CatégorieAUTRES SUJETSDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatweb

ECOMMERCE & Black Friday : les nouvelles cibles des parlementaires

ECOMMERCE & Black Friday : les nouvelles cibles des parlementaires

C'est avec des calculs certainement effectués sur le coin de table d'un resto ouvrier que l'ancien secrétaire d'état chargé du numérique, Mounir MAHJOUBI charge le E-commerce et notamment Amazon. Rien de factuel, rien de vérifié, rien de sérieux, bien au contraire. Pourtant voici que des parlementaires souhaitent interdire le Black Friday.

C'est Elisabeth BORNE, vraisemblablement ignorante du sujet qui porte en étendard le souhait d'interdire le Black Friday.

Soyons simples, soyons clairs.

Si la défense de l'environnement est au coeur des préoccupations de chacun, c'est déjà suffisamment anxiogène comme cela. Nous sommes informés ! Certains en sont tout de même rendu à savoir s'il faut envoyer un mail lorsque d'autres affirment que l'envoyer tuerai dix pigeons…

Au travers de l'ambition de vouloir interdire le Black Friday c'est une attaque contre le Ecommerce qui se cache derrière cela. En effet les opérations promotionnelles au bénéfice des clients sont présentes tout au long de l'année. Rien d'extraordinaire.

L'argument avancé est que le Ecommerce ne serait pas eco-responsable. Les clients consommeraient également frénétiquement pendant cette période promotionnelle…. rappelons que les Français ont 5000 Milliards d'euros sur leurs comptes à fin 2018 et que nous sortons à peine de la crise de 2008…

Les consommateurs savent heureusement s'ils ont besoin d'un produit ou non.

Le Black Friday permet aux plus modestes de bénéficier de réductions importantes et d'étaler leurs achats de Noël sur Novembre et Décembre.

Le pays ne se relève pas des mouvements sociaux de l'année écoulée et nos dirigeants politiques reprennent la même voie que l'année dernière en prenant le prétexte de l'environnement pour inventer une nouvelle taxe.

Lunaire.

D'une part si les camions de livraison pullulent c'est aussi autant de voitures en moins dans les villes que de colis dans le camion.

D'autre part, le E-commerce n'est qu'un canal de vente d'aujourd'hui, empêcher le consommateur d'acheter en ligne au prétexte de l'environnement est parfaitement archaïque. Le consommateur est tout de même libre de ses choix éthiques !

Il s'agit d'une dictature de la consommation où l'on piétine les libertés individuelles, cela ne va assurément pas dans le sens de l'Histoire.

Chacun a le droit d'acheter ce qu'il veut dans l'enseigne de son choix.

D'autres encore mettent en avant la désertification des centres villes…

Que les politiques regardent leurs pitoyables bilans en matière d'aménagement du territoire avant de vouloir taxer encore et encore le secteur du E-commerce à l'instar du député LISNARD.

L'égarement est collégial.

En effet le E-commerce dynamise les magasins du centre ville car se faire livrer sa commande chez le petit commerçant du coin permet du passage qualifié dans ces points de vente habituellement désertés. Ce ne sont pas nos dirigeants qui proposèrent cela, mais bien les acteurs du E-commerce, Coliposte en tête avec So Colissimo.

Globalement la politique d'aménagement des villes est nuisible au commerce. La circulation volontairement difficile pour se rendre en magasin est accentuée par des terre-pleins centraux accolés sciemment aux arrêts de bus afin d'empêcher les usagers de dépasser le bus arrêté.

D'autant plus que les véhicules de secours sont bloqués de la même manière. La mise en danger de la vie des patients à l'intérieur d'une ambulance est évidente en pareilles circonstances.

De quoi décourager les consommateurs de se rendre dans les commerces de proximité qui n'en n'ont plus que le nom compte tenu du temps à passer pour s'y rendre.

Evidemment les détracteurs de mon propos mettront en avant les nombreux transports en commun à disposition.

S'il est évident qu'ils sont à privilégier pour nos déplacements en agglomération, il est totalement en dehors de la réalité de croire que le consommateur pourra remplir son chariot de courses, effectuer ces achats de chaussures ou de vêtements puis tout rapporter chez lui en bus !

Ce n'est pas sérieux une seule seconde !

Puis interdire le Black Friday, vecteur de pouvoir d'achat, c'est revenir sur tout ce qui a été fait au préalable, par le gouvernement en place, justement pour l'améliorer alors même que les gains sont réels et visibles simplement sur la fiche de paie de chaque salarié.

Les acteurs du E-commerce travaillent évidemment sur de nouvelles solutions de livraison moins polluantes.

Livraison en véhicule électrique ou à vélo, mise en place de hub à l'extérieur des agglomérations, stations de retrait près des points de convergence de la population, colis en pvc réutilisable..etc… les idées déjà en place ne manquent pas.

Nul besoin de légiférer encore et encore !

Puis finalement un camion de livraison n'est ni plus, ni moins qu'un transport en commun…. Pour colis.

Sources ici et
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page

Blog Ecommerce SEO | SEA