CatégorieEcommerceEntrepreneuriatSEO - SEA

Bilan salon ECP16, interview de ce matin, rencontres magiques

[MAJ] Retour de Paris ce soir… Entre autre car j'avais des obligations à mon retour à Nantes…Crevé. Je raconterais tout très prochainement. [FIN DE MAJ]

Depuis Lundi 12 Septembre 2016, se tient le salon Ecommerce à Paris. J'y étais aujourd'hui avec peu de rendez-vous, juste renouer avec des contacts et des amis avec envie, qui pour certains, je n'avais pas revus depuis longtemps. Puis de belles rencontres notamment avec un blogueur qui est également dans le E-commerce et lui-même E-commerçant. J'ai beaucoup parlé avec lui, et il m'a dit que je parlais beaucoup, je n'y peux rien le Ecommerce est une passion à l'instar de son blog éponyme 😉

Salon Ecommerce Paris 2016

Salon Ecommerce Paris 2016

Ces rencontres sont toujours magiques et se retrouver tous une fois par an dans un même lieu pour échanger est juste exceptionnel et riche en informations.

Nous avons tous a apprendre des uns des autres, encore et toujours tant les innovations sont perpétuelles avec une vision radicalement tournée vers l'avenir.

J'avais également rendez-vous sur le stand de Ve interactive (d'ailleurs pensez à passer en https pour votre site message perso pour Ve) pour être interviewé sur mon parcours face caméra et ma vision de l'avenir du Ecommerce et ce dès mon arrivé au salon ce matin.

Espace Presse au ECP16 - Salon Ecommerce à Paris

Espace Presse au ECP16 - Salon Ecommerce à Paris

L'accueil chez Ve Interactive (Twitter @VeFrance) était juste top, j'ai été pris en charge directement en arrivant alors même qu'en plus j'étais en retard (encore désolé pour les équipes) mais quelle richesse dans les échanges et l'interview était basée sur un concept original et j'ai apprécié répondre aux questions pertinentes qu'ils avaient choisies.

Je remercie encore Paul Le Padellec (Twitter @PaulLePadellec) pour son professionnalisme et son organisation, j'étais vraiment très heureux de participer à l'évènement.

Avec Paul Le Padellec au ECP16 - Salon Ecommerce de Paris - Une chaleur extrême.

Avec Paul Le Padellec au ECP16 - Salon Ecommerce de Paris - Une chaleur extrême.

On ne peut pas faire du Ecommerce si l'on a pas une vision du futur.

Aujourd'hui nous construisons demain.

Le salon a reçu pas mal de visiteurs, à première vue, vu le nombre que j'ai croisés sur place.

Bilan salon ECP16, interview de ce matin, rencontres magiques

J'étais venu avec un ami Nantais qui lui est resté sur place pour une partie de la soirée. J'avais d'autres obligations à honorer pour la soirée.

J'ai du donc décliner l'invitation d'un ami retrouvé sur le salon, Zidane LEBKIRI. Ce sera pour l'année prochaine.

Pour les stands intéressants avec de bons produits utiles voir indispensables en matière de marketing web et de Ecommerce on notera bien entendu Ve Interactive qui propose pléthore de solutions pour mieux convertir et donc faire du business, j'ai beaucoup aimé le module on-site qu'ils proposent, je l'avais déjà vu sur leur site en démo, il est bluffant. Puis le modèle de retargeting qu'ils proposent même si je suis toujours un peu critique lorsqu'on ne propose pas un module au CPA et non au CPC ou CPM.

J'ai également rencontré la société ADROLL qui propose une solution de retargeting sans minimum de visiteurs contrairement à ce que propose Critéo, ce qui est important pour DOTNET l'entreprise dont je suis le nouveau Directeur Général à Nantes, en effet en BtoB de logiciels de services en ligne, les visiteurs sont beaucoup moins nombreux que sur le BtoC de Ecommerce de biens physiques.

Pour les sites Ecommerce de DOTNET il me faut une solution de retargeting c'est une évidence, ainsi qu'une solution on-site. Donc 2 interlocuteurs intéressants à tous points de vue.

En ce qui concerne le salon dans sa globalité, je déplore la chaleur (au sens propre qui y régnait), une climatisation puissante aurait été la bienvenue, non seulement pour les visiteurs mais aussi pour les exposants bien entendu. Une grosse lacune concernant l'organisation de ce point de vu là. A nous faire fuir !!

J'étais aussi déçu qu'il n'y ait pas de navettes entre la gare Paris Montparnasse et le salon et inversement, pour avoir fait pas mal de salons, dans la plupart des cas, c'est un service qui est proposé.

Mais dans l'ensemble cela reste un super salon, une belle édition où je n'ai pas perdu mon temps, revu mon ami Zidane de chez Studio Mercurya, une super boîte qui mérite que l'on s'y attarde, vous pouvez d'ailleurs découvrir leur site en suivant ce lien.

Il y avait également des conférences auxquelles je n'ai pas eu le temps d'assister, trop axées "vente de biens physiques" à l'opposé de ma vision d'un nouvel entrant sur tel ou tel marché à moins d'avoir un/des produit(s) réellement novateur/s, une marque propre et une vision stratégique basée sur le pivot en cas de changement du marché sur lequel il souhaite s'établir.

Facebook donnait d'ailleurs une conférence mais n'avait pas de stand, dommage j'y serais allé.

J'écris ce post dans le train de retour à Nantes, je dois dire que j'ai mal aux jambes à force d'avoir pétionné toute la journée.

Pour le midi , au fait, je vous donne une bonne adresse, à 4 minutes à pied du salon, un petit resto que j'avais trouvé sur internet : Frites maison et spécialiste de la viande (une viande goûteuse et fondante) et pas cher par rapport à ce qui était proposé sur le salon, c'est "La petite auberge", située 13 rue du hameau.

Un petit bon plan pour ceux qui y seront demain au salon. Bon salon à tous et profitez !

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatSOFTWARE

Nouveau site Ecommerce : Pacte-Associes.net

Parce est qu'il primordial de bien se protéger lorsqu'on crée sa société à plusieurs et que certaines informations n'ont rien à faire dans les statuts, il convient d'avoir impérativement un pacte d'associés ou pacte d'actionnaires.

On y écrit tout, les clauses de sortie, clause de préemption des parts/actions, les clauses relatives aux obligations des parties…etc etc.

Tout cela pour se protéger l'un l'autre en cas de fâcherie notamment si l'on est associé à 50/50 ce qui est par ailleurs une erreur mais parfois l'on a pas le choix.

Pacte-Associes.net s'inscrit dans une vision de simplification de la protection pour l'ensemble des associés/actionnaires personnes physiques ou morales.

Vue du site Pacte-Associes.net

Vue du site Pacte-Associes.net

L'avantage de passer par Pacte-Associes.net, c'est que vous avez un document rédigé par un avocat, valable juridiquement et cela pour 39€HT.

C'est juste imbattable même sur internet.

Pour avoir testé le service en pré-production, je peux vous dire que c'est juste bluffant ! Vous pouvez même contacter le support si vous souhaitez effectuer des modifications après achat et lecture. Du service, du service et encore du service !

Découvrez tout cela en suivant ce lien. Le site est en pré-bêta donc il peut y avoir des bugs non majeurs, contactez le support client en cas de bug, même si cela ne peut concerner que l'affichage du site. Pour le reste tout est fonctionnel.

Allez profitez de faire un pacte d'associé à 39€ plutôt que de payer 1000€ ou plus chez votre avocat en direct (nous travaillons avec des avocats donc pas de surprise) sauf que cela est bien moins cher : 39€ seulement et tous les associés sont couverts.

Notre logiciel est unique et vous fournira dans tous les cas le pacte d'associés souhaité car post-paiement nous pouvons le modifier pour vous personnellement avec les éléments souhaités. Toujours plus de services chez DOTNET…

CatégorieEcommerceEntrepreneuriatweb

Salon Ecommerce 2016, J’y serai !

Comme tous les ans, le Salon Ecommerce 2016 se tiendra à Paris du 12 au 14 Septembre. Cela est une évidence d'y aller pour moi afin de voir et revoir des amis, tous de la grande famille du Ecommerce.

Salon Ecommerce 2016, J'y serai !

Et vous avez-vous prévu d'y venir ? Je serai présent au salon le Mardi 13.

CatégorieEcommerceEntrepreneuriat

Réflexion du jour : Investir sans discontinuer pour réussir et gagner des parts de marché

Réflexion du jour : Investir sans discontinuer pour réussir et gagner des parts de marché

Dans la distribution il existe 2 types d'entreprises : l'entreprise qui vit sur ses acquis et essaie d'optimiser son compte de résultat avec l'existant sans avoir de politique d'investissement mais plutôt de réduction des coûts, la croissance est inexistante, faible voir négative et à contrario il y a l'entreprise qui créée de la valeur ajoutée en investissant sans discontinuer.

Focus….

Un très bel exemple est l'entreprise SCHMIDT GROUPE voir l'article qui est consacré à Anne Leitzgen la patronne du groupe .

Elle prône une politique d'investissements massifs et elle a raison.

Une entreprise RENTABLE qui investie sans discontinuer, tous les voyants sont au vert

Tous les voyants sont au vert pour SCHMIDT GROUPE : Cash flow, rentabilité et valeur ajoutée, les comptes sont disponibles .

Lorsque je regarde en arrière et que je vois mon ancien job de directeur de magasin chez AutoDistribution, je n'ai aucun regret tant l'aventure était passionnante mais très énergivore.

Je m'explique pour la croissance, il faut de la satisfaction client, c'est indéniable et cela améliore le taux de repeat business, aussi il convient d'avoir les bons outils pour l'ensemble des collaborateurs mais cela a un coût.

Que penser d'une enseigne Nationale qui effectue tous ces envois avec des cartons usagés ? Quelle image cela renvoie aux clients destinataires de ces envois ? Que penser également d'un mail reçu de la direction financière pour demander de justifier l'achat d'un cutter à 4,78€HT ?

La vision d'avoir des collaborateurs avec le sourire est essentielle, Anne Leitzgen le dit dans l'article mais pour cela ils faut qu'ils se sentent bien, pas "compressés", et certainement pas inscrits dans "l'urgence" et "sans aucuns moyens" laissés à l'abandon d'une direction qui n'est là que pour mener une politique économique répressive et courtermiste.

La réussite d'une entreprise s'inscrit dans une vision sur le long terme et une politique d'investissements perpétuelle.

Aujourd'hui à 34 ans, j'ai fais pas mal de jobs de direction opérationnelle de centres de profits, je crois que Anne Leitzgen résume bien ma vision des choses pour les entreprises que je suis amené à diriger.

La clairvoyance de cette femme et son talent de dirigeante font clairement la réussite de SCHMIDT GROUPE de part sa politique d'investissements permanente et sa gestion hors pair.

Quid de la rentabilité d'Amazon ? Elle se fera sur le long terme car il faut voir plus loin, plus grand.

En Ecommerce c'est la même chose, lorsque l'on regarde Amazon et sa politique d'investissements, alors les détracteurs diront, quid de la rentabilité d'Amazon ? Elle se fera sur le long terme car il faut voir plus loin, plus grand.

Amazon sera a terme une "machine à cash" RENTABLE

Amazon sera a terme une "machine à cash" RENTABLE j'en suis persuadé.

Aujourd'hui en 2016, il n'est plus possible de gérer des entreprises comme en l'an 2000 qu'il s'agisse de startups, ou d'entreprises clairement implantées depuis des années voir des dizaines, il est impératif d'investir, de recruter de miser sur la rentabilité sur le long terme.

J'ai vu et je vois beaucoup de boîtes en Ecommerce qui pensent "one shot" prendre une commande sans fidéliser. C'est une grave erreur qui peut mener à la fermeture d'une entreprise, sur le court terme.

Nous arrivions à fidéliser notre clientèle à travers un programme de fidélité hors normes et 21% des nouveaux clients le devenaient de part ce programme fidélité, un must en Ecommerce.

Lorsque je regarde mes expériences professionnelles passées et notamment MotoliGne, je dois reconnaître que nous n'étions pas à la pointe de la satisfaction client sur certains points, pourtant nous arrivions à fidéliser notre clientèle à travers un programme de fidélité hors normes et 21% des nouveaux clients le devenaient de part ce programme fidélité, un must en Ecommerce.

Nous étions en permanence en train d'innover, j'inventais tous les jours des trucs que les développeurs se devaient de coder et cela bénéficiait aux clients qui en redemandaient.

Un cercle vertueux, car des clients satisfaits reviennent c'est une certitude et une vérité établie.

Encore faudrait-il que les grands groupes l'intègrent…. enfin ceux qui ont de l'ambition.

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriatSEO - SEA

DOTNET, la startup Nantaise qui simplifie la fiche de paie

DOTNET, la startup Nantaise qui simplifie la fiche de paie

Je me souviens, lorsque j'ai lancé MotoliGne en 2006, nous étions au début du Ecommerce dans la moto.

A cette époque, j'avais 24 ans, et oui cela fait 10 ans et 2 millions d'€uros plus tard (que le temps passe vite) alors pourquoi ce retour en arrière sur un passé totalement révolu ?

Explications…

Et bien depuis j'ai grandi, j'ai eu plusieurs expériences professionnelles après MotoliGne, jusqu'à la direction de 2 magasins de pièces auto dans le 45, un véritable couteau Suisse, pourtant le web me manquait cruellement même si j'étais toujours en veille.

Le multi canal en distribution est essentiel : Mix Boutique/Website notamment.

J'aurais voulu que chez AutoDistribution, ils m'intègrent à leur commission Ecommerce, mais ils n'avaient pas la bonne vision, donc acte, la séparation était inévitable à la vue des divergences stratégiques concernant la croissance des magasins et de l'enseigne.

Résultat de retour sur Nantes, je me suis posé la question, qu'est-ce qui posait problème lorsque j'ai lancé MotoliGne en 2006 ?

La réponse fût sans aucun doute : le social.

En 2007, lorsque j'avais commencé à recruter des collaborateurs, je devais donc faire des fiches de paie et je n'avais pas la compétence et je ne voulais pas me lancer là-dedans tant c'était compliqué. Je faisais donc appel à mon expert comptable, mais il me coûtait un bras et la justesse et l'expertise sur la paie n'était pas forcément au rendez-vous.

L'année dernière en 2015, lorsque j'étais consultant en logistique et Ecommerce pour entre autre le groupe GLS, j'avais un peu de cash dans ma société, j'avais alors pris un développeur en Freelance en télétravail pour bosser sur un site, qui était un fake sur le domaine du social à destination des TPEs. Puis en Décembre j'ai intégré le groupe AutoDistribution et à la direction des 2 magasins d'Orléans et Montargis j'étais très pris par mon job, j'avais donc laissé le projet de côté totalement absorbé par mon travail.

C'est lorsque j'ai su que j'allais partir d'AutoDistribution que je me suis remis sur le dossier. Alors avec Axel (développeur), on a travaillés comme des fous pour sortir une version pré-bêta d'un site qui permet à tous les chefs d'entreprise de créer facilement des fiches de paie sur internet. Aucun logiciel à installer, tout ce fait en ligne, c'est simple, intuitif et rapide et surtout bien moins cher ! A terme nous serons capables de proposer bon nombre de services sociaux en ligne, mais totalement simplifiés. Pourquoi pas la fiche de paie à 1€ ?

C'est donc là que DOTNET a prit toute son ampleur et DOTNET grandit chaque jour car nous (je dis "nous" car nous sommes de plus en plus nombreux à mesure que les effectifs s'étoffent) ne cessons d'innover et d'investir avec une vision stratégique de déploiement globale et écrite.

J'ai tout écris.

DOTNET, la startup Nantaise qui simplifie la fiche de paie

J'ai une vision pour l'entreprise sur 2 ans.

Nous allons attaquer différents marchés et en créer certains qui n'existent pas encore dans le but de simplifier le quotidien des entreprises bien au delà du site qui génère de la fiche de paie sur internet car ma vision va bien au delà.

D'ailleurs en Septembre de cette année, DOTNET, sortira un nouveau site de service en ligne et à terme une douzaine de services afin de répondre à l'ensemble des besoins des chefs d'entreprises toujours pour leur simplifier l'existence.

Aujourd'hui la stratégie est claire : Investir pour gagner des parts de marché et développer nos activités tout en restant rentables, il n'est pas question de perdre de l'argent. La société fera d'ailleurs une augmentation de capital à la rentrée, c'est acté.

Investir pour gagner des parts de marché et développer nos activités tout en restants rentables

Un job de Directeur Général c'est avant tout avoir une vision pour l'entreprise qu'il dirige : investissement, croissance, et rentabilité.

Dans le domaine de la distribution, il convient d'investir sans discontinuer, Jeff BEZOS (PDG d'Amazon) l'a bien comprit

Nous sommes bien loin des cartons que je demandais chez Autodistribution où la stratégie manque cruellement de vison et de moyens !

Lorsque je suis revenu sur Nantes tout début Juillet, j'ai revu tous mes amis dont la majorité dirigent des entreprises sur le Net en Ecommerce. J'ai revu Flo et Mika qui avaient montés plusieurs sites dans la mobilité individuelle notamment dans le vélo électrique.

L'entreprise était montée à 3 millions de C.A et ils l'ont revendue en 2014 pour créer une nouvelle boîte où aujourd'hui ils s'emmerdent. 2500€HT/mois de loyer en bail 3/6/9, un C.A plutôt faible par rapport à du Ecommerce de biens physiques et pas d'effectif, pas d'innovations.

Je ne me sentais pas de revivre tout cela, la logisitique, le SAV, les problématiques clients sur les produits reçus ou non d'ailleurs. DOTNET s'inscrit dans une vision d'optimisation des coûts, de rentabilité et non une course au C.A pour faire du C.A sans avoir de résultat positif sur le bilan.

il faut innover sans discontinuer en Ecommerce & en Retail

Maintenant mon regard est tourné vers les bureaux Nantais de DOTNET où chacun avance pour l'entreprise à travers une vision commune.

Nous recrutons des développeurs PHP en CDI, des intégrateurs, des conseillers clients BtoB et bientôt BtoC non pas sur le domaine de la fiche de paie mais sur d'autres marchés.

Je suis très heureux de vous annoncer que je suis le nouveau Directeur Général de DOTNET.

S.A

CatégorieEcommerceEntrepreneuriat

Zopim, un Tchat qui sera un atout majeur pour votre Ecommerce c’est certain

Mit en test sur un site Ecommerce depuis quelques heures, Zopim est un tchat en live avec les clients et prospects d'un site Ecommerce ou un site qui nécessite une assistance aux différentes étapes du processus d'achat.

L'on voit en temps réel où est le visiteur, depuis combien de temps il est sur le site et d'où il est venu.

Cela permet :

– De proposer son aide aux prospects pour mieux convertir

– De répondre aux demandes légitimes des clients

– De résoudre leurs problèmes en temps réel sans passer par un mail qui sera plus long à traiter par rapport au Tchat, idem pour le téléphone (le télé…quoi ?)

– De proposer des produits complémentaires et/ou services

– D'avoir le parcours client en temps réel et donc de voir ce que l'on peut améliorer

Gratuit pendant 14j, il devient payant par la suite, c'est un modèle freemium.

Zopim, un Tchat qui sera un atout majeur pour votre Ecommerce c'est certain

C'est vraiment nouveau pour moi d'utiliser ce type de service , car chez MotoliGne nous n'avons jamais mit en place ce genre de choses (j'avais trop peur que les filles au call se fassent dézinguer) c'était une erreur car le consommateur a besoin de réponses immédiates. Le mail est dépassé depuis des années car trop lent et le téléphone est toujours sur-chargé avec des pertes d'appels ce qui est préjudiciable à l'image de la société.

Je crois que les demandes vont émaner d'internautes "en galère" sur le site Ecommerce et qui n'arrive pas à finaliser un achat. Le taux de conversion devrait donc s'améliorer sensiblement.

Comme je vous le disais, je l'ai mit en test sur un site Ecommerce "Cobaye" afin de voir comment se comporte l'internaute et comment il réagit avec ce moyen de communication novateur.

Alors il existe de nombreuses solutions de Tchat pour le Ecommerce, Iadvize qui est une start-up Nantaise (je suis Nantais), mais Zopim m'a interpellé de part sa gratuité et ses services.

J'ai toujours besoin d'information sur les visiteurs/consommateurs, là Zopim est exhaustif sur le parcours client :

Zopim, un Tchat qui sera un atout majeur pour votre Ecommerce c'est certain

On a TOUT !! Toutes les informations : navigateur, machine, page d'arrivée, là où il est, depuis combien de temps il navigue et surtout, l'on sait s'il est déjà venu sur le site (utile pour le taux de repeat business).

Ces stats et ce nouveau mode de contact est top, nous pouvons aller en amont du client.

Feedback dans quelques jours…. Mais cela me paraît bien…

MAJ 18h05 : Truc de fou, j'ai aidé un client, c'est juste génial :

Zopim, un Tchat qui sera un atout majeur pour votre Ecommerce c'est certain

MAJ 31/07/2016 à 15h40 On peut également avoir un écran de supervision en option ce qui est utile pour suivre les demandes en attente et celles qui ont bénéficié d'une réponse par tel ou tel agent :

Zopim, un Tchat qui sera un atout majeur pour votre Ecommerce c'est certain

Un tableau de bord très utile notamment pour la notation des réponses.

CatégorieEcommerceEntrepreneuriatMonétique

Monetico : Une des pires mise en production que j’ai jamais vu sur un site Ecommerce aujourd’hui pour un TPEV

MONETICO

MONETICO

Je n'ai jamais vu cela tout cela comme Axel qui devait le gérer. Après Paypal, simple à installer mais compliqué à gérer, j'avais donc choisi Monetico du Crédit Mutuel.

Une solution bancaire saine, sur le papier mais une semaine fut nécessaire pour le câbler correctement (sur le papier) tant leurs contraintes techniques sont compliquées et obsolètes. Nous avons vraiment galérés, enfin surtout Axel !

La BPA avec Cyberplus est simple et rapide, mise en production sous 24 heures, niveau délais au crédit mutuel, c'est le flop ! NIveau technique c'est aussi le flop !

Allez je teste en prod et je suis certain que cela va merder. Intuition…

MAJ de la nuit : ça fonctionne, mais aucun retour en BO ! Donc ça merde…

MAJ à 5h00 : le 3Ds est sensé être débrayé mais ce n'est pas le cas sur Monetico alors que tout est paramétré comme tel en amont, super Monetico !

MAJ à 5h11 : je me pose et j'arrête, je laisse Axel gérer.

MAJ à 18h00 : Tout est enfin ok, testé et approuvé.

Pas simple Monético !

CatégorieEcommerceEntrepreneuriat

Générer un audit technique complet pour un site Ecommerce

Dareboost Homepage

Dareboost Homepage

Il est toujours intéressant d'avoir un audit technique complet de son site, Ecommerce ou non par ailleurs. Aujourd'hui suite à ma rencontre avec Nicolas (un Freelance sur Nantes), il m'a montré cet outil génial utile pour les Ecommerçants, pour les développeurs, pour les agences web et pour les Freelances bien entendu : DAREBOOST que vous pouvez découvrir .

Dareboost

Dareboost

Il vous suffit d'entrer votre url sur la homepage du site en question, de patienter et d'avoir sous quelques dizaines de secondes un rapport complet sur les bons, les moins bons et les mauvais points techniques de votre site.

Dans le rapport vous avez ensuite des préconisations concrètes et complètes pour chaque éléments à améliorer.

Préconisations techniques

Préconisations techniques

Pour l'avoir utilisé aujourd'hui, je trouve l'audit pertinent et plutôt bien construit.

En plus c'est GRATUIT !

Alors quid du business model ?

C'est simple, si vous voulez le personnaliser avec votre logo, mettre les coordonnées de votre agence pour présenter ensuite le rapport à un prospect ou un client, et bien c'est payant.

Du freemium comme business model tout simplement !

Chapeau bas !

CatégorieEcommerceEntrepreneuriat

La complexité du bulletin de salaire supprimée grâce à ce site Ecommerce

Pour tous ceux qui comme moi ont été entrepreneur il est compliqué de gérer le bulletin de salaire du premier salarié intégrant l'entreprise que l'on a créée. Nous voulons tous gérer à moindre coût nos entreprises et nous avons raison.

Je me rappelle lorsque j'avais eu mon premier salarié en 2007, j'étais un peu perdu. DUE ? Bulletin de salaire ? Comment gérer cela ? A quel prix ? Le chef d'entreprise fait alors en général appel à la seule personne digne de confiance sur le papier pour gérer cela, son expert comptable.

En effet tous les cabinets d'experts comptables proposent en général un service générant le bulletin de salaire pour le ou les salariés de ses clients sans pour autant être experts dans le bulletin de salaire avec par conséquent des erreurs qui peuvent survenir.

Remettons les choses à leur place, un expert comptable n'est pas un spécialiste de la paie, c'est un comptable qui s'entoure de personnes qui sont sensées connaître parfaitement l'établissement d'un bulletin de salaire ce qui n'est pas toujours le cas et le service est facturé au prix fort en général entre 20 et 25€HT par bulletin.

En 2015 je me suis dit que tout cela devait cesser, trop cher, le bulletin de salaire doit également être simple à établir, j'ai donc choisi de créer un logiciel simple qui permettrait de créer un bulletin de salaire en quelques minutes sur le net pour moins cher, -50% sur les prix pratiqués aujourd'hui.

Découvrez notre site Fiche-Paie.net

Découvrez notre site Fiche-Paie.net

Fin 2015, le projet est lancé avec un développeur Freelance de talent, je crée la charte graphique, il écrit le code.

Le logiciel SaaS Fiche-Paie.net voit le jour en Mai 2016 qui répond à une vraie problématique du consommateur, le chef d'entreprise va sur internet et notamment sur le site internet en question et renseigne ces éléments avant de télécharger le bulletin de salaire commandé.

C'est simple et rapide.

Toutefois la conception du site et la veille sociale ne sont pas simple, notamment à cause des évolutions sociales récurrentes.

Cela a un coût élevé et récurrent mais tout est simplifié pour que le chef d'entreprise puisse facilement faire les bulletins de salaire de ces collaborateurs en quelques minutes.

Les principales conventions collectives sont disponibles dès à présent, découvrez votre générateur de fiche de paie . Chaque bulletin de salaire est facturé 7,90€HT seulement, vous ne trouverez pas moins cher, c'est rapide et immédiat.

CatégorieDISTRIBUTIONEcommerceEntrepreneuriat

La force de la digitalisation Ecommerce face au retail … sous l’eau

Je ne ferai pas un procès du retail face au Ecommerce car tous les deux sont assurément complémentaires.

Les intempéries de ces derniers jours dans le Centre de la France et en région parisienne montre toutefois les limites du retail, du physique, du concret. Je m'explique, lorsque vous avez un magasin et uniquement un magasin que tout votre business model repose dessus, il y a le risque qu'il soit inondé, qu'il y ait un incendie et que tout ce que vous avez pour travailler soit détruit ; même s'il y a les assurances, dans tous les cas votre entreprise en souffrira durablement.

Certains détracteurs diront à contre courant qu'il en est de même en Ecommerce avec un entrepôt par exemple. Je dirai que le risque est largement limité.

En Ecommerce, ce qu'il faut voir c'est que si l'entrepôt brûle, le site Ecommerce lui n'arrête pas de tourner l'hébergement étant en général géré dans d'immenses data centers où les back-ups sont récurrents, c'est comme si vous aviez plusieurs copies intégrales de votre magasin physique.

Pour le stock, si l'entrepôt brûle ou est inondé, le client sur un site Ecommerce réglant en amont, normalement la trésorerie tout comme l'encourt fournisseur doivent permettre de reconstituer un stock rapidement. Enfin trouver des locaux en urgence n'est pas un problème par les temps qui courent, en effet les zones d'activités arborent des dizaines de panneaux "A louer". Donc je suis persuadé qu'il est plus facile de se relever d'évènements dramatiques pour une société Ecommerce que pour une entreprise exclusivement dans le secteur du retail.

Pourtant la complémentarité des deux est juste évidente, mais il faut déjà atteindre un seuil de C.A de plusieurs millions d'euros en Ecommerce et avoir une rentabilité certaine pour développer un réseau de boutiques physiques.

Mais je vais aller encore plus loin dans mon constat, la vente de biens physiques pose naturellement des problèmes que cela dans le retail ou dans le Ecommerce :

– Rupture produits

– Produits déffectueux

– Droit de rétractation

– Coût du stock (immobilisation de trésorerie permanente)

– Coût de transport

– Coût des locaux (notamment en retail sur les avenues passantes)

J'en oublie certainement. Tous ces points amènent des problématiques au quotidien et surtout ces dernières sont très coûteuses et cela se constate facilement dans un compte de résultat.

Je vais reprendre un exemple vertueux que j'avais déjà évoqué, le Ecommerce ce n'est pas seulement la vente de biens physiques, c'est également la vente de biens virtuels. Adverline est une société qui exploite des bases de données de toutes sortes notamment celles liées aux entreprises via l'INPI bien entendu.

Cette société vous vend sur internet via différents sites les données des entreprises et de leurs dirigeants, bilans, comptes de résultats, cartographie des dirigeants… et plein d'autres données.

Tout cela est virtuel, pas de stock et les données sont revendues à plusieurs reprises.

Dans ce business model totalement virtuel, tout est fait pour gagner de l'argent :

– 100% de marge brute

– 0 stocks (pas d'immobilisation de trésorerie)

– Revente du même produit à plusieurs reprises

– Taux de repeat business élevé (addictif pour les clients)

– Pas de frais de transport

– Pas de logistique (ni cartons à acheter 😉

A contrario d'autres coûts sont à prendre en compte :

– Coût de la location de la BDD auprès de l'INPI (plus de 100K€ par an)

– Infrastructure réseau importante

– Développements web coûteux et permanents

– Budget marketing important

Mais ce que je vois dans le Ecommerce c'est cela, cette vision de vente de biens virtuels ou de services automatisés pour l'avenir, non pour maintenant au final.

Je ne me vois pas ouvrir un business dans le retail et/ou Ecommerce et risquer de ne pas être livré par mes fournisseurs, d'avoir une inondation et que tout s'arrête (notamment pour le retail).

Imaginez les locaux d'ADVERLINE inondés, ce ne sont que des bureaux certainement, certes il y aura du chômage technique pour une partie de l'effectif mais les serveurs continueront de tourner et de délivrer les commandes aux clients et d'encaisser ces derniers. C'est cela un cercle vertueux.

Toutefois, sans me contredire, le Ecommerce virtuel ou non ne peut plus exister sans le retail car le retail amène une crédibilité de l'enseigne online et surtout le client a besoin parfois d'avoir un interlocuteur en face de lui pour le conseiller, saisir la commande, et faire les ventes additionnelles gage de rentabilité.

Quel serait donc le business model idéal entre Ecommerce et retail ?

1. Vente de biens virtuels uniquement avec 100% de marge brute

2. Réseaux d'agences de conseils et de prise d'ordre d'achat qui prospectent également via le phoning/emailing

3. Un taux de repeat business élevé de part la complexité du produit à fournir

4. Une automatisation graduelle de la fourniture des produits

5. Zéro logistique. Rien, nada.

6. Des développeurs, des développeurs et encore des développeurs, car on ne cesse jamais d'innover, jamais.

7. Un code promo délivré avec la commande virtuelle valable sur les prochaines commandes et un programme fidélité à la manière des tickets LECLERC.

Ce qui pêche dans le retail qui en général n'a pas la même vision que dans le Ecommerce c'est la capacité à innover.

1. Dans le retail, majoritairement ils n'ont pas de boutique en ligne, un erreur magistrale !

2. Dans le retail ils ne font peu ou pas d'Awords en local afin d'être trouvés facilement par le consommateur.

3. Dans le retail les programmes fidélités sont totalement obsolètes et ne sont pas gérés informatiquement (exemple la boulangerie qui met un coup de tampon sur une carte de fidélité) d'où un taux de repeat business lié à la zone de chalandise et non à l'offre produits et à l'affection liée à l'enseigne et à son offre globale.

4. Les vendeurs doivent être rodés à la vente complémentaire, cela doit être un automatisme inné.

5. L'emplacement est un must, mais c'est surtout l'offre produits et de services qui doit être reconnu par le consommateur. (Un consommateur régulier et satisfait se déplacera de lui-même dans le fin-fond de la campagne s'il trouve ce qu'il cherche et ce qu'il attend : produits, services et programme fidélité adapté).

6. Dans le retail à contrario du Ecommerce, ils pourraient fournir un flyer promotionnel lors de la remise de la marchandise, valable sur le site Ecommerce et uniquement dessus avec une réduction sur la future commande du client. (on élude ainsi toutes les charges liées au "conseil" et on augmente le taux de repeat business).

Ce ne sont que des pistes. Ce post n'est pas là pour critiquer le Ecommerce ou le Retail mais pour donner une vision de ces business avec ces avantages et ces inconvénients.

Dans tous les cas (Ecommerce ou Retail) je ne crois pas à un business model axé sur la coupe des coûts que l'on constate dans la majorité des entreprises actuellement. Les sociétés qui investiront massivement aujourd'hui seront les leaders de demain qu'il s'agisse de pur-players ou de retail, peu importe.

Le business model idéal existe mais il ne sera jamais parfait, il n'arrêtera jamais les intempéries mais il limitera les risques que tout s'arrête pour votre société c'est pourquoi je suis convaincu que l'alliance Ecommerce/retail est prépondérante à travers la digitalisation des produits, même si à l'heure actuelle le retail est … sous l'eau.

Haut de page

Blog Entrepreneur Ecommerce