Blog Ecommerce : Actualités E-commerce et IT.

Les joies de faire le 20 heures de TF1 :

24 Avril 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE

Lire la suite

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

19 Avril 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #SEO, #Divers, #Digital, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Expertise Ecommerce, #France, #Internet, #web

 

1. POSITEO

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

 

Positéo, est assez connu par les référenceurs, il est cependant très basique et les résultats sont parfois un peu approximatifs. Cependant il a le mérite d'être entièrement gratuit.

Points forts :

- Rapide
- Gratuit
- Conserve les précédentes requêtes

Pistes d'amélioration :

- Approximation de certains résultats
- Bugs récurrents
- Latence entre deux soumissions
- Ne conserve pas les résultats des précédentes requêtes

Note : 6/10

2. WebRankChecker.com

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Certes il s'agit d'un outil crée par une association, seulement il ne fonctionne pas correctement. Ne pas en parler dans ce petit comparatif serait éluder la possibilité qu'il peut être réellement amélioré.

Points forts :

- Gratuit

Pistes d'amélioration :

- Approximation totale des résultats
- Bugs récurrents
- Latences très importantes

Note : 2/10

3. Serprobot

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Simple et intuitif il n'est disponible qu'en Anglais. Cependant il s'agit d'un outil très facile à utiliser et après différents tests, il s'avère plutôt fiable. A conseiller.

Points forts :

- Freemium (gratuit mais payant pour les options complémentaires ou un volume important à traiter)
- Résultats fiables
- Exécution immédiate
- Positionnement des concurrents dans les SERPs
- Evolution des positions dans le temps (version payante)
- Conservation de la data

Pistes d'amélioration :

- Une version Française

Note : 8,5/10

4. SEO HERO.NINJA

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Tout simplement affligeant. Rien ne fonctionne correctement.

Points forts :

- Gratuit

Pistes d'amélioration :

- Très nombreuses l'outil étant vraisemblablement inopérant pour travailler sérieusement.
- Résultats totalement approximatifs

Note : 0,5/10

5. SMALLSEOTOOLS.com

[SEO] 5 outils pour vérifier la position de son site internet dans les résultats de Google

 

Un outil simple, gratuit, mais que de pub ! En 2019 il est tout à fait possible de financer une application telle que celle-ci sans recourir à des bannières intrusives et nuisibles à l'expérience utilisateur. Le SEA aujourd'hui, ce n'est plus tout à fait cela. Dommage.

Points forts :

- Gratuit
- Résultat immédiat
- Possibilité de télécharger les résultats au format Excel

Pistes d'amélioration :

- Faire de la pub mais autrement, exemple : contenu sponsorisé.
- Ergonomie
 

Note : 6/10

Et vous quel outil utilisez-vous pour suivre vos positions sur Google ?

Lire la suite

Les 5 fausses idées sur le dépôt de marque et la propriété intellectuelle pour les entrepreneurs

16 Avril 2019 , Rédigé par La rédaction du Blog Publié dans #Dépôt de marque, #Entreprises, #Marketing, #Commerce, #Internet, #Divers, #France

Idée fausse #1 : « J'ai créé une société, donc son nom m'appartient. »

Ce n’est absolument pas vrai. Créer sa société et l’enregistrer au Registre du Commerce et des Sociétés n’entraine aucune prérogative sur la possession d’un nom ou d’une marque. Le nom de société est, au regard de la loi, un nom administratif. Alors que le nom de marque est un nom commercial, qui doit être déposé auprès de l’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI).

D’ailleurs, le nom de la société et le nom de marque peuvent tout à fait être différents. Par exemple, le site leboncoin.fr est édité par la société LBC FRANCE, SAS. La marque Le Bon Coin, elle a été déposée à l’INPI, avec plusieurs identités visuelles :

Les 5 fausses idées sur le dépôt de marque et la propriété intellectuelle pour les entrepreneurs

On notera d’ailleurs que la marque a été déposée par la société Schibsted France, principal actionnaire de LBC France.

Sans ce dépôt de marque à l’INPI, la société LBC France ne serait pas propriétaire de la marque leboncoin.

NB :

Cette règle générale peut trouver des exception dans la jurisprudence, notamment lorsque le site en question jouit d’une forte audience (plusieurs millions de visiteurs par mois) et que la marque est considérée par les juges comme en forte visibilité du grand public.  Un site de cette envergure qui n’aurait pas déposé sa marque aurait donc le droit de propriété sur celle-ci.

Mais il est réellement nécessaire d’avoir beaucoup de visites. Le site alphazomes.org qui réalisait 19 000 visites par an et qui n’avait pas déposé son nom n’a par exemple pas pu bénéficier de sa marque. Le tribunal a estimé qu’il n’avait pas une notoriété suffisante, pour pouvoir prétendre à posséder la marque.  Cette personne a donc perdu le droit d'utiliser la marque et a dû fermer son site …

Idée Fausse #2 : « Puisque j’utilise la marque depuis plusieurs années et que j’ai été le premier, je n’ai pas besoin de la déposer ». 

Une entreprise qui utilise une marque n’en est pas pour autant propriétaire au sens légal du terme.

Si vous exploitez une marque de chaussettes depuis des années sans l’avoir déposée, mais qu’un concurrent arrive sur le marché et dépose la marque, alors il en est logiquement propriétaire.

La situation ne sera pas claire, car vous allez faire valoir le fait que votre activité se réalise au nom de la marque, que vous étiez là depuis plusieurs années et que vous avez des éléments pour en attester. Vous rentrerez alors dans une bataille d’avocats, mais il n’est pas certain que vous gagnerez. Surtout si votre activité est relativement timide.

 

Idée Fausse #3 : « Puisque j’ai acheté le nom de domaine, je suis propriétaire du nom » 

Le fait d’acheter un nom de domaine ne garantit aucunement la propriété d’un nom, pas plus que le droit de l’utiliser.

 

  • Le fait d’avoir pu réserver un nom de domaine ne garantit absolument pas le droit d’utiliser le nom. Par exemple, il semblerait que le nom de domaine lvmh-groupe.com soit disponible à l’achat aujourd’hui.
Les 5 fausses idées sur le dépôt de marque et la propriété intellectuelle pour les entrepreneurs

Publicité

Mais il y a fort à parier que si vous achetez ce nom de domaine et que vous l’exploitez pour vendre des produits de luxe, les avocats du groupe LVMH vont vous adresser une mise en demeure de fermeture du site. On ne fait pas ce que l’on veut avec la marque des autres, même si le nom de domaine est libre !

  • De même, essayez de déposer le nom de marque LVMH Groupe à l’INPI sur les classes de vêtements et manufacture de luxe. L’INPI refusera votre dépôt, puisque la marque est déjà déposée. Et le fait d’arguer de la propriété d’un nom de domaine n’y fera rien.

Certains créateurs pensent que le fait de réserver un nom de domaine dans un pays étranger permettra d’exploiter le nom librement. Cela est faux également. Si le nom de domaine est étranger, mais que le site a des contacts réguliers avec des consommateurs français (des ventes, des échanges …), alors la justice considèrera que vous exploitez la marque en France.

 

Idée Fausse #4 : « J'ai été le premier à enregistrer ma marque, mes concurrents ne pourront pas la reprendre. » 

Une marque ne se dépose jamais dans l’absolu. Elle se dépose toujours sur certaines classes, et dans des pays ciblés.

Ainsi, une marque déposée sur certaines classes correspondant à un métier spécifique à l’industrie du bâtiment n’empêcheront pas une autre entreprise d’utiliser la même marque pour vendre des vêtements.

De même, le périmètre d’une marque est fixe, il est défini par les classes déposées, alors que l’activité de l’entreprise est susceptible d’évoluer. Netflix par exemple est passée en quelques années d’une activité de location de DVD pour les particuliers, à un business en ligne d’accès à une plateforme de vidéos à la demande. Les classes de ces deux activités ne sont pas les mêmes. L’activité initiale de Netflix est couverte en France sous la classe 41 « Education, formation, divertissement », alors que l’activité d’un service en ligne ne rentre pas clairement dans les classes, mais en tous cas ne se définit pas uniquement par la classe 41.

Il faut donc penser à déposer sa marque sur les classes qui peuvent également intéresser mon entreprise, même si vous n’avez actuellement aucun produit sur cette activité.

Autre exemple, une marque déposée en France pour la création et la vente de vêtements n’empêche absolument pas une marque italienne de se lancer sur le même créneau et de lancer des vêtements très similaires. Le dépôt de marque est national, et si vous projetez d’étendre la commercialisation de vos produits  à l’étranger, il faut protéger votre marque internationalement.

Idée Fausse #5 : « Je préfère attendre d’avoir de la trésorerie et vérifier si mon idée marche» 

Le dépôt de marque doit-être un réflexe systématique. En réalité, le dépôt doit même être réalisé avant la constitution de la société.

Il est possible de déposer une marque « Pour le compte d’une société en création » ou bien « Au nom d’une personne physique » plutôt qu’une personne morale. Plus tôt la marque est déposée, plus tôt elle est protégée.

Si la marque est déposée par une personne physique (un des futurs associés par exemple) avant la création de la société, il suffira pour introduire par la suite la marque dans le patrimoine de l’entreprise de déclarer sa cession dans les statuts, ou bien de faire signer un contrat de cession entre la personne physique et la société.

Déposer une marque coûte entre 200 et 500 euros selon les classes choisies. C’est une somme certes, mais si quelqu’un d’autre la dépose avant vous, ou bien alors même que vous démarrez votre activité, vous travaillerez pour rien et devrez céder les travaux réalisés sous ce nom de marque, ainsi que le nom de domaine …

Les chiffres de l'INPI en 2018 :

16 222 demandes de brevets

95 419 Dépôts de marques

5 757 Dépôts de dessins ou modèles

Publicité

Article paru en Novembre 2016 pour la première fois.
MAJ janvier 2018 puis en Avril 2019

Lire la suite

[RETAIL] Quelles sont les conséquences économiques du mouvement des gilets jaunes ?

12 Avril 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Divers, #Droit, #Entreprise, #Emploi, #France, #Retail 3.0, #Retail

[RETAIL] Quelles sont les conséquences économiques du mouvement des gilets jaunes ?

La Banque de France vient de publier un communiqué concernant l'impact économique du mouvement des gilets jaunes.

Tout acte a des conséquences. Les pillages, les blocages, les violences et les saccages ont pesé très lourd dans notre économie.

Ce ne sera pas l'Etat le plus lésé, ni même le contribuable, pourtant il devra mettre la main au portefeuille pour payer le coût de ce mouvement à l'instar des entreprises (du moins pour celles qui auront survécu à cette mascarade anti-démocratique).

L'addition la plus salée sera tout simplement réglée par les travailleurs précaires dont le contrat de travail ne sera pas renouvelé ou le poste simplement supprimé par manque d'activité ou à cause les difficultés de l'entreprise. Ils viendront alors grossir les rangs des bénéficiaires de l'assurance chômage et ensuite du RSA. Ne nous mentons pas, les méthodes employées par les contestataires furent dévastatrices et clairement improductives.

Car les gilets jaunes n'ont visiblement pas eu la vision de se dire que le plus gros employeur de France n'est ni Total, ni Leclerc, ni Carrefour,...etc... auxquels ils ont tant de griefs à opposer, mais  les petites et moyennes entreprises qui ensemble emploient le plus de salariés dans notre pays.

Or ces entreprises n'ont jamais eu les moyens de faire face à ce type de mouvement minoritaire mais extrêmement parasitaire.

Comment travailler lorsque les potentiels clients ne peuvent pas se déplacer librement et venir en magasin ?
Comment espérer payer les salaires si les entreprises n'ont pas de clients et n'ont rien vendu ?
Comment accueillir les clients si l'outil de travail est saccagé ? (restaurants, commerces, même certaines associations ont subies des dommages)

L'indemnisation par les assurances est l'excuse toute trouvée pour ces délinquants en chasuble, seulement la plupart des assurances, même si elles prennent en charge les dégâts occasionnés, ne paieront pas pour le manque à gagner depuis 5 mois. Les conséquences se voient déjà auprès des Tribunaux de Commerce...Les pertes d'exploitation de certaines entreprises étant abyssales.

La Banque de France publie en effet aujourd'hui les premiers chiffres concernant ce mouvement et son impact sur la santé des entreprises.

ALERTE : Hausse de +15,1% des entreprises défaillantes en 2019.

On observe ainsi une hausse de +15,1% des entreprises défaillantes par rapport à l'année passée notamment dans le secteur de la restauration, du commerce et de l'Hôtellerie.

Les défaillances des entreprises entre 10 et 49 salariés ont augmentées de presque +5%

Les défaillances des entreprises entre 50 et 249 salariés croissent de +14,1%

Un peu de pédagogie ne fait pas de mal vu l'érudition des détracteurs :

Défaillance d'entreprise = Société en difficulté

Source ici et .

Lire la suite

[ECOMMERCE] Envie de faire carrière dans le E-commerce ? Découvrez quelques métiers de ce secteur d'activité en plein boum

10 Avril 2019 , Rédigé par Benoît DUMONT [Invité] Publié dans #Internet, #E-commerce en général, #Ecommerce, #Digital, #Divers, #Emploi, #Entreprises, #Entreprise, #ecommerce, #e-commerce, #web

Légende : L’e-commerce, secteur d’avenir

Légende : L’e-commerce, secteur d’avenir

Dans un monde où le marché du travail est plus que morose, s’il y a bien un secteur où ce problème n’existe pas ou presque, c’est très certainement celui de l’e-commerce et du Web en général, tant les offres d’emploi sont légion, mais surtout tant les métiers ne cessent d’évoluer au fil des ans et du développement de nouvelles technologies. S’il y a une seule qualité à avoir pour travailler dans le secteur de l’e-commerce, que ce soit dans des compagnies de service, de poker, de vente à domicile ou de conseils, c’est celle de l’adaptabilité rapide à un monde en constante évolution. Il ne faut pas non plus négliger la toute simple motivation et envie de travailler dans un secteur novateur et une entreprise moderne. Bien souvent, ces preuves de motivation et d’adaptabilité sont regardées avec bien plus d’attention par les potentiels recruteurs que le nombre de lignes sur votre CV. Si l’e-commerce vous intéresse, il y a forcément un métier fait pour vous dans cet environnement tant ceux-ci sont nombreux et divers. En voici quelques exemples.

 

1. Le community manager

Plus le temps passe, et plus ce poste prend de l’importance au sein des grandes compagnies du Net, mais aussi désormais au sein des entreprises plus petites. Le community manager a pour objectif de faire parler de sa compagnie sur Internet, à l’aide des réseaux sociaux ou des forums. Il doit faire en sorte que sa marque soit citée le plus de fois possible sur le plus de supports différents possible, mais il doit aussi faire attention que celle-ci soit toujours présentée de manière positive, dans le but d’éviter le « bad buzz », véritable cauchemar du community manager. Même si dorénavant les compagnies les plus modestes ont un community manager, ce poste est encore plus important pour tous les sites bénéficiant d'un grand nombre de visiteurs en même temps, comme les réseaux sociaux ou les sites de poker en ligne, car il y a un contenu immense à gérer et surveiller.

Les qualités requises pour un tel travail sont avant tout d’être un bon communicant, d’être très réactif et de connaître sur le bout des doigts le fonctionnement de tous les réseaux sociaux. Il n’existe pas de formation dédiée pour devenir un community manager, n’importe quelle école de marketing ou de communication, voire de journalisme, pourra vous donner les bases nécessaires. Vos qualités rédactionnelles et votre enthousiasme feront le reste.

 

2. Le webmaster

Ce métier est peut-être le plus logique et le plus évident pour tout site d’e-commerce. Le webmaster a comme responsabilité de mettre en page le site Web de la compagnie, de vérifier le bon fonctionnement de celui-ci et la facilité avec laquelle l’internaute peut y naviguer. Il est en quelque sorte l’architecte du site Web, il ajoute les contenus créés par d’autres personnes et veille à la bonne construction et création des pages. Il est en gros le responsable de l’efficacité et de la lisibilité du site Web de la compagnie. Pour continuer avec l’exemple d’un site de poker, ce sera ses talents qui permettront aux joueurs de trouver rapidement une table avec le bon type de jeu (Texas Hold’em, Omaha hi-lo, …) et avec des blinds dans la gamme de prix désirés.

Bien entendu, des qualités en informatique sont requises pour ce travail, du codage à l’écriture HTML en passant par des bases en graphisme. Mais le webmaster sera aussi souvent responsable d’une petite équipe sous ses ordres, il faudra donc savoir travailler avec d’autres, savoir partager le travail et savoir bien communiquer. Une formation en informatique, de niveau Bac+2 à Bac+5, sera la plus appréciée, mais des cursus en communication ou graphisme sont aussi envisageables.

Le service à domicile, fer de lance de l’e-commerce

Le service à domicile, fer de lance de l’e-commerce

3. Le traffic manager

Et encore un métier qui n’existe qu’avec un nom anglais, preuve à la fois de sa nouveauté mais aussi de son importance internationale. Le traffic manager a comme objectif de gérer la publicité de la marque, à travers tous les moyens possibles : Internet, télévision, journaux. Il organise les grandes campagnes publicitaires des groupes, établit les stratégies et effectue le suivi de celles-ci pour en déterminer l’efficacité ou non afin de changer de cap si nécessaire. Pour un site de poker en ligne, ce sera lui qui, par exemple, décidera quel sportif sera le plus à-même de représenter le site et quels cibles visées (jeunes, pros, novices, …) en fonction du marché actuel. Il est à différencier du community manager qui ne fait pas de publicité mais plutôt de la communication.

Le traffic manager doit être doué bien sûr dans toutes formes de communication, mais aussi savoir interpréter de nombreux chiffres et paramètres et aussi être facilement inspiré et être riche d’idées différentes. Une licence dans une école de marketing, de commerce ou d’information en nouvelles technologies seront suffisantes pour trouver un poste si vous affichez les bonnes dispositions mentales.

 

4. L’architecte réseau

Ici, nous avons affaire au plus pointu de ces métiers, et tout le monde ne sera pas capable de le réaliser car celui-ci est très technique et demande de nombreuses qualités en informatique. Il s’occupe de la gestion des serveurs et de la structure du réseau informatique général de toute l’entreprise. Il est responsable de tout le système informatique de l’institution et doit s’efforcer de réaliser sa tâche compliquée tout en essayant de minimiser les coûts au maximum et en augmentant la rapidité des échanges et la vitesse globale du réseau.  Pour en terminer avec l’exemple du site de poker, l’architecte réseau sera primordial car les sites de poker en ligne sont une véritable fourmilière avec un nombre d’interactions par seconde impressionnant, et de la qualité du travail de l’architecte réseau dépendra grandement la rapidité et donc le succès du site, et donc de la marque en général.

Savoir coder, savoir parler anglais, savoir résoudre les problèmes et savoir travailler sous une pression permanente sont des qualités inhérentes à tout bon architecte réseau. C’est ce métier qui réclame les études les plus complexes, avec un Bac+5 suite à une école d’ingénieur, et une spécialisation dans les télécommunications ou les réseaux.

Article invité : Benoît DUMONT

Lire la suite

[START-DOWN] CELLNOVO en grande difficulté financière cesse ses activités de vente et de production...Ce qui ne va pas arranger les choses

1 Avril 2019 , Rédigé par Stéphane ALLIGNE Publié dans #Start-Up, #Start-Down, #A ne pas faire, #Digital, #Divers, #Entreprise, #Entreprises, #France, #Internet, #web

[START-DOWN] CELLNOVO en grande difficulté financière cesse ses activités de vente et de production...Ce qui ne va pas arranger les choses

Parfois l'on se demande ce qui peut se passer dans la tête des dirigeants lorsqu'une société en difficulté décide de suspendre sans préavis la commercialisation de ses produits et de sa production. C'est pourtant le choix que vient de faire CELLNOVO une start-up médicale Française.

Plutôt que de chercher à pivoter ou à modifier son offre produit, le management a préféré opter pour la suspension immédiate et sans délai de la commercialisation et de la production de leur système à destination de patients diabétiques.

En même temps, les comptes de la société CELLNOVO ne font pas état d'une très bonne santé financière :

C.A : 1,8 Million d'euros de C.A
Résultat : - 3,7 millions d'euros

Soit une perte quotidienne de -10K€.

Le management a donc choisi de se recentrer sur la recherche d'investisseurs et de partenaires, un travail à temps plein qui nécessite visiblement l'abandon immédiat de toute production et commercialisation... Etonnant.

Au final, il s'agit simplement de supprimer l'activité principale de la société car la recherche d'investisseurs ou de partenaires n'est pas la fonction principale de l'entreprise.

La direction de CELLNOVO a prise cette décision suite à la mise sous contrôle judiciaire (équivalente du redressement judiciaire Français) de sa filiale au Pays de Galles. L'entreprise a également sollicité une procédure de conciliation auprès du Tribunal de Commerce pour la maison mère Française.

Sources ici et  et encore .

Lire la suite