CatégorieA La UneEcommerceLes NULS en Ecommerce

Comment créer 1 site E-commerce ? Les 7 points clés

Les chiffres du E-commerce

Il existe aujourd’hui 177 000 sites e-commerce en France avec une moyenne de + 27 000 sites créés chaque année. Le e-commerce a notamment permis aux Retailers de continuer de vendre durant la pandémie, là où les magasins étaient fermés, et d’accroître leur chiffre d’affaires depuis.

85,8% des livraisons des commandes E-commerce sont livrées à domicile. En outre, le taux de pénétration du E-commerce devrait passer de 15% en 2020 à 25% d’ici quelques années. Le E-commerce représente actuellement 13,4% du commerce de détail.

Par ailleurs, les ventes sur mobile ont progressé de + 13% en 2021. 

48% des Français effectuent des achats par l’intermédiaire de leur téléphone, 34% des Français achètent au moins une fois par mois sur mobile.

Chez les 25-35 ans, ils sont 63% à effectuer leurs achats avec ce type de terminal.

31% des Français ont déjà réalisé un achat sur les réseaux sociaux, et 80% des entreprises de E-commerce utilisent les réseaux sociaux pour développer leurs activités.

53% des Français déclarent tenir compte de l’environnement pour effectuer leurs achats en ligne. Contrairement aux idées reçues et développées par certains médias, le E-commerce est vertueux en matière environnementale.

En effet, la mutualisation du transport des marchandises à destination du consommateur final diminue d’autant les déplacements individuels.

Mieux, la plupart des nouveaux bâtiments logistiques de ces entreprises ont un impact nul sur l’environnement notamment grâce à des matériaux éco-responsables, à des panneaux solaires sur les toits, à des cycles de recyclage optimisés, et à l’utilisation de matériels de manutention sans émissions de CO2. Cela sans compter sur l’électrification du parc de véhicules qui s’est amorcé depuis déjà plusieurs mois.

En outre,  les livraisons de Colissimo du groupe La Poste, premier logisticien E-commerce en France, sont neutres en CO2 depuis 2012.

Les “Experts” en E-commerce

Depuis la pandémie, on découvre chaque jour toutes sortes  » d’experts «  en E-commerce, mais ils n’ont pour la plupart jamais vendu un seul produit sur Internet.

Ces gourous viennent nous inonder de leurs savoirs théoriques, jamais pratiqués, et pour lesquels, ils facturent bien entendu une formation complète. De quoi utiliser votre CPF si vous n’avez encore pas cédé au démarchage illégal qui gangrène la prospection téléphonique depuis plusieurs années.

Plus sérieusement, s’il est impératif de se former à ce canal de vente qu’est le E-commerce ; en revanche, il est préférable de suivre les conseils d’un professionnel qui dirige ou travaille pour une entreprise de E-commerce, avec des volumes suffisamment crédibles pour être légitime sur le sujet.

Les centres de formation au E-commerce sont une bonne chose tant que les apprenants bénéficient d’intervenants légitimes sur les sujets qu’ils prétendent être capables d’enseigner. 

1. Quelles sont les solutions pour créer son site E-commerce ?

Aujourd’hui, créer un site e-commerce n’est techniquement pas très compliqué. Tout existe pour mettre en ligne un site E-commerce dès demain.

Pour y parvenir, il est essentiel de connaître toutes les composantes d’un business digital afin de se déployer rapidement sur le web. Certaines activités sont mono-produit et nécessitent moins de temps de mise en place que d’autres avec des bases de données complexes, constituées d’attributs croisés avec une certaine technicité ou encore avec une saisonnalité.

Pour les autres, des fonctionnalités telles que l’import massif de produits est indispensable afin de disposer d’une offre exhaustive, à jour, pour répondre aux besoins des consommateurs, ou simplement mettre à jour la base de produits selon la saisonnalité.

Les solutions SaaS

Le SaaS c’est simple, fiable, et disponible 24h/24h. Choisir une solution E-commerce SaaS c’est s’affranchir des difficultés en matière d’hébergement, de maintenance et de développements informatiques.

En revanche, le code ne vous appartient pas, les modifications structurelles sont proscrites, et vous êtes tributaire de l’infrastructure du prestataire et des mises à jour automatiques.

Les CMS

Les CMS font gagner un temps considérable lorsqu’on a besoin de disposer de fonctionnalités spécifiques que l’on ne retrouve pas dans les solutions SaaS. En effet, c’est toujours plus simple et rapide de partir d’un CMS puis de lui ajouter  facilement des modules ou de développer la fonctionnalité souhaitée.

Tout est paramétrable à la carte et vous avez la main sur tout. Cependant, il est impératif de choisir un CMS dont la communauté est active afin de bénéficier des mises à jour régulières en matière sécuritaire.

Au travers des 15 dernières années, j’ai pu expérimenter toutes les configurations existantes. Il n’y en a aucune de véritablement idéale, mais chacune a ses avantages et ses inconvénients.

Le souci des CMS réside simplement dans le fait qu’à force de développer spécifiquement des fonctionnalités, les mises à jour ne sont plus compatibles, et accentuent une dette technique quasiment impossible à combler.

Le principal inconvénient du SaaS est que vous n’êtes pas chez vous et que vous n’y serez jamais.

Développement spécifique

Reste la solution de développer spécifiquement une plateforme E-commerce, mais quel est l’intérêt d’inventer à nouveau la roue ? Sauf à disposer d’une offre commerciale spécifique ou d’un produit élitiste qui nécessite de créer un site complet car l’activité en elle-même est inédite, il est préférable de commencer à partir d’un CMS ou d’un framework.

L’idéal reste une solution E-commerce SaaS à l’instar de Wizishop pour bénéficier d’une plateforme stable, sécurisée et accessible 24h/24h. Puis, vous pouvez transmettre vos suggestions d’amélioration, bénéficier de modules complémentaires compatibles, d’une prise en main simplifiée, d’un support..etc..

2. Où héberger une boutique en ligne ?

Certainement pas chez AWS d’Amazon ou chez Google.

Le comble est de constater que des sociétés e-commerce françaises ayant levé des capitaux auprès de fonds français, utilisent une solution américaine pour leur site e-commerce et de surcroît hébergée sur des serveurs extra-européens. Ceux-là n’ont rien compris aux enjeux de souveraineté nationale en matière numérique.

Soyons sérieux à l’heure où l’on s’est tous rendu compte de la dépendance du pays aux acteurs étrangers. En SaaS, l’hébergement s’effectue par l’éditeur de la solution. Wizishop, que je recommande, est hébergé chez OVH, le leader Européen du hosting, et de surcroît Français. 

Certes, OVH a rencontré quelques difficultés, notamment en 2021 avec l’incendie de Strasbourg qui avait retardé l’IPO de la société. Cependant, cela reste un hébergeur Français…A privilégier malgré les aléas et ses imperfections dont il n’a nullement le monopole.

En outre, il paraît absurde d’héberger les données personnelles de citoyens français à l’étranger alors même que des solutions françaises existent sur le territoire.

3. Comment s’effectue la gestion SEO d’un site E-commerce ?

Le référencement d’une boutique en ligne est bien plus fastidieux qu’un site internet de contenu par exemple.

La plupart du temps les pages sont plus nombreuses, mais la duplication de contenu (duplicate content) l’est tout autant, les attributs sont multiples, la pagination est parfois dense et plus complexe, des produits disparaissent ou sont remplacés, il faut mettre en place des redirections…etc..

Référencer un site E-commerce n’a pourtant rien d’impossible, les fondamentaux doivent simplement être respectés. Lorsqu’une agence vient annoncer que tel ou tel attribut n’est plus pris en compte par Google au prétexte de ne pas faire le job, fuyez !

TOUT est important, TOUT est essentiel en matière de SEO.

Seulement le sujet du référencement naturel est vaste et ne peut pas être traité ainsi en quelques lignes. Cependant, le raisonnement est simple et reste le immuable depuis 20 ans : les optimisations déployées doivent paraître NA-TU-RELLES !

La stratégie de contenu est aujourd’hui incontournable quel que soit le secteur d’activité, sauf à disposer d’un branding important à l’instar de la marque “Comme j’aime” par exemple.

Les métas font toujours partie des fondamentaux, les urls ré-écrites également, le netlinking, le backlinking, les relais média, etc… font partie des piliers pour construire la visibilité d’une activité E-commerce.

L’hébergement est tout aussi essentiel que les autres points précédents pour le référencement naturel. En effet, le temps de réponse du site internet est prit en compte par Google dans le classement des résultats de recherche. Il est donc essentiel de disposer d’un hébergeur de qualité.

4. Comment monitorer l’audience d’une boutique en ligne ?

Google Analytics était encore la solution la plus répandue voici encore quelques mois. Seulement la CNIL a changé la donne et considère aujourd’hui Google Analytics comme illégal. En outre, la dernière version de Google Analytics, GA4, était véritablement en dessous de la précédente en matière de data.

Il est préférable d’opter pour une solution de monitoring d’audience plébiscitée par la CNIL afin de ne pas ajouter des difficultés complémentaires à celles déjà existantes dans votre activité opérationnelle.

Matomo est une solution Française, véritable alternative légale à Google Analytics.

5. Quels sont les leviers marketing afin de développer son activité E-commerce ?

Un site E-commerce sans visiteurs ni clients ne sert à rien et n’apporte pas de revenus à l’entreprise qui l’exploite. En outre, le référencement naturel se construit avec du temps, il faut donc des leviers complémentaires pour acquérir de nouveaux clients et enregistrer des ventes dès le lancement.

L’achat de mots-clés

Les mots clefs sur les moteurs de recherche sont disponibles aux enchères, la maîtrise du sujet est indispensable pour ne pas dépenser de l’argent en pure perte. L’avantage est l’immédiateté de la visibilité et des conversions.

Les comparateurs de prix

Google shopping est un incontournable, au détriment des autres acteurs relégués dans les résultats profonds du moteur de recherche. L’avantage des comparateurs de prix est d’apporter un trafic qualifié au site E-commerce, avec des acheteurs en guise de visiteurs. Il ne reste plus qu’à convertir.

Les marketplaces

Elles sont aujourd’hui incontournables avec leurs audiences et leur notoriété. L’avantage principal réside dans les volumes de ventes qu’elles peuvent générer. L’un des inconvénients est que la clientèle ne vous appartient pas. Les clients restent la propriété de la marketplace

L’autre inconvénient, mais légitime, est la commission à reverser à la marketplace pour chaque vente, sans compter l’abonnement pour avoir accès à la plateforme. Cela a un coût important en fonction des catégories de produits.

A cela vient s’ajouter un gestionnaire de flux pour envoyer les produits, les mises à jour des prix, les stocks…etc vers les marketplaces ; puis récupérer les commandes enregistrées sur ces marketplaces pour les implémenter dans le système du site E-commerce et ainsi pouvoir les traiter comme les autres dans vos flux logistiques.

Le reciblage

Le leader Français, Critéo rencontre des difficultés depuis que la réglementation relatives aux Cookies a évolué. Il est en effet devenu illégal de traquer les activités des internautes sans avoir obtenu leur consentement.

Pourtant le reciblage ou retargeting est extrêmement efficace pour convertir. Le principe consiste simplement à présenter une bannière avec le produit consulté précédemment par l’internaute. Les taux de conversion sont beaucoup plus importants avec ce levier d’acquisition.

L’affiliation

Il existe de nombreuses plateformes d’affiliation, seulement le tracking et donc l’attribution finale de la vente à tel ou tel apporteur d’affaires est de plus en plus complexe à mesure que les cookies deviennent indésirables.

L’affiliation consiste à apporter des conversions ou des leads au e-commerçant qui rémunère ensuite l’affilié un pourcentage de CA généré.

Les réseaux sociaux

Tik Tok en tête, Facebook ensuite, les réseaux sociaux et notamment le “Live Shopping” se sont développés exponentiellement depuis la pandémie. 

La plupart des e-commerçants utilisent les réseaux sociaux pour communiquer sur leurs prochains évènements ou mettre leurs produits sur la marketplace. Pourtant, le “Live Shopping” c’est faire du commerce au sens propre, avec une véritable animation du point de vente en ligne. C’est un levier important pour accroître le CA.

Puis, cela permet de se différencier de la concurrence et de combler l’avantage du retail par rapport au digital.

6. Quelle est la réglementation propre au E-commerce ?

Le délai de rétractation est le principal atout lors d’un achat en ligne. En effet, le consommateur (particulier) dispose de 14 jours pour se rétracter après avoir réceptionné son achat.

Le délai de rétractation ne s’applique pas en BtoB, ni sur les services utilisés, ni sur les produits personnalisés ou fabriqués à la demande du client.

Le RGPD est le règlement général européen concernant la protection des données et donc des individus. Les obligations sont nombreuses et les conséquences dramatiques en cas de manquement. Consultez le site de la CNIL à ce sujet.

Enfin, plus récemment, une nouvelle règlementation relative aux marketplaces et aux avis clients sur ces plateformes a été mise en place afin de mettre fin aux pratiques commerciales trompeuses.

7. Comment gérer les avis clients en E-commerce ?

Les avis clients sont indispensables pour promouvoir une boutique en ligne, convertir et optimiser le taux de conversion du site ou de l’enseigne de E-commerce. Ils sont réglementés.

Si certaines plateformes usent de méthodes déloyales et illégales, condamnées par les Tribunaux Français à l’instar de Trustpilot, d’autres heureusement sont respectueuses des lois, des entreprises évaluées et des consommateurs.

Il est indispensable de prendre le temps de bien choisir la plateforme où seront gérer les avis clients car il s’agit d’E-reputation et elle peut rapidement se dégrader si vous n’y prenez pas garde.

Il est également conseillé d’intégrer une gestion des avis clients sur le site E-commerce afin de récolter des avis de clients directement par l’enseigne où il a acheté. Le nombre de dépôts d’avis est plus élevé lorsque l’enseigne sollicite elle-même sa clientèle.

Une nouvelle fois préférez des solutions d’avis clients Françaises ou Européennes et qui disposent d’un hébergement sur le territoire Européen. En effet, pour collecter les avis des clients par leur intermédiaire, vous devrez leur confier quelques données clients en accord avec le RGPD.

Quelles lectures E-commerce pour maîtriser son sujet ?

Il est essentiel de bénéficier de connaissances factuelles, vérifiées, étayées. Retrouvez dans “Commerce & E-commerce : l’audace d’entreprendre” les fondamentaux indispensables pour réussir la création de votre site E-commerce et de vos activités commerciales.

Un autre ouvrage très bien fait sur Google, Facebook, Amazon et Apple : The Four.

Vous l’aurez compris, au travers de ces 7 points clés, il est essentiel de se documenter, de se former, pour créer un site E-commerce et rencontrer le succès.

Sources ici,

Un commentaire sur “Comment créer 1 site E-commerce ? Les 7 points clés”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Haut de page

Blog entrepreneur E-commerce