'assurance chômage. Par ailleurs en cas de perte d'emploi, le dirigeant ne pourra pas prétendre à une quelconque indemnisation de la part de Pole Emploi.

Ces deux catégories de dirigeants ont comme point commun le fait qu'aucun de ces deux statuts ne permet de bénéficier de l'assurance chômage dite "générale".

Or dans une vie d'entrepreneur, de dirigeant de PME, de TPE, d'indépendant, il peut survenir de graves difficultés qui amènent parfois à imaginer le pire. Seulement lorsqu'on y pense il est en général déjà trop tard et le pire est devant, inévitable, parfois insurmontable.

C'est dans ce cadre là, lorsque la liquidation judiciaire est prononcée que la plupart des dirigeants se rendent compte qu'ils ne peuvent prétendre à rien. Aucune assurance chômage, la plupart du temps inéligible au RSA, rebondir est parfois très compliqué, voir dramatique lorsqu'en plus le statut de la société ne met pas à l'abri le patrimoine du dirigeant.

Il existe cependant des solutions en matière de protection liée à la perte d'emploi du dirigeant d'entreprise qu'il soit ou non salarié. Une assurance perte d'emploi du dirigeant permet de cotiser et donc de bénéficier d'une assurance chômage privée.

Il existe peu de compagnies en capacité de proposer des contrats d'assurances applicables, abordables et protecteurs pour le souscripteur. Cependant, AXA propose une offre assez bien conçue pour la protection du dirigeant en cas de perte d'emploi et dont l'indemnisation semble tout à fait correcte.

Puis la GSC propose également une offre similaire, moins chère, elle est simplement conditionnée par l'adhésion à une organisation patronale comme la CPME. Rien de contraignant.

Ce qu'il faut percevoir dans ces dispositifs c'est qu'il sera inclus dans les charges et que la cotisation à une telle assurance permet d'avoir un semblant de sérénité au quotidien pour se concentrer sur son business.

Nul n'est à l'abri d'un changement de situation, d'un évènement important, d'un retournement de marché, de la perte d'un client important...etc..

Prenez une assurance perte d'emploi lorsque vous n'en avez pas besoin.

C'est ainsi que 50 185 entrepreneurs ont perdu leur emploi en 2018, soit une hausse de +0,3% vs N-1. Cela reste moins élevé qu'en 2015 où 59 275 entrepreneurs avaient perdus leur emploi.

Certains secteurs d'activité et métiers se démarquent des autres en matière de précarité et de difficultés :

Secteur d'activité Nbre d'indépendants ou dirigeants TPE/PME
Ayant perdu leur emploi en 2018
Taxis/VTC 472
Comptables 38
Activités Juridiques 151
Auto-Ecoles 311
Garges automobiles 862
Infirmières 263
Restauration rapide 2085
Sécurité 399
Constructeur Maisons 875
Boulangerie 1051
Coiffeurs 879
Commerce habillement 1131

 

Il est aujourd'hui impératif pour le dirigeant, l'entrepreneur, l'indépendant de se protéger contre son propre égo et d'accepter que son idée, son concept ou sa vision ne seront peut-être pas les bons/plus les bons.

Envisager l'échec ce n'est pas l'accepter ni s'y résigner, c'est simplement comprendre que les chemins vers la réussite ne sont pas tous paisibles.

Sources : Altares et GSC

Lire la suite

[SEO] 13 idées pour améliorer votre référencement naturel sur Google

14 Mars 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #SEO, #Digital, #Divers, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Internet, #e-commerce, #ecommerce, #web

[SEO] 13 idées pour améliorer votre référencement naturel sur Google

1. Identifier et supprimer les liens inexistants

Les liens internes restent la principale cause de "Not found", la plupart du temps car le responsable du contenu n'a pas monitoré où pouvaient se trouver ces liens pointant vers des pages déplacées, refondues ou tout simplement supprimées.

Pire en matière d'image pour le site web, les liens du footer ou du header qui n'existent plus. Un contrôle régulier est conseillé.

 

2. Epurer les backlinks de mauvaise qualité

Et il y en a ! Les backlinks initiaux obtenus au tout début du netlinking sont généralement de piètres qualité, malgré tout il convient d'en conserver car cela rend "naturel" le netlinking qui ne peut avoir 100% d'excellent backlinks. Idem pour les follow et no follow, ils apportent un linking "naturel".

Faites enlever les backlinks des sites qui proposent de la publicité de manière outrancière, les blogs qui ne sont plus alimentés depuis des mois, les médias qui n'en sont pas vraiment..etc..

 

3. Améliorer le temps de chargement des pages du site web

Parce que ce point joue sur la qualité du SEO, il est essentiel de ne pas construire un site web pour soi-même, ni pour Google, mais bien pour l'utilisateur qui doit voir sa navigation optimisée et facilitée. Exit les photos lourdes et longues à télécharger, il est tout aussi important d'optimiser le code du site, son ergonomie tout en préservant des temps de chargement modérés.

Un audit avec Dareboost vous aiguillera sur les points à travailler rapidement.

Bien entendu la qualité de l'hébergement est au coeur du temps de chargement des pages d'un site internet. Si pour des raisons budgétaires vous avez opté pour un mutualisé, ne venez pas vous étonner que cela rame régulièrement !

 

4. Mettez en place le https://

Cela fait des années que l'on en parle du https:// s'il est rassurant pour l'utilisateur, il est également devenu la norme dans les SERPs pour la plupart des sites web. Pourtant même des plateformes comme Overblog n'y sont encore pas passées, ils prévoient cela pour la fin de l'année. C'est un point aujourd'hui indispensable, un petit plus qui va dans le bon sens.

 

5. Assurez-vous d'avoir un site internet responsive

Aujourd'hui le trafic et le C.A sur mobile est de plus en plus important. En fonction du secteur d'activité il varie entre 20% et 75% des visiteurs uniques. Il est donc aujourd'hui essentiel de proposer un site internet 100% responsive afin de répondre aux habitudes des utilisateurs et améliorer leur confort d'utilisation. Cela ne pourra qu'agir positivement sur le taux de rebond et sur le SEO.

 

6. Supprimez les publicités

A bannir ! En 2019, il n'est plus possible de faire de la publicité de la même manière qu'auparavant. Si le business model de la pub online ne doit pas disparaître, il doit utiliser des codes moins contraignants pour l'utilisateur. Or, il est facile de constater que de nombreux acteurs du digital poussent à l'extrême la consommation de publicité avec des mini-spots imposés de 5 secondes. Inacceptable.

Le taux de rebond en pâtira assurément et l'utilisateur se détourna de ce type de support anxiogène.

Il existe aujourd'hui de nombreux moyens en matière de publicité non intrusive qui passent mieux tant pour Google, que pour l'annonceur ou pour l'utilisateur.

 

7. Vérifiez les balises méta

Négligées, elles restent pourtant une valeur essentielle. Si certains disent "non cela ne sert plus à grand chose" cela revient à dire qu'il ne sert à rien de faire son lit le matin si c'est pour le défaire le soir-même.

Un raisonnement stupide et improductif.

Assurez-vous que les balises méta sont correctement renseignées sans duplicate content.

 

8. Identifiez le duplicate content

Justement le duplicate représente plus de 70% des contenus sur internet, il est à proscrire définitivement. Fuyez les contenus copiés et recopiés sans changer une virgule. Votre contenu doit être riche, unique et utile pour le lecteur.

 

9. Faites des liens entre la home et les pages importantes du site web

La homepage est la page la plus importante du site, son PR est en général le plus élevé, il convient de le "répartir" vers les pages les plus importantes de votre site web, comme par exemple la page "derniers articles" ou "nouveautés", "contact", "tarifs"...etc..

Bien entendu cela doit être cohérent.

 

10. Choisissez des images de qualité et décrivez-les

Ce point vient un peu contredire le point 3 car s'il faut des images de qualité et plus globalement une charte graphique qualitative, il convient d'utiliser de belles images mais ... légères. Renseignez également la balise Alt pour apporter un descriptif précis de l'image en question.

 

11. Identifier et refondre les pages de mauvaise qualité

Qu'il s'agisse de landing pages qui ne convertissent pas, ou de contenu au taux de rebond délirant, ces pages sont à revoir dans leur ensemble car elles nuisent globalement à vos résultats en matière de SEO.

 

12. Créez des backlinks de qualité

Facile à dire ! Préférez évidemment la qualité à la quantité. Ne négligez pas les no follow et sélectionnez avec précaution les follow afin d'avoir un SEO cohérent.

 

13. Respectez les règles et ne cherchez à SUR-optimiser votre SEO

Une seule règle : respectez les règles.

Le début de la sur-optimisation en SEO commence au moment où vous vous posez la question.

Lire la suite

[START-UP] YUKA lève 800 000€ auprès de business angels afin de se déployer à l'international

5 Mars 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Digital, #Divers, #Entreprise, #Entreprises, #Foodtech, #France, #Internet, #Application

[START-UP] YUKA lève 800 000€ auprès de business angels afin de se déployer à l'international

La célèbre application YUKA (évaluation de la qualité des produits notamment alimentaires) vient d'achever une levée de fonds de 800 000€ auprès de Business Angels tels que :

Xavier NIEL (Illiad)

Marc MENASE (ex-Menlook)

Christophe COURTIN (ex-Santiane)

Guillaume GIBAULT (Le Slip Français)

YUKA c'est 4 millions d'utilisateurs récurrents, plus de 9,5 Millions de téléchargements. L'application veut "redonner du pouvoir aux consommateurs" et c'est réussi.

Cette levée de fonds n'est pas significative par le cash levé, ni à cause de l'aura des Business Angels qui y ont pris part, mais parce que cette application est réellement utile et changera définitivement notre façon de consommer.

Choisir YUKA c'est miser sur l'assurance d'améliorer significativement la qualité des produits que nous consommons tous, il y a une véritable notion d'utilité publique en pointant du doigt les produits nocifs, nuisibles et finalement impropres à la consommation de tous les jours.

Puis, ce qu'on aime chez YUKA c'est le business model axé principalement sur le freemium et autour d'un programme de nutrition complet pour mieux consommer et mieux manger.

Business peut aussi s'accorder avec Bienveillance.

Télécharger l'application pour IOS

Télécharger l'application pour Android

Lire la suite